Une paire de Xaviers, des robots à roues alimentés par l’IA avec des caméras à 360 degrés, se déploieront dans le Toa Payoh Central, très fréquenté par les piétons, pour surveiller la zone à la recherche de “comportements sociaux indésirables” comme fumer, vendre des marchandises à la sauvette, ou sortir en groupes de plus de cinq personnes (interdiction liée aux mesures contre la pandémie). Le robot autonome est équipé de capteurs pour éviter les obstacles de toutes sortes, de caméras pour fournir une puissance vidéo à 360 degrés et d’un tableau de bord pour montrer des détails tels que la batterie du robot et ses signes vitaux. Son itinéraire sera déterminé à l’avance par les agents, qui pourront répondre aux incidents en temps réel grâce à un interphone bidirectionnel intégré au tableau de bord. Le ministre de l’Intérieur de Singapour, K Shanmugam, avait par ailleurs déclaré en août que la cité-État vise à disposer de plus de 200 000 caméras de police d’ici 2030, soit plus du double du nombre actuel.

Yang Kyeung-soo, président de la Confédération Coréenne des Syndicats (KCTU), la plus grande fédération de syndicats indépendants du pays, qui compte un million de membres, a été arrêté le 2 septembre lors d’une descente de police dans son bureau de Séoul. Des centaines de policiers ont encerclé le bâtiment, où Yang Kyeung-soo s’était réfugié suite aux menaces d’arrestation, et forcé les portes. Un tribunal local avait émis un mandat d’arrêt pour violation des lois de distanciation sociale de Covid, suite à l’organisation d’un rassemblement dans le centre-ville de Séoul le 3 juillet dernier.

Ce jour là, la KCTU avait organisé un rassemblement dans le centre-ville de Séoul, appelant le gouvernement à lutter contre les inégalités aggravées par la pandémie, au gel des licenciements pendant la pandémie et des paiements directs en espèces pour les travailleurs et les indépendants. Le gouvernement n’a pas autorisé le rassemblement, mais environ 8 000 syndicalistes se sont quand même réunis, en respectant scrupuleusement les directives officielles de distanciation sociale. Après le rassemblement, seuls trois participants ont été testés positifs pour Covid, avec peu de preuves pour lier leurs infections au rassemblement.

Un guérillero maoïste a été tué alors que de nouveaux combats ont éclatés entre les forces gouvernementales et celles de la NPA dans l’arrière-pays de Gingoog (Misamis Oriental). Un détachement de la 4e Division d’infanterie a accroché samedi une dizaine de combattants maoïstes dans le village de Lawaan. Les militaires ont récupéré deux fusils M16 et un fusil M14 sur le site de la fusillade.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

 

La poétesse Kerima Lorena “Ka Ella” Tariman, ainsi qu’un maoïste connu sous le pseudonyme de “Pabling” ont été tués par les militaires de l’armée philippine à Silay City (Negros Occidental), le vendredi 20 août. Née en 1979, Tariman est entrée à l’Université en 1996 comme étudiante en journalisme. Elle a quitté l’université quatre ans plus tard pour s’impliquer dans le travail communautaire. Elle entame alors une oeuvre littéraire, écrivant principalement de la poésie, qui sera publiée dans de nombreux journaux et qui lui vaudra la réputation de meilleure poète de sa génération. En 2000, alors qu’elle était rédactrice en chef du Philippine Collegian, elle a été arrêtée et détenue alors qu’elle se trouvait dans la province d’Isabela pour faire des recherches sur les communautés paysannes locales. «J’espérais seulement mieux comprendre la situation des paysans dans cette région», avait-elle déclaré dans une interview en 2012 “Mais toute l’expérience, de la vie avec les paysans à mon arrestation et ma détention, est une leçon indispensable sur la réalité de la lutte des classes.”

Elle avait rejoint la guérilla maoïste sans cesser d’écrire, et était devenue un cadre dirigeant du Commandement Roselyn Jean Pelle de la Nouvelle Armée Populaire. La fusillade dans laquelle elle a été tuée a duré 35 minutes, opposant une dizaine de maoïstes à un détachement du du 79e bataillon d’infanterie entre la NPA et le 79e bataillon d’infanterie. Un soldat gouvernemental a également été tué lors de la fusillade. Un fusil M16 et un sac à dos contenant des téléphones portables, un hamac et des ponchos ont été récupérés par les militaires sur les lieux.

Les talibans ont pu mettre la main sur des dispositifs biométriques américains qui pourraient les aider à identifier les personnes étant venues en aide aux forces de coalition. Connus sous l’acronyme HIIDE (pour “Handheld Interagency Identity Detection Equipment”), ces appareils auraient été saisis il y a quelques jours seulement, dans le cadre de l’offensive des talibans. Or, ces dispositifs contiennent de nombreuses informations stratégiques, y compris des empreintes digitales et des scans d’iris de populations afghanes, regroupés au sein de bases de données centralisées.

