Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Dans le cadre du mois de mobilisation international pour la libération de Georges Abdallah, le Collectif Palestine Vaincra est invité à des conférences à Bruxelles, Genève et Nanterre. Ce collectif, dont des membres visitent Georges Abdallah en prison, interviendra sur le soutien à la lutte du peuple palestinien, en particulier le soutien indispensable aux prisonniers palestiniens, et sur la lutte pour la libération de Georges Abdallah, communiste libanais et militant de la cause palestinienne enfermé en France depuis 1984.

Samedi 21 septembre dès 19H
Local Sacco Venzetti – 54, Chaussée de Forest – Bruxelles
Facebook : https://www.facebook.com/events/511319009682843/

Jeudi 26 septembre dès 19H30
Unimail – Boulevard du pont d’Arve – Genève
Facebook : https://www.facebook.com/events/511900332969705/

Jeudi 10 octobre dès 19H30
7, rue Anatole France – Nanterre
Facebook : https://www.facebook.com/events/238294123756238/

Lundi 16 septembre, deux militants écologistes ont été relaxé. Ils étaient poursuivis pour avoir décroché un portrait de Macron, le 21 février dernier, dans une mairie de Lyon, pour protester contre l’inaction du gouvernement contre le réchauffement climatique. Le tribunal a considéré que ce mode d’action était « légitime », invoquant dans ses motivations l’état de nécessité.

En juin, le tribunal correctionnel de Strasbourg avait relaxé trois « décrocheurs » mais pour une autre raison : le maire avait donné son accord à cette action et le tribunal avait considéré qu’il n’y avait pas d’élément intentionnel (voir notre article). En revanche, six militants poursuivis pour les mêmes faits ont été condamnés à des amendes en juin à Bourg-en-Bresse (Ain). Douze autres procès de décrocheurs sont prévus jusqu’à septembre 2020.

Le décrochage et la ballade du portrait à Strasbourg

Le décrochage et la ballade du portrait à Strasbourg

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Pour la grande manifestation de l’Acte 44, ce samedi 14 septembre à Nantes, les organisateurs annonçaient un défilé festif, dynamique, et populaire, dans un esprit de convergence des luttes. Pendant plusieurs semaines, un homard en papier mâché, à la façon des chars de carnaval, était préparé patiemment. La figure en carton de deux mètres d’envergure devait s’installer en tête du défilé, allusions aux dépenses somptuaires de François De Rugy. Samedi midi, alors que le homard était transporté en direction de la manifestation, pas moins de 15 agents de la BAC, cagoulés et très énervés ont encerclé le camion et ses occupants. Et en renfort, une compagnie de policiers en tenue anti-émeute.  Après avoir détruit la sculpture en papier, les agents ont fouillé, molesté et arrêté les personnes présentes. Clefs de bras, brimades, et menaces du genre : « on va te faire fermer ta gueule ». 3 personnes ont été enlevées , sans motif, et emmenées en cellule. Le véhicule a été saisi, en dehors de toute procédure, par les autorités.

Et ce n’est pas fini. Le lendemain, les gardes à vue des trois personnes arrêtées ont été prolongées sur ordre du parquet ! 48H enfermées en cellule pour un homard en papier. Pire : hier après-midi, les autorités faisaient savoir qu’elles voulaient les poursuivre pour “association de malfaiteurs”, une qualification prévue à l’origine pour le grand banditisme. Deux personnes trouvées plus tôt dans la matinée avec des parapluies seraient aussi concernées par ces poursuites délirantes. 3 personnes risquent donc de passer en procès aujourd’hui pour avoir transporté un homard en papier mâché après avoir passé deux jours enfermées.

