Des heurts ont eu lieu pendant trois jours dans plusieurs quartiers populaires notamment à Tunis, Bizerte, Menzel Bourguiba (nord), Sousse et Nabeul (est), Kasserine et Siliana (nord-ouest), en dépit d’un confinement sanitaire, pour le dixième anniversaire de la révolution. 623 personnes ont été arrêtées après une troisième nuit d’émeutes, a indiqué le ministère de l’Intérieur lundi. Ces heurts interviennent dans un contexte d’instabilité politique et de dégradation de la situation sociale. L’urgence sociale s’accentue avec la pandémie de Covid-19, qui ajoute la hausse du chômage à celle des prix et met en évidence la défaillance des services publics. Le mois de janvier est régulièrement le théâtre de mobilisations en Tunisie, car cette période marque l’anniversaire de plusieurs luttes sociales et démocratiques majeures.

A Ettadhamen, dans la banlieue nord-ouest de Tunis, dans la nuit du 17 janvier

Des dizaines de Palestiniens ont été blessés hier vendredi lors d’affrontements avec les forces israéliennes lors de manifestations contre la construction de colonies sionistes dans les districts de Cisjordanie d’Hébron et de Qalqilia. Le rassemblement a été organisé pour soutenir les communautés bédouines palestiniennes locales au milieu des menaces israéliennes de confisquer des terres dans la région en faveur des colonies sionistes voisines. Au moins quatre Palestiniens ont été blessés lors d’affrontements avec les troupes israéliennes dans le district de Qalqilia, où des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc ont été utilisés contre la foule. Certains manifestants ont été battus et ont été étouffés par l’inhalation de gaz.

Plus tôt cette semaine, le Premier ministre israélien Netanyahu a autorisé la construction de 800 logements dans les colonies sionistes de Cisjordanie. En outre, Netanyahu a ordonné la soumission de demandes au Conseil supérieur de la planification pour l’approbation de la construction de 400 logements supplémentaires dans les colonies de Beit El, Eviatar, Shavei Shomron, Shikun Vatikim, Barkan, Karnei Shomron et Givat Zeev.

Nassiriya, bastion de la contestation anti-pouvoir, située à 300 km au sud de Bagdad est le théâtre de manifestations et de heurts depuis trois jours. Face à des manifestants dont certains jetaient des pierres, les forces de l’ordre ont ouvert le feu pour disperser des protestataires qui avaient repris la place, épicentre de la “révolte d’octobre”. Le camp de tentes installé à l’époque avait été levé fin novembre, lorsque huit personnes avaient été tuées dans des affrontements entre manifestants anti-pouvoir et partisans du leader chiite Moqtada Sadr. L’occupation de Habboubi a repris vendredi, des manifestants réclamant la libération de figures anti-pouvoir arrêtées ces dernières semaines.

A plusieurs reprises, les forces de l’ordre ont depuis tiré en l’air ou lancé des grenades sur les manifestants, dont le mouvement a pour la première fois gagné d’autres quartiers de la ville. Un policier a été tué dans les affrontements. Après les affrontements de dimanche, 13 manifestants arrêtés ont été libérés. D’autres libérations avaient été promises pour le lendemain. Les manifestants réclament, outre la fin de la corruption de la classe politique, des emplois et des services publics, des biens de plus en plus rares alors que l’Irak s’enfonce dans sa pire crise économique.

Deux manifestants dans la ville de Nasiriyah, dans le sud de l’Irak, ont été blessés aujourd’hui vendredi lors d’affrontements avec les forces de police. Celles-ci ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles de guerre sur la foule qui protestait contre la corruption. Cette répression policière contre les manifestants rassemblés sur la place Habboubi, souvent au centre des manifestations dans la ville, intervient au lendemain d’une vaste campagne d’arrestations contre des militants hier jeudi. L’activiste Ihsan al-Hilali, qui a été écrasé par une voiture de police et arrêté, figure parmi les victimes de la répression d’hier. Au moins personnes  ont été tuées et plus de 18.000 blessées depuis l’émergence du mouvement de protestation en janvier 2020.

Manifestants anti-corruption à Nasiriya

 

Au moins sept Palestiniens ont été blessés et des dizaines d’autres ont souffert de suffocation en Cisjordanie occupée aujourd’hui vendredi. L’armée israélienne a utilisé des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui protestaient contre la construction de colonies dans la ville de Deir Jarir, proche de Ramallah. Le 23 décembre dernier, les colons sionistes ont commencé à installer des tentes et à construire du matériel à Jabal Al-Shorfa dans la ville de Deir Jarir sous la protection de l’armée et de la police israéliennes. Plus de 650 000 colons vivent actuellement dans plus de 164 colonies illégales et 116 avant-postes en Cisjordanie occupée.

