Accueil > Dossiers > Archives - Action Directe

Archives - Action Directe

23 octobre 2009

France : Demande de transfert pour J.-M. Rouillan

Ce vendredi, l’avocat du militant d’Action Directe incarcéré depuis 1987 Jean-Marc Rouillan a introduit une demande de transfert de son client gravement malade à Paris, où il pourrait bénéficier des soins indispensables à sa santé. Il est actuellement pris en charge à l’unité hospitalière sécurisée interrégionale de Marseille, mais le seul service compétent pour soigner correctement la maladie d’Erdheim-Chester dont il souffre est celui de la Pitié-Salpetrière. En mai dernier, l’avocat avait introduit une demande de suspension de peine pour raison médicale au tribunal de l’application des peines de Paris. Ce dernier a désigné un expert médical qui a souligné la possibilité d’un traitement expérimental qui pourrait avoir un effet bénéfique sur l’état de santé de Rouillan. Depuis lors, le militant se trouve néanmoins toujours à Marseille, ce qui, pour son avocat, s’apparente clairement à un refus de soin.

Tags de cet article: - - - Nos sources
5 octobre 2009

Nouvelle demande de libération pour Georges Cipriani

Le 20 août dernier, la Cour d’Appel de Paris refusait la demande de libération conditionnelle de Georges Cipriani 22 mois après son introduction. Les arguments avancés par la Cour étaient notamment le fait que Cipriani ne renie aucunement son engagement politique. Le militant avait été interné au Centre National d’Observation de Fresnes en 2008. A la suite de ce séjour, la commission pluridisciplinaire avait rendu un avis défavorable. Ce 29 septembre, Georges Cipriani a déposé un nouveau dossier qui devrait, selon le Juge d’Application des Peines, être examiné dans les six mois, sachant que l’avis de la commission a une validité de deux ans.

Tags de cet article: - - - Nos sources
5 août 2009

Paris : Rassemblement pour les militants d’Action Directe

Le Collectif ’Ne laissons pas faire !’ appelle à un rassemblement ce jeudi 6 août à 18h devant l’Administration pénitentiaire de la rue de la Verrerie et de la rue du Renard à Paris.

Le 23 juillet dernier, la cour d’appel de Paris a confirmé le régime de semi-liberté accordé à Régis Schleicher fin avril par le tribunal d’application des peines. Il devrait être transféré le 26 août prochain dans un centre de semi-liberté. Georges Cipriani s’est vu accorder cette même semi-liberté le 30 avril dernier, et aurait du en bénéficier le 19 mai. OR, il se voit contraint d’attendre le 20 août la décision de la cour d’appel ! Nathalie Ménigon se trouve quant à elle en liberté conditionelle. Mais ces décisions ne nous font pas oublier que Jean-Marc Rouillan se trouve toujours incarcéré à Marseille alors qu’il est gravement malade et que son traitement est incompatible avec son maintien en prison.

Restons mobilisés pour la libération de tous les militants d’Action Directe !

23 juillet 2009

Semi-liberté pour Régis Schleicher

La cour d’appel de Paris a accordé jeudi une mesure de semi-liberté à l’ancien militant d’Action directe, Régis Schleicher. Le 25 juin dernier, le parquet général s’était opposé à la semi-liberté pour Schleicher, 52 ans, mais la chambre d’application des peines de la cour d’appel a suivi les juges du tribunal d’application des peines qui avaient déjà été favorables à la libération de Régis. Les experts psychiatres se sont déclarés à plusieurs reprises favorables à sa libération. Incarcéré à la centrale de Clairvaux, Régis Schleicher pourra sortir de prison à partir du 26 août prochain. Il travaillera la journée dans une association qui s’occupe de personnes âgées dans la banlieue lyonnaise et devra passer les nuits et les week-ends dans un centre de semi-liberté de Lyon proche de son lieu de travail.

