Accueil > Dossiers > Grèce > Histoire et textes de "Lutte Révolutionnaire"

Histoire et textes de "Lutte Révolutionnaire"

Histoire et textes de l’organisation "Lutte Révolutionnaire" et de ses prisonniers

Histoire de "Lutte Révolutionnaire"

- 5 septembre 2003 : Première apparition publique de l’organisation qui attaque avec deux charges explosives le tribunal de première instance à Athènes.

- 14 mars 2004 : tentative d’attaque à l’explosif contre la Citybank (la police désamorce la charge).

- 5 mai 2004 : attaque à l’explosif (trois bombes) contre un commissariat de police à Athènes.

- 29 octobre 2004 : attaque à l’explosif contre deux fourgons de la police anti-émeute qui allaient garder la prison de Korydallos.

- 2 mai 2005 : attaque à l’explosif contre le ministère du Travail.

- 3 juin 2005 : attaque à l’explosif contre le bâtiment du ministère du Travail.

- 12 décembre 2005 : attaque à l’explosif contre le ministère de l’Economie.

- 22 décembre 2005 : L’organisation fait publier son manifeste dans le magazine satirique To Pontiki. Lire ici ce document

- 30 mai 2006 : attaque à l’explosif contre Georgios Voulgarakis, ministre de la culture et ancien ministre de l’ordre public. Seul le domicile du ministre est touché.

- 12 janvier 2007 : attaque à la roquette RPG contre l’Ambassade américaine d’Athènes. Le gouvernement US offre un million de dollars pour un renseignement amenant à des arrestations. Les ministres grecs de l’Ordre public et de l’Économie offraient de leur côté 800.000 euros. Pour l’anecdote, la roquette a pénétré dans le bâtiment et a explosé dans les toilettes ; ce qui a inspiré de nombreux bombages à Athènes disant ’Nous les poursuivrons jusque dans les chiottes".

Action de Lutte Révolutionnaire contre l'ambassade US à Athènes

- 30 avril 2007 : attaque au pistolet-mitrailleur MP5 à la grenade du poste de police de Néa Ionia (banlieue nord d’Athènes).

- 24 octobre 2008 : tentative d’attaque à l’explosif contre Royal Dutch Shell à Athènes (la police désamorce la charge).

- 23 décembre 2008 : tirs de Kalachnikov contre un bus de la police devant l’École Polytechnique.

- 5 janvier 2009 : tirs de Kalachnikov contre un groupe de policiers anti-émeute gardant un ministère à Athènes, en représailles après la mort d’Alexis Grigoropoulos. Un policier est gravement blessé.

- 18 février 2009 : tentative attaque à la voiture piégée contre la Citibank à Kiffisia (Athènes), la charge (125 kg d’explosif) n’explose pas en raison d’un défaut du montage électrique.

- 9 mars 2009 : attaque à la voiture piégée contre la Citibank à Filothei (Athènes).

- 12 mai 2009 : attaque à l’explosif contre l’’Eurobank à Argyroupoli (Athènes).

- 2 septembre 2009 : attaque à la voiture piégée (150 kg d’explosifs) contre la Bourse d’Athènes.

- 10 mars 2010 : Lambros Foundas, 35 ans, militant de l’organisation, est tué par des policiers dans la banlieue de Dafni (Athènes) alors qu’il requisitionnait une voiture pour la prochaine opération. Durant ses années de lycée, Lambros était socialement actif. Il rejoint plus tard le groupe anarchiste Mavro Agathi (l’Épine Noire), qui publiait le journal Dromi Tis Orgis (les Rues de la Colère). Il était actif et participait aux manifs, rassemblements, conflits sociaux, marches, collages, discussions et aux événements sociaux. Pendant l’occupation de l’Université Polytechnique d’Athènes en 1995, pour l’anniversaire du soulèvement de 1973, Lambros était parmi les 504 qui furent arrêtés par les forces répressives qui envahirent les enceintes universitaires le matin du 18 novembre.

