Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Jeudi 7 novembre, Aidan James a été condamné à un an de prison pour être parti s’entraîner à combattre l’État islamique aux côtés des YPG. La cour criminelle de l’Old Bailey (à Londres) l’a condamné pour “formation au terrorisme”. Il était accusé d’avoir reçu en 2017 des entraînements au maniement d’armes en Syrie et en Irak donnés par le PKK qui figure sur la liste des organisations “terroristes” du Royaume-Uni. Il était revenu au Royaume-Uni en avion en février 2018 et avait immédiatement été placé en détention (voir notre article).

Aidan James

Aidan James

Le groupe “Support Your Local Antifa” appelle à soutenir plusieurs militant·e·s antifascistes de Bristol qui ont été à plusieurs reprises pris·e·s pour cibles par la police. Une amende particulièrement lourde de 1 500 £ a été infligée à un antifasciste, un homme de couleur, qui a également été victime d’intimidation et de harcèlement de la part de policiers locaux. Trois antifascistes font actuellement face à de fausses accusations suite à une opération “totale de maintien de l’ordre”, une opération destinée à empêcher les mobilisations en opposition à une manifestation d’extrême droite à Dewsbury le 12 octobre. Le groupe demande de l’aide pour pouvoir payer leurs frais de justice ainsi que les amendes imposées. Leur objectif est de récolter 1 000 £.

Le lien vers la collecte de fond.

Campagne de don pour soutenir des antifascistes réprimé·e·s à Bristol

Campagne de don pour soutenir des antifascistes réprimé·e·s à Bristol

Dimanche 3 novembre, Partizan a organisé une commémoration à la Maison de la culture sociale d’Erevan à Almelo en hommage à Nubar Yalim. Ses amis et camarades l’ayant connu à l’époque ont échangé sur leurs souvenirs et ont appelé à poursuivre son combat.

Nubar Yalim était un maoïste arménien membre du TKP/ML TIKKO en Turquie. Il eut un rôle très important dans les luttes révolutionnaires en Turquie puis dans les Pays-Bas après son exil en 1978. Il sera assassiné par les services secrets turcs le 5 novembre 1982 à Utrecht (Pays-Bas). Des manifestations de masse regroupant des milliers de personnes auront lieu partout en Europe pour dénoncer ce crime de l’État fasciste turc.

Ce vendredi 1er novembre, est entrée en vigueur en Russie la loi visant à créer un “internet souverain”, capable de fonctionner seul, indépendamment des serveurs étrangers. Concrètement, le texte prévoit la création d’une infrastructure permettant d’assurer le fonctionnement des ressources internet russes en cas d’impossibilité pour les opérateurs russes de se connecter aux serveurs internet étrangers. Les fournisseurs russes d’accès à internet devront également s’assurer désormais de la mise en place sur leurs réseaux de “moyens techniques” permettant un “contrôle centralisé du trafic” pour contrer les menaces éventuelles. La loi a été critiquée comme une tentative de contrôler les contenus, voire d’isoler progressivement l’internet russe, l’un des derniers espaces de liberté pour l’opposition et les voix critiques du pouvoir (voir notre article).

La loi s’inscrit dans la tendance observée depuis sept ans : un mouvement en faveur d’une réglementation stricte de l’espace Internet. La Russie pourra aussi décider de couper internet dans une région, voire dans le pays tout entier. Le gouvernement peut maintenant directement censurer du contenu ou même transformer l’internet russe en système clos sans informer le public sur ce qu’il fait ou pourquoi. Les autorités russes n’ont cessé de serrer la vis ces dernières années sur le réseau internet national, bloquant des contenus et sites liés à l’opposition, mais aussi des services qui refusaient de coopérer avec elles tels que la plateforme vidéo Dailymotion, le réseau social LinkedIn et la messagerie Telegram.

 

Deux personnes – âgées de 19 et 57 ans – ont été arrêtées tôt dans la semaine en lien avec une enquête liée au tir d’une salve d’honneur au-dessus du cercueil de l’ancien prisonnier de l’INLA, Michael McElkerney en mai dernier à Belfast (voir notre article). La police a également saisi des téléphones portables, de la documentation et d’autres appareils électroniques lors de perquisitions. Les deux hommes ont été remis en liberté. La police a accusé l’INLA de multiplier les attaques dans le nord-ouest de l’Irlande du Nord au cours des dernières semaines. La publication d’une photo, prise mardi à Derry, montrant cinq membres de l’INLA portant des cagoules, dont quatre portant des armes, a fait un tollé.

