Accueil > Dossiers > Pays-Basque > France/Pays basque : Libération des "désarmeurs" d’ETA

26 décembre 2016

France/Pays basque : Libération des "désarmeurs" d’ETA

L’affaire démarre le 19 octobre : dans un échange de courriers, trois des inculpés, des figures de la société civile du pays basque Nord connues pour leur opposition à la lutte armée, proposent à l’ETA   de prendre en charge le démantèlement de son arsenal. Proposition acceptée. Le 16 décembre dans la matinée, ils prennent livraison de 11 cantines d’armes, mises sous scellé par ETA  , qu’ils apportent dans une maison de Louhossoa. C’est alors qu’ils avaient commencé à les neutraliser à la meuleuse et à la perceuse quand les policiers ont débarqué (voir notre précédent article).

Sous l’œil de membres de la Guardia Civil espagnol, l’interpellation menée par le RAID, la SDAT et la DGSI a permis de saisir 30 armes de poing, neuf fusils d’assaut, 12 pistolets-mitrailleurs, deux roquettes anti chars, des chargeurs, des munitions, des détonateurs et de l’explosif. Embarqués le lendemain dans un avion pour Paris, les cinq "désarmeurs" ont été mis en garde à vue par la SDAT à Levallois-Perret. Mis en examen, après quatre jours de garde à vue, pour « port, transport et détention d’armes, de munitions et de produits explosifs », tous été laissés libres sous contrôle judiciaire.

Les policiers du RAID lors de l'opération du 16 décembre Les policiers du RAID lors de l’opération du 16 décembre

Voir le dossier: Pays-Basque avec les tags: - - - Nos sources
SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?