Michel Collon a rendu public une lettre envoyée il y a quelques semaines aux bourgmestres, échevins et conseillers de la Ville de Bruxelles, et restée sans réponse.

Dans cette lettre, Michel Collon demande que la Ville de Bruxelles applique le jugement de la Cour d’Appel de Bruxelles, prononcé en septembre 2005. Il y a plus de quatre ans déjà, la Cour a condamné deux policiers brutaux de la Ville de Bruxelles qui l’avaient arrêté arbitrairement et tabassé (quatre côtes fracturées) lors d’une manifestation pour la paix en 1999. Persistant à mentir pendant des années malgré les preuves évidentes, les policiers brutaux avaient néanmoins été condamnés en première instance d’abord, puis en appel à quatre mois de prison avec sursis, 495€ d’amende, 2.560€ de dommages pour la victime. Et aussi – c’est une première devant un tribunal pénal belge – ils ont été condamnés à rembourser les frais d’avocat, puisque ce procès n’a eu lieu et n’a duré aussi longtemps qu’à cause de leur mauvaise foi. Mais quatre ans après ce jugement, la Ville de Bruxelles refuse toujours de payer ce à quoi elle a été condamnée, en tant qu’employeuse des dits policiers.

Voir le dossier sur le site de Michel Collon

Dans la nuit du 21 avril, trois occupants du bois de Lappersfort poursuivis étaient arrêtes par dix policiers cachés dans le bois. Accusés de sabotage, alors que le chantier n’a connu aucun retard, ils ont été conduits à la prisons de Bruges après une nuit passée au commissariat. Vendredi matin, ils sont sortis de prison avec un ordre de quitter le territoire dans les cinq jours. Depuis le début de l’occupation du bois de Lapperfort, (que Fabricom veut raser pour y construire un parking et des bâtiments industriels), les intimidations et les provocations de la police locale, encouragée par le conseil communal, ne cessent pas. Il y a notamment de nombreuses arrestations pour des motifs bénins, comme la distribution de tracts.

La faculté de criminologie de l’université de Gand est occupée aujourd’hui en solidarité avec les mutineries dans les prisons et les centres fermés, et plus spécifiquement avec la destruction de la section de haute sécurité de la prison de Bruges. Les occupants ont choisi d’occuper la faculté de criminologie parce que cette science est étroitement liée à la prison, à la justice et à la police. En effet, ceux qui condamnent jour après jour des dizaines de personnes à plusieurs années de prison ou à se faire déporter ont souvent commencé leur carrière dans cette faculté.

Affiche pour le 1er mai 2009

Affiche pour le 1er mai 2009

Le Secours Rouge était associé depuis le premier jour au Comité pour un 1er Mai qui s’était donné comme objectif l’organisation d’un premier mai large et offensif à Bruxelles. Un premier appel en ce sens (relayé sur ce site) avait été fait pour une manifestation au départ de la place Van Meenen. Depuis, les comités de soutien aux sans-papiers ont lancé leur propre appel à une manifestation. Nous constatons que de nombreuses organisations ont répondu à cet appel, et que la manifestation au départ de la place Van Meenen a perdu son caractère large et unificateur qui faisait, à nos yeux, une bonne part de son intérêt.

Par conséquent, le Secours Rouge cesse d’appeler spécifiquement à la manifestation de la place Van Meenen. Le Secours Rouge enverra une délégation à la manifestation des sans-papiers et, surtout, le Secours Rouge enverra des équipes à tous les cortèges de 1er Mai (1er mai anticapitaliste à Liège, 1er mai syndical place Rouppe, 1er Mai de la place Van Meenen, 1er Mai des sans-papiers, 1er Mai anarchiste de Gand) pour diffuser des tracts appelant à la mobilisation pour le procès des militants et sympathisants du DHKC le 25 mai au palais de justice de Bruxelles.

Les 280 occupants de l’ULB, qui avaient entamé une grève de la faim le 27 février, ont décidé lundi en fin d’après-midi de suspendre leur action, a-t-on appris auprès de l’ULB. Les ex-grévistes de la faim ont obtenu de l’Office des étrangers un titre de séjour de trois mois, renouvelable, pour des raisons de santé et une carte orange qui leur permettra de décrocher un permis de travail B. Les grévistes de la faim de l’ULB étaient très affaiblis après 60 jours de jeûne et les médecins étaient particulièrement préoccupés ces derniers jours par l’état de santé de certains occupants. Les 103 sans-papiers de la VUB avaient suspendu leur grève de la faim le 15 avril après 59 jours de jeûne.

