Samedi 20 juillet, un total d’environ 6000 personnes ont manifesté à la Rochelle dans le cadre de la mobilisation contre les mégabassines. Un des deux cortèges, avec environ 2000 personnes, s’est dirigés vers le port de commerce de La Rochelle dans l’objectif de le bloquer « symboliquement » pour dénoncer les pratiques de l’agro-industrie. Des affrontements ont eu lieu avec la gendarmerie avec des barricades, feux de poubelles, jets de projectiles et tirs de grenades lacrymogènes.Une gendarme a été blessée par brûlure ainsi que cinq manifestants, blessés légèrement.

L’autre cortège, composé d’environ 3.000 personnes, a longé la côte depuis le centre-ville pour s’approcher à pied, certains en kayaks ou canots gonflables, du terminal agro-industriel du port de La Pallice, cible de la journée de mobilisation. Au total, 7 personnes ont été arrêtées dans la journée.

Dans la droite ligne des manifestations (réprimées en utilisant des moyens d’ordre militaire) de Sainte Soline de mars 2023, une opération « Faire bassine arrière » a débuté ce vendredi 19 juillet 2024, dans le département de la Vienne (voir notre article).

Ces manifestations s’opposent à une opération d’accaparement à grande échelle de l’eau des nappes phréatiques au bénéfice de quelques exploitations agricoles géantes. Pour tenter d’empêcher la progression de quelques 10.000 manifestant.e.s, la gendarmerie a tiré des grenades lacrymogènes qui sont tombées dans des champs de blé fauchés. Ces grenades ont
provoqué un incendie impossible à maîtriser, ce que les manifestant.e.s présent.e.s ont tenté, en
vain.

La plupart des manifestant.e.s a réussi à déjouer le dispositif policier et à se rassembler au « village de l’eau », avant de se diriger ce samedi 20 juillet vers le port de La Rochelle.

La gendarmerie provoque un incendie en tentant d’empêcher « Faire bassine arrière »

La gendarmerie provoque un incendie en tentant d’empêcher « Faire bassine arrière »

Une semaine de mobilisation contre un projet de méga-bassine à Migné-Auxances est organisée entre de mardi 16 et le samedi 21 juillet.

Plus de 3 000 policiers étaient déployés pour contenir cette mobilisation et le parquet de Bordeaux avait émis une réquisition ordonnant aux forces de l’ordre de vérifier, au sein des convois se rendant vers Melle, des infractions en «matière de terrorisme» mais aussi de «prolifération d’armes de destruction massive» ou encore «d’explosifs».

Durant toute la semaines, les agents ont donc mis en place un dispositif de fouilles systématiques dans un périmètre de quelques kilomètres autour de Melle (où les militants avaient organisé leur point de rendez-vous/village). Ils prétendent avoir saisis 1600 objets « dangereux ». Cependant parmi ces objets, on retrouve des objets aussi anodins que des piquets de tente ou du matériel défensif tels que des lunettes de protection.

Devant ces maigres résultats, les forces de l’ordre ont voulu faire croire qu’elles avaient saisi des haches et des cartouches de fusils parmi les opposants au projet, en diffusant vers la presse des images d’une saisie. Cependant en lisant les étiquettes accompagnant ces objets (que les agents ont oublié de flouter), on apprend qu’ils ont été saisis chez un chasseur (difficilement compatible avec le profil d’un militant écologiste) à 120km de la zone de la mobilisation.

Notons que cet important dispositif policier est resté inactif lors que les militants écologiste ont subi une violente agression le soir du 16 juillet, par un commandant de 5 anti-écologistes/pro-agro-industrie. Cette agression a fait deux blessés et des dégâts matériels.

