Sept syndicalistes du syndicat Sud à PSA (Peugeot Citroën) de Poissy observent une grève de la faim depuis le 18 septembre devant le pôle tertiaire du site automobile, pour dénoncer des agissements répétés de harcèlement moral. Leurs tentes campées face aux grilles du pôle tertiaire, sur le site automobile, les syndicalistes sont entrés lundi dans leur treizième jour de grève collective totale de la faim.
Ils dénoncent des conditions de travail dégradées, des agissements répétés de harcèlement moral, les intimidations, les sanctions arbitraires, les “mises au placard” et la discrimination syndicale à l’égard des salariés encartés à Sud, depuis environ trois ans.
social”.

Des charges de travail colossales” et une cadence infernale a été mise en place pour rattraper le retard de la production de la C3, qui a été basculée sur Poissy dans le cadre de la fermeture du site d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) prévue en 2014. La Cour d’appel de Versailles a condamné le 16 mai 2013 PSA Peugeot Citroën à verser 70.000 euros de dommages et intérêts à l’ancien secrétaire de Sud Auto à Poissy, victime de “discrimination syndicale” et de “harcèlement moral”. Cette décision venait confirmer un jugement du conseil de prud’hommes de Versailles de 2010.

syndicalistes sud psa

syndicalistes sud psa