Le fameux homard

 

Pour l’Acte 44 des Gilets Jaunes, la ville de Nantes avait été choisie comme point de rassemblement national où plus de 5000 personnes ont défilées (1800 selon la préfecture). C’est dans cette ville qu’est mort Steve Maia Caniço (voir notre article). Dans le cortège, des pancartes « Justice pour Steve, ni oubli ni pardon » et contre les violences policières étaient brandies. À 18 heures, trente personnes avaient été placées en garde à vue, selon la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP). Au total, quatre membres des forces de l’ordre ont été blessés. Vingt-deux cocktails molotov et dix mortiers ont été découverts à proximité du point de rassemblement et une centaine de parapluies et un extincteur ont été saisis, selon la police. Les manifestants s’étaient rassemblés vers midi pour un pique-nique place Général-Mellinet, à 14 heures, d’où ils sont partis pour rejoindre le centre. Là, les heurts ont commencé et la police a fait usage de grenades lacrymogènes et d’un canon à eau.

À Paris, environ 500 personnes, encadrées de près par les forces de l’ordre, ont défilé. À l’aéroport d’Orly (Val-de-Marne), une centaine de « gilets jaunes » ont manifesté en début d’après-midi contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP), qui gère les aéroports d’Orly et Roissy. On a comptabilisée également dans les grandes villes de France : environ 400 manifestants à Lyon, plusieurs centaines à Toulouse, 200 à Marseille, 200 à Montpellier et 150 à Bordeaux.

Gilets Jaunes Acte 44 à Nantes

Les autorités françaises ont remis à l’Espagne une militante historique d’ETA, Maria Soledad Iparraguirre Guenechea. “Anboto”, qui a fini de purger sa peine en France le 28 août, a été remise à l’Espagne en exécution d’un mandat d’arrêt européen validé par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris. En Espagne, elle est notamment soupçonnée d’avoir commandé l’exécution en 1995 du commandant de l’armée de Terre Luciano Cortizo Alonso, tué par une charge explosive placée sous le siège de sa voiture, dans la ville de Leon (nord-ouest). En 2015, un juge de l’Audience nationale avait rouvert l’enquête sur cette affaire. Le juge d’instruction estime qu'”Anboto” était devenue, à partir de 1993, la cheffe de commandos de l’organisation. En France, elle avait été condamnée, avec Mikel Albisu Iriarte, dit “Antza”, en novembre 2012 à 20 ans de réclusion criminelle en France, assortie d’une peine de sûreté des deux-tiers et d’une interdiction définitive du territoire français. Elle avait été arrêté en octobre 2004 à Salies-de-Béarn (sud-ouest de la France). L’an dernier, “Anboto” avait été choisie par l’ETA pour lire en basque le communiqué qui annonçait la dissolution de l’organisation clandestine en mai 2018.

Maria Soledad Iparraguirre Guenechea

 

Pour leur rentrée, des milliers de Gilets Jaunes ont manifesté dans plusieurs grandes villes françaises. A Montpellier samedi, le cortège de 3000 manifestants a donné lieu à des incidents dans le centre-ville, où la police a fait usage de gaz lacrymogènes. Une fumée épaisse a rapidement envahi une rue commerçante de la ville, où une voiture de police, sans occupants, a été incendiée. Plusieurs vitrines ont été brisées. Vers 20H00, la préfecture faisait état de neuf interpellations, notamment pour des jets de projectiles et six blessés légers parmi les forces de l’ordre. A Rouen aussi, où tout rassemblement était interdit dans le centre-ville, des heurts ont éclaté lors de la manifestation de gilets jaunes, soutenue par la CGT de Seine-Maritime, conduisant à 26 interpellations et 111 verbalisations. Plusieurs vitrines de commerces ont été brisées tandis que des vitres du tribunal ont été cassés. A Paris, les forces de l’ordre ont procédé à 107 interpellations, empêchant toute manifestation dans le quartier des Champs Élysées.

La voiture de police incendiée à Montpellier

 

Le propriétaire franchisé de plusieurs fast-food marseillais a proposé 25.000 euros à un salarié pour qu’il dépose un faux témoignage contre un leader syndical. Déjà accusé depuis plusieurs années de vouloir se débarrasser coûte que coûte des syndicalistes le dirigeant est cette fois visé par des preuves accablantes. Des enregistrements audio montrent qu’il a acheté le témoignage d’un de ses salariés pour écarter un syndicaliste. L’employé était en instance de départ négocié et se serait vu proposer 25.000 euros afin de témoigner contre le leader en question. Le salarié est finalement revenu sur son témoignage acheté. Un autre salarié pourrait avoir un enregistrement compromettant en sa possession.

