Le sommet de l’OTAN qui s’ouvre aujourd’hui à Newport actera un nouveau traité qui reconnaitra pour la première fois les cyber-attaques comme des actes de guerres “requérant une action collective immédiate de la part des pays atlantistes” (article 5). Les armées de l’OTAN pourront donc intervenir militairement (à l’aide d’armes réelles) en représailles à une attaque informatique si celle-ci entraine des dommages économiques ou des morts. L’OTAN avait pourtant refusé en 2010 d’ajouter les cyber-attaques contre les réseaux électrique et les systèmes financiers.

Plus drôle toutefois : les armées membres de l’OTAN ont refusé de communiquer sur leurs forces cyber-militaires. Les bureaux d’études qui préparent la ratification du traité ont donc été forcées d’utiliser les documents qu’a fait fuiter Edward Snowden il y a un peu plus d’un an pour avoir une approximation des moyens américains et britanniques. Cette réforme intervient alors que l’Ukraine refait une demande d’adhésion à l’OTAN et que la Russie est accusée d’avoir fait plusieurs attaques informatiques contre les Etats-Unis. Ce sommet de l’OTAN aura lieu au Pays de Galle. Plusieurs attaques incendiaires ont eu lieu contre celui-ci en Grande-Bretagne (comme ici).

nato.jpg