Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Au moins 164 défenseurs de l’environnement se battant contre des projets miniers, forestiers ou agro-industriels ont été tués en 2018, selon l’ONG Global Witness. Le pays le plus dangereux pour les militants et les autochtones défendant leurs terres a été les Philippines, avec 30 meurtres. La Colombie et l’Inde ont elles compté 24 et 23 morts en 2018. Avec 16 meurtres confirmés, le Guatemala est de son côté le pays avec le plus de morts comparés au nombre d’habitants.

L’événement le plus mortel a eu lieu dans l’Etat du Tamil Nadu, dans le sud de l’Inde, où elle assure que 13 personnes ont été tuées après une manifestation contre l’entreprise Sterlite, raffinant le cuivre (voir notre article). Au moins huit militants impliqués dans des conflits terriens avec des représentants de l’industrie du soja ont été tués en 2018 dans l’Etat brésilien de Para à lui seul. Aux Philippines, qui ont pris la place du Brésil comme pays le plus meurtrier, c’est neuf cultivateurs de canne à sucre, dont des femmes et des enfants, qui ont été abattus par des hommes armés sur l’île de Negros. L’avocat représentant les familles des victimes a été tué quelques jours plus tard.

La manifestatrion contre l'usine Sterlite

La manifestatrion contre l’usine Sterlite

AlexisDes manifestants ont affronté la police mercredi soir dans le quartier d’Exarchia suite à la libération d’un policier qui avait abattu le 6 décembre 2008 Alexis Grigoropoulos, âgé de 15 ans. Ils ont lancé des cocktails Molotov, des pierres, des tables et des chaises de bars situés à proximité sur une escouade anti-émeute postée devant le bureau du parti PASOK à Harilaou Trikoupi. Deux personnes ont été arrêtées pour l’incident. Les affrontement ont eu lieu quelques heures après qu’un rassemblement se soit tenu quelques rues plus loin, à l’endroit où Alexis Grigoropoulos avait été abattu. Une cour d’appel du centre de la Grèce avait réduit la peine à perpétuité à 13 ans, et le policier a été libéré après avoir purgé un tiers de cette peine.

Mardi 30 juillet, 20 autres prisonniers palestiniens de la prison du désert du Néguev ont rejoint huit détenus administratifs déjà en grève de la faim pour réclamer la liberté des détenus administratifs et la fin de l’emprisonnement sans accusation ni jugement. Les 20 prisonniers qui ont pris part à la grève étaient dirigés par Wael Jaghoub , le chef de de la branche pénitentiaire du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP).

En guise de représailles, des unités israéliennes ont pris d’assaut deux parties de la prison, notamment celles où sont détenus des prisonniers du FPLP. Les pièces des sections 10 et 13 ont été perquisitionnées et fouillées, tandis que de nombreux prisonniers ont été transférés de section en section. Des prisonniers ont notamment été menacés de transfert dans d’autres prisons s’ils poursuivaient leur grève.

Plus d’infos sur les prisonniers ici

Six des 28 prisonniers en grève de la faim

Six des 28 prisonniers en grève de la faim

Le 25 juillet, les Forces Combattantes Partisanes (FCP) ont revendiqué dans un communiqué l’incendie de la façade et des véhicules commerciaux de la concession dont le patron est ouvertement sexiste. Ce patron de garage traite volontiers les femmes ouvrières de “conne de femme” et leur fait payer des devis gonflés. Cette action fait suite à un tag le 8 mars par le Parti Communiste maoïste.

Plus d’infos ici

Opération des Forces Combattantes Partisanes contre un patron sexiste

Opération des Forces Combattantes Partisanes contre un patron sexiste

Mardi 30 juillet, un rapport d’enquête de l’IGPN sur la mort de Steve Maia Caniço à Nantes n’établit pas de « lien entre l’intervention de la police et la disparition du jeune homme ». L’annonce a eu l’effet d’une bombe et de nombreuses personnes se sont d’abord indignés de la conclusion du rapport. Cette indignation s’est notamment traduite par un florilège de tweets parodiant le constat de la police des polices.

Suivez le fil #SelonLIGPN sur Twitter

un_exemple_de_tweet_sur_selonlipgn.png

Un paramilitaire du CRPF a été tué mercredi dans l’explosion d’un IED déclenchée par des guérilleros maoïstes dans le district de Bastar dans le Chhattisgarh. L’explosion a eu lieu vers 6 heures du matin, près d’un camp du 195e bataillon du CRPF, à Pushpal, à Bastar, lorsque l’une de ses patrouille était de retour après une opération anti-guérilla lancée la veille au soir dans les forêts situées le long des districts de Bastar et de Dantewada.

Soldats de la CRPF en opération dans le Chhattisgarh

Soldats de la CRPF en opération dans le Chhattisgarh

Le sympathisant maoïste présumé, Konnath Muralidharan (camarade Ajith), arrêté près de Pune en 2015, a quitté la prison centrale de Yerawada, deux mois après que la Cour suprême ait rejeté le plaidoyer du gouvernement du Maharashtra contestant la libération sous caution accordée par la Haute Cour de Bombay en février. La libération de Muralidharan a été bloquée pour une raison bureaucratique. Konnath Muralidharan a été libéré mardi vers 17h30 de la prison de Yerawada après que toutes les formalités aient été accomplies.

Konnath Muralidharan (camarade Ajith)

Konnath Muralidharan (camarade Ajith)

Mardi 30 juillet à Saïda au Liban, des milliers de palestiniens et libanais manifestaient pour les droits des réfugiés palestiniens au Liban, pour le droit au Retour et contre la tentative de liquidation de la cause palestinienne. La campagne pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah et les amis du Collectif Palestine Vaincra étaient également présents pour exiger la libération du communiste libanais tout comme celle d’Ahmad Sa’adat, le secrétaire général du FPLP emprisonné par l’occupation sioniste (voir notre article).

Une vidéo de la manifestation ici

Manifestation au Liban pour le droit au retour en Palestine

Manifestation au Liban pour le droit au retour en Palestine

Le 30 juillet débutait le procès de Tuna Altinel, professeur de mathématique en France, emprisonné depuis le 11 mai (voir notre article). Il est actuellement jugé pour « appartenance à une organisation terroriste ». À la fin de cette première audience, le juge a accordé la liberté provisoire sans mesures de contrôle judiciaire. Il reste néanmoins sous le coup d’une mesure administrative le privant de son passeport l’empêchant de quitter la Turquie. La prochaine audience de son procès aura lieu le 19 novembre.

Tuna Altinel

Tuna Altinel

Il existera, peut-être, une nouvelle option pour les élèves de 5e et de 6e secondaire. Ils pourraient choisir un cours d’armée, une sorte de préparation militaire et de sécurité. Le projet n’a pas encore été officiellement validé par les réseaux d’enseignement mais ils se disent intéressés. L’armée et la police, aussi, évidemment, puisque cela pourrait susciter des vocations et, donc, combler leur manque d’effectifs. Dès 2021, les élèves de 5e et 6e secondaire pourraient découvrir le métier en technique de qualification. Une première année de connaissances générale, une seconde plus active. La Fédération Wallonie-Bruxelles et la Flandre sont plutôt enthousiastes, une réunion est prévue fin août pour élaborer le projet.

Militaires belges en mission “anti-terroriste”