Accueil > Dossiers > Belgique - Autres sujets

Belgique - Autres sujets

12 juin 2018

Belgique : Deux syndicalistes au tribunal ce vendredi 15 juin

Ce vendredi 15 juin comparaîtront devant le tribunal Bruno Verlaeckt, président de la FGTB pour la région Anvers-Waasland et Tom Devoght, délégué syndical FGTB dans l’entreprise chimique Arlanxeo. Tous deux risquent une peine de prison de cinq à dix ans pour avoir participé à un piquet de grève.
Le 24 juin 2016, lors d’une grève nationale contre les plans du gouvernement belge, un piquet de grève est organisé au port d’Anvers, où se situe plusieurs entreprises pétrochimiques. Très vite, la police ripostera avec entre autre des véhicules blindés et des canons à eau. Peu après l’arrivée des policiers Bruno Verlaeckt sera sorti du groupe, menotté et emmené. Tom Devoght sera lui arrêté pour avoir voulu empêcher cette arrestation. Ce jour-là, d’autres piquets organisés au port d’Anvers seront dégagés et la grève brisée. Les deux syndicalistes sont accusés d’« entrave méchante à la circulation ».

La FGTB avec le soutien de la CSC appelle à un rassemblement massive le 15 juin dès 8h devant le tribunal d’Anvers, Bolivarplaats 20/1.

Tom Devoght et Bruno Verlaeckt Tom Devoght et Bruno Verlaeckt

Tags de cet article: - - Nos sources
11 juin 2018

Belgique : Huit arrestations suite à une action à Kleine-Brogel

Dimanche 10 juin, huit militants ont été arrêtées après s’être introduite dans la base militaire de Kleine-Brogel. Ces militants parmi lesquels figurent la députée Zoé Genot, appartiennent à la campagne "Nuke Free Zone". Cette action avait pour but de dénoncer la présence d’ogives nucléaires états-uniennes sur le sol belge. Ces ogives sont entreposées illégalement depuis 60 ans. Le groupe d’action appelle également à la dissolution de l’OTAN et annonce des actions lors de son prochain sommet du 11 et 12 juillet. Plusieurs actions similaires avaient déjà été menéepar le passé à cette base militaire. (voir notre article)

Action à Kleine Brogel (archive) Action à Kleine Brogel (archive)

Tags de cet article: - - Nos sources
11 juin 2018

Bruxelles : 1.500 manifestants pour la régularisation des sans-papiers

Entre 1.500 et 2.000 personnes ont manifesté de la Gare du Nord à la Gare du Midi pour demander la régularisation des sans-papiers. Nous étions présents aux côtés du Front Populaire de Belgique pour mettre en avant la situation de Cahit Zorel, sans-papiers depuis 17 ans en Belgique et pour appeler à un rassemblement de solidarité lors de son audience au Conseil du Contentieux ce mercredi 13 à partir de 9h.

Solidarité avec Cahit Solidarité avec Cahit

solidarité avec Cahit solidarité avec Cahit

Tags de cet article: - - - Nos sources
10 juin 2018

Bruxelles : Tous à l’audience de Cahit Zorel ce mercredi 13 juin à 9h, Parc Gaucheret

Depuis plus de 50 jours, Cahit Zorel fait un sit-in devant le Conseil du Contentieux des Étrangers pour être régularisé, puisqu’il est sans-papiers en Belgique depuis 17 ans et que ces nombreuses demandes lui sont refusées au motif de ses opinions et activités politiques. Cahit est tous les jours accompagné d’autres militants qui viennent lui rendre visite. Ce 13 juin, soyons nombreux pour le soutenir devant le Conseil du Contentieux et dans la salle lorsque l’audience de Cahit aura lieu.

solidarité avec Cahit solidarité avec Cahit

10 juin 2018

Bruxelles : "Cryptophonoparty", messageries sécurisées et smartphones, ce 19 juin au Steki

Atelier collectif au Steki (6 Rue Defnet, 1060 Saint-Gilles), avec Secours Rouge, le mardi 19 juin à 20h.