Servant notamment sur le terrain pour l’usage de cartes d’identité, elles pourraient aujourd’hui permettre aux talibans de retrouver les populations ayant travaillé avec l’ancien régime ainsi que les armées étrangères sur place. Si ces données ne sont pas immédiatement accessibles dans les systèmes HIIDE, les talibans n’auront pas beaucoup de mal à y accéder in fine, peut-être avec l’aide de l’agence de renseignements pakistanaise, qui a déjà collaboré avec les talibans. La plateforme HIIDE contiendrait les données biométriques d’une majorité d’Afghans, utilisées par l’armée américaine il y a plusieurs années dans le cadre de la traque d’Oussama Ben Laden et d’autres personnes.

Lundi matin, l’armée philippine aurait tué 16 guérilleros maoïstes lors d’un raid contre une base de la NPA à Dolores (Eastern Samar, dans le centre des Philippines). Cette opération s’est effectuée avec un soutien de tirs d’artillerie et un bombardement aérien. Les soldats du 52e bataillon d’infanterie ont récupéré sur le terrain des installations de fabrication d’explosifs et une vingtaine d’armes. La ville de Dolores est située à 185 kilomètres au nord-est de Tacloban, la capitale régionale.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

 

 

Quatre soldats ont été blessés hier vendredi lors d’un affrontement avec dix combattants de la New People’s Army dans les montagnes de Barangay Capellan (Isabela). Ces militaires appartenaient à un peloton du 95e bataillon d’infanterie envoyé dans un village où des guérilleros avaient été signalés. Les soldats blessés ont été transportés par avion à l’hôpital militaire pour y être soignés. Les guérilleros appartiendraient au Regional Sentro De Gravidad (RSDG) du Komiteng Rehiyon – Cagayan Valley.

 

Une vague de manifestations de masse avait éclaté au début de 2020 appelant à une réforme politique et constitutionnelle en Thaïlande, ainsi qu’à des changements dans le rôle de la monarchie du pays, et s’était heurtées à une répression policière sévère (voir nos articles ici, ici et ici. Cependant, ces manifestations ont été en grande partie suspendues lorsque le gouvernement a introduit une interdiction des manifestations sous prétexte de pandémie.

Des milliers de manifestants se sont une nouvelle fois rassemblés dans la ville pour manifester et comme la semaine passée (voir notre article) un grand nombre de policiers anti-émeutes ont été déployés pour disperser la foule en tirant des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc. Certains manifestants ont lancé des pierres et d’autres projectiles sur les agents, jonchant les rues de débris. Deux guérites de police ont également été incendiées. Des vidéos montrent des dizaines de policiers armés frappant des manifestants au sol. Au moins six manifestants avaient été arrêtés. On ne sait pas combien de manifestants ont été blessés.

Même si la contestation a faibli ces derniers mois en raison de la riposte judiciaire des autorités et de la pandémie, des manifestations sporadiques continuent d’être organisées en Thaïlande. La police a tiré samedi du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc contre des manifestants à Bangkok qui demandent une réforme politique et une meilleure gestion de l’épidémie de Covid-19. Les manifestants critiquent la lenteur de la campagne vaccinale : moins de 4,5 millions des 70 millions de Thaïlandais ont reçu deux injections. Ils demandent aux autorités d’utiliser des vaccins à ARN messager plutôt que le Sinovac chinois, jugé moins efficace contre le variant Delta. Ils réclament aussi la démission du chef du gouvernement issu d’un coup d’Etat en 2014 et légitimé par des élections controversées cinq ans plus tard, ainsi qu’une réforme en profondeur de la monarchie. En tête de leurs revendications, l’abolition de l’article sur la lèse-majesté qui punit de jusqu’à 15 ans de prison les diffamations, critiques et insultes envers le roi et sa famille.

Un sous-officier de l’armée gouvernementale a été tué et deux autres militaires ont été blessés dans une embuscade tendue par la guérilla maoïste à Barangay Dolores, dans le nord de Samar. Les trois militaires, qui faisaient partie de la 83e Compagnie de renseignement militaire, se rendaient à moto au Barangay de San Francisco pour enquêter sur l’incendie d’équipement lourd par des guérilleros jeudi matin. Une colonne d’une vingtaine de maoïstes avaient en effet incendié neuf engins (un bulldozer, un rouleau compresseur, des pelleteuses, un camion à benne basculante, un moteur d’entraînement, une grue et un groupe électrogène de soudage) qui étaient utilisés pour construire un pont. Les militaires ont essuyé le feu d’armes automatiques de la part d’un groupe de dix maoïstes qui s’est aussitôt après retiré. Les troupes du 20e bataillon d’infanterie, basé à Las Navas, ont immédiatement lancé une opération de poursuite.

Un des engins incendiés par les maoïstes