Le tribunal départemental de Bucarest avait rejeté la demande d’enregistrement d’un nouveau parti communiste roumain en mai 2014. Le jugement a été confirmé en octobre 2014, par la cour d’appel de Bucarest. Les tribunaux roumains ont estimé que le nouveau programme et la constitution du Parti communiste roumain proposés contenaient des dispositions contraires à la loi du pays sur les partis politiques et qu’il y avait un réel danger de saper les valeurs démocratiques. L’affaire a ensuite été portée devant la Cour européenne des droits de l’homme en avril 2015, mais la Cour a finalement jugé que l’Etat roumain était justifié de refuser d’enregistrer le Parti communiste roumain « pour protéger la sécurité nationale et les droits et libertés d’autrui ».

 

Dossier(s): Non classé Tags:

À l’issue de son assemblée générale les 23 et 24 novembre, l’organisation policière internationale se dotera d’un nouveau président. C’est un émirati, le général Ahmed Naser Al-Raisi, qui part favori. Cet inspecteur général du ministère de l’Intérieur, avec plus de 40 ans de carrière dans les forces de police, est depuis 2018 membre délégué du comité exécutif d’Interpol. Le général Raisi est personnellement visé par plusieurs plaintes, notamment en Europe pour torture et détention illégale de l’opposant politique Ahmed Mansoor, détenu depuis mars 2017 pour « atteinte à la réputation de l’État » et de deux citoyens britanniques, Matthew Hedges et Ali Issa Ahmad, depuis libérés.

Et ce au moment où les dictatures, à commencer par la Turquie, utilisent de plus en plus INTERPOL afin de cibler leurs opposants. Jamais autant de “notices rouges” n’ont été émises. Ces demandes d’arrestation ou d’extradition s’élevaient autour de 1 200 chaque année dans les années 2000. Leur chiffre est proche des 14 000 à présent. Et dans le peloton de tête des pays qui innondent INTERPOL de ces notices se trouvent les Émirats Arabes Unis. Les Émirats se sont montrés extrêmement généreux vis-à-vis d’INTERPOL, cherchant à procurer un avantage à leur candidat. Alors que le pays doit assurer 0,425 % du budget de l’organisation, soit un peu plus de 240 000 euros, il s’est ainsi distingué par un don sans précédent de 50 millions d’euros. Cette somme correspond au budget nécessaire pour l’agrandissement du siège d’Interpol à Lyon. Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin vient de demander aux autorités locales de mettre la main à la poche. “Faute de quoi le siège d’INTERPOL pourrait quitter Lyon pour… les Émirats Arabes Unis.”

INTERPOL a une longue tradition de présidents tortionnaires et de collaboration sans réserve avec les dictatures. Dès 1938 elle s’était choisi comme président un général SS, chef de la Gestapo de Vienne, Otto Steinhäusl. Son président suivant fut Richard Heindrich, chef des polices nazies et un des principaux organisateurs de l’extermination des Juifs. Son premier directeur d’après guerre fut le belge Florent Louwage qui avait été avant-guerre un directeur de la Sûreté expert dans la chasse aux communistes et qui s’était mis, pendant l’occupation, au service de l’exécutif d’Interpol alors dirigée par le général SS Kaltenbrunner (condamné et pendu à Nurenberg pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité). Le successeur de Louwage fut le Portugais Agostinho Lourenço qui, dès 1933 avait organisé la police politique du régime du général Salazar, et orienté ses méthodes basées sur les arrestations arbitraires et la torture.

EDIT 25/11: Le général Ahmed Naser Al-Raisi a bien été élu hier à la présidence d’INTERPOL.

Le général Ahmed Naser Al-Raisi

Quatre combattants de la Nouvelle Armée du Peuple (NPA) ont et tués et deux autres ont été blessés par un détachement du 6e Bataillon de la Force d’action spéciale de la Police nationale philippine à Barangay Tabu, dans le Negros Occidental, mardi. Parmi les quatre tués, un commandant de peloton et un instructeur politique. Les maoïstes appartenaient au Front Sud-Ouest du Komiteng Rehiyonal Negros de la NPA. Quatre autres personnes, mais une seule est toujours détenu par le poste de police municipal d’Ilog. Les formes de sécurité ont récupéré des armes à feu de grande puissance, notamment un fusil M16, un fusil M14, un lance-grenades M203, un fusil d’assaut AK47 et un revolver de calibre .38, , ainsi que des grenades, des explosifs, des radios, des téléphones, un ordinateur, des panneaux solaires et des fournitures médicales

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

Dossier(s): Non classé

Entre 200.000 et 400.000 Catalans ont défilé dans Barcelone à l’occasion de la Diada, la fête nationale catalane, la journée se terminant par de violents affrontements avec la police. Les manifestations ont commencé avec des personnes apportant les Estelades, ou Senyera estelada, le drapeau étoilé de l’indépendance catalane. D’énormes drapeaux étaient étalés dans la foule, qui se déplaçait alors en procession dans les rues, entourées de foules qui chantaient. Vers le soir, des policiers anti-émeute, les Mossos d’Esquadra, de la police catalane, ont commencé à envahir les rues, en « prévision des violences ». Des affrontements avec la police ont alors éclaté et plusieurs manifestants ont été arrêtés.

 

 

Des affrontements ont éclaté entre la police et les agriculteurs protestataires dans l’Haryana samedi. Les paysans tentaient d’atteindre la ville de Karnal pour protester contre une réunion du BJP au niveau de l’État présidée par le premier ministre. Au moins 10 manifestants ont été blessés lorsqu’ils ont été chargés par la police. Le dirigeant du mouvement local des paysans a appelé au blocage de toutes les autoroutes de l’État pour protester contre l’usage de la force contre les agriculteurs. La circulation a été effectivement bloquée à Hisar, Jind, Bhiwani, Rohtak, Dadri, Fatehabad et Ambala. Le trafic à destination de New Delhi depuis Amritsar a été perturbé à la frontière de Shambu au Pendjab. Le trafic à destination de l’Uttar Pradesh via les villes d’Ambala et de Yamunanagar a également été impacté.

Le gouvernement du BJP et ses dirigeants, principalement au Pendjab et dans l’Haryana, ont été confrontés à la colère des agriculteurs contre les trois lois agricoles de dérégulation du marché des produits agricoles, qui ont déclenché de nombreuses protestations depuis fin novembre.

Dossier(s): Non classé Tags: ,