Plusieurs manifestants auraient été tués et blessés après que la police de l’État ait ouvert le feu mercredi 21 mars dans plusieurs villes iraniennes. Les manifestations dans les villes de Dezful et Andimeshk, distantes de 10 km dans la province du Khuzestan, ont suivi l’installation d’un panneau affichant des images de mandataires du régime tués en Syrie et décrites comme des “protecteurs du sanctuaire”.

Les vidéos postées sur les médias sociaux semblent montrer des affrontements entre la population et la police de l’État et des membres des forces paramilitaires Basij des gardes de la révolution (IRGC), quelques heures seulement avant le début du nouvel an du calendrier iranien. Selon des informations locales, les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des manifestants tuant deux personnes. Lors des affrontements de mercredi, les habitants d’Andimeshk ont attaqué le siège du Croissant-Rouge, où les forces de l’Etat s’étaient rassemblées, mettant le feu à l’installation. Les manifestants ont également incendié un certain nombre de véhicules de l’État et de motos de la police.

Andimeshk mercredi

Andimeshk mercredi