La province de Şırnak, frontalière de la Syrie et de l’Irak, très majoritairement kurde, et dont les élus sont pratiquement tous affiliés au DBP (le pendant kurde du HDP) a été visée -dans le ville de Silopi- par une attaque très dure de la police turque qui était venue armée jusqu’aux dents pour arrêter des militants du YDG-H (voir notre précédent article). L’Assemblée populaire de Şırnak à annoncé qu’elle ne ferait plus confiance aux institutions turques et qu’elle s’auto-organisera autant que possible. Les médias turcs ont rapidement relayé cette annonce comme si c’était une déclaration d’indépendance ou d’autonomie, ce que les représentants de l’Assemblée ont démenti. « Nous n’avons pas déclaré l’autonomie ou l’indépendance, mais nous ne reconnaissons plus l’État fasciste, colonialiste et négationniste […] nous allons nous gouverner nous-mêmes » a déclaré la co-présidente du DBP de Şırnak.

Voir notre dossier ‘Notes sur le Kurdistan’.

Un blindé de la police turque à Silopi.

Un blindé de la police turque à Silopi.

Cette journée du 10 août a été la plus meurtrière depuis la fin du cessez-le-feu du PKK. Dans la province de Sirnak, quatre policiers qui circulaient dans un véhicule blindé ont été tués par l’explosion d’un IED en bordure de route. A Istanbul, une voiture piégée a explosé devant le commissariat du district de Sultanbeyli, tuant un assaillant et blessant 10 personnes, dont trois policiers. Deux militants présumés et un autre policier ont été tués dans des affrontements qui ont suivi. Un militaire a également été tué lorsque des combattants du PKK ont tiré sur un hélicoptère militaire au moment de son décollage dans le district de Beytussebap. Au moins sept autres soldats ont été blessés à cette occasion. D’autres attaques contre la police et l’armée ont eu lieu dans la ville de Lice, dans la province de Diyarbakir, mais le bilan n’est pas encore connu. Les hélicoptères turcs ont bombardé des objectifs du PKK. L’aviation turque estime avoir tué près de 400 combattants kurdes dans les bombardements de ces derniers jours.

En Syrie, l’armée turque à lancé l’opération qu’elle prévoyait depuis des semaines, l’occupation de la partie du Rojava qui n’a pas encore été libérée par les YPG/YPJ. Les brigades baptisées « Sultan Murat Brigade » et « Fatih Sultan Mehmet Brigade » sont entrées dans la ville syrienne de Azaz via le checkpoint de Bab Al-Selamê avec des véhicules blindés arborant des drapeaux turcs. Cette ville était à priori sous contrôle du front al-Nosra, ces derniers seraient partis sans opposer de résistance. S’il ne fait aucun doute que la Turquie a bien amorcé ce lundi son plan d’occupation d’une ‘zone tampon’ dans le but d’empêcher le création d’un état kurde (ou d’une région autonome) à sa frontière, la Turquie est encore très discrète dans sa communication. Difficile de comprendre pour le moment si les brigades qui sont entrées sont officiellement turques ou si ce sont les prétendus ‘insurgés modérés’ que veulent soutenir les USA et la Turquie. Ce qui est sûr, c’est que ces nouveaux belligérants sont entrainés et envoyés par le MIT (Service secret turc).

Notre site sera régulièrement mis à jour au sujet de ces nouveaux événements. En attendant, n’hésitez pas à consulter notre dossier « Notes sur le Kurdistan » pour mieux comprendre la situation sur place.

Le commissariat du district de Sultanbeyli

Le commissariat du district de Sultanbeyli

On en sait plus sur la façon dont les 6 combattants YPG qui ont été remis à Al-Nosra par l’état turc. Les 6 combattants ont été arrêtés à l’hôpital -avant d’avoir reçu les soins nécessaires- comme des étrangers sans titres de séjours et donc déportés. Mais au lieu de les expulser du territoire par le checkpoint tout proche de Mürşitpınar (tenu par les YPG), ils l’ont été par le checkpoint de Bab al-Hawa, contrôlé par le front al-Nosra. La Turquie savait très bien que les 6 seraient arrêtés par les salafistes à cet endroit, ils ont donc été envoyés vers une mort certaine.