Lambros Foundas, militant de Lutte Révolutionnaire tué par la police grecque

- 9 avril 2010 : Opération policière contre l’organisation : six arrestations : Nikos Maziotis, 39 ans, Evanguélia "Polia" Roupa, 41 ans, ainsi que Costas Gournas, 30 ans, qui revendiquent leur appartenance à l’organisation et Christoforos Kortesis, Sarantos Nikitopoulos et Vaggelis Stathopoulos. Les policiers découvriront plusieurs bases du groupe à Athènes, qui contenaient notamment un pistolet mitrailleur MP5, deux Kalachnikov, cinq roquettes et un lanceur RPG-7, trois pistolets et trois grenades, des munitions, divers explosifs et mécanismes de mise à feu.

les inculpés de "Lutte Révolutionnaire" de haut en bas de gauche à droite : Constantinos "Costas" Gournas, Nikolaos "Nikos" Maziotis, Evanguélia "Polia" Roupa, Christoforos Kortesis, Sarantos Nikitopoulos et Evangelicos "Vangelis" Stathopoulos

- 6 avril 2011 : Après un an de détention préventive, Christoforos Kortesis, Sarantos Nikitopoulos et Vaggelis Stathopoulos, trois des six inculpés sont mis en liberté conditionnelle, en attendant leur procès.

- 1er octobre 2011 : Costas Katsenos se rend à la police.

- 11 octobre 2011 : Costas Gournas, Nikos Maziotis et Pola Roupa ont atteint le maximum légal de détention sans procès : ils sont mis en liberté surveillée.

- 24 octobre 2011 : Début du procès avec huit accusés (ceux qui revendiquent l’appartenance, Costas Gournas, Nikos Maziotis et Pola Roupa, Christoforos Kortesis ; et ceux qui récusent les accusations : Sarantos Nikitopoulos, Vaggelis Stathopoulos, Marie Beraha et Costas Katsenos). Katsenos est l’unique accusé à être encore détenu.

- 18 mars 2012 : 1000 personnes marchent à Athènes pour commémorer la mort de Lambros Foundas.

- 30 mars 2012 : Kostas Katsenos est libéré, c’était le dernier des inculpés en détention préventive.

- 15 juin 2012 : Alors qu’ils devaient pointer trois fois par mois dans un commissariat d’Exarchia, à Athènes, Nikos Maziotis et Panagiota "Pola" Roupa disparaissent sans laisser de traces. Ils comparaissaient libres à leur procès, tout comme les cinq autres inculpés, libérés après avoir atteint le maximum de temps de détention sans procès. Le Ministre de l’Intérieur grec ordonne une enquête.

- 3 avril 2013 : Le procès se termine par des sentences très lourdes : Nikos Maziotis (en cavale) 50 ans de prison ; Pola Roupa (égalemement en cavale) 50 ans et 6 mois ; Kosta Gournas (emprisonné à l’audience) : 50 ans et six mois. Ces condamnations sont une cumulation de condamnations, cela signifie en pratique (en raion d’un plafond légal) à un total de 25 années de prison pour chacun d’eux. Deux qutres anarchistes qui niaient être membre de l’organisation ont été condamnés, Stathopoulos à 7 ans et 6 mois et Kortessis à 7 ans. Trois autres, S. Nikitopoulos, K. Katsenos, et Mari Beraha (la femme de Kostas) ont été acquités. Les avocats ont demandé une suspension de l’exécution du verdict jusqu’au procès d’appel, mais cela a été refusé.

- 5 juillet 2013 : Christoforos Kortesis est placé en libération conditionnelle contre une caution de 2000 euros, l’obligation de se présenter deux fois par mois à son poste de police le plus proche, et l’interdiction de sortir du pays.

- 15 juillet 2013 : Vaggelis Stathopoulos est également placé en libération conditionnelle aux mêmes conditions : le paiement d’une caution de 2000 euros, l’obligation de se présenter deux fois par mois à son poste de police le plus proche, et l’interdiction de sortir du pays.

- 8-9 mars 2014. Le commissariat de Nea Chalkidona (banlieue d’Athènes) est incendié pendant la nuit en mémoire de Lambros Foundas, la veille de l’anniversaire de sa mort.

- 10 avril 2014. Lutte Révolutionnaire fait exploser une voiture piégée de 76 kg d’explosifs devant le siège de la banque Nationale de Grèce. Dégâts immenses, aucun blessé.

- 12 mai 2014. La police déclare que Lutte Révolutionnaire est responsable d’une demi-douzaine d’attaques de banques les mois précédents.

- 7 juillet 2014. La loi qui prévoie la détention à l’isolement et des restrictions de libération conditionnelle pour les prisonniers révolutionnaires est votée.

