Samedi 4 juillet, une manifestation de 900 personnes s’est tenue à Itxassou pour soutenir Mikel Barrios. Arrêté en 2017 en Allemagne puis remis en liberté sous contrôle judiciaire, Mikel Barrio était en procès pour appartenance à l’ETA. En juin 2020, il a été condamné à cinq ans de prison et dix ans d’interdiction du territoire français. Il est emprisonné à la prison de Mont-de-Marsan depuis le 29 juin. Plus d’infos ici.

Plus de 900 personnes pour soutenir Mikel Barrios à Itxassou

Roland Veuillet, figure des gilets jaunes nîmois, a été condamné à un an de prison dont 6 mois fermes. Entre autres lui sont reprochés : acte d’intimidation envers une personne dépositaire de l’autorité publique, participations à un attroupement, entrave à la circulation, rébellion, outrage à personnes dépositaires de l’autorité, en l’occurrence des fonctionnaires de police dont trois se sont constitués partie civile, port sans motif légitime d’arme blanche. Assurant lui même sa défense, il a affirmé à plusieurs reprises devoir faire face à un procès politique.

Mardi 16 juin, une manifestation de soignant·es se tenant à Paris avait donné lieu à des affrontements avec la police lorsque cette dernière avait lancé des gaz lacrymogènes sur les manifestant·es (voir notre article). Au cours de cette manifestation, 16 personnes avaient été arrêtées dont Farida C, infirmière, qui avait fait deux doigts d’honneur en direction des policiers et leur avait lancé trois cailloux. Farida C. a fait des journées de 10 à 14 heures durant le pic épidémique, elle a vu mourir 20 de ses patients, et a attrapé le coronavirus. Arrêtée, trainée par les cheveux et placée en garde-à-vue, elle est convoquée, le 25 septembre, au tribunal pour “violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, outrage et rébellion”. Quatre policiers ont porté plainte contre elle encourt 45 000 euros d’amende et 3 ans de prison. Une cagnotte a été créée pour l’aider à couvrir ses frais de justice. Lien vers la cagnotte ici.

Une infirmière arrêtée durant la manifestation

Une infirmière arrêtée durant la manifestation

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Le samedi 27 juin devait se dérouler, comme dans plusieurs villes de France, une manifestation pour dénoncer le plan du gouvernement israélien Netanyahu/Gantz d’annexer plus de 30 % de la Cisjordanie. A l’initiative de la Campagne BDS France Montpellier et soutenue par une dizaine d’organisations, cette manifestation était déposée en préfecture. Cependant, cette dernière a interdit la manifestation la veille, le vendredi, les personnes ayant déposé la manifestation ayant été notifié de l’interdiction par la police à leur domicile. Cette interdiction fait suite à plusieurs pressions, interdictions et menaces de la part de la préfecture et de la police contre la Campagne BDS France Montpellier (voir notre article).

Trois mois après le début de la crise du Coronavirus, les soignant·es sont descendu·es ce mardi dans la rue pour réclamer plus de moyens pour l’hôpital. À Paris, la manifestation, qui a regroupé plusieurs dizaines de milliers de personnes, a donné lieu des affrontements avec la police. Celle-ci a notamment utilisé abondamment du gaz lacrymogène alors que les manifestant·es répliquaient avec des jets de projectiles. Au moins 16 personnes ont été arrêtées. Des affrontements ont également été signalé à Lille. D’autres manifestations, rassemblant plusieurs milliers de personnes, se sont tenues à Toulouse, Bordeaux, et Strasbourg.

Une infirmière arrêtée durant la manifestation

Une infirmière arrêtée durant la manifestation

Mercredi 17 juin à 6H30, un militant de l’organisation révolutionnaire occitane Libertat a été arrêté par 6 gendarmes venus à son domicile. Placé en garde à vue à Pau, la justice lui reproche une publication Facebook à propos de l’organisation basque ETA. Celle-ci est qualifiée de “soutien au terrorisme”. Libertat a organisé un rassemblement le jour même devant la gendarmerie de Pau.

A l’appel du Comité Vérité et Justice pour Adama, plus de 100.000 personnes se sont rassemblées place de la République à Paris contre le racisme et les violences policières. Au côté de la famille Traoré (voir notre article), plusieurs familles de victimes de crimes policiers étaient également présentes tout comme des soutiens à la libération de Georges Abdallah. Le groupuscule fasciste Génération Identitaire a tenté de déployer une banderole en haut d’un immeuble mais celle-ci a été rapidement déchirée par les habitants de l’immeuble puis enlevée par des militants antifascistes.

Tolérée par la préfecture dans un premier temps, la manifestation a finalement été interdite puis nassée pendant plusieurs heures. Après des tirs de gaz lacrymogènes, plusieurs personnes ont été légèrement blessées.

Mardi 2 juin, les gendarmes ont interpellé 18 personnes en Ardèche. Ces interpellations font suite à l’enquête consécutive à l’incendie d’un relais TDF à Bourg-Saint-Andéol le 24 août dernier. L’opération a mobilisé mardi 150 gendarmes dans cinq départements : la Drôme, le Vaucluse, l’Essonne, les Hauts-de-Seine et la Haute-Garonne. Sur les dix-huit personnes interpellées, dix ont été placées en garde à vue. Une seule a été mise en examen à l’issue de sa garde à vue par un magistrat instructeur, les neufs autres seront convoquées ultérieurement devant le tribunal correctionnel. En octobre 2019, le parquet de Privas avait ouvert une information judiciaire pour “destruction de biens par moyens dangereux pour les personnes”.

Le relais TDF incendié

 

 

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

En 2017 et 2018, la police des polices avait accordé une case aux enquêtes pour soupçons d’insultes “racistes ou discriminatoires”. Elle ne l’a pas fait pour son rapport de 2019. La police nationale précise que ce choix date de “mars 2020”, date où le rapport devait être rendu public mais n’avait finalement été partagé qu’à l’administration. L’IGPN est régulièrement accusée de couvrir les crimes policiers. Elle a perdu sa crédibilité au point qu’un fil sur Twitter est apparu pour parodier les constats de la police des polices (voir notre article).

un_exemple_de_tweet_sur_selonlipgn.png

Dossier(s): France - Autres sujets Tags: