L’Acoforag, qui regroupe et représente les compagnies forestières au Chili, a déclaré que ses membres avaient déposés plus de 100 plaintes pour les actes de violence (incendies volontaires et sabotages) dans les régions mapuches depuis 2014. Les industriels déplorent que seulement 10 dossiers ont débouchés sur des inculpations – mais aucune pour “incendie criminel” (pour port d’arme). L’association patronale fait remarquer que dans les régions où l’état d’urgence a été proclamé suite aux incendies de forêts, comme en Arauco, les attaques ont baissées: “nous pouvons conclure que la simple déclaration d’exception et de la présence des forces armées dans la région, garanti le retour à la tranquillité », explique le porte-parole de l’Acoforag.

Attaque d'un colmpagnie forestière en pays mapuche

Attaque d’un colmpagnie forestière en pays mapuche