- 16 juillet 2014. Nikos Maziotis a été arrêté vers midi à Athènes, suite à une fusillade avec la police. Nikos aurait tiré huit balles contre les policiers (en touchant un au gilet pare-balle) et il est blessé d’une balle dans le bras. Deux touristes sont légèrement blessés dans la fusillade. Il est transféré dans un hôpital où des commandos antiterroristes entourent en permanence le lit où il est enchaîné.

- 16 juillet 2014. Rassemblement spontané de solidarité devant l’hôpital où est détenu Nikos. La police découvre une base de Lutte révolutionnaire avec des armes et des documents.

- 17 juillet 2014. Opération "Théséus". La police grecque mène des opérations de recherche et perquisitions ont eu lieu dans les quartiers de Exarchia, Halandri, Kolonons, Voula et Pangrati.

- 19 juillet 2014. Nouveau rassemblement de solidarité devant l’hôpital où est détenu Nikos. L’après-midi même Nikos est transféré à la prison de Korydallos (Athènes).

- 20 juillet-10 août. Diverses actions de solidarité avec Nikos : incendie de véhicule d’une compagnie de sécurité à Salonique, cocktails Molotov contre la MAT et le PASOK à Athènes, affichages et accrochage de banderoles dans plusieurs ville de Grèce mais aussi au Chili, en Suisse, en Espagne.

- 28 juillet 2014. Nikos Maziotis est transféré et détenu à l’isolement à la prison de Thessalonique

- 8 août 2014. Pola Roupa écrit une lettre de la clandestinité.

- 12 août 2014. La police accuse Giorgos Petrakakos d’être un membre actif de Lutte Révolutionnaire et perquisitionne en vain son appartement. Giorgos Petrakakos est recherché.

Textes de l’organisation "Lutte Révolutionnaire"

Communiqué de Lutte Révolutionnaire

Textes des prisonniers de "Lutte Révolutionnaire"

Textes des prisonniers de l'organisation Lutte Révolutionnaire

APPEL INTERNATIONAL A LA SOLIDARITE - INTERNATIONAL CALL FOR SOLIDARITY

- Texte en anglais au format pdf :


- Texte en français au format pdf :


- Texte en espagnol au format pdf :


- Texte en allemand au format pdf :


- Texte en italien au format pdf :


- Texte en grec au format pdf :

QUE LA GRECE SOIT LE POINT DE DEPART D’UNE REVOLUTION SOCIALE A TRAVERS LE MONDE - LET GREEC BE THE STARTING POINT OF A WORLDWIDE SOCIAL REVOLUTION

- Texte en anglais au format pdf :


- Texte en italien au format pdf :

COURRIER DE PRISONNIERS - MAIL FROM THE PRISONERS

- Texte en français au format pdf :


- Texte en grec au format pdf :

LETTRE POLITIQUE A LA SOCIETE - A POLITICAL LETTER TO SOCIETY

- Texte en français au format pdf :


- Texte en anglais au format pdf :


- Texte en allemand au format pdf :


- Texte en espagnol au format pdf :


- Texte en grec au format pdf :


- Texte en italien au format pdf :

REPONSE A LA QUESTION ’ACCEPTEZ-VOUS OU NIEZ-VOUS LES ACCUSATIONS ?’ - RESPONDING TO THE QUESTION ’DO YOU ACCEPT OR DENY THE CHARGES’

- Texte en anglais au format pdf :

DECLARATION DE TROIS PRISONNIERS SUR LEUR REFUS D’ASSISTER A UNE AUDIENCE - STATEMENT OF THREE PRISONERS ABOUT THEIR REFUSAL TO APPEAR IN COURT

- Texte en français au format pdf :


- Texte en grec au format pdf :

DECLARATION QUANT AUX ATTAQUES CONTRE LES AMBASSADES A ROME - STATEMENT REGARDING THE ATTACKS AGAINST THE AMBASSIES IN ROME

- Texte en anglais au format pdf :


- Texte en espagnol au format pdf :


- Texte en français au format pdf :


- Texte en italien au format pdf :

DECLARATIONS A L’AUDIENCE DU 24 OCTOBRE 2011

- Déclaration de Nikos Maziotis, en français, format pdf :


- Déclaration de Costas Gournas, en français, format pdf :


- Déclaration de Pola Roupa, en français, format pdf :

de gauche à droite : Nikos, Costas et Pola

Tags de cet article: - - - Nos sources
SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?