Présentation    Publications    Dossiers    Albums    Liens

Voir aussi:

Logo de la RAF

Histoire de la Rote Armee Fraktion et de la lutte de ses prisonniers

Affiche de la soirée

Soirée d'info organisée par le Secours Rouge International, avec intervention d'Inge Viet, ancienne militante de la RAF.

Informations sur la répression et la résistance en Allemagne


10 juillet 2009

Vers d'expulsion de 8.000 réfugiés politiques vers la Turquie

Tibor Varadi, chef de délégation adjoint de la Commission européenne en Turquie a affirmé que 'malgré les réformes législatives, en Turquie, la torture est toujours présente et ce, parce que les responsables de ces actes ne sont jamais condamnés'. Zafer Üskül, président de la commission des droits de l’homme au parlement turc déclarait: 'notre plus gros problème en Turquie, c’est que les tortionnaires ne sont jamais condamnés'. Ces 8 dernières années, 290 personnes sont mortes en garde a vue. Ces 10 derniers mois, 29 personnes sont mortes en garde a vue. Ces deux dernières années, 55 personnes ont été exécutées en pleine rue pour avoir enfreint les sommations des forces de l’ordre. Les années 2006 et 2007, 10.886 policiers et gendarmes ont fait l’objet d’une instruction pour tortures et mauvais traitements, mais aucun d’entre eux n’a été condamné.

Malgré ces affirmations cinglantes, l’Allemagne persiste à cacher la nature du régime d’Ankara. Pour préserver ces accords politiques et économiques et pouvoir générer d’autres accords, l’Etat allemand souhaite donc renvoyer les réfugiés qui poursuivent leur activité de dissidence à l’étranger et en particulier, ceux qui se battent pour l’indépendance de leurs peuples, la démocratie et le socialisme. Certains tribunaux allemands ont donc constaté 'qu’en Turquie il n’y avait plus de torture', et donc 'que les réfugiés pouvait retourner dans leurs pays'. De ce fait, les autorités allemandes ont envoyé à 8.000 réfugiés politiques de Turquie un courrier les enjoignant à rentrer chez eux.


8 juillet 2009

Stuttgart-Stammheim: Compte-rendu de notre délégation au procès contre le DHKP-C

Ce mardi 7 juillet, une délégation de sept personnes de notre Secours Rouge/APAPC s’est rendue à Stammheim/Stuttgart afin de prendre part à un rassemblement dans le cadre du procès contre cinq militants révolutionnaires membres du DHKP-C (cf notre article posté le 4 juillet dernier). Ils ont eu l’occasion d’assister à la journée de débats au tribunal.

La matinée était consacrée à l’interrogatoire d’un commissaire de police (témoin à charge), tandis que l’après-midi, les avocats des accusés ont longuement commenté et contesté certaines pièces versées au dossier. Cette dernière a également été marquée par une action de nos amis du Secours Rouge en Allemagne. Ceux-ci se sont levés durant l’audience pour enlever leurs pulls et dévoiler un slogan floqué sur leurs T-shirts ‘non au § 129’, l'article de loi allemand au nom duquel les cinq personnes sont inculpées. Cette manifestation d’opinion a entraîné une évacuation manu militari de l'assistance et des accusés hors de la salle ainsi qu’une suspension de l’audience durant plus de 30 minutes. La journée au tribunal s’est achevée par une remise en question de l’impartialité du juge par un des avocats. En attendant l’examen de la situation, et l’éventuel remplacement du président du tribunal, aucune date n’a été fixée pour la prochaine audience.

Notre délégation a profité de sa présence à Stuttgart pour aller, en compagnie de quelques militants allemands, fleurir la tombe d’Andreas Baader, Gudrun Ensslin et Jan-Carl Raspe, les membres de la RAF (Rote Armee Fraktion) qui ils avaient été condamnés à l’emprisonnement à perpétuité en 1977 et assassinés dans cette même prison où sont actuellement retenus et jugés les 5 militants du DHKP-C. (cf. notre dossier Stammheim 77). Le Secours Rouge/APAPC tient à remercier les membres des Secours Rouge d'Allemagne pour leur accueil chaleureux ainsi que pour la traduction qu’ils ont pu faire des interventions et autres prises de parole du juge et des avocats.

