Ce jeudi 12 vers midi, des membres du syndicat des travailleurs de l’université de Panama, de Frenadeso, de Suntracs et de Conusi ont organisé une manifestation pour protester contre les augmentations constantes du panier alimentaire de base et du prix du carburant. Dans l’après-midi, un groupe de manifestants a affronté des membres de l’unité anti-émeute de la police nationale dans l’enceinte de l’Université du Panama (UP). Vers 14 heures, la police a commencé à tirer des gaz lacrymogènes sur les participants à la manifestation qui avaient fermé les quatre voies de l’autoroute Transístmica depuis midi. Les manifestants se sont réfugiés à l’Université de Panama. Depuis le parking de l’université, un groupe d’étudiants a jeté des pierres sur les policiers.

Des manifestations ont commencé lundi dernier à Colón, sur la côte caraïbe du Panama, pour demander au gouvernement de mettre en œuvre des projets visant à améliorer les conditions de vie et les infrastructures dans la province, l’une des plus pauvres du Panama. Mardi, des affrontements ont eu lieu entre la police anti-émeute, qui a lancé des gaz poivrés, et des manifestants qui ont incendié des pneus dans plusieurs parties de la province, notamment dans la ville de Colon, l’une des plus importantes du pays car elle constitue l’entrée caraïbe du canal de Panama. Le secteur des transports a bloqué les routes principales pour demander l’intervention du gouvernement afin de geler ou de baisser les prix des carburants. Au moins six personnes ont été arrêtées mardi dont Edgardo Voitier, dirigeant du Frente Amplio Colonense et de la Coalición de Unidad por Colón. La police a déclaré qu’un policiers avait été sérieusement blessé et que des amendes avaient été infligées à des camions pour obstruction des routes.

 

 

Une marche féministe a commencé à 9 heures du matin à San José, la capitale du Costa Rica, à l’occasion de l’investiture du nouveau président Rodrigo Chaves. Vers la fin de cette marche, des manifestantes ont fait tomber des barrières protégeant un périmètre devant l’Assemblée législative, ce qui a entrainé l’intervention de la police anti-émeute. La manifestation s’est poursuivi et achevée dans les rues autour de la Plaza de la Democracia. Les manifestantes dénonçaient Rodrigo Chaves comme harceleur et misogyne.

 

El Amanecer de los Cartoneros, (« l’Aube des cartonniers ») est la plus grande coopérative de recycleurs de la ville de Buenos Aires, et fait partie du Mouvement des Travailleurs Exclus (MTE). Elle appelait ce jeudi à un grand rassemblement devant le Ministère de l’Environnement et de l’Espace Public, pour l’amélioration des salaires et des conditions de travail. La police municipale est intervenue brutalement parce que les manifestants occupaient l’avenue Martín García. Les manifestants ont résisté et caillassés les policiers, transformant la place Lezama en champ de bataille et envoyant 5 policiers à l’hôpital. Huit hommes et cinq femmes ont été arrêtés. Les cartoneros se sont ensuite déplacés au siège Procureur de la ville, situé près du Congrès, pour exiger la libération des 13 recycleurs. Comme ils ont trouvé le bâtiment fermé, ils ont décidé de se rassembler devant le Congrès.

Des affrontements ont eu lieu entre manifestants masqués, policiers municipaux et forces anti-émeutes (ESMAD) ce jeudi après-midi autour du campus Meléndez de l’Universidad del Valle, dans le sud de la ville de Cali. Les manifestants ont notamment utilisés des grenades artisanales. Ayant commencé à 14H, les affrontements ont cessés à 18 heures.

Mardi, des membres de la police de Catamarca sont arrivés à bord de sept véhicules dans la zone montagneuse de Capillitas avec l’objectif d’expulser le campement des habitants qui avaient bloqué la route pour empêcher l’entrée de machines et de carburant pour le projet minier de la société Agua-Rica. Après avoir été expulsés, les habitants de Choya sont retournés dans cette petite ville de moins de 500 habitants pour protester contre l’action de la police. La police a réprimé la manifestation avec des balles en caoutchouc : plusieurs personnes ont été blessées, dont des femmes et des personnes âgées, qui ont été emmenées à l’hôpital local.

