Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Lundi après-midi, six soldats philippins ont été tués et 23 autres blessés, dans une embuscade de la NPA sur l’île de Samarr, dans le centre-est du pays.  Trois pelotons du 14e bataillon d’infanterie évoluaient sur un terrain escarpé à Sitio Bangon, quand les guérilleros ont déclenché l’explosion simultanée de six IED. Les guérilleros, qui étaient une cinquantaine, ont ensuite ouvert un feu nourri contre les militaires qui ont répliqué. La fusillade a duré 50 minutes et les maoïstes se sont retirés avant l’arrivée des renforts.

Combattants de la NPA

 

 

Le département d’État des États-Unis, ou ministère des Affaires étrangères des États-Unis, a publié vendredi un rapport sur le terrorisme dans lequel il décrit le Parti Communiste des Philippines/New People’s Army comme l’une des organisations terroristes les plus dangereuses au monde menaçant les intérêts des États-Unis. Pour le département d’État, le PCP-NPA est l’une des organisations les plus dangereuses au monde après les Talibans (Afghanistan), Daesh, Al-Shabaab et Boko Haram. Dans cette liste de 67 organisations, dont une très large majorité d’organisations islamistes, on trouve l’ETA, la Continuity Irish Republican Army (CIRA), le PKK, l’ELN, les FARC-EP, le FPLP, le FPLP-QG, la Real IRA (RIRA), et le Revolutionary People’s Liberation Party/Front (DHKP/C), le Parti Communiste du Pérou (Sendero Luminoso), Revolutionary Struggle (Grèce). On retrouve aussi la présence du Parti Communiste d’Inde (maoïste) et du Parti Communiste du Népal (maoïste).

Lire le Rapport du Département d’État

Combattants de la NPA

Le 31 octobre 2019, la police et l’armée ont arrêté 57 personnes, dont des mineurs, lors d’un raid sur les organisations progressistes Gabriela, Bayan Muna et deux syndicats philippins à Bacolod City aux Philippines. Cette procédure s’inscrit dans les opérations de contre-guérilla contre la New People’s Army (branche armée du Parti Communiste des Philippines) active dans la région.
Une campagne de solidarité internationale a été lancée avec les hashtags #ReleaseNegros57 #DefendNegros, #ActivismIsNotACrime et #StopTheAttacks.

Un membre de la New People’s Army s’est évadé du Centre de détention d’Allen, dans le Samar du Nord, jeudi soir. Aljon Tamoyang Cardenas, guérillero maoïste, était poursuivi pour meurtre et violation de la loi sur la réglementation générale des armes à feu et munitions. Cet étudiant en criminologie de l’Université de l’Est des Philippines, avait été capturé le 28 mars après que lui et une cinquantaine de maoïstes avait échoués à prendre d’assaut le commissariat de Victoria. Trois guérilleros avait été tués lors du raid (voir notre article).

Aljon Tamoyang Cardenas lors de son arrestation

 

Deux guérilleros présumés de la New People’s Army (NPA) ont été tués au cours d’une série d’affrontements avec les forces de sécurité gouvernementales à Agusan del Sur au cours du week-end. Les soldats ont retrouvé les corps des maoïstes sur les lieux des affrontements qui ont eu lieu dimanche matin à Barangay Binucayan. Le premier guérillero a été tué au cours de combats sporadiques d’une durée de deux heures dans l’Union de Sitio, entre les maoïstes et le 60e bataillon d’infanterie de l’armée. Les militaires ont aussi récupéré un fusil M16, un IED de 15 kilos et du matériel politique. Le deuxième maoïste a été tué dans une opération de poursuite lancée par l’armée dans l’après-midi du même jour. Les soldats ont, là aussi, récupéré un  M16 ainsi qu’une grenade, des munitions et du cordeau détonant.

