Le renouvellement des Véhicules blindés à roues de la gendarmerie [VBRG], utilisés pour le maintien de l’ordre depuis 1974, avait été retardé par manque de crédits et par l’absence, sur le marché, de véhicules correspondant aux besoins (il fallait un moteur placé à l’arrière du blindé afin que celui-ci pût déblayer des voies entravées par des barricades avec une lame fixée à l’avant, alors que les blindés militaires ont le moteur placé à l’avant pour permettre la sortie arrière des soldats, à l’abri du véhicule. Les VBRG ont bénéficié de programmes pour prolonger leur durée de vie mais leur intense utilisation lors des derniers conflits sociaux a accéléré leur usure.

En décembre 2020 fut lancé un appel d’offres portant sur l’acquisition de 90 nouveaux blindés (voir notre article). Et, la Gendarmerie disposant de 20 VAB (véhicules de l’avant blindé) cédés par l’armée de Terre (voir notre article), il fut estimé superflu d’équiper ces futurs véhicules d’une lame. Trois candidats se présentaient: Arquus, avec le Sherpa Light, Nexter, avec le VBMR Serval et un dernier venu: Soframe, filiale du groupe Lohr avec le Multi Purpose Gendarmerie Vehicle (MPGV). Ce serait ce dernier qui aurait les meilleures chances d’être choisi. Cet engin 4 X 4 de 13 tonnes a été conçu pour transporter jusqu’à 10 personnes à la vitesse maximale de 90 km/h.

Lundi 11 octobre, Fabien Bauduin, ancien responsable syndical à Solidaires 21 était jugé au tribunal correctionnel de Dijon pour « participation a un groupement en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destructions de biens ». Le 1er décembre 2018, acte III des gilets jaunes, Fabien Bauduin participait à cette manifestation historique, pendant laquelle des affrontements avaient eux lieux tout l’après-midi dans la rue de la Préfecture. Comme ailleurs en France, les policiers avaient été complètement débordés par les manifestant·es et avaient du se contenter de protéger la préfecture de manière statique, repoussant les assaut des émeutier·es. Le syndicaliste avait été interpellé à son domicile le 18 décembre et mis en examen le soir même. Le procureur de la république réclamait 8 mois de prison avec sursis, 2.000 euros d’amende et 5 ans de privation de droits civiques.

Les grilles de la mairie de Dijon le 18 décembre 2018

 

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Six associations et collectifs de soutien aux prisonniers politiques corses ont décidé de passer à l’action ensemble. Lors d’une conférence de presse commune mercredi à Corte, l’Ora di u Ritornu, Aiutu Paisanu, Patriotti, Sulidarità, Aiutu Patriotticu et le Comité de défense d’Yvan Colonna ont appelé le peuple corse et tous ceux qui se sentent concernés par la cause des prisonniers politiques corses à se rassembler mercredi 20 octobre à 11 heures devant la sous-préfecture de Corte.

 

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Georges Abdallah est un militant communiste libanais et combattant de la cause palestinienne emprisonné en France depuis 1984. Il entamera une 38e année de détention le 24 octobre prochain, ce qui fait de lui l’un des plus anciens prisonniers politiques d’Europe. Samedi 23 octobre, une manifestation est organisée pour exiger sa libération de la gare à la prison de Lannemezan où il est détenu. Une délégation du Secours Rouge International sera présente.

Plus départs en bus et en covoiturages sont organisés :

  • Toulouse : départ en bus – inscriptions collectifpalestinevaincra@gmail.com
  • Bordeaux : départ en bus – inscriptions liberonsgeorges33@riseup.net
  • Région Parisienne : départ en bus – inscriptions campagne.unitaire.gabdallah@gmail.com – collecte en ligne : https://www.cotizup.com/liberezgeorgesabdallah
  • Marseille : contact 07 68 50 21 65 (Soraya) – collecte en ligne : https://www.cotizup.com/bus-pour-georges
  • Montauban : covoiturage – inscriptions 0563630741 ou secretariat@ud-cgt82.fr
  • Auch : covoiturage – inscriptions soutienabdallah32@gmail.com
  • Pau : covoiturage – rdv à 12H30 au parking du Jaï Alaï (458 boulevard du Cami Salié)
  • Albi : covoiturage – contact afps.81@laposte.net
Des centaines de manifestants pour Georges Abdallah

Des centaines de manifestants pour Georges Abdallah

Le préfet de Loire-Atlantique qui était en poste en juin 2019, Claude d’Harcourt, a été mis en examen jeudi 14 octobre pour « homicide involontaire », dans l’enquête sur la mort de Steve Maia Caniço le 22 juin 2019, suite à l’intervention policière lors de la Fête de la musique à Nantes. Dans cette affaire, le directeur de cabinet du préfet de Loire-Atlantique au moment des faits, avait déjà été mis en examen le 22 juillet et le commissaire de police chargé du dispositif de sécurité au moment des faits le 13 juillet, également pour « homicide involontaire ». D’autres responsables (le directeur départemental adjoint de la sécurité publique, ,la mairie de Nantes et Nantes Métropole en tant que personnes morales, la maire de Nantes et l’adjoint au maire chargé de la sécurité, ont été placé sous le statut de « témoin assisté »). Steve, animateur périscolaire de 24 ans, avait trouvé la mort dans une opération policière destinée à faire cesser une soirée en bord de Loire lors de la Fête de la musique. Huit personnes étaient tombées dans le fleuve suite àl’intervention nocturne de la police, dont Steve, dont le corps ne sera retrouvé que le 29 juillet.