Le point rouge représente la position approximative du checkpoint.

Le point rouge représente la position approximative du checkpoint.

Six combattants des YPG avaient été envoyés au Kurdistan-Nord (Turquie) pour y recevoir un traitement approprié. Selon un communiqué publié par le commandement YPG, leurs camarades ont cessé de répondre et ont disparu, ils auraient été remis au front al-Nosra à travers le checkpoint Bab Al-Hawa, à Idlib.

Les YPG demandent à la Turquie de s’expliquer.

N’oubliez pas de consulter notre dossier ‘Notes sur le Kurdistan’ pour mieux comprendre la situation dans la région.

Le point rouge représente la position approximative du checkpoint.

La police turque attaque la ville de Silopi, ville turque très proches des frontières syrienne et irakienne, avec du matériel militaire depuis 4h ce matin. La police a utilisé des tanks, a tiré au hasard dans la foule, a installé des snipers sur les toits et a raflé plusieurs maisons. On rapporte que des personnes ont été arrêtées et torturées. Ce qui se passe en ce moment serait d’une violence insensée : la police aurait incendié un immeuble en empêchant ses habitants de fuir, au moins trois personnes ont été tuées par des tirs de snipers ou de revolvers. Des dizaines de personnes ont été blessées et les combats se poursuivent à l’heure actuelle.

Cette opération viserait une fois de plus les jeunes militants du PKK (le YDG-H), le but de la police semble être d’arrêter plusieurs militants. L’attaque quasi-militaire serait due au fait que la police s’attendait à de la résistance de la part de la population. Effectivement, la population a résisté.

Il y a 3 jours, le 4 août, le PKK avait attaqué la caserne de cette ville au lance-roquette en réponse à l’agression militaire contre les zones de guérilla du PKK en Turquie et en irak.

Plus d’informations cette après-midi.

Un blindé de la police turque à Silopi.

Quatres combattants étrangers des YPG avaient été arrêtés en Irak alors qu’ils rentraient vers leurs pays respectifs (Deux Etats-Uniens, un Russe, et un quatrième non confirmé). Ils ont fini par être libérés après 23 jours de détention. Robert Alleva et Michael Fonda (les deux américains) ont confirmé que les 4 avaient été enfermés dans la même cellule que des membres de l’Etat Islamique, malgré qu’ils aient répété à plusieurs reprises aux officiels du PDK (Parti Démocrate du Kurdistan, parti de droite au pouvoir au Kurdistan irakien) qu’ils étaient membres des YPG. Il n’y a pas besoin de préciser les risques qu’ont encouru les quatre en étant enfermé dans la même cellule que des islamistes. Cet emprisonnement est probablement un nouveau mouvement du PDK pour écarter les Kurdes progressistes syriens et turcs du Kurdistan irakien.

Robert Alleva et Michael Fonda

Robert Alleva et Michael Fonda

Rappel : Voir nos notes sur le Kurdistan pour mieux comprendre la géographie et les organisations dans la région.