la photo de l'INLA

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: ,

Mardi 15 octobre au soir, Jock Palfreeman a été libéré du centre de détention pour immigrants de Busmantsi à Sofia où il a passé près d’un mois après sa libération conditionnelle (voir notre article). Cette libération intervient suite à une récente décision judiciaire ordonnant expressément sa libération du centre. Jock Palfreeman  n’est cependant toujours pas libre de quitter la Bulgarie: les autorités ont confisqué son nouveau passeport australien et il doit se présenter à la police une fois par semaine jusqu’à la levée de l’interdiction de quitter le pays. Accusé du meurtre d’un néo-nazi, Jock Palfreeman a toujours affirmé qu’il avait agi en légitime défense ce que confirme une vidéo de l’affrontement prise par une caméra de sécurité et récemment publiée par son avocat, Kalin Angelov.

Jock Palfreeman à sa libération

Jock Palfreeman à sa libération

Lundi 7 octobre, la cour suprême de cassation de Bulgarie a suspendu l’audience qui doit décider de la révocation ou non de la libération conditionnelle de Jock Palfreeman. Les trois juges ont maximum deux mois pour rendre leur jugement. Il y a deux semaines, la libération conditionnelle en appel a été accordée à Palfreeman. Le procureur général a cependant adressé au tribunal une requête extraordinaire et illégale demandant l’annulation de sa libération (voir notre article). Jock Palfreeman, qui est de nationalité australienne, reste donc détenu dans un centre de détention pour immigré·e·s près de Sofia, dans l’attente du jugement. Il est possible de soutenir Jock en participant à un crowdfunding.

Free Jock

Le nombre d’arrestations d’activistes du mouvement écologiste Extinction Rebellion (XR) dépasse déjà les 800 après trois jours d’actions à Londres. Cela alors que l’organisation entend occuper pacifiquement un aéroport londonien durant trois jours à partir de jeudi. La police a imposé des conditions aux actions de XR, limitant les manifestations au seul site de Trafalgar Square, dans le centre de Londres, et avertissant que quiconque qui ne se conformerait pas à cette ordonnance serait “passible d’arrestation et de poursuites”. Des dizaines de manifestants ont été arrêtés mercredi, à quelques heures de ce qu’Extinction Rebellion annonce comme “la plus grande action” parmi les perturbations du trafic routier et d’accès aux sièges du pouvoir qu’elle prévoit durant deux semaines. Elle envisage en effet un sit-in géant pacifique afin de fermer le plus longtemps possible le (London) City Airport à partir de jeudi.

Arrestation à Londres

Dix activistes (7 femmes et 3 hommes) d’Extinction Rebellion (XR) ont été arrêté.e.s ce samedi 5 octobre pour conspiration dans une vague d’arrestations préventives opérées par la police de la région métropolitaine de Londres. Les policiers ont utilisé un bélier pour pénétrer dans un entrepôt de Kennington, dans le sud de Londres, où XR stockait du matériel destiné aux actions de blocage prévues à partir de ce lundi. Les activistes tentaient de déplacer l’équipement, notamment des toilettes portables, de la cuisine, des panneaux solaires, de la nourriture prête à manger, des parapluies et des bouillottes. La police a également confisqué les six véhicules utilisés pour transporter du matériel. Les arrestations préventives ont lieu après que la police ait été critiquée pour son incapacité à gérer les grèves qui ont eu lieu en avril et qui ont provoqué des perturbations dans toute la ville. À l’appel d’XR, un blocage doit débuter ce lundi. L’objectif étant de bloquer 12 sites à travers Westminster (centre politique et touristique de Londres), mais aussi des autoroutes.

Arrestation d'un militant d'Extinction Rebellion

Libérable sous condition depuis le 19 septembre, Jock Palfreeman est sorti de prison mais est depuis détenu dans le centre pour immigrés de Sofia, Busmantsi (voir nos articles ici et ici), dans l’attente d’un nouveau passeport (délivré par l’Australie). Suite aux pressions politiques, le procureur général bulgare, Sotir Tsatsarov, a déposé une requête auprès de la Cour suprême de cassation pour demander la révocation de la libération conditionnelle de Jock Palfreeman et la réouverture de son dossier (voir notre article). Certains politiciens ont dénoncé la remise en liberté conditionnelle allant jusqu’à appeler à des actes de violence envers le juge ayant prononcé sa libération. Ce lundi 7 octobre, le tribunal jugera de la requête déposée par le procureur général.

Jock Palfreeman appelle tous les soutiens à travers l’Europe et demande de montrer sa solidarité en protestant lundi 7 octobre à 9h du matin devant les ambassades de Bulgarie.

Voir le post sur Facebook

Appel à Soutien - Jock Palfreeman