Accueil > Dossiers > Espagne

Espagne

16 juin 2018

Catalogne : Offensive judiciaire espagnole contre la jeunesse indépendantiste catalane

L’organisation de jeunesse pro-indépendantiste Arran a rapporté mercredi qu’une cinquantaine de ses militants ont été inquiétés dans des procédures judiciaires dans lesquelles des dizaines de milliers d’euros leur sont réclamés. Ces pénalités financières s’ajoutent aux dizaines de militants blessés par la police, et à des procédures contre six autres militants menacés de six ans de prison suite à une de protestation qu’ils ont menée en mars 2017. Parmi les actions qui ont provoqué cette réaction répressives, la campagne forte du 1er octobre, les manifestations du 1er mai ou celles contre la touristification de Barcelone, Palma et Valence.

Manifestation d'Arran Manifestation d’Arran

Tags de cet article: - - Nos sources
11 juin 2018

Pays Basque : Chaine humaine pour revendiquer le droit à l’autodétermination de la région

Dimanche 10 juin, 175.000 personnes, ont participé dimanche à une chaîne humaine de 202 kilomètres à travers le Pays Basques pour revendiquer le droit à l’autodétermination de la région.

Cette chaine était organisée par le groupe Gure Esku Dago (qui signifie "C’est entre nos mains"), une plateforme créée en juin 2013 en faveur du droit à l’autodétermination aux Pays Basques. Cette manifestation a reçu le soutien de plusieurs partis politiques et syndicats de la région. Elle avait également pour but de soutenir le mouvement indépendantiste catalan, qui compte une partie importantes de personnes incarcérées ou forcées de fuir à l’étranger.

La chaine humaine pour revendiquer le droit à l'autodétermination des Pays-Basques La chaine humaine pour revendiquer le droit à l’autodétermination des Pays-Basques

11 juin 2018

Catalogne : Manifestation en soutien à un membre des CDR

Dimanche 10 juin, une manifestation, d’environ 1000 personnes, s’est tenue en soutien à Adri à Esplugues de Llobregat. Il s’agit d’un membre du CDR local accusé de crimes de sédition, de rébellion et d’appartenance à un groupe terroriste. Il est sous le coup d’un mandat d’arrêt et est en fuite depuis deux mois. Les manifestants exigeaient qu’il puisse rentrer chez lui et dénonçaient plus généralement la répression policière et judiciaire de l’Etat espagnol.

Les CDR (comité de défense de la république) sont des assemblées de quartier formés initialement pour défendre la tenue d’un référendum d’autodétermination interdit du 1er octobre. Ils mènent depuis des actions pour défendre l’indépendance de la Catalogne et contre la répression menée par l’état espagnol.

Manifestation en soutien à Adri, membre des CDR Manifestation en soutien à Adri, membre des CDR

Tags de cet article: - Nos sources
7 juin 2018

Espagne : Le nouveau ministre de l’intérieur a couvert la torture

Le nouveau ministre de l’Intérieur, le juge Fernando Grande-Marlaska, est un magistrat contesté. Il s’est distingué dans plusieurs opérations dites "anti-terroristes" ces dernières années en refusant d’enquêter sur des plaintes de mauvais traitements ou encore de torture. Mardi dernier, un nouveau procès contre Inaki Zapirain, Beatriz Etxebarria et Saioa Sanchez démarrait suite à l’annulation de leur condamnation. Une annulation en raison de la non-prise en compte des dénonciations de torture des trois accusés. B. Etxebarria avait pourtant révélé avoir été violée durant sa détention. Le juge Grande-Marlaska était en charge de l’affaire à l’époque. Il n’en avait pas tenu compte et n’avait pas jugé nécessaire d’ouvrir une enquête.

Trois ans auparavant, ce même magistrat avait fait la sourde oreille aux accusations de torture d’Igor Portu et Mattin Sarasola. Dans ce cas là, le Tribunal de Strasbourg avait pourtant condamné l’Etat espagnol pour "traitement inhumain". En 2013, le Comité européen pour la prévention de la torture avait souligné dans son rapport qu’il était "surprenant" que toutes les détentions en isolement réalisées durant les cinq mois d’étude "aient été autorisées par un juge qui ne respectait aucune des garanties contre la torture". Il s’agissait encore une fois du juge Grande Marlaska.

Fernando Grande-Marlaska Fernando Grande-Marlaska

Tags de cet article: - - Nos sources
27 mai 2018

Espagne/Pays Basque : Le chanteur Evaristo retenu après un concert

Plusieurs agents de la Garde Civil ont retenu le chanteur punk, Evaristo Páramos, à la fin de son concert sur le site du festival Primavera Trompetera (Cadix). Plusieurs agents de la Garde civile ont retenu le chanteur de 57 ans sur le site du festival alors qu’il était parmi le public, et a procédé à une identification. Apparemment, la cause serait des insultes proférées sur scène à l’encontre de la Garde Civile. Sur une vidéo, on peut voir la Garde Civil s’approchant d’Evaristo, l’entourer et le diriger vers la zone des coulisses pour procéder à cette identification.

Evaristo a fondé en 1979 La Polla Records, l’un des groupes punk basques les plus emblématiques et chante depuis 2004 dans le groupe Gatillazo . Depuis le début de sa carrière, Evaristo a toujours dénoncé dans ses chansons le fascisme, le catholicisme et le capitalisme.