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Il y a un an, le 3 octobre 2020, une centaine de militants écolo avaient envahi le tarmac du terminal 2 de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle pour  protester contre le projet d’extension du terminal 4 de l’aéroport. Une journée nationale d’action avait alors été appelée pour réclamer la diminution du trafic aérien et la reconversion de ce secteur. Au cours de cette action 125 militants avaient fini par être interpellés, cinq d’entre eux avaient passé 33 h en garde à vue, et jeudi 7 octobre, sept d’entre eux étaient jugés au tribunal correctionnel de Bobigny.

Le groupe Aéroport Paris réclamait un euro symbolique d’indemnité, l’action n’ayant causé aucun retard et que seul le grillage avait été endommagé, car coupé pour accéder au tarmac. Mais le procureur a requis des peines de un à trois mois de prison avec sursis pour « entrave à la circulation d’un aéronef, dégradations matérielles en réunion et refus de prélèvement ADN » ainsi que pour mise en danger. Outre les poursuites judiciaires, plusieurs des militants de cette action sont concernés par diverses procédures administratives, dont des amendes qui s’élèvent jusqu’à 88 500 euros. Décision le 12 novembre.

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

À la fin des années 2000, dans un contexte marqué par son intégration au sein du ministère de l’Intérieur ainsi que par la Révision générale des politiques publiques, la Gendarmerie nationale a créé des « communautés de brigades », ce qui s’est traduit par la fermeture de 500 brigades dans ses zones de compétence. Résultat : le temps d’intervention des gendarmes s’est allongé. Alors qu’elle a « rectifié le tir » en ne fermant plus de brigade et en mettant en place des « brigades territoriales de contact », la Gendarmerie a été invitée, en 2019, par la Cour des comptes à rationaliser son dispositif dans les zones rurales. Or, en septembre, en conclusion du Beauvau de la sécurité, le président Macron a dit vouloir « doubler sur dix ans la présence des policiers et gendarmes sur la voie publique ».

Pour résoudre cette contradiction, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, ce 6 octobre, le Directeur de la Gendarmerie nationale, le général Christian Rodriguez, a avancé une idée, dont la concrétisation dépendra de la hausse annoncée de l’effectif des gendarmes réservistes, ce dernier devant passer de 34 000 à 50 000 à cout terme. L’idée est d’aller vers des modèles alternatifs, qui pourraient être des postes de gendarmerie dans des endroits où il n’y a pas de brigade. Concrètement, il s’agirait d’affecter deux gendarmes dans le local d’une mairie, à qui il serait confié un budget et des réservistes qui habitent dans le coin.

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Une semaine de mobilisation pour la libération d’Abdullah Öcalan a lieu à Strasbourg. Cette semaine vise plus spécifiquement à obtenir l’application des décisions des organisations internationales, en particulier du Conseil de l’Europe concernant le traitement d’Öcalan dans la prison d’Imrali, où il est détenu à l’isolement depuis 22 ans. Un rassemblement de mille personnes a ainsi eu lieu samedi devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE). Ce même samedi, les Kurdes ont installé 120 tentes devant l’église Saint-Maurice, dans le quartier de la Forêt Noire de Strasbourg, mais le campement n’a pas duré longtemps. La préfecture du Bas-Rhin a décidé de procéder à son évacuation. Celle-ci ne s’est pas faite sans résistance et les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Les violences commises contre le personne des forces de sécurité policiers, gendarmes devraient devenir une incrimination spécifique. Les députés ont approuvé l’article 4 du projet de loi “Responsabilité pénale et sécurité intérieure”. Ce projet, qui doit maintenant passer au Sénat, prévoit une nouvelle incrimination spécifique destinée à réprimer les atteintes commises contre l’ensemble des forces de sécurité intérieure (policiers, gendarmes, militaires de Sentinelle, policiers municipaux et gardes-champêtres, douaniers, pompiers et surveillants pénitentiaires). Ce type de violences était jusqu’ici prévu par les infractions de violences commises à l’encontre des personnes dépositaires de l’autorité publique (PDAP) ou chargées d’une mission de service public.

Le nouveau texte prévoit que “dans les cas les plus graves, les violences ayant entraîné une incapacité totale de travail seront punies de dix ans d’emprisonnement, alors qu’elles sont actuellement punies de sept ans d’emprisonnement, rapporte l’étude d’impact. Ces peines seront également applicables en cas de violences commises contre les membres de la famille de ces personnes, ou commises contre les personnels administratifs qui travaillent à leur côté.”  Voici l’échelle des peines prévue par le nouveau texte:
5 ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende pour des violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à huit jours.
7 ans d’emprisonnement et 100.000 euros d’amende pour des violences ayant entraîné une incapacité de travail supérieure à huit jours.
En cas de circonstances aggravantes, ces peines sont portées à 10 ans d’emprisonnement.

Mardi 21 septembre 2021, le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc (Meuse), a condamné deux personnes à 12 et 9 mois de prison ferme et six autres personnes à de la prison avec sursis. Une personne a été relaxée. Les personnes étaient accusées d’« association de malfaiteurs », « participation à une manifestation illicite » et « violences » pour avoir participé à une manifestation le 15 août 2017 contre le site d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure.