« L’Offensive » une organisation écologiste révolutionnaire prônant la démocratie directe, fait l’objet depuis plusieurs mois d’un harcèlement de l’extrême-droite et de la police. Ce harcèlement se traduit d’une part par du vandalisme récurant contre son local (comme par exemple, le 30 avril où la façade a été recouverte d’un tag néo-nazi et la vitrine brisée) et d’autre part par une surveillance policière particulièrement serrée. Le 4 mai, un palier a été franchi avec l’arrestation d’un militant de l’organisation. Il était accusé d’avoir participé à une action antifasciste la veille contre une soirée de l’Union des droites. Cette opération policière particulièrement réactive a été réalisée à la suite d’une accusation de Aurélien Verhassel, un leader d’extrême droite bien connu (gérant le bar/local fasciste « la Citadelle »).  Le militant est sorti libre de sa très longue garde à vue et totalement blanchi des accusations portées contre lui.

Logo de L'Offensive

Logo de L’Offensive

Les militants du climat s’étaient rassemblés ce matin à Gand. Ils ont entamé une « marche de la désobéissance civile » pour dénoncer les subsides accordés par les gouvernements flamand et fédéral aux énergies fossiles (la Belgique a accordé pour 13 milliards d’euros de subsides ou d’avantages fiscaux aux carburants fossiles en 2019). Un groupe d’une centaine de manifestants a ensuite pris la direction du petit ring de Gand, où ils ont d’abord bloqué le carrefour formé par la Charles de Kerckhovelaan et la Kunstlaan avant de poursuivre leur marche et de bloquer d’autres carrefours. La police était présente en nombre. Deux personnes ont été interpellées à la fin de la manifestation, car elles continuaient à bloquer un carrefour.

Lundi matin,  une quarantaine de membre d’Extinction Rebellion avaient bloqué le terminal des jets privés à Brussels Airport (photo). Cette action a lieu alors que Bruxelles connaît un nombre record d’atterrissages de jets privés et que les lobbyistes se réunissent pour la conférence #AIROPS23 sur l’aviation de luxe, soutenue par des pollueurs en série comme @ExecuJet et @TotalEnergies.

 

Mardi 21 septembre 2021, le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc (Meuse), a condamné deux personnes à 12 et 9 mois de prison ferme et six autres personnes à de la prison avec sursis. Une personne a été relaxée. Les personnes étaient accusées d’« association de malfaiteurs », « participation à une manifestation illicite » et « violences » pour avoir participé à une manifestation le 15 août 2017 contre le site d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure.

Il y a quelques jours, nous avons relayé le fait que Protonmail avait fournit des informations à la police française via une demande Europol vers la Suisse, dans le cadre d’une enquête contre les occupant·e·s d’un bâtiment de la place Sainte Marthe, militant·e·s pour le climat. Les adresses IP n’étant effectivement pas enregistrées par défaut par Protonmail, la société a activé l’enregistrement d’IP pour l’adresse e-mail visée par le mandat.

Protonmail a depuis réagi à l’information en déclarant avoir agit dans le cadre de ses obligations vis à vis de la loi suisse et de ses propres conditions d’utilisation, qui précisent que les IP ne sont pas enregistrées « par défaut » mais qu’elles peuvent être enregistrées pour des adresses spécifiquement visées par une requête légale. Protonmail suggère à ses utilisateurs et utilisatrices qui auraient des besoins « spécifiques » en matière de vie privée d’utiliser le site .onion, accessible uniquement via TOR. Il est toutefois toujours impossible d’ouvrir un nouveau compte sans devoir fournir un numéro de téléphone ou de carte de crédit.

Les protocoles e-mail sont réputés pour être des technologies fondamentalement difficiles à sécuriser. Auparavant, la seule façon de garantir le chiffrement de ses e-mails était d’utiliser le logiciel OpenPGP, mais là encore avec une immense faille puisque la plupart des méta-données (émetteur, destinataire, sujet, date et heure) sont très difficiles ou impossibles à chiffrer, dû au fonctionnement même des e-mails. En plus de ça, OpenPGP est difficile à utiliser, et encore plus à utiliser collectivement avec des personnes aux compétences informatiques variables. L’arrivée de fournisseurs d’e-mails chiffrés associatifs (comme Riseup) ou commerciaux (comme Protonmail ou Tutanota) a massivement augmenté la facilité d’utilisation du chiffrement des e-mails, comparés aux fournisseurs classiques comme Gmail et Outlook. Le fait que le contenu des e-mails n’ait pas pu être transmis à la police française est donc un point important à noter. Protonmail n’est pas anonyme (pas plus que Tutanota qui peut également être légalement forcé d’enregistrer l’adresse IP d’un utilisateur spécifique, par la justice allemande). L’utilisation d’un bon VPN ou de TOR est la seule façon d’être anonyme vis-à-vis de son fournisseur d’accès à internet ou des sites web visités.

Ces dernières années ont enfin vu se développer de nouveaux protocoles de messagerie chiffrée comme Signal ou Session qui permettent le chiffrement de la quasi-totalité des méta-données par défaut. Contrairement à OpenPGP qui utilise toujours la même clé pour chiffrer, ces nouveaux protocoles utilisent de nouvelles clés pour chaque message.

Malgré le fait que Protonmail est transmis cette information, il est toujours préférable d’utiliser un tel service plutôt qu’un fournisseur d’e-mail classique, en gardant à l’esprit que contrairement à Signal, les méta-données des e-mails ne sont généralement pas chiffrées. En toutes circonstances, sur tous les appareils que vous utilisez (smartphones, tablettes, ordinateurs) et pour toute activité sur le web, nous recommandons fortement l’utilisation d’un VPN réputé en matière de vie privée comme Mullvad, ou de TOR.

Mardi 30 mars au petit matin, la police a donné l’assaut sur la ZAD de la Colline dans le canton de Vaud. Petit à petit, plusieurs centaines de policiers ont détruit les barricades érigées sur leur route. Un canon à eau et plusieurs bulldozers ont été engagés. La résistance, principalement de la désobéissance civile, a duré toute la journée. Des personnes ont afflué de toute la région pour apporter leur soutien. Les forces de l’ordre ont eux beaucoup de mal à déloger les militants et militantes accorché.e.s dans les arbres ou sur des constructions en hauteur. Au final, il y a eu une trentaine d’interpellations.  La ZAD de la Colline a été organisée en opposition à une carrière du leader mondial des matériaux de construction LafargeHolcim. La colline est une zone de biodiversité reconnue ainsi qu’un site archéologique celte d’exception. L’exploitation de la carrière détruit petit à petit toute la zone.

 

Dossier(s): Suisse Tags: ,