Nous recenserons ensemble les différentes applications de messagerie sécurisée qui existent sur smartphones (celles qui nous semblent valables, au moins) et nous nous les présenterons mutuellement : comme elles fonctionnent, leur usage, les principes sur lesquels elles reposent, leurs forces, leurs faiblesses, …

Ce sera l’occasion d’échanger sur nos pratiques en terme de confidentialité des échanges. Ce sera aussi le moment de nous demander quoi penser de l’idée même d’une messageries sécurisée sur des smartphones, qui sont notoirement peu sûrs. En fin de compte faisons-nous bien de les utiliser ? Si oui, dans quelles conditions, et quelles sont leurs limites ?

cryptoparty cryptoparty

7 juin 2018

Bruxelles : Un fasciste turc agresse Cahit Zorel, militant révolutionnaire sans-papiers

Depuis 49 jours, Cahit Zorel fait un sit-in devant le Conseil du Contentieux des Étrangers pour être régularisé, puisqu’il est sans-papiers en Belgique depuis 17 ans et que ces nombreuses demandes lui sont refusées pour des raisons politiques. Cahit est tous les jours accompagnés d’autres militants qui viennent lui rendre visite. Aujourd’hui, il a été agressé par un fasciste turc armé d’un couteau qui n’a heureusement blessé personne. Le partisan d’Erdogan a lancé les sacs à dos des manifestants après avoir déchiré leur banderole. Il a menacé de "revenir avec un flingue" et s’est en aller après avoir été calmé par un passant.

Nous avions interviewé Cahit il y a quelques jours au Parc Gaucheret, là où a lieu le sit-in chaque jour de 11h à 14h. Vous pouvez télécharger l’interview ici en PDF.

Demain, Cahit continuera son action pour le 50eme jour. Le rendez-vous est Parc Gaucheret de 11h à 14h.

Sit-in de Cahit, jour 43 Sit-in de Cahit, jour 43

Tags de cet article: - - - Nos sources
7 juin 2018

Belgique : Enregistrement des caméras de surveillance privées pour une future utilisation policière

Les personnes qui disposent de caméras de surveillance dans leur magasin, leur entreprise ou à leur domicile sont dès ce mercredi obligées de les enregistrer auprès du SPF Affaires intérieures. L’objectif de cette mesure est de pouvoir dresser une liste de l’ensemble des caméras privées d’ici la mi-2020 en vue de l’exploitation de leurs images par la police.

Les personnes qui possédaient des caméras avant le 25 mai, date de l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, ont deux ans pour procéder à l’enregistrement de leur dispositif. Elles doivent indiquer le lieu où se trouve l’appareil, mais aussi la marque du modèle, son type, la résolution de l’image, ainsi que la motivation de son installation. Les magasins, les communes et les entreprises doivent déclarer, à quelques exceptions près, l’ensemble de leurs appareils, tandis que les particuliers ne doivent enregistrer que les caméras qui couvrent une partie de l’espace public. Pour chaque caméra déclarée, une personne doit être désignée en tant que contact pour la police. Les propriétaires qui ne se conforment pas à l’obligation d’enregistrement risquent des amendes allant de 100 à 20.000 euros.

. .

Tags de cet article: - - Nos sources
7 juin 2018

[Communiqué du SR] Réponse à une provocation policière

Le 9 février, une opération policière dans les locaux de l’asbl Globe Aroma a débouché sur l’emprisonnement de deux sans-papiers dont un militant syndical. Cette opération étant survenue le lendemain du refus des visites domiciliaires, elle prenait clairement un caractère politique. Ce raid dans une asbl le jour même d’un vernissage en présence d’autorités politiques, sonnait comme une réponse politico-policière au vote de la veille. L’instrumentalisation politique de la situation des sans-papiers par la N-VA et consorts, faisant appel aux pires sentiments égoïstes et xénophobes, s’accompagne d’une escalade policière et judiciaire :

• Ainsi la gravité du meurtre de la petite Mawda est à ce point minimisé que le message aux policiers est clair : continuez à tirer sur des véhicules pleins de gens désarmés, ce sont des réfugiés, leur vie ne vaut pas grand chose.
• Ainsi la poursuite pour « organisation criminelle » et « traite d’être humain » de deux journalistes apolitiques qui, par pur soucis humanitaire, aidaient les sans-papiers, établit que non seulement il est criminel d’essayer de fuir son pays en guerre pour offrir un avenir meilleur à ses enfants (criminel au point qu’on ne peut se considérer comme victime si on tue votre enfant dans vos bras) mais qu’il est aussi criminel d’apporter une aide désintéressée à ces migrants.