Arrêté le 15 mars 1984, Régis Schleicher a été condamné à deux reprises par la cour d’assises de Paris à la réclusion criminelle à perpétuité : la première fois en 1987 pour sa participation à la fusillade de l’avenue Trudaine où deux policiers avaient été tués le 31 mai 1983, puis en 1988 pour des hold-up avec d’autres fusillades, notamment celle où le révolutionnaire italien Ciro Rizatto avait été tué par la police. Le 15 mars 2002, la Juridiction nationale de libération conditionnelle (JNLC) avait refusé sa remise en liberté. Le 12 février 2003, Régis Schleicher et deux braqueurs, Michel Ghellam et Jean-Christophe Pedron, avaient tenté de s’évader de la centrale de Moulins-Yzeure (Allier), mais ont été rapidement maîtrisés par les surveillants. Les trois hommes avaient pris un surveillant en otage, puis ils ont utilisé une substance explosive artisanale pour détruire les accès aux toits de l’établissement. Les gardiens de la prison ont alors ouvert le feu sur les trois hommes et Pedron a été légèrement blessé par balle à l’épaule.

Le 12 janvier 2006, Régis Schleicher a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à cinq ans de prison notamment pour avoir fabriqué l’explosif ayant servi à cette tentative d’évasion. Par ailleurs, le 20 août prochain, la cour d’appel de Paris doit dire si elle confirme la mesure de semi-liberté accordée le 30 avril dernier à Georges Cipriani. Si le parquet général n’avait pas fait appel, il serait sorti de la centrale d’Ensisheim (Haut-Rhin) le 19 mai. Agé de 58 ans, il a été condamné le 28 février 1987 à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une mesure de sûreté de 18 ans pour les exécutions, en 1985, du général Audran, et en 1986, de celui du PDG de Renault, Georges Besse.

Tags de cet article: - - - Nos sources
12 juillet 2009

Paris : Soirée de soutien demain pour les prisonniers d’Action Directe

C’est ce lundi, à partir de 19h30, que le 5ème Bal Antinational annuel fêtera la destruction de la prison de la Bastille. Ce sera aussi une soirée de soutien aux prisonnier(e)s d’Action Directe (n’oublions pas que Nathalie Ménigon est en liberté conditionnelle avec restriction de déplacement pendant quatre ans encore). De la musique, avec Riton la Manivelle & son ogre de barbarie, Hardcore & Ame... Puis soirée D.J.’s (Dansante et Joyeuse), avec 1984 Victory Orchestra et d’autres pousseurs de disques... Ambiance cabaret assurée. Soutien 5 euro (un apéritif offert et menu gargote à prix libre). CICP, 21 ter rue Voltaire, Paris 11e (métro Rue des Boulets ou Nation).

29 juin 2009

Paris : Pour les prisonniers d’Action Directe...

Le 30 avril dernier, le tribunal d’application des peines de Paris a accordé à Georges Cipriani un régime de semi-liberté d’une durée d’un an, étape préalable à sa libération conditionnelle. Georges aurait dû ainsi sortir de la prison d’Ensisheim le 19 mai, mais le parquet a fait appel du jugement. L’audience d’appel a eu lieu le 25 juin. Le procureur a répété les mêmes objections (absence de regrets, non-indemnisation des victimes...) alors que le dossier de Georges est parfaitement recevable. La décision a été mise en délibéré pour le 20 août, un délai particulièrement long. Pour Georges, après plus de 22 ans de prison, encore un été à attendre une réponse pour une demande déposée en novembre 2007 !

Jean-Marc Rouillan a réintégré la prison des Baumettes, après un séjour à l’Unité hospitalière sécurisée interrégionale de Marseille, où un syndrome de Chester-Erdheim a été diagnostiqué. Le traitement (expérimental) de cette maladie très rare et évolutive étant incompatible avec le maintien en prison, une demande de suspension de peine pour raison médicale a été déposée. Un médecin-expert a été désigné par le juge, mais pour l’heure, au mépris des conséquences pour sa santé, Jean-Marc reste en prison. Après une récente décision de justice arrachée par Jean-Marc, prenant en compte le temps de semi-liberté déjà accompli, le parquet avait déposé un recours. Le 24 juin, la cour de cassation a définitivement confirmé la révocation de la semi-liberté de Jean-Marc qui, s’il dépose une nouvelle demande de libération conditionnelle, devra reprendre au début la longue procédure prévue par la loi sur la rétention de sûreté (passage au Centre national d’observation de Fresnes, avis de la commission multidisciplinaire...).