Le SR/APAPC et le SR allemand devant Stammheim

7 juillet 2009

Berlin: Deux militants autonomes convoqués dans le cadre de l'affaire de Tarnac

Deux militants autonomes berlinois ont été convoqués à Berlin pour témoigner dans l’affaire de Tarnac. Ils ont recu une convocation mi-juin. Il y a un appel à rassemblement le 16 juillet devant l’ambassade de France à Berlin à 11 heures. Puis ensuite, ils iront au tribunal ensemble où ils souhaitent ne pas témoigner.


6 juillet 2009

Hambourg: Affrontements ce week-end avec la police

La nuit de samedi à dimanche à Hambourg a été marquée par des affrontements suite à une traditionnelle fête du quartier de Schanze relevant de la culture des autonomes d’Allemagne. A la tombée de la nuit, la police a attaqué la fête; un millier d’autonomes se sont confrontés à 1.800 policiers. 'Cette année, le potentiel d'aggressivité était plus élevé', certains manifestants faisant usage de cocktails Molotovs et édifiant des barricades, a précisé le porte-parole de la police. Plusieurs poubelles et une voiture de police ont été incendiés. Les forces de l'ordre ont employé des canons à eau et des matraques pour repousser les manifestants. 27 policiers ont été blessés (trois hospitalisés), plus de 80 personnes arrêtées pour 'incendie volontaire, jet de pierres et de bouteilles sur des policiers, dommages volontaires et rébellion'.

De tels affrontements éclatent de façon traditionnelle à l'issue de la fête annuelle du quartier de Schanze à Hambourg. Plusieurs sites internet d'organisations comme les Red Skins, les Skinheads Anti-Fascistes, ou les Autonomes de gauche avaient appelé à participer au rassemblement. Hambourg est un des bastions du mouvement autonome. Le 1er Mai y est l'occasion d'affrontements (23 arrestations cette année) et il s'y pratique de manière ininterrompue une 'guérilla diffuse'. Dans cette ville, ce jeudi 2 juillet, 9 voitures de luxe et de sociétés ont été incendiées quasi simultanément en six endroits. Il y a eu officiellement 701 actions de ce type en RFA en 2008.

Affrontements à Hambourg Affrontements à Hambourg Affrontements à Hambourg

5 juillet 2009

France: Non à l'extradition de Sonja Suder et Christian Gauger

En 2001-2002 a eu lieu à Berlin le procès de cinq personnes, Matthias Borgmann, Sabine Eckle, Harald Glöde, Axel Haug et Rudolf Schindler, accusées d'appartenance aux RZ (Revolutionäre Zellen, Cellules Révolutionnaires), une organisation armée qui a réalisé des dizaines d'actions anti-impérialistes, anti-militaristes et, anti-capitalistes entre 1986 et 1995. Le 16 janvier 2000, Sonja Suder et Christian Gauger, deux autres présumés membres des RZ qui avaient disparu d'Allemagne depuis 1978, étaient arrêtés à Paris suite à un mandat d'arrêt émanant du BKA. Cependant, ils ont tout d'abord été libérés sous caution puis l'extradition a été refusée par l'état français, pour cause de prescription de sa part pour ce qui est de l'appartenance au RZ et de manque de preuves pour leur éventuelle participation à des actions remontant au milieu des années '70 (le dossier du BKA reposant sur la seule parole d'un repenti).

