Le chef de la police nationale philippine, le général Guillermo Eleazar, a fait l’éloge du bureau régional de la police 5 (PRO-5) pour avoir « neutralisé », c’est à dire abattus, cinq guérilleros présumés de la nouvelle armée populaire (NPA) à Barangay Bugtong, (Madaon, province de Masbate), dimanche 24. Le Parti communiste des Philippines a fait savoir que les personnes tuées dans l’opération de police étaient des paysans, non des membres du NPA, et qu’aucune unité de la NPA n’opérait dans les environs.

policiers philippins

 

Quatre combattant.e.s maoïstes de la NPA ont été tué.e.s par des tirs des forces conjointes (police-armée) gouvernementales à Barangay San Pablo, Manapla, Negros Occidental jeudi 2 en matinée. Des policiers et des militaires du 79e bataillon d’infanterie de l’armée philippine, basé dans le nord de Negros, ont tué Marilyn « Monet » Badayos, présentée comme la responsable des finances du Front Negros du Nord de la NPA et ancienne secrétaire du Front du Sud-Est ; Ronilo « Wowie » Desabille, du comité d’éducation de la propagande, et Rody « Brod » Carbajosa, un responsable de la logistique du Front Negros du Nord. La quatrième tué n’a pas encore été identifié. Sur les lieux, les troupes ont récupéré un pistolet .45, un autre .38, deux grenades à main, du matériel politique.

Deux soldats de l’armée gouvernementale ont été blessés lors d’une embuscade tendue par des guérilleros maoïstes à Tapaz, Capiz, ce dimanche matin. C’est un détachement du 12e bataillon d’infanterie de l’armée, qui cherchait à accrocher un groupe d’une dizaine de combattants de la NPA, qui est tombé dans une embuscade tendue par eux vers 6 heures du matin.

Combattantes de la NPA

Combattantes de la NPA

Cinq membres présumés de la guérilla maoïste ont été tués par les forces gouvernementales mardi à Barangay Dungeg (Cagayan). C’est un bombardement de l’aviation philippine qui a touché sur un groupe d’une quarantaine de guérilleros du Comité Régional de la Cagayan Valley de la NPA. Un  détachement de la 5e Division d’infanterie a ensuite saisi sur le terrain plusieurs armes, un atelier de fabrication d’engins explosifs ainsi que des téléphones portables, des équipements médicaux, des documents politiques etc.

 

Un guérillero maoïste a été tué alors que de nouveaux combats ont éclatés entre les forces gouvernementales et celles de la NPA dans l’arrière-pays de Gingoog (Misamis Oriental). Un détachement de la 4e Division d’infanterie a accroché samedi une dizaine de combattants maoïstes dans le village de Lawaan. Les militaires ont récupéré deux fusils M16 et un fusil M14 sur le site de la fusillade.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

 

La poétesse Kerima Lorena « Ka Ella » Tariman, ainsi qu’un maoïste connu sous le pseudonyme de « Pabling » ont été tués par les militaires de l’armée philippine à Silay City (Negros Occidental), le vendredi 20 août. Née en 1979, Tariman est entrée à l’Université en 1996 comme étudiante en journalisme. Elle a quitté l’université quatre ans plus tard pour s’impliquer dans le travail communautaire. Elle entame alors une oeuvre littéraire, écrivant principalement de la poésie, qui sera publiée dans de nombreux journaux et qui lui vaudra la réputation de meilleure poète de sa génération. En 2000, alors qu’elle était rédactrice en chef du Philippine Collegian, elle a été arrêtée et détenue alors qu’elle se trouvait dans la province d’Isabela pour faire des recherches sur les communautés paysannes locales. «J’espérais seulement mieux comprendre la situation des paysans dans cette région», avait-elle déclaré dans une interview en 2012 « Mais toute l’expérience, de la vie avec les paysans à mon arrestation et ma détention, est une leçon indispensable sur la réalité de la lutte des classes. »

Elle avait rejoint la guérilla maoïste sans cesser d’écrire, et était devenue un cadre dirigeant du Commandement Roselyn Jean Pelle de la Nouvelle Armée Populaire. La fusillade dans laquelle elle a été tuée a duré 35 minutes, opposant une dizaine de maoïstes à un détachement du du 79e bataillon d’infanterie entre la NPA et le 79e bataillon d’infanterie. Un soldat gouvernemental a également été tué lors de la fusillade. Un fusil M16 et un sac à dos contenant des téléphones portables, un hamac et des ponchos ont été récupérés par les militaires sur les lieux.

Lundi matin, l’armée philippine aurait tué 16 guérilleros maoïstes lors d’un raid contre une base de la NPA à Dolores (Eastern Samar, dans le centre des Philippines). Cette opération s’est effectuée avec un soutien de tirs d’artillerie et un bombardement aérien. Les soldats du 52e bataillon d’infanterie ont récupéré sur le terrain des installations de fabrication d’explosifs et une vingtaine d’armes. La ville de Dolores est située à 185 kilomètres au nord-est de Tacloban, la capitale régionale.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

 

 

Quatre soldats ont été blessés hier vendredi lors d’un affrontement avec dix combattants de la New People’s Army dans les montagnes de Barangay Capellan (Isabela). Ces militaires appartenaient à un peloton du 95e bataillon d’infanterie envoyé dans un village où des guérilleros avaient été signalés. Les soldats blessés ont été transportés par avion à l’hôpital militaire pour y être soignés. Les guérilleros appartiendraient au Regional Sentro De Gravidad (RSDG) du Komiteng Rehiyon – Cagayan Valley.

 

Un sous-officier de l’armée gouvernementale a été tué et deux autres militaires ont été blessés dans une embuscade tendue par la guérilla maoïste à Barangay Dolores, dans le nord de Samar. Les trois militaires, qui faisaient partie de la 83e Compagnie de renseignement militaire, se rendaient à moto au Barangay de San Francisco pour enquêter sur l’incendie d’équipement lourd par des guérilleros jeudi matin. Une colonne d’une vingtaine de maoïstes avaient en effet incendié neuf engins (un bulldozer, un rouleau compresseur, des pelleteuses, un camion à benne basculante, un moteur d’entraînement, une grue et un groupe électrogène de soudage) qui étaient utilisés pour construire un pont. Les militaires ont essuyé le feu d’armes automatiques de la part d’un groupe de dix maoïstes qui s’est aussitôt après retiré. Les troupes du 20e bataillon d’infanterie, basé à Las Navas, ont immédiatement lancé une opération de poursuite.

Un des engins incendiés par les maoïstes