Turquie et Irak
Alors que le PKK n’a pas communiqué le nombre de guérilleros tués lors des nombreuses frappes aériennes qui se sont poursuivies ces derniers jours au-dessus des régions turque et irakienne du Kurdistan, le gouvernement turc a annoncé que plus de 260 guérilleros avaient été tués. Ces chiffres doivent être relativisés puisque le gouvernement turc veut se montrer très efficace. Ce 1er aout matin, à Zergelê (village des monts Kandil, en Irak), 10 civils ont perdu la vie ainsi qu’au moins un militant du PKK. Suite à ce massacre, le KRG (Gouvernement Régional du Kurdistan irakien) a à nouveau demandé au PKK de quitter l’Irak, en prétendant que si les frappes turques font des morts parmi les civils, c’est à cause de la présence de la guérilla. Les relations froides entre le PKK et le PDK (Parti Démocrate, libéraux au pouvoir au Kurdistan irakien) se sont à nouveau tendue ce vendredi 31 juillet après qu’un groupe de la HPG (Force de Protection du Peuple) ait saboté -du coté turc- le pipeline amenant le pétrole du Kurdistan irakien en Turquie. En réponse aux nombreux bombardements (qui en plus de tuer et mutiler déclenchent des feux de forêt), la HPG a déclaré qu’au moins 14 soldats et deux policiers turcs avaient été abattus lors d’affrontements ces 3 derniers jours. En plus de cela, des véhicules blindés, hélicoptères et autres équipements militaires ont été cloués au sol par sabotages ou coups de mortier. Enfin, les nombreux vols de reconnaissance et de drones se poursuivent, les cortèges funéraires des combattants morts en luttant contre l’Etat Islamique sont bloqués aux frontières entre la Syrie, la Turquie et l’Irak, et la répression contre le HDP se poursuit. Un seul exemple parmi les dizaines de cas, une enquête a été ouverte contre le chef du HDP pour incitations à la violence et troubles à l’ordre public, lors de manifestations pro-kurdes qui ont eu lieu à l’automne dernier. Ces accusations pourraient lui valoir 24 années de prison. Dernier détail à mentionner sur les dernières nouvelles de l’agression turque contre le Kurdistan, l’ONU soutien l’attaque de la Turquie.

Syrie
Les YPG ont à nouveau demandé au dans un communiqué public que cessent les vols de reconnaissance turcs au-dessus du Rojava. Notons que la Turquie a ouvert sa frontière à des islamistes du Front Al-Nosra qui n’auront pas survécut longtemps au Rojava. Tandis qu’un groupe de ‘modérés’, probablement envoyé par la force d’intervention USA-Turquie s’est lui fait arrêté par les islamistes. La Turquie semble avoir du mal à mener ses actions en Syrie, jusqu’à maintenant.

Une bonne nouvelle avec ça : la ville d’Hassaké, a été déclarée libérée d’EI par les YPG après plusieurs semaines de combats. Avant que les islamistes n’attaquent Hassaké, la ville était partagée entre les YPG et l’armée syrienne arabe (environ moitié-moitié). La ville est à présent très majoritairement sous contrôle des YPG et du MFS (Conseil Militaire Syriaque, pro-YPG) et à l’armée syrienne arabe. Les trois groupes et leurs forces conjointes devraient rapidement se réunir pour re-discuter du contrôle de la huitième ville de Syrie.

Hassaké est débarassée des islamistes.

Hassaké est débarassée des islamistes.

Les violences poursuivent leur ascension entre le PKK et l’armée turque. Ces lundi et mardi, la HPG (guérilla du PKK) a répliqué aux attaques de l’armée turque à de nombreux endroits, dédiant chaque attaque à l’un des combattants abattus ces derniers jours. Entre autres actions de ces 27-28 juillet : le commandant de la garnison du district de Malazgirt a été abattu, un bataillon turc a été attaqué au mortier à Hakkari, trois positions de l’armée turque ont été attaquées à Şırnak (au moins un soldat turc a été tué), un pont a été détruit dans le district d’Amed (Diyarbakir), des routes bloquées à Bazid. Pour cette dernière action, l’armée turc a déployé une colonne de véhicules blindés pour débloquer, un des véhicule a été détruit alors que les soldats étaient à l’intérieur. En plus, de nombreux tirs de mortiers et d’obusiers, des vols de reconnaissances d’avions, de drones et d’hélicoptères Sikorsky, des mouvements de troupes, des livraisons de matériel du coté turc. Les zones de guérilla en Irak ont été bombardées à plusieurs reprises. Le gouvernement fédéral irakien a finalement publié un communiqué en condamnant la violation de sa souveraineté territoriale et les bombardements contre le PKK.

