Accueil > Dossiers > Techniques de la répression

Techniques de la répression

9 août 2017

Japon : Percée d’Hitachi dans la reconnaissance faciale ?

Le procédé mis au point par Hitachi Kokusai Electric serait capable, à partir d’une photo ou d’images prises par une caméra de vidéosurveillance, d’identifier en temps réel une personne parmi 36 millions ! Le constructeur n’a pas dévoilé ses secrets. Il a par contre confirmé que son système n’était pas encore optimisé. Pour obtenir une bonne détection il faut que les visages mesurent 40 x 40 pixels et qu’ils se présentent sous un angle maximal de 30° verticalement et horizontalement par rapport à la caméra (seules des images en 3D permettent de contourner cet obstacle). Sans parler bien sûr de l’exposition du visage à la luminosité. Selon son intensité, la détection est plus ou moins pertinente. Malgré tout, Hitachi Kokusai Electric annonce sa commercialisation d’ici un an.

Les systèmes efficaces en situation dite “coopérative”, c’est-à-dire lorsque la personne se prête volontairement à la captation de son visage (et suit les consignes qui lui sont données) ne le sont pas avec des captations effectuées de façon “non coopérative”. À ce jour, aucun traitement informatique n’a réussi à égaler le couple œil humain + mémoire. Les performances théoriques des systèmes (Eigenface, GaussianFace, ...) butent sur plusieurs paramètres essentiels et en particulier la qualité de l’image. Le système de Hitachi serait le premier à franchir le cap.

. .

Tags de cet article: - - Nos sources
31 juillet 2017

USA : Les premiers salariés "pucés" en RFID

C’est une première aux Etats-Unis. Dès le mardi 1er août, des employés d’une entreprise du Wisconsin pourront payer la cantine ou encore faire des photocopies grâce à une puce RFID logée sous la peau de la main. Une cinquantaine de salariés - sur 80 - de la compagnie Three Square Market de River Falls se sont portés volontaires. La puce, de la taille d’un grain de riz, leur sera gratuitement implantée entre le pouce et l’index. Un simple mouvement suffira alors aux employés pour ouvrir une porte, payer la cantine ou débloquer leur ordinateur. Cette puce, dont le coût s’élève à 300 dollars, opère sous le principe de l’identification par radiofréquence (RFID, Radio Frequency Identification), une technologie courante pour suivre les livraisons en transit.

Three Square Market Three Square Market

28 juillet 2017

USA : Programme de caméras mobiles à reconnaissance faciale

Motorola, dont la caméra Si500 équipe notamment certains officiers de police de Chicago, a annoncé un partenariat avec l’entreprise Neurala, spécialisée dans la création de réseaux neuronaux artificiels, pour créer des caméras mobiles permettant d’identifier des personnes ou objets, enfant disparu ou suspect recherché. Neurala n’est pas à son coup d’essai : l’entreprise fournit depuis peu ses services aux drones de la fondation Lindbergh qui parcourent le continent africain pour repérer les braconniers à l’œuvre ainsi permettre la protection des animaux grâce à une intervention quasi-immédiate des gardes-forestiers.

La caméra Motorola Si500 La caméra Motorola Si500

10 juillet 2017

Internet : Un programme de prédiction des manifestations basé sur Twitter

Trois spécialistes de la data de Cardiff parviennent à prédire une manifestation seulement en collectant des données sur Twitter. Alors que les réseaux sociaux sont notoirement surveillés par les forces de l’ordre lors de certains grands rassemblements, les chercheurs ont voulu montrer que la police pourrait en faire un usage plus complet encore. En récoltant et analysant plus de 1,6 millions de tweets datant des protestations liées aux grandes manifestations londoniennes de 2011, les universitaires ont construit des modèles de prédiction des manifestations urbaines.

À travers des mots-clés, une surveillance de l’activité et des localisations, le programme de Cardiff serait en mesure de voir les débordements d’une mobilisation des heures avant la police. Une vitre brisée se retrouve d’abord sur Twitter avant d’être centralisée comme une information par les forces de l’ordre, soulignent-t-ils. Le système va par ailleurs encore plus loin puisqu’il tente également de localiser les rassemblements non déclarés avant qu’ils ne débutent. En se plongeant dans les rumeurs qui peuvent circuler sur Twitter et en les évaluant, le programme propose des localisations vraisemblables pour une manifestation à venir. Les trois spécialistes sont parvenus à deux reprises, jusqu’à une heure avant les forces de l’ordre, à déterminer l’emplacement et la tenue de deux manifestations.

. .

Tags de cet article: - - Nos sources
22 juin 2017

Chine : Nouvelles applications de la reconnaissance faciale

La technique de reconnaissance faciale connait en Chine un développement rapide et dans les domaines les plus inattendus. Elle a déjà été utilisée dans ce pays par la chaîne de restauration rapide KFC pour anticiper les commandes des clients, ainsi que dans les toilettes publiques afin de lutter contre le vol de papier hygiénique. Elle va être utilisée dans des villes de quatre provinces du pays pour dissuader les piétons de traverser au feu rouge. Le système prend des photos des contrevenants ainsi qu’une vidéo d’une quinzaine de secondes, qui s’affichent instantanément sur un écran afin de leur montrer qu’ils ont été pris. Les clichés sont ensuite comparés à ceux de la base de données de la police. En moins de vingt minutes, la photo des contrevenants ainsi que des informations personnelles telles que leur numéro de carte d’identité et leur adresse s’affichent sur l’écran installé au carrefour. Les fautifs ont alors le choix entre payer une amende, un cours de code de la route d’une demi-heure ou bien prêter main forte aux policiers de la circulation durant 20 minutes.