Le 25 février 2009, la Chambre d’Instruction du Tribunal de Paris a prononcé un avis favorable à l’extradition de Sonja Suder et Christian Gauger afin d’y être jugés pour ces faits remontant à plus de 35 ans. Ces deux sentences contradictoires s'expliquent par le changement de politique de l'Etat français. Ce changement s'est d'abord manifesté aux dépens des réfugiés basques et italiens. Le tournant répressif de l’Etat français s’inscrit dans celui de l’UE. Alors que précédemment, dans le cas d’une demande d’extradition de militants politiques, on appliquait le droit du pays d’accueil, les nouvelles conventions passées après 2004 entre les Etats de l’UE prévoient l’application rétroactive du droit du pays requérant. Dans le cas de Sonja Suder et Christian Gauger, la France a prescrit depuis longtemps l’objet de leurs poursuites, tandis que l’Allemagne prévoit une prescription allant de 20 à 40 ans, voir aucune prescription. On ferme ainsi toute issue, à l’intérieur de l'UE, à ceux qui tentent de se soustraire à la répression dans leur pays d’origine.

La bataille contre l’extradition de Sonja Suder et Christian Gauger fait partie de la résistance à l'escalade répressive en France et dans toute l’Europe.

Logo des RZ

Site sur le procès contre les RZ (en allemand)

Site français soutenant (notamment) Sonja Suder et Christian Gauger


4 juillet 2009

Stammheim-Stuttgart: Un autre procès contre le DHKP-C

Un procès important est en train de s'achever à Stammheim-Stuttgart. Mustafa Atalay, Ahmet Düzgün Yüksel, Ilhan Demirtas, Devrim Güler et Hasan Subasi, cinq militants révolutionnaires sont accusés 'd'appartenance à une organisation illégale étrangère' selon le paragraphe 129b, à savoir le DHKP-C (Parti-Front Révolutionnaire du Peuple de Turquie). Le témoin de l'accusation est Hüseyin Hiram, un ex-agent double des services secrets turque et allemand, qui selon les psychologues souffre de schizophrénie et a des hallucinations...

Le cas de Mustafa Atalay est particulièrement dramatique. Il avait été arrêté en Turquie en 1980, pour ses activités politiques en tant que journaliste révolutionnaire et démocrate, et a passé 20 années de sa vie en prison où il a été torturé. Par la suite, il a demandé l’asile politique en Allemagne et l’a obtenu. Mustafa Atalay, qui a 50 ans, a été opéré du coeur à Berlin où on lui a posé un by-pass. Le 15 novembre 2006, il a été arrêté et enfermé dans la prison de Hanovre sur ordre de l’avocat général (procureur en Allemagne) et ce, alors qu’il se trouvait en revalidation à la Clinique de Bad Bevensen. Depuis lors, il se trouve 23 heures par jour en cellule d’isolement et son état de santé se détériore de jour en jour. Aujourd’hui, 7 mois seulement après son opération de by-pass, la clinique universitaire de Hanovre a constaté que ses artères sont à nouveau bouchées en prison. Son incarcération ne fait qu’entraîner des complications. Même le médecin de la prison refuse d’endosser la responsabilité de son traitement.

Répondant à l'appel du Secours Rouge International, notre Secours Rouge/APAPC enverra une délégation à la manifestation du 7 juillet (9h) devant le palais de justice de Stuttgart-Stammheim, 49 Asperger Strasse.

Mustafa Atalay

21 juin 2009

Filtrage policier d'Internet

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le parlemant allemand a voté une loi rendant possible les coupures et blocages d'accès aux sites jugés répréhensibles. Le projet de loi, défendu par la ministre de la famille allemande a été adopté au Bundestag par 389 voix contre 128 (18 abstentions), malgré une forte opposition relayée en ligne par une pétition qui a déjà rassemblé près de 135.000 signatures ou au travers de nombreuses manisfestations qui se sont déroulées ces derniers jours. Les sociaux-démocrates (SPD) et les conservateurs (CDU/CSU), qui composent la coalition au pouvoir, ont approuvé le projet.

