La police des frontières bulgares a arrêté lundi matin sur un ferry navigant entre la Roumanie et la Bulgarie un militant présenté comme un des co-fondateur du Parti-Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKP-C). Recherché par Interpol, ce militant avait été condamné par contumace par un tribunal turc à sept années de prison en 2007.

Un millier de personnes se sont rassemblées dimanche, dès 14 heures, sur la place Saint-Lambert à Liège à l’appel de l’OSP (Organisation des Sans-Papiers), l’UDEP (Union pour la Défense des Sans-Papiers) et le CRACPE (Collectif de Résistance aux Centres pour Etrangers). Les mots d’ordre de la manifestation: ‘Vottem, camp de la honte. Dix ans déjà, je ne l’accepte toujours pas!‘ Les manifestants, un millier au total, ont terminé la manifestation devant le centre fermé de Vottem.

Centre fermé de Vottem

Centre fermé de Vottem

Environ 150 jeunes anarchistes ont attaqué à coups de cocktails Molotov et de projectiles divers les forces de l’ordre dans le quartier proche de l’école Polytechnique d’Athènes. Neuf policiers ont été légèrement blessés pendant ces échauffourées. Trois jeunes ont été interpellés. L’un d’entre eux a été arrêté pour ‘attaque contre les forces de l’ordre à coups de pierres et de cocktails Molotov‘, et devait être déféré dimanche devant le parquet, a indiqué la direction générale de la police. Les jeunes manifestants ont causé des dégâts matériels à trois magasins et des voitures.

Nous rappelons qu’un meeting de solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah se tiendra ce vendredi 15 mai, à partir de 19h, à la Bourse du Travail de Saint-Denis, 9-11 rue Génin (entrée rue Bobby Sands), métro : L13/Porte de Paris. Georges Abdallah, détenu en France depuis 25 ans s’est vu confirmer, ce 5 mai 2009, le rejet de sa demande de libération conditionnelle déposée en octobre 2007. Arrêté en 1984, Georges Abdallah n’a jamais renié son engagement révolutionnaire aux côtés de la résistance palestinienne et c’est ce qui lui vaut cet acharnement judiciaire.

Ce vendredi midi, une soixantaine de personnes ont participé au rassemblement de solidarité avec ceux de Tarnac. Repas, concert, chansons, distributions de textes politiques et poétiques étaient au programme devant la librairie L’imaginaire, place du jeu de Balle. Notre Secours Rouge a assuré une présence solidaire avec un petit stand d’information (le produit de la vente des quelques brochures vendues allant dans la caisse ‘Tarnac’ de la journée). Nous avons également distribué des tracts appelant au rassemblement du vendredi 25 pour le procès DHKP-C.

Rassemblement pour ceux de Tarnac

Devant l’Imaginaire pour ceux de Tarnac

Stand SR à la manif pour ceux de Tarnac

Rassemblement pour ceux de Tarnac
Devant l'Imaginaire pour ceux de Tarnac
Stand SR à la manif pour ceux de Tarnac

Georges Abdallah, détenu en France depuis 25 ans s’est vu confirmer, le 5 mai 2009, le rejet de sa demande de libération conditionnelle déposée en octobre 2007. Arrêté en 1984, Georges Abdallah n’a jamais renié son engagement révolutionnaire aux côtés de la résistance palestinienne et c’est ce qui lui vaut cet acharnement judiciaire.

Bien que libérable depuis 1999, Georges Abdallah ne pourra pas déposer de nouvelle demande de libération avant un an alors que la ‘justice’ a mis plus de deux ans pour statuer sur la demande précédente. La justice française lui reproche de n’avoir pas renoncé à son engagement politique et de contester à quiconque le droit de lui dicter sa conduite en cas de nouvelle occupation du Liban. Comme le souligne son avocat, Jacques Vergès, on se demande ce qui autorise des magistrats français, à dicter à un citoyen libanais de retour dans son pays, avec l’accord de son gouvernement, son attitude en cas d’agression contre son pays.

Le collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah apelle à un meeting de solidarité le vendredi 15 mai à la bourse du travail de St Denis (région parisienne), à partir de 19h.

Trois militants anti-Otan français originaires de Tours sont ressortis libres du tribunal de grande instance de Strasbourg hier soir. Le tribunal a prononcé la nullité de la procédure estimant qu’il n’avait pas été régulièrement saisi par le parquet. Les débats avaient en partie porté sur la nullité de la procédure soulevée par les trois avocats des prévenus, trois jeunes âgés de 20, 23 et 26 ans, étudiants en sociologie ou diplômé de droit pour l’aîné, arrêtés le vendredi 3 avril sur le parking d’un hypermarché à Illkirch, en possession de gants, de masques, d’alcool à brûler, de white spirit et d’une serpillière.

Au moment de rendre sa décision, le président du tribunal a bien précisé aux trois prévenus que cela ne signifiait pas qu’ils étaient innocents. Une erreur de procédure a entraîné la nullité, mais il n’y a aucun jugement sur le fond de l’affaire. Le procureur de la République de Strasbourg peut donc réengager de nouvelles poursuites contre les trois jeunes dans un délai de trois ans. Le représentant du parquet avait requis des peines de 10 à 12 mois de prison ferme contre les trois jeunes, réclamant également leur maintien en détention. Ils sont libres.

Un jeune allemand originaire de Berlin, poursuivi pour des faits de violences aggravées sur des agents de la force publique, pour rébellion au moment de son interpellation et pour attroupement armé (avec jets de pierres sur les forces de l’ordre) a, lui, été condamné à six mois de prison ferme; il a été maintenu en détention. Le tribunal l’a cependant relaxé des faits de violences aggravées (l’un des policiers s’est fracturé le poignet pendant l’interpellation), mais l’a reconnu coupable des autres faits. Il est également interdit de séjour en France pendant deux ans.

L’audience du 4 mai avait été choisie par la Commission pour un Secours Rouge International comme journée d’action internationale pour les groupes membres du processus de construction d’un SRI. A ce procès, où sont jugés 17 militants communistes, syndicalistes, antifascistes (parmi lesquels quatre se renvendiquent de l’organisation clandestine révolutionnaire Parti Communiste Politico-Militaire), se sont rendues des délégations des Secours Rouge d’Espagne, de France, d’Allemagne, d’Italie, de Suisse et de Belgique. Trois membres et un sympathisant de notre Secours Rouge/APAPC avaient fait le voyage à Milan pour intégrer la délégation internationale. Le dimanche, une réunion a eu lieu où se sont confrontées les expériences de chaque pays, le lundi une présence a été organisée dans et devant le tribunal. La journée s’est terminée par une manifestation improvisée dans les rues de Milan.

Délégation suisse du SR

Calicot belge

Manifestation à Milan

Délégation suisse du SR
Calicot belge
Manifestation à Milan