Samedi 25 mai, un cortège parisien de la manifestation européenne “Stop Dublin” s’apprêtait à partir de La Chapelle pour exiger l’abrogation du règlement Dublin III. Pour rappel, selon ce règlement, le pays dans lequel a été formulée la demande d’asile étant celui qui est chargé de son instruction et de la décision finale, ce qui oblige pratiquement le demandeur à rester dans ce pays quelque soit sa destination réelle.

Au moment du rassemblement, des contrôles de police ont eu lieu entre le lieu de départ de la manifestation et la Porte de la Chapelle – où campent des centaines de personnes exilées. Neuf personnes ont été emmenées au commissariat dont cinq se rendaient à la manifestation. Parmi ces derniers, trois Soudanais du Darfour, un Sénégalais et un Malien. Parmi les autres personnes arrêtées, il y avait deux Maghrébins, un Indien et un Afghan. Tous ont été contrôlés au faciès.

L’un des Soudanais a été libéré, car il était sous assignation à résidence en procédure Dublin. Mais ses deux compatriotes, également en procédure Dublin, sont toujours détenus au centre de Vincennes. Le premier risque un renvoi vers l’Espagne. Le second risque un renvoi direct vers le Soudan, bien qu’il soit en procédure de réadmission Dublin vers l’Italie, et malgré les menaces qui pèsent sur lui en cas de retour dans son pays d’origine.

Voir ici l’appel pour leur libération

Stop Dublin

Stop Dublin