Première mesure officialisée, le blocage d'accès aux sites Internet de pornographie infantile, qui devient de fait obligatoire pour l'ensemble des fournisseurs d'accès à Internet (FAI) en Allemagne. Ces derniers s'exécutaient déjà volontairement au travers d'accords passés en avril avec le gouvernement. Une liste noire officielle de sites à bloquer sera donc communiquée quotidiennement aux FAI par le bureau fédéral de la police criminelle (BKA). Tout internaute qui tentera de consulter l'un des sites listés – y compris les pages hébergées à l'étranger – n'obtiendra qu'une page d'erreur et de mise en garde, sans toutefois que son adresse IP ne soit communiquée ou enregistrée. En revanche, le contournement de ces blocages pourra entraîner des poursuites.

La question est naturellement: combien de temps faudra-t-il pour que le champ d'application de cette loi ne s'étende de la lutte contre la pédo-pornographie à la répression de 'l'apologie du terrorisme'...


6 février 2009

Procès contre trois responsables de la Fédération Anatolienne

Nurhan Erdem, Cengiz Oban et Ahmet Istanbullu sont des fondateurs, administrateurs ou membres de la Fédération Anatolienne. La Fédération Anatolienne regroupe une série d'associations culturelles de l'émigration turque en Allemagne; elle est basée dans diverses villes et édite un journal Anadolu Federasyonu. Outre l'activité culturelle, la Fédération développait une activité politique autour de quelques grands axes:

- Luttes sociales: la Fédération a soutenu toutes les luttes contre la loi Hartz IV, une réforme du marché du travail prônant la chasse aux chômeurs. Elle a oeuvré à faire connaître les lois Hartz IV et les lois sur l'immigration II parmi les communautés originaires de Turquie et à les sensibiliser par des manifestations, des débats et des conférences de presse.

- Antifascisme: La Fédération lutte contre des Néo-Nazis qui ont incendié les maisons et brûlé vifs des centaines d'étrangers dont de nombreux immigrés de Turquie.

- Dénonciation du régime turc qui a assassiné, ces trente dernières années, des dizaines de milliers de ses citoyens, forcé des millions de personnes à l'exil et pratiqué la torture de manière systématique. Plus de la moitié des dossiers traités par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) concerne des faits commis par le régime turc. Pour rappel, en Turquie:

Ces 8 dernières années, 290 personnes sont mortes en garde à vue.

Ces 10 derniers mois, 29 personnes sont mortes en garde à vue.

Ces deux dernières années, 55 personnes ont été exécutées en pleine rue pour avoir enfreint les sommations des forces de l'ordre.

Les années 2006 et 2007, 10.886 policiers et gendarmes ont fait l'objet d'une instruction pour tortures et mauvais traitements. 4.662 d'entre eux ont été inculpés. Mais aucun d'entre eux n'a été écroué.

Nurhan Erdem, Cengiz Oban et, Ahmet Istanbullu ont été mis sous enquête en vertu du §129 (soutien à association terroriste) en 2005 par le Parquet de Karlsruhe qui a mené une instruction en glanant des dossiers judiciaires dans divers pays européens. Ces trois dernières années d'enquête stériles n'ont pas empêché le procureur de faire arrêter Nurhan, Cengiz et Ahmet, le 5 novembre, lors d'une opération policière menée simultanément dans trois associations et de nombreux domiciles. Leur arrestation fait manifestement suite à des pressions exercées par le gouvernement turc. Ils ont tous trois été immédiatement confinés dans des cellules d'isolement. Sur ordonnance du Parquet de Karlsruhe, ils sont depuis privés du droit de visite. Même leurs parents les plus proches ne peuvent les rencontrer.