A Amed (Diyarbakir), plusieurs manifestations ont eu lieu contre l’agression militaire turque et l’isolation d’Abdullah Öcalan. La police a attaqué les manifestants avec gaz lacrymogènes et autopompes tandis que les manifestants ont répliqué par des pierres et des grenades assourdissantes, ainsi qu’en creusant des tranchées pour géner la police. Plusieurs coups de feu ont eu lieu dans la manifestation.

Enfin, à la frontière entre la Turquie et le Rojava, des soldats turcs ont ouvert le feu sur une famille qui venait de passer la frontière en se dirigeant vers Kobané. La famille a traversé à Akçakale vers le village de Yapse, à 5km à l’ouest de Tal Abyad (Gîre Spi). Un membre de la HPG qui est accouru en entendant les coups de feu et un enfant de 6 ans ont été blessés et transportés dans un hôpital de Kobané.

Des blindés détruits par le PKK à Lice.

Des blindés détruits par le PKK à Lice.

À Bruxelles, une conférence de presse du KNK (Congrès National Kurde) à la place du Luxembourg à appelé à la reprise des négociations, tout en réaffirment que les Kurdes ne se laisseraient pas faire contre l’agression turque, rappelant que la trêve que Erdogan accuse le PKK d’avoir brisé n’avait même pas être reconnue par l’AKP.

Toujours à Bruxelles, l’OTAN se réunissait à l’appel de la Turquie, elle a confirmé qu’elle soutiendrait son allié contre le PKK. L’OTAN affirme que les frontières de la Turquie et les frontières de l’OTAN sont menacées. Sans aucune surprise, l’OTAN, les USA et l’UE soutiendront la Turquie dans l’agression contre le Kurdistan.

Conférence de presse du KNK

Conférence de presse du KNK

EDIT 2h50 : La zone convenue entre les USA et la Turquie correspond à priori à la ligne de Mare (voir notre précédent article), c’est à dire une zone de 60km entre Mare et Kobané qui est effectivement partiellement toujours sous le contrôle des islamistes (c’est la dernière zone du Rojava où ils persistent). L’accord prévoit de confier la zone à des ‘insurgés modérés’. Si la Turquie venait à occuper cette zone, cela compromettrait gravement le projet du Rojava.

En pointillé, la Ligne de Mare.

Les Etats-Unis et la Turquie vont passer un accord pour « combattre l’Etat Islamique » dans le nord de la Syrie. Etant donné qu’il ne reste plus de bases de l’Etat Islamique dans le nord de la Syrie (excepté entre Mare et Kobané qui n’étaient pas des cibles de la Turquie lors des trois attaques faites sur le sol syrien, voir notre précédent article), ces déclarations font penser à un soutien américain aux opérations contre le PKK et les YPG. L’accord est encore flou, mais la coopération entre la Turquie et les USA a déjà commencé dans la région il a quelques jours lorsque l’armée turque a autorisé les avions américains à utiliser la base militaire de Diyarbakir. Le gouvernement turc s’est également entretenu au téléphones avec de nombreux dirigeants pour obtenir leur soutien contre le PKK, à la veille d’un sommet extraordinaire de l’OTAN qui a lieu ce mardi à Bruxelles.

D’autre part, la répression se poursuit en Turquie: les autorités veulent interdire à Abdullah Öcalan de recevoir des visites d’élus politiques du HDP tant que ceux-ci n’auront pas « cesser de soutenir le terrorisme ». Le gouvernement turc a également communiqué que 1050 personnes avaient été arrêtées dans les opérations ‘antiterroristes’, impossible de savoir quelle est la part de révolutionnaires et de réactionnaires parmi les prisonniers, mais le nombre d’islamistes semble extrêmement minoritaire.

Enfin, du coté syrien de la frontière, le Conseil Militaire Syriaque (MFS, milice syriaque au Rojava combattant aux cotés des YPG) a publié un communiqué dans lequel il prévient la Turquie et l’OTAN qu’une attaque contre le Rojava entraînera des représailles de toutes les milices arabes, syriaques et kurdes.

Les YPG et les YPJ

En pointillé, la Ligne de Mare.
Les YPG et les YPJ