Un "vent favorable" nous informe que, dans le cas de l’affaire de Mounir Tahir, le syndicaliste sans-papiers arrêté au Globe Aroma, l’OCAM avait rendu un avis défavorable à la libération sous prétexte, notamment, qu’en tant que membre du Secours Rouge, Mounir Tahir représentait un danger. Nous sommes extrêmement flattés d’être considérés comme un danger par la racaille policière et judiciaire, valets et boucliers des élites qui pillent et exploitent la société. Nous espérons un jour être à la hauteur d’une telle réputation. Mais nous devons aussi dire que nous ignorions jusqu’à l’existence de Mounir Tahir avant son arrestation. S’il a côtoyé un de nous dans une manifestation ou ailleurs c’est pure coïncidence. Nous sommes suffisamment fliqués pour être certains que les polices n’ignorent pas que Mounir Tahir est étranger à notre collectif. Et avoir versé cette « affirmation » au dossier n’est qu’une vulgaire provocation qui couronne celle de la rafle au Globe Aroma.

Sans rien connaître de lui que ce qui a été communiqué par ses camarades et amis, nous affirmons notre solidarité avec Mounir Tahir. Nous lui exprimons nos regrets de ce que notre action ait été instrumentalisée contre lui. Nous exprimons aux structures policières et judiciaires tout notre mépris pour leurs mensonges et leur acharnement contre les sans-papiers, leurs représentants et leurs amis.

Secours Rouge de Belgique
section belge du Secours Rouge International
Bruxelles, juin 2018

Edit 18h : Jiyed et Mounir viennent d’être libérés.

Mounir Tahir Mounir Tahir

6 juin 2018

Bruxelles : Du retard pour la mise en réseau de la vidéosurveillance

Il y trois ans, la Région bruxelloise a pris l’initiative de créer une plateforme d’échange permanent des images récoltées par les caméras de surveillance, quelle que soit leur provenance (voir notre article). L’idée était de permettre aux zones de police, aux pompiers, à la STIB, aux services de surveillance régionaux et communaux d’échanger leurs images de vidéo protection, avec une plateforme créée en 2015 et qui théoriquement devrait pleinement fonctionner cette année.

Aujourd’hui il faut passer par le parquet pour obtenir des image, dans un futur proche ce ne sera plus nécessaire et on pourra échanger ces images sur une même plateforme centralisée. Mais cela pris du retard, d’une part parce que trois zones de police sur six n’ont pas encore adhéré à la plateforme, pour des raisons techniques ou encore parce que le cadre légal n’est pas entièrement défini. L’avis de la commission de la vie privée, qui doit donner le feu vert, n’a pas encore été rendu. Après quoi, on pourra présenter cette ordonnance au parlement. Du côté du Fédéral, il y a un retard à élaborer les arrêtés royaux d’application de certains aspects de la loi "Caméra" (voir notre article).

Le nouveau système de vidéosurveilance Le nouveau système de vidéosurveilance

5 juin 2018

Belgique : Francken veut "contourner" la Convention européenne des droits de l’homme

En marge d’une réunion à Luxembourg des ministres européens en charge des questions migratoires, Francken a plaidé une nouvelle fois pour la réinstauration des refoulements des bateaux chargés de migrants. La Cour européenne des Droits de l’Homme les avait interdits en 2012 sur base notamment de l’article 3 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, qui interdit la torture et les traitements inhumains et dégradants : « Il faut pouvoir renvoyer les bateaux, trouver une manière de contourner l’article 3 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, et la jurisprudence doit s’y adapter », a déclaré Francken.

Migrant naufragé en Méditerranée Migrant naufragé en Méditerranée

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1980

SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?