La réquisition du parquet de Bordeaux

La réquisition du parquet de Bordeaux

Le 19 juin, 13 membres de la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT) ont été arrêtées en Kanaky (Nouvelle-Caledonie). Sept d’entre elles seront envoyées en prison en France (voir nos article ici et ici). Il s’agit de Christian Tein, Brenda Wanabo-Ipeze, Frédérique Muliava, Guillaume Vama, Yewa Waetheane, Steeve Unë et Dimitri Qenegei.
Après plusieurs semaines à l’isolement, le 10 juillet, Frédérique Muliava et Brenda Wanabo-Ipeze ont été libérées sous conditions. Elles n’auront pas le droit d’entrer en contact avec les autres mis en examen, elles devront respecter certains horaires pour sortir, elles ont interdiction de quitter le département où elles logent et devront porter un bracelet électronique. Les 5 autres militants déportés sont actuellement toujours en prisons.

Quarante trois pays vont aider la France à sécuriser les Jeux olympiques (JO) en y envoyant des forces de l’ordre (environs 1800 militaires et policiers). Parmi eux, des militaires belges, polonais ainsi que des policiers marocains (voir notre article). Le Qatar sera également de la partie puisqu’il enverra 105 policiers des Forces de sécurité intérieure (Lekhwiya) dans le pays dont 43 sont déjà arrivés.

Cette coopération est régie par un contrat entre Paris et Doha. Les missions de la Lekhwiya comprendront des « patrouilles à pied », « l’utilisation de drones », « la neutralisation des explosifs et munitions », ou encore « le contrôle des véhicules, les premiers secours et les opérations de recherche et de sauvetage ». À ce sujet, le ministère de l’Intérieur indique que la délégation qatarie est « composée d’équipes cynotechniques en recherche d’explosifs, et de policiers qui patrouilleront à l’aéroport Roissy – Charles-de-Gaulle ».

Ces renforts étrangers, n’ayant pas de prérogatives judiciaires sur le sol français, sont systématiquement en binôme avec des forces de sécurité intérieure françaises.

En parallèle, le renseignement français a mené quelques 770 000 enquêtes administratives dans le cadre des JO. Hier, samedi 13 juillet, le ministre de l’Intérieur a annoncé que 3 512 personnes se sont vu refuser une accréditation de sécurité (dont 130 personnes fichées S et 16 personnes fichées pour « radicalisation »).

Au total, près d’un million de personnes (athlètes, entraîneurs, journalistes, volontaires, agents de sécurité privée ou même riverains de la cérémonie d’ouverture) sont concernés de près ou de loin par les Jeux olympiques (26 juillet – 11 août) et paralympiques (28 août – 8 septembre) de Paris feront l’objet au préalable d’une enquête de sécurité.

Les forces de sécurité du Qatar arrivent en France dans le cadre des JO

Les forces de sécurité du Qatar arrivent en France dans le cadre des JO

Dossier(s): France - Autres sujets Tags: ,

Le 3 avril,  le conseil de ministres prononçait la dissolution de la Défense Collective (DefCo), un collectif rennais qui lutte contre la répression et vient en aide aux personnes inquiétées par la justice (voir notre article). Le mercredi 10 juillet, le Conseil d’État a cependant suspendu cette dissolution.

Le ministre de l’Intérieur Darmanin a multiplié les procédures de dissolution depuis son entrée en fonction (contre la Gale, les Soulèvements de la terre et le Collectif Palestine Vaincra qui ont toutes été suspendues ou annulées) et menaces de dissolution (contre Nantes Révoltée).

Logo de Défense collective

Logo de Défense Collective

.

Le mardi 9 juillet, une délégation de « La Campagne nationale pour la libération du prisonnier George Abdallah » et des membres de sa famille ont rencontré le ministre libanais de la Justice, Henry Khoury. Suite à cette rencontre, le ministre de la Justice a confirmé qu’une demande sera envoyé au nouveau gouvernement français pour exiger la libération de George Abdallah, libérable depuis 1999. Cette rencontre s’est organisée suite à la déclaration du premier ministre libanais par intérim Najib Mikati qui annonçait demander aux autorités françaises la libération du plus ancien prisonnier politique d’Europe.