Régis Schleicher a récemment obtenu une décision de placement en semi-liberté, mais le parquet a fait appel. L’audience a également eu lieu le 25 juin dernier et la décision a été mise en délibéré pour le 23 juillet prochain. Après 25 ans de prison, Régis sortira-t-il de Clairvaux au mois d’août ?

Face à la vengeance infinie de l’État, nous voyons qu’il faudra lui arracher un à un les prisonniers révolutionnaires. Prochains rendez-vous du Collectif Ne Laissons pas Faire ! :

Jeudi 2 juillet, de 18h à 19h : Rassemblement en face de la direction de l’Administration pénitentiaire, carrefour rue de la Verrerie - rue du Renard (Paris 4e - métro L1-L11 Hôtel-de-Ville).

Lundi 13 juillet, à partir de 19h30 : Soirée de soutien : Le 5e Bal antinational annuel fêtera la destruction de la prison de la Bastille. Ce sera aussi une soirée de soutien aux prisonnier(e)s d’Action directe. De la musique, avec Riton la Manivelle et son ogre de barbarie, Hardcore et Ame... Puis soirée D.J.’s (Dansante et Joyeuse), avec 1984 Victory Orchestra et d’autres pousseurs de disques... Ambiance cabaret assurée. Soutien 5 euro (un apéritif offert et menu gargote à prix libre). CICP, 21 ter rue Voltaire, Paris 11e (métro Rue des Boulets ou Nation)

30 avril 2009

France : Semi-liberté pour Georges Cipriani - Le parquet fait appel

Georges Cipriani est en prison depuis 1987, condamné à la perpétuité pour les exécutions du responsable des ventes d’armes françaises à l’étranger, le général Audran et du PDG de Renault, Georges Besse. Georges Cipriani a aujourd’hui 59 ans. Il a déjà passé 22 ans en prison. Le tribunal d’application des peines de Paris lui a accordé un régime de semi-liberté pour une durée d’un an, à compter du 18 mai prochain. Mais le parquet a fait appel de cette décision. C’est sa troisième demande de semi-liberté - les précédentes, en 2005 et 2007, avaient été rejetées. Cette fois encore, le procureur s’y était opposé, invoquant un risque de récidive et la crainte qu’il puisse ’être instrumentalisé par des anarcho-autonomes’...

Tags de cet article: - - - Nos sources
11 mars 2009

Marseille : J-M Rouillan enfin hospitalisé

Jean-Marc Rouillan est hospitalisé depuis le 6 mars dans l’Unité Hospitalière Sécurisée Interrégionale (UHSI), au sein de l’hôpital nord de Marseille, sans doute pour une pneumopathie. La très nette dégradation de son état de santé, si elle avait alarmé ses proches depuis plusieurs semaines, n’avait pas été sérieusement prise en compte par la direction de la prison des Baumettes. Les réponses médicales apportées par celle-ci à ses douleurs et à ses troubles furent de toute évidence insuffisantes. En l’absence de tout diagnostic sérieux, ces soins ne pouvaient en aucun cas empêcher l’aggravation de sa maladie, voire ont-ils pu masquer le développement d’une pneumopathie. En réalité, son état exigeait une hospitalisation immédiate dans un service disposant de moyens diagnostiques et thérapeutiques correspondant à la gravité et à l’urgence de son cas.

Il a fallu une intervention de l’extérieur pour que l’administration accepte enfin, sous la pression, de le transférer à l’hôpital. Un ami médecin qui avait pu l’examiner avait en effet adressé à l’autorité pénitentiaire un certificat établissant que son maintien dans ces conditions de détention mettait la vie de Jean-Marc Rouillan en danger.

