Le tribunal fédéral a confirmé la condamnation d’Andrea “Andi” Stauffacher, membre de l’organisation Revolutionärer Aufbau, du Secours Rouge de Suisse, et du secrétariat du Secours Rouge International. Andi avait été condamnée en novembre 2011 à dix-sept mois de prison ferme par le tribunal pénal de Bellinzona pour “dommages à la propriété et d’emploi d’explosifs avec dessein délictueux”. Il s’agissait d’usage de feux d’artifice pour des attaques ayant causé des dégats au consulat espagnol à Zurich (action faite en solidarité avec une grève de la faim des prisonniers révolutionnaires en Espagne) et contre un immeuble abritant des locaux de police.

Une trace partielle d’ADN retrouvée sur les lieux correspondrait à son profil ADN tel qu’il avait été établi en 2002, mais selon la loi, ce dernier profil n’aurait pas dû être conservé si longtemps. Le tribunal fédéral a donné raison aux avocats sur ce point: la preuve était illégale. Mais le tribunal déclare que si la police avait procédé légalement (en faisant un nouveau relevé ADN) le résultat aurait été le même… Le tribunal a confirmé également le verdict rendu par les juges de Bellinzona contre une autre activiste, reconnue coupable d’avoir mis le feu au véhicule d’un policier.

andi3.jpg