Une cinquantaine de parents et amis du révolutionnaire libanais Georges Ibrahim Abdallah, en prison en France depuis trente ans, ont bloqué vendredi quelque heures l’entrée de l’ambassade de France à Beyrouth. Ils ont scandé “liberté pour Abdallah” et chacun avait une pancarte sur laquelle était écrit en français et en arabe “Je suis Georges Abdallah”, avec la photo du prisonnier.