Accueil > Dossiers > France - Autres sujets > France : Condamnations en série après les manifs de Nantes et (...)

26 février 2015

France : Condamnations en série après les manifs de Nantes et Toulouse

Lundi à Nantes, trois des dix manifestants interpellés lors de la manifestation de samedi contre les violences policières ont été condamnés à des peines de prison ferme. Deux manifestants ont été condamnés en comparution immédiate à six mois de prison dont quatre avec sursis pour jets de projectile en direction des forces de l’ordre. Un troisième manifestant a été condamné également à six mois de prison, mais avec seulement trois mois de sursis. L’un d’entre eux, au casier judiciaire chargé, a été placé en détention, les deux autres ayant pu quitter libres le tribunal.

Mardi à Nantes, un zadiste de 19 ans était jugé en comparution immédiate. Il avait été interpellé avec un masque, des fusées de détresse et des fumigènes. Il était jugé pour "participation avec arme à un attroupement", "violences sans ITT" sur 3 policiers, détention d’armes (deux masques à gaz et des cartouches), et pour avoir "outragé" les policiers en les traitant d’assassins. Il a été condamné à un an de prison, assorti d’un sursis simple et de l’interdiction de paraître en Loire-Atlantique pendant trois ans.

A Toulouse, deux manifestants ont été condamnés chacun à six mois de prison ferme. L’un d’eux a reconnu avoir donné des coups de pied dans la vitrine. Un autre manifestant de 19 ans a également écopé de six mois ferme pour "violences sur une personne dépositaire de l’autorité publique, sans incapacité avec outrage". S’y ajoute un mois ferme d’une précédente condamnation avec sursis pour des faits similaires. Portant cagoule et masque à gaz, il avait jeté toutes sortes de projectiles contre les forces de l’ordre qui a reconnu avoir traitées de "bâtards". Un homme arrivé dans la manifestation par hasard et pris en flagrant délit de jet d’un caillou vers les CRS a été relaxé. La victime n’avait pas été identifiée et l’accusé est sous curatelle.

Lundi après-midi, le tribunal correctionnel de Toulouse jugeait quatre autres des quinze personnes arrêtées. Toutes étaient accusées de violence, jets de projectiles divers et rébellion contre les policiers lors de leur arrestation. Deux reconnaissaient les faits, deux non. Les quatre prévenus s’en sont sorti avec des peines de 70 à 200 heures de travaux d’intérêt général à effectuer dans les 18 mois à venir.

Voir le dossier: avec les tags: - Nos sources
SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?