Leuven, où se déroulera une partie de la conférence inter-ministérielle sur le processus de Bologne, sera, comme tout sommet qui se respecte, transformé en zone militarisée. Durant les trois jours, du 27 au 29 avril, une zone rouge sera maintenue, et toute entrée sans un badge adéquat sera interdite. Le trafic dans ces zones (bus, vélo, voiture) sera complétement coupé. Alors que la ville de Louvain annonçait qu’elle prendrait ces mesures de sécurité, Louvain-la-Neuve a fait savoir qu’elle travaillait elle aussi, depuis plusieurs mois, à un plan de sécurité essentiellement destiné à éviter les ‘débordements’ en cas de manifestation. Louvain-la-Neuve accueillera, le mercredi 29 avril, la dernière journée de ce sommet européen consacré à l’enseignement supérieur et sa conférence finale. A cette occasion, les abords immédiats de l’Aula Magna seront protégés par des barrières et l’accès à cette zone sera réservé aux personnes accréditées. La circulation piétonne dans la majeure partie de la ville universitaire ne devrait par contre pas être perturbée et les autorités n’envisagent pas non plus de bloquer pour la journée la circulation automobile sur l’anneau central.

Hier soir, la police de Bruges a envahi une maison du quartier du Lappersfort. Beaucoup d’affaires personnelles des occupants sont saisies par la police. La nuit précédente déjà, trois occupants avaient été arrêtés. Ils sont accusés d’avoir saboté une rue en construction. Les activistes auraient dessiné dans le ciment. Entre-temps, toutes les traces ont été effacées par les travailleurs. Les militants locaux pensent qu’il s’agit d’un plan prédeterminé avec le but de criminaliser l’occupation de la forêt du Lappersfort.

Pour pallier au manque de place dans les prisons belges, il y a à nouveau des négociations entre la Belgique et les Pays-Bas pour que des détenus belges soient incarcérés dans des prisons néerlandaises. Le but est de désengorger les prisons belges qui sont surpeuplées. Il faudra plusieurs années avant que la Belgique ne compte davantage de places dans les prisons. Or, les Pays-Bas ont actuellement 4.000 cellules vides. La demande pour une nouvelle concertation entre la Belgique et les Pays-Bas est venue cette fois-ci des Pays-Bas, a indiqué le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, à la radio VRT. Pour ce dernier, quelques centaines de détenus pourraient être envoyés aux Pays-Bas. Les négociateurs ont jusqu’à la fin mai pour parvenir à un accord. La mesure serait d’application tant que la Belgique n’a pas pas suffisamment de places en prison.

Extraits d’un communiqué du CAS:

Pour info, il avait été décidé, comme pour d’autres actions, de faire en sorte de ne pas se faire arrêter (partir quand police le demande, etc). 15 d’entre eux ont été arrêtés administrativement (arrestation classique de maximum 12h, en général pour trouble à l’ordre public, pas de suites judiciaires) et ont donc juste passé la soirée au poste (à l’Amigo, commissariat de Bruxelles). Nous avons été genre une cinquantaine à nous rassembler devant pour demander leur libération. Les 6 autres (choisis de façon arbitraire) ont été arrêtés judiciairement pour ‘coups et blessures à agent’. Il s’agit d’A., C., D., L., R. et Y.. Selon ce que des policiers leur ont dit, l’un des leurs auraient eu une jambe cassée. Certains arrêtés ont cependant vu celui-ci grimper et descendre des escaliers dans le commissariat sans le moindre problème… Ci-dessous, le témoignage de l’un des arrêtés sur l’arrestation. Dans les 6, c’est apparemment principalement Y. qui est visé pour les coups et blessures. Quand on sait qu’il est aussi celui qui a déjà été arrêté judiciairement pour le même genre de faits il y a quelques mois au CGRA (déjà de façon arbitraire à l’époque)… Un policier est venu à un moment dans la cellule de C. (en croyant que c’était Y.) en disant qu’il avait cassé jambe d’un collègue etc. et il l’a frappé à la tête; quand il s’est rendu compte qu’il se trompait, il avait l’air un peu gêné (C. a par après porté plainte)… Quand Y. est revenu de l’interrogatoire, il avait l’air vraiment mal (vêtements déchirés…).

La vidéo des arrestations telle que diffusée par EURONEWS