Accueil > Dossiers > Belgique - Autres sujets > Sprimont : Plainte contre la milice patronale de Meister

3 mars 2012

Sprimont : Plainte contre la milice patronale de Meister

La maison mère de Meister affirme qu’elle a consulté un juriste belge pour savoir si un service d’ordre allemand pouvait effectivement intervenir de ce côté-ci de la frontière. Dans ces circonstances, pas de problème, lui aurait-on répondu. Pourtant, selon la loi Tobback, les sociétés de gardiennage doivent obtenir une autorisation pour opérer sur le territoire belge. Les sociétés, belges ou étrangères, qui ne disposent pas de cette autorisation tombent sous le coup de la loi sur les milices privées et sont passibles de poursuites judiciaires. Plainte a d’ailleurs été déposée.

Les miliciens engagés par le patronat de Meister ont déclaré travailler pour une modeste firme allemande installée entre Aix-la-Chapelle et Cologne, RSG pour Rescue and Security Guard. Selon la direction allemande de Meister qui a fait appel à elle, cette société a été embauchée très peu de temps avant l’opération de dimanche.

Par ailleurs, par l’intermédiaire de leur avocat, les patrons de la société allemande ont ’justifié’ l’intervention des 35 miliciens allemands dimanche. L’avocat de l’entreprise a indiqué que cette dernière était acculée par ses clients, à qui Meister aurait dû payer un dédommagement énorme. ’Depuis lundi, les expéditions de pièces produites étaient bloquées. Or, c’est éléments sont livrés, in fine, pour l’essentiel, à BMW et Volkswagen en Allemagne. Le groupe a des accords avec ces constructeurs : en cas de non-livraisons, il aurait dû leur payer une indemnité de 300.000 euros/heures, soit un peu plus de sept millions d’euros par jour’.

Voir le dossier: avec les tags: - - Nos sources
SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?