Un soldat de l’armée gouvernementale et un combattant de la guérilla maoïste (NPA) ont été tués samedi lors d’un affrontement dans la province de Rizal. Un détachement de 18 militaires de la 2e division d’infanterie de l’armée s’est heurté à  une trentaine de maoïste à Barangay Puray, Deux soldats ont également été blessés lors de la fusillade mais sont maintenant dans un état stable. L’affrontement a eu lie malgré le cessez-le-feu décrété par le Parti communiste des Philippines (CPP) pour permettre au gouvernement de se concentrer sur sa lutte contre la propagation du coronavirus dans le pays.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

Des nouvelles révoltes ont éclaté, ces derniers jours, dans les prisons de Belgique, d’Iran et de Thaïlande. Samedi 28 mars, une révolte a éclaté à la prison de Jamioulx car le personnel a refusé de distribuer des masques longtemps attendus par les prisonniers. Ceux-ci revendiquent la gratuité du téléphone, du gel douche et de la télévision, des prix décents à la cantine (les prix ayant augmenté suite à la pandémie), des masques (que le personnel de la prison a refusé de distribuer), ainsi que du liquide désinfectant pour les mains. Ils revendique également une égalité de traitement entre tous les prisonniers.

Le lendemain, des révoltes se sont produites dans les prisons Adel Abad (Shiraz) et Avland (Hamedan) en Iran. À la prison Adel Abad, les prisonniers ont déclenché une émeute détruisant les caméras de surveillance et causant divers dommages dans deux bâtiments. À la prison Avland, les prisonniers se sont mutinés permettant à plusieurs d’entre eux de s’échapper. Des affrontements ont eut lieu avec les gardiens et les Gardiens de la révolution qui ont ouvert le feu. Le même jour, les prisonniers de la prison de Buriram en Thaïlande se sont mutinés. Ils ont détruit du mobilier et déclenché des incendies, rendant la prison inutilisable. Onze prisonniers se sont échappés, dont un était toujours en fuite lundi.

Une prison en Iran

Aujourd’hui, la Nouvelle Armée Populaire (NPA) a annoncé un cessez-le-feu unilatéral en raison du Coronavirus. Ce cessez-le-feu ordonné par le comité central du Parti communiste des Philippines (CPP) prendra effet le 26 mars et devrait se terminer le 15 avril. Les commandant·es d’unité et les milices populaires et les masses qui les soutiennent devront donc s’abstenir de lancer des offensives tactiques et consacrer leur énergie à la lutte contre la pandémie. Le but de ce cessez-le-feu unilatéral est d’assurer et de faciliter l’assistance médicale, sanitaire et économique nécessaire à lutte contre la pandémie. Par ailleurs, le Front démocratique national des Philippines (NDFP), coalition des forces révolutionnaires, exige la libération immédiate de tous les prisonniers politiques ainsi qu’une amnistie générale.

Combattantes de la NPA

Le 20 mars, Erlan Baltabay, dirigeant du Syndicat indépendant des travailleurs du pétrole et de l’énergie au Kazakhstan, a été libéré de prison. Condamné à 7 ans de prison en juillet 2019 pour des raisons politiques, Erlan Baltabay avait été relâché en août de la même année, sa peine ayant été remplacée par une amende qu’il avait refusé de payer et fait appel à sa condamnation. En octobre 2019, il a été condamné à une nouvelle peine de prison de cinq mois et huit jours pour avoir refusé de payer l’amende (voir notre article). Il a purgé sa nouvelle peine de prison dans son intégralité, mais est toujours interdit de toute activité publique, y compris les activités syndicales, pour les sept prochaines années.

Erlan Baltabay

Le vendredi 13 mars, Julius Soriano Giron, président de la Commission militaire nationale du Parti communiste des Philippines (maoiste), son épouse Lourdes Tan Torres (membre du comité exécutif du PCP) et deux aides, ont été tués lors d’un raid de militaires et de policiers. Selon la police, l’opération s’est faite dans le cadre d’un mandat d’arrêt. Julius Giron et Lourdes Tan Torres auraient utilisé des armes lors de cette intervention. Le PCP a dénoncé cette affirmation comme mensongère, a indiqué que Julius Giron et de Lourdes Tan Torres n’étaient pas armés et n’étaient pas en mesure de riposter. Cet assassinat aurait été perpétré dans le cadre de la guerre de répression du président philippin Duterte contre l’insurrection maoiste aux Philippines. Julius Giron était l’un des principaux cadres du Parti et principal consultant pour la paix auprès du Front démocratique national des Philippines (NDFP).

Julius Soriano Giron

Vendredi, une équipe conjointe de policiers et de militaires de la province de Catarman (Nord Samar) ont abattu Salvador Nordan, connu sous le nom de Ka Badok, un commandant maoïste recherché et qui faisait l’objet d’au moins neuf mandats d’arrêt. Samedi soir, des combattants de la NPA ont attaqué un poste militaire de contre-guérilla à Barangay Sta Lourdes dans la province de Sorsogon. Une intense fusillade a duré 10 minutes entre maoïstes et militaires. Un soldat été blessé. Deux civils ont été légèrement blessés par des balles perdues.

Combattantes de la NPA

Un cadre de la guérilla maoïste a été tué vendredi par des militaires des 3e et 9e bataillons d’infanterie de l’armée philippine.  Eduardo Lembang Arnado alias Choi, 58 ans, aurait été le  secrétaire adjoint du Front de Guérilla n°53 (GF 53) de la NPA, actif dans le nord de Cotabato, la partie nord de Davao Del Sur et le sud de Bukidnon, et relevant du Comité régional du sud de Mindanao. Arnado a été tué alors qu’il se rendait à Lamoro pour une réunion.

Les effets trouvés sur Eduardo Lembang Arnado

 

Le 95e bataillon d’infanterie de l’armée gouvernementale s’est emparé d’un important camp d’entraînement après deux jours après des affrontements avec une soixantaine de guérilleros maoïstes. Selon l’armée, trois guérilleros, qui appartiendraient au Front central Isabela et au Centro de Gravidad régional, auraient été tués lors de l’affrontement. Le camp comptait plus de 50 huttes et chalets d’entraînement en bambou dans les montagnes du village de Rang-ayan.

Une installation du camp pris par les militaires

En juillet de cette année, Erlan Baltabay, un dirigeant du Syndicat indépendant des travailleurs du pétrole et de l’énergie au Kazakhstan, a été condamné à sept ans de prison pour des motifs politiques. Suite à une grande mobilisation syndicale internationale, il a été libéré de prison en août après avoir été gracié par le président et a pu rentrer chez lui dans sa famille. Sa peine de sept ans a été remplacée par une amende. Baltabay refuse de payer l’amende et exige le droit de faire appel de sa condamnation. Les autorités kazakhes l’ont à nouveau emprisonné et lui ont infligé une nouvelle peine de cinq mois. Les autorités du Kazakhstan répriment les syndicats indépendants en multipliant les procès pour des prétextes divers contre leurs dirigeants (voir nos articles ici ou ici).

Erlan Baltabay

 

Mercredi 29 janvier, une dizaine de guérilleros maoïstes a été accrochée par un détachement du 73e bataillon d’infanterie de l’armée gouvernementale dans le village de Kinam (province de Sarangani). Après l’affrontement, les soldats ont récupéré un fusil M-16, un fusil M653, des effets personnels et des documents politiques. Les membres de la NPA appartiendraient au Front de guérilla Tala.

La province de Sarangani