Si leur lutte contre le terrorisme fasciste de l'Etat turc leur vaut d'être poursuivis au moyen de l'article de §129b, leur engagement contre les lois antisociales allemandes et la terreur des bandes nazies les a exposé à la §129a. Au total, le procureur requiert plusieurs dizaines d'années de prison à leur encontre. Vu les motifs qu'il invoque, le procureur se lance sans équivoque dans un procès non pas 'anti-terroriste' mais politique. Dans les procès basés sur le §129, on ne tient même plus compte des critères universels comme la responsabilité personnelle dans le délit ou l'espace et le temps de la commission du délit. L'accusation portée contre les membres de la Fédération Anatolienne dit en substance: 'Les inculpés peuvent personnellement n'avoir commis aucun délit ni dans notre pays ni nulle part ailleurs dans le monde. Mais les inculpés s'opposent au régime en Turquie et soutiennent la lutte révolutionnaire contre ce régime. Par conséquent, nous pouvons les juger pour tout acte délictueux perpétré contre ce régime-là...

Ce procès n'est pas un cas unique en Allemagne. Actuellement, cinq progressistes de Turquie sont poursuivis dans le cadre du procès dit 'Stammheim'. Un autre procès semblable démarrera le 15 janvier prochain à Düsseldorf. De la même manière, en décembre dernier, une journaliste allemande dénommée Heike Schrader a été condamnée à un an et dix mois de prison pour avoir simplement traduit des rapports concernant les violations des droits de l'homme en Turquie. Pendant leurs deux années de détention préventive, les inculpés des procès Stammheim et Düsseldorf ont été victimes d'un régime carcéral inhumain.

Procès Stammheim

Au procès de Stammheim contre le DHKP-C


20 janvier 2009

Le ministère de la justice approuve un nouveau projet de loi anti-terroriste

En Allemagne, le ministère de la justice vient d'approuver un projet de loi 'anti-terroriste'. Ce projet prévoit des peines de prison de trois mois jusqu'à dix ans qui seront appliquées pour:

  • - avoir l'intention de participer ou à préparer un camp d'entrainement terroriste;
  • - faire l'apologie du 'terrorisme';
  • - faire circuler l'information sur la fabrication des explosifs etc.

C'est une transposition à l'échelle allemande de la direction-cadre européenne portant sur les mêmes sujets.


18 janvier 2009

Berlin: 90e anniversaire des assassinats de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg

Délégation SR devant le mémorial Liebknecht-Luxemburg

La délégation de notre SR/APAPC devant le mémorial Liebknecht-Luxemburg à Berlin

Voir les photos de tout le cortège (50.000 personnes!)


19 décembre 2008

Christian Klar est libre!

Christan Klar, 56 ans, militant de la Fraction Armée Rouge, a été libéré de la prison de Bruchsal après 26 ans de détention. Christian Klar, qui n'a jamais renié ses convictions révolutionnaires, aurait du être libéré le 3 janvier, ayant purgé la partie incompressible de sa peine. Il a été relâché avec deux semaines d'avance officiellement en raison de travaux qu'il a réalisés en prison. Il devra passer cinq années de liberté conditionnelle.

Voir la brève vidéo d'Euronews


16 décembre 2008

Nombreuses manifestations de soutien aux inculpés du procès contre le Militante Gruppe

Le 13 décembre était en Allemagne une journée de solidarité avec Axel, Oliver et Florian, les inculpés du procès contre le Militante Gruppe. Ils sont accusés d'avoir incendié des camions de l'armée allemande. A Berlin, 1.500 manifestants ont défilé dans le fief autonome de Kreuzberg:

Manifestation à Berlin

A Hambourg, 300 manifestants communistes et anarchistes ont formé un bloc anti-répression:

Manifestation à Hambourg

D'autres manifestations et actions ont eu lieu à Magdebourg, Brême, Francfort, Göttingen et Lüneburg. Quelques initiatives internationalistes ont également eu lieu, en Suisse, en Autriche (ci-dessous, la manifestation de Vienne) et en... Nouvelle-Zélande:

Manifestation à Vienne

Voir la liste des initiatives (en allemand)


13 décembre 2008

Bruxelles: Bombages solidaires

Reçu sur le mail du SR:

'Ce matin du 13 nous avons bombé à Bruxelles des bâtiments en solidarité avec les inculpés du procès contre le Militante Gruppe de Berlin, avec Mauricio Hernandez Norambuena, révolutionnaire chilien détenu depuis 5 ans au Brésil à l'isolement total, avec les insurgés de Grèce et avec toutes les victimes de la répression bourgeoise-impérialiste.'