Deir Jarir

 

Un jeune internaute algérien, partisan du mouvement de protestation anti-régime Hirak, a été condamné lundi 4 janvier pour avoir publié des mèmes ironiques sur le président Abdelmadjid Tebboune et la religion. Walid Kechida est condamné à 3 ans de prison ferme assorti d’une amende. Le parquet de Sétif dans le nord-est du pays avait requis cinq ans de prison contre Walid Kechida, 25 ans, accusé d'”offense au président”, “aux préceptes de l’islam” et d'”outrage à corps constitué”. Le militant, connu de la jeunesse de Sétif, est en détention provisoire depuis plus de huit mois pour ces memes. De nombreux opposants et militants du Hirak ont été arrêtés, jugés et condamnés en Algérie dans un climat de répression à l’encontre des opposants, des médias indépendants et des blogueurs (voir ici).

Portraits de prisonniers politiques algériens, dont Walid Kechida, devant l’ambassade d’Algérie à Paris (archives)

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Du 15 au 23 janvier 2020, le réseau international de soutien aux prisonniers palestiniens Samidoun appelle à une semaine internationale d’actions pour la libération d’Ahmad Sa’adat, secrétaire général du Front Populaire de Libération de la Palestine emprisonné par l’occupation israélienne. Arrêté et détenu en 2002 par l’Autorité Palestinienne, il a été enlevé par l’armée israélienne en 2006 puis condamné en 2008 à une peine de 30 ans de prison. Il est accusé d’être le dirigeant d’une organisation considérée comme “terroriste” par Israël et d’être responsable de l’exécution d’un ministre israélien d’extrême droite. Personnalité de la gauche révolutionnaire palestinienne, il multiplie les prises de parole durant son incarcération (voir notre article).

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: ,

Loujain Al-Hathloul a été condamnée, lundi 28 décembre, à cinq ans et huit mois de prison par un tribunal antiterroriste saoudien. La militante féministe a été reconnue coupable “d’intelligence avec des parties étrangères” et de “diverses activités prohibées par la loi antiterroriste”. La peine étant assortie d’un sursis de deux ans et dix mois, la jeune femme pourrait toutefois être libérée en mars. L’activiste saoudienne, qui avait revendiqué le droit des femmes à conduire elle avait été arrêtée en mai 2018, en même temps que d’autres activistes, soit un mois avant la levée de l’interdiction faite aux Saoudiennes de conduire. Pendant sa détention, la militante féministe a été victime de torture, dont des chocs électriques, et de harcèlement sexuel. « L’un de ses tortionnaires n’était autre que Saoud Al-Qahtani, le conseil du prince héritier, qui a menacé plusieurs fois de la violer, de la découper en morceaux et de jeter son corps dans les égouts », accuse sa sœur Lina.

Privée de contacts avec sa famille et de la possibilité de consulter un avocat, Loujain Al-Hathloul a entamé deux grèves de la faim pour dénoncer ses conditions de détention. Le verdict de lundi, en apparence clément alors que le procureur avait requis la peine maximale de vingt ans de prison, est considéré comme une stratégie de sortie tout en gardant la face devant les fortes pressions internationales pour la libération de la militante. Loujain Al-Hathloul n’est toutefois pas sortie d’affaire. Elle est interdite de voyager à l’étranger pendant cinq ans, et la suspension d’une partie de sa peine d’emprisonnement est conditionnée à son silence pendant les trois années à venir.

Loujain Al-Hathloul

Des dizaines de Palestiniens ont souffert de suffocation samedi 26 décembre lors de la répression, par l’armée israélienne, de la manifestation pacifique hebdomadaire anti-colonies dans le village de Kufr Qaddoum, au nord de la Cisjordanie (voir quelques uns de nos articles sur les répressions de cette manifestation qui se tient chaque semaine depuis des années ici, ici, ici et d’autres encore). Les manifestants dénoncent également la fermeture par Israël, depuis 2003, de la route principale qui relie Kufr Qaddoum à la ville de Naplouse. Les forces ont tiré des cartouches de gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes en direction des manifestants, provoquant donc la suffocation de dizaines de personnes en raison de l’inhalation de fortes concentrations de gaz lacrymogènes.

Répression à Kufr Qaddoum (archives)

Aux premières heures du vendredi 25 décembre, en réponse à la destruction d’habitations de pauvres gens à Ilam, de jeunes insurgés ont pris pour cible le tribunal des mollahs à Karadj, dans la province d’Alborz. De jeunes insurgés ont mené deux autres attaques incendiaires contre les bases répressives de la milice du Bassidj à Hamedan et sur l’île de Kish.

L’attaque contre le tribunal de Karadj

 

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: