Accueil > Dossiers > France - Autres sujets > France : Rififi à l’antiterrorisme

15 mars 2012

France : Rififi à l’antiterrorisme

La DCRI est née en juin 2008 de la fusion fusion de la Direction de la surveillance du territoire (DST, le contre-espionnage) et les renseignements généraux (RG). Ce qui s’est traduit en pratique par une absorption d’une partie des RG par la DST. Les 3100 policiers du DCRI ont à leur charge la lutte contre l’espionnage étranger, la « répression des actes terroristes ou visant à porter atteinte à l’autorité de l’État », la « surveillance des communications », la surveillance des individus et groupes radicaux.

Plusieurs dizaines de policiers de la prestigieuse direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) s’apprêtent à manifester leur mécontentement, vendredi matin 16 mars, dans le hall du siège de la direction, à Levallois-Perret. En cause, le recrutement massif de jeunes commissaires sortis d’école à des postes élevés. La nomination d’un commissaire sorti d’école dans l’un des services a provoqué la colère des officiers pour qui le choix d’un commissaire débutant plutôt que celui d’un commandant (le grade le plus élevé chez les officiers) témoigne du manque de considération que la direction leur porte.
Le conflit entre officiers et commissaires — un classique du monde policier — a été relancé par la présentation au ministre d’un rapport sur une éventuelle fusion des deux corps, une revendication des officiers rejetée par les commissaires. Le malaise vient aussi de la personnalité contestée de Bernard Squarcini. Déjà mis en examen, en octobre 2011 dans l’affaire de l’espionnage des journalistes du Monde, Squarcini a récemment été mis en cause dans le livre L’Espion du président.

Voir le dossier: avec les tags: - Nos sources
SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?