Le parti socialiste au pouvoir et le parti populaire de l’opposition se sont mis d’accord ce mardi pour durcir la loi contre les partis et les élus de la gauche indépendantiste qui ‘soutiendraient’ ETA. Cette proposition viendrait compléter la mesure adoptée en 2003 qui avait notamment permis d’interdire Batasuna, d’interdire des organes de presse, des organisations de jeunesse, de famille de prisonniers, etc.. Les modifications permettraient, entre autre, de destituer les candidats jugés “proches” d’ETA, même une fois élus.

Uberka Bravo Corral, membre présumé d’Askapena (organisation de solidarité internationale de la gauche indépendantiste basque) a été arrêté ce mardi à Hendaye, dans les Pyrénées Atlantiques. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen émis par un juge espagnol. Selon une source proche du dossier, Bravo Corra avait réussi à échapper à l’arrestation lors de l’opération menée le 27 septembre au cours de laquelle sept autres membres présumés d’Askapena avaient été arrêtés. C’est alors que le mandat d’arrêt le visant avait été émis. Il a été présenté aujourd’hui au parquet général de Pau pour statuer sur sa remise aux autorités espagnoles, qui le soupçonnent également de diriger une unité de l’organisation de jeunesse Segi.

La police espagnole a annoncé vendredi avoir arrêté 41 personnes soupçonnées d’avoir blanchi plus de 200 millions d’euros, utilisés en partie, selon la police, pour financer les FARC. Cette opération, menée par quelque 250 policiers, 27 maisons et établissements opérant des transferts d’argent ont été perquisitionnés. Des opérations policières ont également été menées en Colombie et en Equateur dans le cadre de cette enquête.

Au total, 60 personnes ont été arrêtées dans toute la Catalogne lors des incidents ayant éclaté durant la journée de grève générale, selon un responsable de la police qui a évoqué la possibilité de nouvelles interpellations dans les prochains jours.

La grève générale a atteint 80 pc en Catalogne, soit 2,1 millions de travailleurs et fonctionnaires. Elle protestait notamment contre la réforme du marché du travail, adoptée récemment par le gouvernement Zapatero.

Plus d’une quarantaine d’arrestations ont eu lieu à Barcelone même lors des violents incidents de jeudi, qui ont causé d’énormes dégâts matériels et au cours desquels la police catalane a fait usage de balles en caoutchouc pour disperser une manifestation anticapitaliste. Près d’une cinquantaine de policiers catalans ont été légèrement blessés lors de ces heurts.

Affrontements lors de la grève générale à Barcelone

Affrontements lors de la grève générale à Barcelone

Piquets devant les usines, files d’attente aux arrêts de bus, kiosques vides faute de journaux : l’Espagne a vécu au ralenti, mercredi, la première grève générale de l’ère Zapatero. La grève était suivie “à plus de 70 %” et par plus de dix millions de salariés dans le pays, voire à 100 % dans des secteurs comme la sidérurgie, l’énergie et les services de propreté. Les centrales CCOO (Confédération syndicale des commissions ouvrières) et UGT avaient accepté de garantir, pour la première fois, des services minimum dans les transports, avec par exemple au moins 20 % des vols internationaux et 25 % des trains de banlieue.

Dans l’ensemble du pays, plus d’une vingtaine de personnes ont été blessées lors des heurts entre policiers et grévistes aux abords d’usines, et la police a procédé à une soixantaine d’arrestations. A Barcelone, des affrontements ont eu lieu entre policiers et militants anticapitalistes.

Barricade pendant la grève à Barcelone

Barricade pendant la grève à Barcelone

Laureano Ortega, un prisonnier des GRAPO originaire de Portugalete (Pays basque), âgé de 50 ans et détenus depuis 18 ans consécutifs mais totalisant 21 années de prison, a subi aujourd’hui un infarctus de myocarde dans la prison de Puerto Santa María I (Cádiz). Il a été transporté d’urgence, dans un état grave mais stable, à l’hôpital de Cadix. La famille ne dispose d’aucune autre information.
Le fait de ce que Laureano soit détenu à 1.100 kilomètres de chez lui complique terriblement sa situation et celle de sa famille.

Laureano, un humain le 7 février 1960, a déjà été arrêté durant différentes occasions pendant les années 80. Passé à la clandestinité et il a été arrêté en décembre 1992, brutalement torturé et emprisonné, toujours dans un régime de dispersion et d’isolement.
La famille doit voyager deux jours pour une visite de 40 minutes derrière un e vitre, et doit subir des fouilles humiliantes.

Laureano Ortega Ortega

Laureano Ortega Ortega

Dans dans le cadre d’une vaste opération de la Garde Civile, neuf membres présumés de la direction nationale de l’organisation de la gauche indépendantiste basque Ekin ont été arrêtées ce matin dans les provinces du Pays-Basque et de Navarre. Cette opération a déjà donné lieu à plus de vingt perquisitions et reste ouverte. EKIN est accusée de liens avec ETA.

Arrestation d’une membre présumée d’Ekin

Arrestation d'une membre présumée d'Ekin

Militant du PCE(r), Javi Garcia Victoria a été arrêté à Madrid le 26 novembre 2002, dans le cadre d’une opération policières dans laquelle 25 personnes, militants du PCE(r) ou du Secours Rouge International en Espagne ont été arrêtés. Javi a été condamné à 6 ans de prison.

Le 29 septembre 2005, il se confronte aux gardiens qui veulent le forcer à partager une cellule. À la fin de 2005 il est mis en liberté conditionnelle mais, le 13 août 2007, il est ré-arrêté en pleine rue, à Madrid. En février 2009, il est condamnée à six mois de prison supplémentaires pour la bagarre avec les gardiens de prison de 2005. Après avoir été détenu dans de nombreuses prisons espagnoles, Javi sera libérée mardi prochain, 14 septembre de 2010.

Francisco Javier García Victoria

Francisco Javier García Victoria

Dans la vidéo envoyée notamment à la BBC, ETA annonce son souhait d’aboutir à une solution démocratique au conflit. ‘Dans son engagement d’un processus démocratique pour décider librement et démocratiquement de du futur du peuple basque, par l’intermédiaire du dialogue et de négociations, ETA se dit prête à accepter les conditions démocratiques minimales nécessaires pour mettre en route le processus démocratique, si le gouvernement espagnol le souhaite. ETA appelle tous les citoyens basques à continuer leur lutte, chacun dans leur domaine, quel que soit leur degré d’engagement.

Jon Kepa Preciado Izarra avait quitté l’Espagne en 2003 pour rejoindre la France car il y était recherché pour ‘appartenance à bande armée’ et ‘possession d’armes et d’explosifs’. Les autorités espagnoles l’accusaient d’être impliqué dans plusieurs attaques à la voiture piégée et à l’explosif contre des bâtiments publics. En 2004, il a été interpellé par la police française après la découverte d’un des plus grands ateliers clandestins d’ETA. Huit membres présumés d’ETA ont été jugés dans le cadre de cette affaire en 2009, écopant de peines allant de 18 mois à 16 ans de prison. Izarra en prenait alors pour dix ans.

Hier, la France a accédé à la réclamation de la justice espagnol. Le prisonnier, réclamé par l’Audience nationale, plus haute instance pénale espagnole, a été emmené vers Madrid par des agents espagnols. Il devra répondre ‘d’appartenance à bande armée’ et de ‘possession d’armes et d’explosifs’.