Tags de cet article: - - - Nos sources
8 mars 2009

France : Mauvaises nouvelles pour Jean-Marc Rouillant et Georges Cipriani

Le 4 février 2009, le tribunal de l’application des peines de Paris rejetait la demande de libération conditionnelle de Jean-Marc Rouillan, jugeant cette requête ’illégale’ sous prétexte qu’il n’avait pas effectué une année complète de semi-liberté. Alors que c’est cette même justice ’anti-terroriste’ qui avait décidé le 16 octobre dernier d’interrompre sa semi-liberté pour le remettre en prison à temps complet. De fait, Jean-Marc Rouillan a été une fois de plus l’objet d’une décision d’exception rendue par la dernière création de la justice anti-terroriste : le juge d’application des peines anti-terroriste. Et cela pour l’interprétation de trois lignes extraites d’une interview. Aujourd’hui, Jean-Marc Rouillan subit des conditions de détention d’une grande violence : dans une incertitude totale sur son sort, il n’a toujours pas été transféré en centrale, mais reste enfermé à la maison d’arrêt des Baumettes, où les parloirs et la communication avec l’extérieur sont très limités. Il n’a plus d’ordinateur, comme si l’administration pénitentiaire tentait de le briser en lui interdisant l’écriture, son instrument de résistance à la destruction carcérale. Et de récentes nouvelles nous alarment : depuis la mi-février, Jean-Marc a vu son état de santé se dégrader, sans que la direction de la prison ne prenne en compte l’urgence de sa situation. Des pressions de l’extérieur ont été nécessaires pour que celle-ci commence à apporter les réponses médicales exigées par ses douleurs et ses troubles.

Georges Cipriani vient d’entrer dans sa vingt-deuxième année d’incarcération. Condamné lui aussi à perpétuité par une cour d’assise spéciale pour des actions armées revendiquées par son organisation, Action directe, il est libérable depuis quatre ans, puisque sa peine de sûreté de dix-huit ans s’est terminée en 2005. Georges Cipriani avait déposé une demande de libération conditionnelle en novembre 2007. Elle sera examinée le 7 avril, alors qu’elle aurait dû l’être au plus tard en mai 2008. Il aura ainsi subi une année supplémentaire en prison, alors que son dossier répond à toutes les exigences d’une décision favorable et aurait déjà dû lui permettre d’obtenir une semi-liberté. Mais la loi Dati sur la rétention de sûreté, a encore allongé la procédure spéciale jusqu’alors en vigueur. S’appliquant de manière rétroactive aux condamnés à perpétuité, elle est utilisée en premier lieu, comme les autres lois d’exception avant elle, contre les militants révolutionnaires, comme Régis Schleicher, Georges Abdallah, des prisonniers politiques basques et Georges Cipriani. En juillet-août 2008, celui-ci a donc été transféré pendant six semaines au Centre national d’observation de Fresnes, dans des conditions très éprouvantes. Il y a été soumis à toute une série d’entretiens et a dû subir deux expertises psychiatriques afin notamment ’d’analyser les dispositions de la personnalité du condamné dans les registres de l’intelligence, l’affectivité et la sociabilité et d’apprécier les dimensions pathologiques éventuelles, [ou] apprécier l’état de dangerosité actuelle du détenu’. L’avis de la Commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté, dont le juge d’application des peines anti-terroriste devra tenir compte dans sa décision pour la libération conditionnelle, vient tout juste d’être notifié. Il est négatif. L’État instrumentalise le CNO et la Commission pour durcir encore plus sa logique répressive, pour vider de son contenu politique toute activité militante de lutte, pour individualiser la répression d’actions collectives et psychiatriser l’opposition au pouvoir.

Tags de cet article: - - - - Nos sources
22 février 2009

France : Rassemblement pour les prisonniers d’Action Directe

Ce samedi 22, une centaine de personnes se sont rassemblées devant la prison d’Einsisheim (près de Strasbourg) où est détenu Georges Cipriani, militant d’Action Directe emprisonné depuis 22 ans.

Voir le reportage télé du rassemblement

Manif pour Georges Cipriani Une délégation allemande (avec un ancien prisonnier de la RAF)

Calicot du Secours Rouge à la manif pour Georges Cipriani La délégation de notre Secours Rouge au cours du tour de la prison

Manif pour Georges Cipriani Une cinquantaire d’anarchistes ont participé au rassemblement

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80

SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?