Craignant que la guérilla maoïste du PCP lance des attaques ce dimanche à l’occasion des élections générales au Pérou, les forces armées péruviennes ont déployé 7.960 soldats, dont 3.100 pour la seule zone de la vallée des rivières Apurímac, Ene et Mantaro (Vraem) où la guérilla est solidement implantée. Le PCP pourrait être tenté de faire une démonstration de force le jour du scrutin, comme il l’avait fait la veille des élections présidentielles d’avril 2016, surtout après la mort récente d’un de ses dirigeants, Jorge Quispe Palomino (voir notre article).

Rodrigo Curaqueo avait 19 ans et est décédé dans une cellule du poste de police de Quinta de Caleta Olivia, situé dans le quartier Rotary 23 de la ville de Gorosito à Santa Cruz. Des groupes d’amis de la victime, en guise de protestation, ont jeté des pierres et des cocktails Molotov sur le commissariat bondé de policiers en tenue anti-émeute. Des coups de feu ont aussi été tiré contre le commissariat (voir la vidéo).

 

Dossier(s): Amérique Latine Tags:

Une marche contre les féminicides, demandant justice pour le meurtre de Victoria Salazar, la femme migrante du Salvador, décédée après avoir été détenue par la police de Tulum, s’est soldée par de durs affrontements à Mexico. La manifestation est partie du monument de la Révolution encadrée de 720 policières. Au cours des affrontements, une trentaine de policières ont été blessées.

Deux soldats vénézuéliens ont été tués et neufs ont été blessé par une mine terrestre lors d’opérations contre des combattant·es des FARC le long de la frontière colombienne. Au cours des opérations, les troupes ont démantelé neuf camps tandis que neuf combattants présumés sont morts et 31 ont été faits prisonniers. Les réfugiés fuyant la zone la semaine dernière ont déclaré que l’armée vénézuélienne avait incendié des maisons et tué des civils. Ces opérations entrent dans le cadre des opérations de l’armée vénézuélienne contre les FARC-EP (voir notre article).

Combattants des FARC (archive)

Combattants des FARC (archive)

Selon l’annonce faite aujourd’hui par les autorités péruviennes, Jorge Quispe Palomino, “camarade Raul”, un des deux principaux dirigeants du la guérilla maoïste du Pérou, serait mort le 27 janvier. Son décès serait dû aux suites d’une maladie rénale chronique aggravée par les blessures infligées lors de l’attaque de son campement, par un hélicoptère de l’armée, le 29 octobre dernier. Jorge Quispe Palomino, pour la capture duquel les autorités avaient promis une récompense de 2 millions de sols (470 000 euros), faisait partie de la direction du comité central du Parti Communiste Militarisé du Pérou, autrefois surnommé “Sentier Lumineux”. Le PCP n’a ni confirmé ni infirmé la nouvelle.

Jorge Quispe Palomino, le “camarade Raul”

Le président de l’état colombien Iván Duque a annoncé, alors qu’il se trouvait, au milieu de l’Assemblée générale des affiliés du Conseil des entreprises américaines (CEA), qu’il extraderait José Gabriel Álvarez vers les États-Unis. Il s’agirait d’un membre de l’ELN capturé en Colombie, au cours d’une opération menée par le FBI et la DEA, et qui se serait livré à du trafic de drogue. C’est la première fois qu’un membre présumé de l’ELN est extradé vers les États-Unis.

combattants de l'ELN

combattants de l’ELN

Lundi 22 mars, Santiago du Chili, les prisonniers et prisonnières anarchistes ont entamé une grève de la faim. Il s’agit de Mónica Caballero Sepúlveda (section pour femmes de la prison de San Miguel) ; Marcelo Villarroel Sepúlveda, Joaquín García Chanks, Juan Flores Riquelme, Juan Aliste Vega (qui adhère à la lutte mais ne fera pas la grève à cause de sa situation de santé), tous détenus dans la prison de haute sécurité, à Santiago ; Francisco Solar Domínguez (section de sécurité maximale), Pablo Bahamondes Ortiz, José Ignacio Duran Sanhueza, Tomas González Quezada, Gonzalo Farias Barrientos (sections 2 e 3 de la prison-entreprise de Santiago 1). Les revendications de la grève sont l’abrogation de l’article 9 et le retour à l’article 1 du décret-loi 321, et la libération de Marcelo Villarroel et de tous les prisonniers subversifs, anarchistes, de la libération mapuche et de la révolte. voir le texte intégral

Dans la zone frontalière entre la Colombie et le Venezuela, de violents combats ont eu lieu le 23 mars entre la guérilla des FARC-EP et les Forces armées nationales bolivariennes (FANB). Au moins deux soldats de l’armée vénézuélienne ont été tués, plusieurs blessés et, selon les informations, jusqu’à 32 combattants des FARC-EP ont été arrêtés. L’opération baptisée “Escudo Bolivariano 2021” s’est déroulée dans l’État frontalier vénézuélien d’Apure, qui borde Arauca du côté colombien.

Selon l’armée vénézuélienne, plusieurs camps des FARC-EP ont été attaqués. L’armée de l’air a été utilisée à cette fin. Les combats ont semé la peur et l’agitation dans la région. Des centaines de personnes ont fui les combats vers la Colombie, notamment la communauté d’Arauquita. Il y aurait également eu des arrestations de simples fermiers. La structure attaquée des FARC-EP serait sous le commandement de Gentil Duarte (Pseudonyme). Certains médias répandent des rumeurs selon lesquelles les forces armées vénézuéliennes intensifient leur action contre les FARC-EP autour de Gentil Duarte, mais que les FARC-EP, Second Segunda, sont laissées tranquilles. Cependant, il est un fait que ces derniers temps, de violents combats ont eu lieu entre les forces armées vénézuéliennes et la Segunda Marquetalia, qui ont également conduit à la mort du commandant “loco Iván” en novembre 2020.

Combattants des FARC

Combattants des FARC

Une manifestation a tourné à l’affrontement avec les forces de l’ordre à coups de feu d’artifice et de jets de pierre lorsque des manifestants ont tenté d’incendier le siège du parti au pouvoir. Ce mouvement trouve ses origines à la fois dans la mauvaise gestion de la crise COVID par le gouvernement mais aussi les lourds soupçons de corruption qui pèsent sur le président. Début mars, il y avait déjà eu cinq jours d’émeutes dans des événements similaires, des opposants avaient même réussi à rentrer au sein du parlement et y déclencher un début d’incendie (voir notre article). Le nombre d’arrestation et de blessé n’est pas encore connu.

La police nationale colombienne a procédé à l’arrestation d’un membre présumé de l’ELN dans le village de Campo Dos, dans la zone rurale de Tibú, au nord de la province de Santander. En représailles, des membres de l’ELN ont assiégé le commissariat de cette zone de Catatumbo, et bloqué la route qui mène de cette zone à la capitale départementale, Cúcuta, avec une voiture piégée.

 

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,