Jinan, la capitale de la province de Shandong Jinan, la capitale de la province de Shandong est une des villes concernées par le programme

Tags de cet article: - - Nos sources
15 juin 2017

Allemagne : La police adopte un système suisse de profilage

Depuis quelques semaines, le BKA utilise une méthode mise au point en Suisse pour mieux détecter les djihadistes potentiels. Sur la base d’une série de questions, auxquelles la police peut répondre avec les informations dont elle dispose, le système nommé RADAR-iTE évalue le risque qu’un suspect commette un attentat. Cette méthode d’analyse a été développée sous la direction du responsable suppléant du service psychiatrique et psychologique à l’Office d’exécution des peines du canton de Zurich et professeur à l’Université de Constance. Le système de filtrage est élaboré de telle sorte que les catégories de risque « supérieur à la moyenne » et « élevé » représentent un nombre de personnes suffisamment restreint pour que des investigations plus poussées puissent être menées sur chacune d’entre elles. Ce filtrage permet à la police, qui croule sous la masse d’informations, de travailler de manière plus ciblée.

A l’inverse des système américains, le facteur déterminant de ce système ’est pas le lien avec l’extrémisme politique ou la religion, mais la relation de l’individu avec la violence. Le système d’analyse va ainsi d’abord prendre en compte les indices de propension à la violence : les éventuels délits violents déjà commis, le fait qu’une personne a été confrontée à la violence dans son enfance ou durant une guerre, des pulsions sadiques ou la fascination pour les armes. Si l’un de ces critères est rempli, il ne suffira alors que d’une légère affinité avec l’extrémisme religieux pour que le système catégorise une personne comme dangereuse.

Le siège du BKA à Wiesbaden Le siège du BKA à Wiesbaden

14 juin 2017

Grande-Bretagne : Première arrestation grâce à un logiciel de reconnaissance faciale

Dans le sud du Pays de Galles la police a arrêté le 31 mai un homme en utilisant un logiciel de reconnaissance faciale. Une première au Royaume-Uni. Déjà testé lors d’événements grand public comme le festival de Notting Hill, le système a été reconduit pour la finale de la Champion’s League à Cardiff. Les policiers ont utilisé un équipement et un logiciel fonctionnant en temps réel développés par NEC. Plusieurs camionnettes équipées de caméras sur le toit affublées de l’écriteau « reconnaissance faciale » étaient autour du stade de Cardiff lors de la finale.

Une des camionnettes du système Une des camionnettes du système

28 mai 2017

Grande-Bretagne : Intelligence artificielle policière

La police de Durham, une ville de 50.000 habitants du nord-est de l’Angleterre, va utiliser un programme d’intelligence artificielle nommé Hart (harm assessment risk tool), qui doit aider les policiers à décider s’ils doivent placer en détention ou non un suspect, en évaluant les risques qu’il représente. Conçue avec l’aide de l’université de Cambridge, cette technologie, fondée sur l’apprentissage automatique a assimilé cinq années d’archives de la police de Durham, comprises entre 2008 et 2012. En apprenant des décisions prises pendant cette période, et de la récidive ou non de certains suspects, Hart est censé évaluer le risque – faible, moyen ou élevé – des suspects. Elle analyse pour cela de nombreuses données sur la personne (son casier judiciaire, son âge, le délit dont elle est suspectée, son code postal etc.).

Testée en 2013, les résultats ont été étudiés pendant deux ans – le temps d’évaluer le taux de récidive des personnes analysées par le programme. Les prévisions de "risque faible" se sont révélées justes à 98%, celles de "risque élevé" à 88%. Dans un premier temps, la machine s’exprimera sur des cas choisis aléatoirement. Aux officiers ensuite de s’en inspirer, ou non, pour décider du sort du suspect. Ce fonctionnement permettra de continuer à évaluer ce programme, sans que celui-ci ne s’exprime sur tous les cas, au risque de se révéler trop influent. Aux Etats-Unis, plusieurs Etats disposent d’un outil du même type : Compas, soupçonné de racisme, notamment à l’égard des Afro-Américains. C’est l’un des problèmes posés par l’apprentissage automatique : en s’appuyant sur des décisions humaines, la machine risque de reproduire les mêmes biais.

. .

17 avril 2017

USA : Premières patrouilleuses hybrides

Ford a dévoilé, lundi 10 avril, son véhicule hybride de patrouille. La Police Responder Hybride Sedan équipera prochainement les équipes les brigades de police de New York et Los Angeles. Déclinaison de la Ford Fusion, le véhicule est propulsé par un moteur à cycle Atkinson de 2,0 litres couplé à un moteur électrique alimenté par une batterie lithium-ion. Sous la barre des 97 km/h le véhicule fonctionne en mode électrique. Au-delà l’accélération est gérée par le couplage. Le nouveau modèle consomme deux fois moins que le Ford Interceptor V6 3.7 L qui équipe de nombreuse forces de police aux USA.

La Ford Police Responder Hybride Sedan La Ford Police Responder Hybride Sedan

6 avril 2017

Robot-policier : Et maintenant Dubaï...

Au dernier GITEX (Gulf Information Technology Exibition) des droïdes policiers patrouillaient dans le salon. Les robots disposaient d’un écran sur leur "torse" qui permettra aux gens de porter plainte, signaler une violation ou un délit. Ce n’était alors que des prototypes. La police de Dubaï, IBM supercomputer, Watson, et Google sont en train de développer leur intelligence afin de leur permettre d’être dirigés directement par commande vocale. Le but est de gagner en efficacité pour améliorer l’autonomie des androïds. La ville de Dubaï lancera ses premières patrouilles robotisées le mois prochain, en mai 2017. C’est en Chine que le mois passé les premiers robots policiers sont entrés en service (voir notre article)

Robot policier à Dubaï

Tags de cet article: - Nos sources

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 280

SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?