Vive la lutte de classe - Vive la solidarité de classe

Bombage à Bruxelles

Le siège de Bayer


24 novembre 2008

Libération prochaine pour Christian Klar!

Christian Klar (56 ans) sera libéré le 3 janvier après 26 années de détention, à l'expiration de la période de sûreté assortie à sa peine. Christian avait été arrêté en 1982 et condamné en 1985 à la réclusion à perpétuité pour plusieurs actions revendiquées par la Fraction Armée Rouge (RAF), et notamment pour l'enlèvement du patron des patrons allemands, l'ancien dirigeant SS Hanns-Martin Schleyer. Christian Klar ne s'est jamais repenti. Un tribunal avait ordonné en 1997 qu'il reste derrière les barreaux au moins 26 ans pour 'circonstances aggravantes'. Christian aura purgé cette période de sûreté à la prison de Bruchsal le 3 janvier 2009, et une cour de Stuttgart (sud-ouest) a décidé de sa remise en liberté conditionnelle à cette date (avec un délai de mise à l'épreuve de 5 ans).

Après la libération de Christian, il n'y aura plus qu'un membre de la RAF encore emprisonné en Allemagne: Birgit Hogefeld. Birgit a été condamnée à perpétuité en 1996 pour l'exécution d'un soldat américain et un attentat à la bombe réalisé en 1985 sur une base de l'US Air Force à Francfort. Dix ans après l'auto-dissolution de la RAF, quatre anciens membres de l'organisation (Friederike Krabbe, Daniela Klette, Ernst-Volker Staub et Burkhard Garweg) sont toujours recherchés par la police.

Manif pour Christian Klar

'Liberté pour Christian Klar' (Berlin, Premier mai 2007)

Christian Klar

Christian Klar


11 novembre 2008

Nouvelle opération contre le DHKP-C

La police allemande a (pour la énième fois) procédé à des perquistions dans des associations classées par la 'Verfassungsschutz' (Organisation de protection de la Constitution) comme proches du DHKP-C. Les trois associations visées sont la Maison culturelle anatolienne de Cologne, le Centre culturel anatolien de Dortmund, et le Centre culturel et éducatif anatolien de Duisburg. Selon un bilan provisoire, trois personnes ont été arrêtées.


9 novembre 2008

Vers une journée internationale de solidarité avec les inculpés du procès contre le Militante Gruppe à Berlin

Le Secours Rouge International s'associe à l'appel des forces solidaires avec les inculpés du procès contre le Militante Gruppe pour faire du 13 décembre une journée internationale de soutien à ces inculpés.

Axel, Oliver et Florian sont accusés d'avoir essayé d'incendier des véhicules de l'armée allemande. Ils avaient été arrêtés le 31 juillet 2007 et étaient sous garde à vue depuis à peu près quatre mois. Le même jour, Andrej avait aussi été arrêté et de plus, les appartements et bureaux de trois autres personnes fouillés par la police fédérale. Ces sept personnes étaient inculpées d'être membres d'une organisation terroriste selon le paragraphe 129a de la loi allemande, le Militante Gruppe (MG). Cette organisation relève de la scène autonome berlinoise. Cette aire apparait à travers des manifestations de masse (ainsi le traditionnel 1er Mai de Kreutzberg) mais aussi par les actions d'une demi-douzaine de groupes clandestins, dont le plus actif était le MG. Ce 'groupe militant' (le vocable 'militant' a un sens plus fort en allemand qu'en français, une 'action militante' a une dimension illégale et violente), éditait une petite revue clandestine, mais sa principale forme d'action était l'incendie d'immeuble ou de véhicules. Ont ainsi été visées:

- des entreprises capitalistes comme Daimler-Chrysler à Berlin-Mariefeld (juin 2001) et en Brandebourg (avril 2002), ALBA à Berlin-Reinickendorf (octobre 2003), Deutsche Telekom à Berlin-Wedding (mai 2004), Lidl à Berlin-Schoneberg (janvier 2005), FIAT à Berlin-Spandau (en solidarité avec les prisonniers des Brigades Rouges PCC), etc.

- des organismes du contrôle social comme l'Office social de Berlin-Reinickendorf (février 2002), l'Office du Travail de Berlin-Nord (mars 2004), l'Office social de Berlin-Pankow (mars 2004), l'Office social de Berlin-Temperlhoff (septembre 2004), l'Office social de Berlin-Schoneberg (septembre 2004), l'Office des étrangers (AzylbLG) à Berlin-Reinickendorf (septembre 2004), le Ministère du Travail et des affaires sociales (avril 2005), l'Agence pour l'emploi de Berlin-Potsdam (avril 2005), etc.

- d'autres institutions de l'Etat comme l'Office des finances de Berlin-Neukolln (décembre 2002), l'Institut Allemand pour la Recherche Economique, le DIW à Berlin-Stoklitrz (incendié une fois en décembre 2003 et une seconde fois en novembre 2005), le parlement du Land de Brandebourg (avril 2005), etc.

- des organismes patronaux comme l'Association des investisseur turcs (mars 2006) et la Chambre de commerce italienne (mars 2007, en solidarité avec les prisonniers du Parti Communiste Politico-militaire), etc.

- la justice, la police et l'armée comme la Haute Cour et le parquet du Land de Saxe-Anhalt à Naumburg/S. (septembre 2003) ainsi que plusieurs véhicules de la police et de l'armée (en 2003, 2005 et 2006), etc.

Le 22 août 2007, Andrej fut relâché en premier. A la fin du mois de novembre 2007, Florian, Axel et Oliver furent aussi libérés sous caution. En liaison avec cette libération, la cour suprême avait décidé que le MG n'était pas une organisation terroriste selon §129a. Des actes terroristes ne seraient que ceux qui 'par la façon d'être commis ou par les effets nuiraient de facon considérable à un état ou une organisation internationale.' Aussi, en juillet 2008, Axel, Oliver et Florian furent accusés selon §129 de participation à une 'organisation criminelle'.

Voici les dates des prochaines audiences: 12 et 13 novembre, 10, 11, 17 et 18 décembre 2008 et 7 janvier 2009. Les audiences commencent chaque fois à 9 heures, à la salle 700 du Gerichtsgebäude à Berlin-Moabit, Turmstraße 91.

Notre Secours Rouge/APAPC essaiera d'organiser une délégation pour assurer une présence solidaire à une de ces audiences

Affiche de soutien au MG

Site de soutien aux inculpés du MG (en allemand, avec une page en français non actualisée)


30 octobre 2008

Quatrième et dernière vidéoconférence entre Bruxelles et l'Allemagne sur l'affaire du 5 juin

C'est ce jeudi 30 octobre qu'a eu lieu la dernière de la série de quatre vidéoconférences organisées par le Secours Rouge International et le Netzwerk Freiheit für alle politischen Gefangenen (lire le texte annonçant les conférences). Les premières conférences ont eu lieu à Hambourg, Magdebourg et Berlin. L'assistance a pu poser des questions à un des inculpés du Secours Rouge, à Bruxelles, à propos de l'affaire du 5 juin, et aux inculpés du procès contre le Militante Gruppe de Berlin. Ce soir, la vidéoconférence avait lieu à Stuttgart.

Flyer de la vidéoconférence