Grève chez McDo à Marseille (archive)

 

À Genève, dans le cadre de l’Acte 42 des Gilets jaunes, un millier de manifestants français ont défilé  entre la frontière française et le Palais des Nations, siège européen de l’ONU, pour y dénoncer les violences policières. Plusieurs personnes  victimes de la répression policière étaient présentes dans le cortège. Cette action en Suisse est la deuxième du genre après celle de février. Un dossier sur les violences commises par la police depuis le 17 novembre a été remis dans le courant de la semaine à la nouvelle directrice générale de l’ONU à Genève. Une autre copie est destinée au Haut Commissariat aux droits de l’homme. Les gilets jaunes dénoncent l’utilisation d’armes de guerre, en particulier le LBD40 fabriqué à Thoune, en Suisse, qui ont mutilé de nombreux manifestants. À Paris, un cortège de quelques centaines de manifestants est parti de la place Gambetta, à l’est, peu avant 14h. Arrivé au pied du Sacré-Coeur, à Montmartre, il s’est dispersé dans le calme en fin d’après-midi. “Climat, emploi, retraites, même combat”, “Urgence pour les urgences”: dans le défilé, les pancartes plaidaient pour une convergence des luttes en cette rentrée. Il y a également eu des manifestations à Toulouse, et à Bordeaux.

Les Gilets jaunes à Genève

Pas loin de 160 interpellations ont eu lieu durant ces quelques jours de contre-sommet. Une centaine de gardes à vue, traitées dans les commissariats de Bayonne et de Hendaye ; la dernière a été levée vers 19h30 lundi 26. Plus d’une vingtaine ont reçu des convocations pour des procès ultérieurs, programmés pour septembre ou octobre prochain. Lundi on a appris la mise sous écrou d’une 5e personne sur simple décision du procureur, sans procès et sans possibilité de faire appel. À noter aussi plusieurs interdictions administratives de territoires pour des militants venant du Pays basque Sud ou d’autres pays de l’UE, comme un militant allemand refoulé par deux fois.

Bilan chiffré plus précis :
– Les interpellations ont quasiment toutes été préventives, suite à des fouilles de sac ou de voitures, pour des motifs fallacieux, avec ou pas d’éléments matériels (groupement en vue de…, attroupement malgré sommation, ports d’armes divers, quelques outrages…), malgré les engagements des autorités à n’arrêter personne de manière préventive ;
– Les gardes à vue ont été quasiment toutes prolongées de 24h. En sachant que la plupart des arrestations a eu lieu à partir de vendredi, cette astuce de procédure revient à interdire les gens de manifester, puisque leur sortie n’était pas possible avant dimanche soir ou lundi ;
– La grande majorité des gardes à vue s’est soldée par des remises en liberté simple ou avec un « rappel à la loi » (qui signifie un abandon des poursuites, mais qui implique une inscription dans un fichier policier, dont la trace peut ressurgir lors de la moindre prochaine infraction) ;
– Le collectif anti-répression a eu connaissance de 23 convocations pour des procès ultérieurs, à Dax ou à Bayonne, dans les semaines qui viennent (9, 20, 25 septembre, 1er, 11 octobre et 3 décembre).
– Six personnes à sa connaissance ont été emprisonnées : les trois qui venaient d’Allemagne, qui n’ont pas pu être défendus par les avocat·e·s du collectif que leurs familles avaient pourtant désigné·e·s ; les deux personnes contraintes de purger une ancienne peine sans pouvoir faire appel ; et enfin une autre qui est restée en détention provisoire de jeudi à lundi en attente de sa comparution à Dax — elle est sortie de détention lundi 26, placée sous contrôle judiciaire avec un camarade arrêté le même jour, jusqu’à leur procès le 9 septembre.

Des policiers retiennent un groupe de manifestants en marge du G7, à Bidart, le 25 août.

 

Dossier(s): France - Autres sujets Tags: