Depuis février dernier, une grève de la faim a cours à Guantanamo. Ce sont aujourd’hui plus de 100 prisonniers qui refusent de s’alimenter, parmi lesquels 45 sont nourris de force, au mépris de toutes les conventions internationales et des lois états-uniennes elles-mêmes. La pression monte aux États-Unis pour exiger que cesse cette pratique extrêmement douloureuse, assimilée à une torture, comme l’illustre la spectaculaire initiative du rappeur Mos Def (cf. vidéo) qui a rendu publique une vidéo dans laquelle il l’expérimente. L’administration US, qui apparaît comme étant de plus en plus incapable de faire face aux développements de cette grève de la faim, a décidé de faire appel à des spécialistes israéliens.

Des représentants de l’Association Médicale Israélienne ont été invités aux États-Unis pour présenter leur méthodes de traitement des grévistes de la faim. Israël a réussi à maintenir en vie des grévistes de la faim de longue durée sans recourir à la nutrition forcée. Il ne s’agit “évidement” en aucun cas de trouver une solution pour satisfaire les revendications des prisonniers, la fermeture de Guantanamo et la libération des prisonniers détenus arbitrairement depuis parfois 11 ans, mais bel et bien d’aider l’administration US à ne pas répondre à ces revendications tout en maintenant les prisonniers en vie et en sauvant les apparences «éthiques».