Dans une communication présentée lors de l’Internet Measurement Conference 2011, qui s’est tenu à Berlin du 2 au 4 novembre, des chercheurs ont démontré que tous les utilisateurs de Skype pouvaient voir leurs adresses IP identifiées, et donc les zones géographiques d’où ils se connectent, mais également qu’il était possible de savoir s’ils téléchargeaient ou partageaient des fichiers sur un système de partage de fichiers P2P. Et ce, quand bien même ils auraient configuré leur logiciel pour ne permettre qu’à leurs amis de voir s’ils sont connectés, ou pas…

Skype est censé garantir la confidentialité de nos télécommunications, en les chiffrant via un algorithme propriétaire. Nul ne sait jusqu’où cet algorithme propriétaire est fiable, ou pas (en vertu du Principe de Kerckhoffs, un système ne peut être considéré comme sécurisé que si l’on en connaît le code source, et donc le mode d’emploi, le secret ne devant reposer que sur la clef, secrète, en tout cas personnelle). Mais en l’espèce, le problème n’est pas une “faille de sécurité” plus ou moins facile de corriger, mais un problème de conception : par défaut, Skype transmet en effet l’adresse IP de tous ses utilisateurs, quand bien même ils aient pourtant interdit aux autres utilisateurs de savoir s’ils étaient connectés… ce que les chercheurs ont pu vérifier en traquant 20 volontaires, et 10.000 utilisateurs de Skype choisis aléatoirement (et anonymisés). Pour 500$ seulement, il a été possible de créer une base de données circonstanciée de 10.000 utilisateurs (avec leurs noms, prénoms, adresses, professions et employeurs), en croisant ces données avec celles disponibles sur les réseaux sociaux…