Evaristo Páramos Evaristo Páramos

Tags de cet article: - Nos sources
23 mai 2018

Catalogne : Les fascistes attaquent une initiative pour les prisonniers politiques

Un groupe d’environ 20 fascistes masqués a agressé lundi après-midi des militants du CDR (Comité de Défense de la république) de Canet de Mar qui avaient planté des croix jaunes sur la plage. Les croix jaunes et les noeuds de ruban jaune sont les symboles de la solidarité avec les prisonniers politiques catalans. Les fascistes sont arrivés dans une camionnette et ont commencé à lancer les croix, les militants du CDR sont intervenus et ont été agressés au cri de "Vive l’Espagne !". Un homme âgé, qui a été frappé jusqu’au sang, et une femme, frappée à la tête, ont été évacués en ambulance. Un conseiller municipal de la CUP (Candidatura d’Unitat Popular, gauche indépendantiste) a été jeté à terre et roué de coups de pieds.

Initiative de soutien aux prisonniers politiques catalans Initiative de soutien aux prisonniers politiques catalans

Tags de cet article: - - Nos sources
13 mai 2018

Espagne : Valtonyc bientôt en prison, la Cour constitutionnelle confirme la condamnation.

Le rappeur Miguel Arenas Beltran, connu sous le pseudonyme de Valtonyc, condamné en février 2018 à trois ans et six mois de prison pour crime de lèse-majesté et soutien au terrorisme (voir notre article) avait introduit un appel auprès de la Cour constitutionnelle espagnole. Celle-ci a refusé l’appel et confirmée la peine de la Cour suprême. Valtonyc devrait recevoir dans le courant de la semaine prochaine le mandat d’arrêt et le délai pour entrer en prison. Valtónyc devrait pouvoir présenter son cas devant la Cour européenne des droits de l’homme mais devra attendre la décision en prison.

Le 17 juin, un quarantaine de groupes participeront à un concert à Majorque en soutien à Valtonyc et pour la défense de la liberté d’expression.

Arenas Beltran AKA Valtonyc Arenas Beltran AKA Valtonyc

Tags de cet article: - Nos sources
15 avril 2018

Catalogne : Manifestation géante pour les prisonniers politiques

Au cri de « liberté pour les prisonniers politiques », quelques centaines de milliers de Catalans (300.000 selon la police, 700.000 selon les organisateurs) ont manifesté aujourd’hui dimanche 15 avril, pour protester contre la détention de neuf figures de l’indépendantisme accusées de "rébellion" et réclamer l’ouverture d’un dialogue politique. Six mois après les premières incarcérations, les manifestants ont empli la grande avenue Paralel. L’appel à manifester avait été lancé par une plate-forme d’associations et syndicats créée en mars pour « défendre les institutions catalanes » et « droits et libertés fondamentales ».

La manifestation de ce dimanche à Barcelone La manifestation de ce dimanche à Barcelone

Tags de cet article: - - - Nos sources
13 avril 2018

Espagne : Pas de poursuite pour "terrorisme" contre la militante catalane

Un juge d’instruction a renoncé jeudi à poursuivre une militante catalane des Comités de défense de la République (CDR) pour "appartenance à une organisation terroriste", et l’a laissée libre. La militante avait été arrêtée mardi dans une enquête pour "rébellion" et "terrorisme", une première s’agissant des actuels mouvements indépendantistes catalans (voir notre article).

Le juge a finalement seulement inculpé la militante pour "troubles à l’ordre public", et lui a imposé un contrôle judiciaire l’obligeant à se présenter une fois par semaine dans un commissariat. L’arrestation de la militante avait suscité, mardi, une manifestation à Barcelone et dans d’autres villes de Catalogne. Le parquet l’accusait, avec un autre homme qui n’a pas été arrêté, d’"activités de direction et de coordination des actes de sabotage menés pendant la Semaine sainte". Dans la nuit du 25 au 26 mars, après l’arrestation de l’ancien président catalan Carles Puigdemont en Allemagne, des milliers de manifestants avaient affronté la police. Ces échauffourées avaient fait une centaine de blessés légers. Les 27 et 28 mars, des manifestants avaient installé des barrages sur des routes et des autoroutes.

Un des blocages de la Semaine sainte Un des blocages de la Semaine sainte

Tags de cet article: - - Nos sources
10 avril 2018

Catalogne : Arrestations de membres des CDR

La garde civile espagnole a arrêté, ce mardi, une membre des CDR pour terrorisme, sédition et rébellion. Il s’agit d’une femme accusée d’avoir saboté des péages et bloqué des routes. Par ailleurs, elle avait réalisé un manuel audio expliquant comment réaliser ce type d’actions.

En parallèle les Mossos (la police catalane) ont arrêté six autres membres des CDR qui avaient manifesté devant le parlement catalan le 30 janvier (le jour prévu pour l’investiture de Carles Puigdemont) pour attaque contre des agents dépositaires de l’autorité publique, troubles de l’ordre public et désobéissance.

Les CDR (comité de défense de la république) sont des assemblées de quartier formés initialement pour défendre la tenue d’un référendum d’autodétermination interdit du 1er octobre. Ils mènent depuis octobre des actions pour défendre l’indépendance de la Catalogne (voir notre article).

Police vs manifestants à Barcelone Police vs manifestants à Barcelone

Tags de cet article: - Nos sources

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 260

SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?