Jeudi, des masses de manifestants ont affronté la police dans plusieurs villes de Colombie pour marquer le premier anniversaire du soulèvement de masse contre le président conservateur sortant Ivan Duque. À Bogota, Medellin et Popayan, des manifestants cagoulés ont lancé des pierres, des cocktails Molotov et des feux d’artifice sur les agents anti-émeute. La police a répondu par des grenades de désencerclement,, des munitions non létales et des gaz lacrymogènes. Un manifestant a été blessé à l’œil et plusieurs jeunes ont été interpellés à l’Université nationale de Bogota.

Il y a un an, en pleine pandémie de Covid-19, le gouvernement de M. Duque a proposé une augmentation des impôts, déclenchant une vague de troubles sociaux dans tout le pays qui a duré jusqu’en juin. Les routes ont été bloquées et les civils se sont engagés dans des affrontements sanglants avec les forces de sécurité. Selon un rapport des Nations unies, au moins 46 personnes sont mortes dans les affrontements de l’année dernière – 44 civils et deux policiers.

Dix anciens militaires aujourd’hui à la retraite ont reconnu mardi 26 avril leur participation dans les enlèvements et meurtres de sang-froid de 120 jeunes en 2007 et 2008 en Colombie pour les présenter ensuite comme des membres des guérillas communiste opérant dans la zone. Ces aveux se sont déroulés lors d’une audience par la Juridiction spéciale pour la paix (JEP). Un général, quatre colonels, cinq militaires, tous retraités, et un civil ont reconnu leur participation dans les enlèvements et meurtres de sang-froid de 120 jeunes de la ville d’Ocaña, pour les présenter ensuite comme des membres des guérillas.

Pour la plupart âgés de 25 à 35 ans, les victimes étaient des paysans séquestrés ou des jeunes trompés par des promesses de travail. Ils étaient ensuite assassinés dans une ferme voisine de la caserne d’Ocaña ou alentour. Une pratique motivée par la politique de l’armée consistant à comptabiliser les corps pour gonfler ses résultats dans la lutte contre les guérillas. En échange, les soldats recevaient primes, permissions, promotions et médailles. Selon la JEP, quelque 6 400 civils ont été exécutés entre 2002 et 2008 en échange d’avantages pour les militaires. À ce jour, une vingtaine d’entre eux ont reconnu leur responsabilité dans ces crimes. Le haut commandement militaire et l’ex-président de droite Alvaro Uribe (2002-2008), alors à la tête du pays, ont toujours parlé de « cas isolés ».

Dossier(s): Amérique Latine Tags:

Les manifestations lycéennes se sont transformées en affrontements dans le centre de Santiago et à Providencia. Outre l’incendie d’un bus dans les environs du Liceo Barros Borgoño ce matin, de graves incidents ont eu lieu devant l’Instituto Nacional et le Liceo Tajamar, établissements emblématiques du centre de Santiago. Les étudiants ont commencé à barricader la rue Arturo Prat, et ont essayé de bloquer la circulation sur l’Alameda. Cela a provoqué l’intervention des carabiniers, qui sont arrivés à proximité de l’établissement scolaire pour disperser le groupe de manifestants, ce qui a donné lieu à des affrontements qui, se sont terminés par l’arrestation de plusieurs personnes. Presque au même moment, des étudiants du Liceo Tajamar ont organisé des incidents sur l’Avenida Los Leones et Coronel, dans le quartier de Providencia.

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Des affrontements ont eu lieu dans la municipalité de Licey al Medio, à Santiago, dans le cadre de la grève contre la vie chère à laquelle ont appelés  les organisations communautaires des 14 provinces du Cibao. Des barricades de pneus enflammés ont été érigées. Sur la route qui relie Licey à Santiago, dans le secteur de Casa Blanca, il y a une zone où les policiers n’ont pas pu entrer, tandis que dans une autre section ils enlèvent les débris et arrosent les pneus. Des affrontements opposent les agents de police qui tentent de dégager la route et des manifestants.