Combattants de la NPA

 

Un tribunal de première instance de  Manille a ordonné l’arrestation du fondateur Parti communiste des Philippines (CPP), Jose Maria «Joma» Sison, de son épouse Juliet Sison, du conseiller principal du Front national démocratique des Philippines, Luis Jalandoni, des dirigeants communistes Rodolfo Salas et Leo Velasco et 34 autres personnes. Ils ont été inculpés du meurtre de 15 personnes dont les corps avaient été trouvé dans une fosse commune commune, dans le centre des Philippines, au moment des plus violents combats entre la guérilla maoïste et l’armée du dictateur Ferdinand Marcos. Jose Maria Sison a déclaré que la liste des accusés était totalement stupide et fabriquée de toute pièce. En effet, la liste inclut les noms de personnes emprisonnées au moment du prétendu massacre, y compris lui-même. La liste inclut également des personnes décédées…

José Maria Sison

 

Un membre présumé de l’insurrection maoïste a été tué, et sept autres ont été capturés, par les forces de sécurité à Barangay Bagacay (dans la région d’Ozamis City), dimanche matin. Un détachement composé de militaires de la 1ère Division d’infanterie et de policiers a accroché un groupe de maoïstes. Le groupe a d’abord pour s’échapper mais a été ensuite bloqué par les forces gouvernementales.

 

Deux paramilitaires anti-guérilla ont été tués lors d’une attaque de la NPA contre un détachement du CAFGU (Citizen Armed Force Geographical Unit ) dans la localité de Sition Mongol, à Sallapadan (Abra), jeudi 15 août au  petit matin. Un milicien a été tué sur le coup, l’autre est mort à l’hôpital. Les unités de la CAFGU sont administrées par des unités régulières des forces armées des Philippines et sous leur contrôle opérationnel. Leur première mission est d’empêcher la reconstitution de l’insurrection dans des secteurs ratissés par l’armée régulière et la police. Ces miliciens armés et payés commettent tellement d’abus que la suppression du CAFGU a été déjà ouvertement envisagée par des gouvernements aux Philippines. En 2000, 853 affaires de violation des droits de l’homme avaient été déposées contre 1 070 membres du CAFGU.

Paramilitaires du CAFGU

 

Un combat meurtrier a opposé jeudi des militaires de la 303e brigade d’infanterie  à la guérilla maoïste à Barangay Buenavista, dans le Negros occidental. Un militaire a été tué et deux autres blessés (dont un capitaine).  Après  30 minutes de fusillade, les guérilleros se sont retirés dans la jungle en ne laissant personne sur le terrain. L’armée revendique avoir tué trois d’entre eux. Les militaires ont récupéré 500 obus de lance-grenades, des fusils M14 et M16, une mitrailleuse M60 ainsi que du matériel d’artificier.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

 

 

 

Au moins 164 défenseurs de l’environnement se battant contre des projets miniers, forestiers ou agro-industriels ont été tués en 2018, selon l’ONG Global Witness. Le pays le plus dangereux pour les militants et les autochtones défendant leurs terres a été les Philippines, avec 30 meurtres. La Colombie et l’Inde ont elles compté 24 et 23 morts en 2018. Avec 16 meurtres confirmés, le Guatemala est de son côté le pays avec le plus de morts comparés au nombre d’habitants.

L’événement le plus mortel a eu lieu dans l’Etat du Tamil Nadu, dans le sud de l’Inde, où elle assure que 13 personnes ont été tuées après une manifestation contre l’entreprise Sterlite, raffinant le cuivre (voir notre article). Au moins huit militants impliqués dans des conflits terriens avec des représentants de l’industrie du soja ont été tués en 2018 dans l’Etat brésilien de Para à lui seul. Aux Philippines, qui ont pris la place du Brésil comme pays le plus meurtrier, c’est neuf cultivateurs de canne à sucre, dont des femmes et des enfants, qui ont été abattus par des hommes armés sur l’île de Negros. L’avocat représentant les familles des victimes a été tué quelques jours plus tard.

La manifestatrion contre l’usine Sterlite

La manifestatrion contre l'usine Sterlite