Le vendredi 5 juillet 2024, deux jours avant le second tour des élections législatives, le premier ministre Gabriel Attal, le ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires Christophe Béchu et le ministre de l’économie, des finances et de la souveraineté industrielle et écologique ont pris un décret (voir ici) classant « Emili », la mine de lithium de l’entreprise Imeryus, dans l’Allier, « d’intérêt national majeur ». Ce projet vise à produire le lithium nécessaire à la fabrication des batteries de 700.000 véhicules électriques en vingt-cinq ans, à partir de 2028.

Ce classement « d’intérêt national majeur » permet d’accélérer la procédure de délivrance des permis à l’exploitation. De nombreux projets ont suscité une importante mobilisation écologiste ces dernières années en France : création d’un site d’enfouissement de déchets nucléaires dans le département de la Meuse, barrage de Sivens (où Rémi Fraisse fut tué par les forces de l’ordre), nouvel aéroport de Notre Dame des Landes à Nantes, construction de la nouvelle autoroute A69 dans le sud-ouest, création de méga bassines à Saintes Solines. L’État français n’hésite pas à déployer d’importantes quantités de forces de l’ordre en cas de contestation : cela a été le cas à Sivens, à Saintes Solines en mars 2023 ou le 9 juin dernier entre Castres et Toulouse dans le cas de la A69.

Le succès de ces projets dépend d’une course de vitesse entre gouvernement et capital d’une part et contestation d’autre part. Une mise en œuvre rapide crée un fait accompli et décourage les opposant.e.s au projet. Sinon, le projet risque de s’enliser, comme dans le cas de Notre Dame Des Landes, ce qui provoque son abandon. Le décret pris par le gouvernement français est un des éléments de cette course de vitesse.

À l’issue des résultats électoraux du 7 juillet, plusieurs cortèges et rassemblements ont défilé dans les rues et réprimé par les forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène. Des feux d’artifice ont été tiré par des manifestants, qui ont également jeté des bouteilles et cocktails Molotov en direction des forces de l’ordre.
À Paris des heurts ont éclaté dans la capitale aux abords de la place de la République, des tentatives de barricades ont été mise en place par les manifestants. À Rennes, 31 personnes auraient été arrêtées dans la soirée du 7 juillet.

Début 2024, le fort de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), qui abritait, l’ancienne École de formation des pompiers de Paris, a été mis à la disposition de la Préfecture de Police (conformément à une décision prise en 2022). Celle-ci y a ouvert un nouveau centre de formation au maintien de l’ordre pour permettre à la « Direction de l’ordre public et de la circulation » (DOPC) de muscler ses troupes. Nous avons la confirmation que celui-ci est opérationnel puisqu’un entrainement s’y est déroulé mardi.

Jusqu’à présent, ces unités devaient se rendre loin ou sur des lieux qui ne leur appartiennent pas : l’ancien hippodrome de Bondoufle (Essonne), le fort de l’Est à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le centre national de la gendarmerie à Saint-Astier (Dordogne), etc. Désormais, le fort de Villeneuve-Saint-Georges est à portée de main pour entraîner les compagnies d’intervention (CI) de la DOPC à la répression des émeutes et des manifestations.

Le fort sert également de terrain de jeu aux brigades anticriminalité (BAC), à la BRI (brigade de recherche et d’intervention), à l’unité drones, aux compagnies de sécurisation et d’intervention (CSI) de la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), au laboratoire central de la PP, etc

De quoi y mener des formations « progression en milieu confiné », y simuler des tueries de masse, s’y entraîner avec le Samu, etc. Le fort se prête particulièrement bien à de tels exercices, de jour comme de nuit : suffisamment vaste pour simuler des points de départ et d’arrivée de manifestations, disposant de terrains variés (places ouvertes, douves, tunnels, tribunes, bâtiments…), pouvant accueillir des véhicules, assez éloigné des habitations pour y utiliser des détonations et du gaz lacrymogène, etc.

Des policiers s'entraînent à mener une charge contre les manifestants

Des policiers s’entraînent à mener une charge contre les manifestants