Les manifestations se sont poursuivies hier samedi en Iran après une semaine de protestations déclenchées par la mort Mahsa Amini arrêtée par la police des mœurs. La répression a déjà fait 55 victimes dont les noms et les photos commencent à circuler.
Ci-dessous de gauche à droite: Ghazaleh Chalabi tuée par balle à Amol à l’âge de 33 ans. Hadis Najafi qui avait été filmée en train de s’attacher les cheveux face aux forces de l’ordre lors d’une manifestation, dans une vidéo devenue virale, a été tuée à Karaj par six balles tirées par les forces de l’ordre. Hananeh Kian, 23 ans, a été abattue jeudi à Noshahr.
Dans la province de Guilan, dans le nord du pays, 739 personnes, dont 60 femmes, ont été arrêtées, a annoncé samedi le chef de la police locale. Le régime fait état de 5 morts parmi les forces de l’ordre. Les connexions internet ont été filtrées par le régime, avec le blocage de WhatsApp et Instagram.

La manifestation de ce dimanche en soutien au peuple iranien a rassemblé plusieurs milliers de personnes dans les rues de Paris. À l’approche de l’ambassade d’Iran, la police française a plusieurs fois gazé la manifestation pacifique et procédé des arrestations. A Londres également, la police a gazé les manifestants qui se dirigeaient vers l’ambassade. Cinq manifestants ont été arrêtés.

Des heurts entre manifestants et l’armée israélienne ont blessé 11 Palestiniens, et causé des cas d’asphyxie à des dizaines d’autres personnes, ce vendredi, dans le nord de la Cisjordanie. Parmi les 11 blessés, une personne a été touchée par un tir à balle réelle et 10 autres ont subi des blessures suite à des tirs de balles en métal recouvertes de caoutchouc. Les affrontements dans la ville de Kafr Qaddum, à l’est de Qalqilya (nord) sont réguliers: ces villages, ciblés par les colons sionistes, sont le théâtre de manifestations hebdomadaires.

 

Au moins 50 personnes ont été tuées en Iran dans les manifestations, réprimées par les forces de sécurité depuis maintenant sept jours, après l’assassinat par la police des moeurs d’une jeune femme de 22 ans, Mahsa Amini. Six personnes ont été tuées par arme à feu par les forces de l’ordre dans la ville de Rezvanshahr, dans la province septentrionale de Gilan jeudi soir, et d’autres morts ont été enregistrés à Babol et Amol (Nord). Des commissariats de police et des véhicules des forces de l’ordre ont été incendiés jeudi dans plusieurs villes iraniennes, à Téhéran notamment. Au départ limité au Kurdistan iranien, où une grève générale a été décrétée, le mouvement de septembre a essaimé dans d’autres parties du pays et concerne désormais 80 villes au moins, dont la capitale, Téhéran. A Mashhad, dans le nord-est, un membre des Basij, une force paramilitaire iranienne placée sous l’autorité de l’ayatollah Ali Khamenei, a été poignardé. Un autre bassidji a été tué mercredi à Qazvin, portant à quatre le total de membres des forces de sécurité tués depuis le début de la contestation. Les autorités ont décidé de restreindre l’accès à internet dans l’espoir de limiter la propagation des manifestations.

Edit: L’ambassade d’Iran à Bruxelles a été attaquée la nuit de jeudi à vendredi: plusieurs cocktails Molotov ont été lancés contre elle avec succès:

Vendredi après-midi, 300 personnes se sont rassemblées devant cette même ambassade. Un manifestant a été interpellé pour avoir tenté d’atteindre l’ambassade malgré le dispositif policier.

 

Les manifestations se sont étendues en Iran pour la cinquième nuit consécutive contre le décès brutal de Masha Amini, une jeune femme arrêtée par la police des mœurs chargée de faire respecter le port du voile obligatoire pour les femmes. Des hommes et des femmes, dont beaucoup avaient ôté leur foulard, sont sortis dans les rues d’une quinzaine de villes, notamment à Téhéran, Mashhad (nord-est), Tabriz (nord-ouest), Rasht (nord), Ispahan (centre) et Kish (sud), bloquant la circulation, incendiant des poubelles et des véhicules de police, lançant des pierres sur les forces de sécurité, détruisant les portraits des ayatollahs, et scandant des slogans hostiles au régime. La police est intervenue partout brutalement. Au total, six personnes ont trouvé la mort lors des manifestations selon le bilan officiel, probablement sous-estimé.

En soutien aux luttes du peuple iranien et en hommage à Mahsa, un rassemblement se tiendra ce vendredi 23 septembre, de 16h à 18h devant l’ambassade d’Iran, 15 avenue Franklin Roosevelt (à hauteur du campus ULB Solbosch).

Vendredi 16 septembre, 11 étudiants de l’Université de Birzeit et membres du Pôle Étudiant Démocratique Progressiste ont été arrêtés par les forces de l’occupation israélienne. Un tribunal militaire a décidé hier de remettre en liberté huit des onze étudiants. Deux ont été placés en détention administrative: Muath Botmeh et Ziad Qaddoumi. C’est une forme de répression qui consiste à maintenir en détention sans procès, et même sans inculpation, des opposants à l’occupation pendant des mois voire des années.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Les forces de sécurité ont dispersé samedi à coup de gaz lacrymogènes et de balles réelles une manifestation dans le Kurdistan iranien après l’assassinat d’une jeune femme arrêtée à Téhéran par la police des mœurs. Mahsa Amini, 22 ans, a été arrêtée mardi par l’unité de police chargée de faire respecter le code vestimentaire de la République islamique pour les femmes. Elle a été inhumée samedi dans sa ville natale de Saghez, dans la province du Kurdistan. Lors des funérailles, les femmes ont retiré leurs voiles dans une foule scandant « À mort la dictature ». Du cimetière, la foule s’est dirigée vers le bureau du gouverneur local. Des manifestants ont jeté des projectiles sur le portrait du guide suprême iranien Ali Khameneï. Un rassemblement du même ordre a eu lieu à Sanandaj, la capitale de la province du Kurdistan.  Comme à chaque manifestation, la foule a été violemment réprimée, les forces de sécurité ayant tiré à balle réelle. 38 personnes ont été blessées, dont au moins une par balle, tandis que treize ont été arrêtées. A Téhéran, des étudiants se sont également rassemblés. Les partis politiques kurdes ont donc appelé à la grève générale ce lundi dans la région.

Mahsa Amini avait quitté le Kurdistan, où elle vivait, pour rendre visite à sa famille à Téhéran, lorsqu’elle a été arrêtée par une unité spéciale de la police iranienne chargée notamment de faire appliquer l’obligation pour les femmes de porter le voile. Dans un communiqué, la police de Téhéran a confirmé que Mahsa Amini avait été arrêtée, ainsi que d’autres femmes, pour se voir donner des “explications et des instructions” sur le code vestimentaire. Selon son frère, Kiarash Amini, qui l’attendait devant le commissariat, il aurait aperçu des ambulances emmener sa sœur à l’hôpital. La jeune femme de 22 ans aurait fait une attaque cardiaque et cérébrale et serait tombée dans le coma après avoir été passée à tabac. Mahsa Amini est décédée à l’hôpital.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Un adolescent palestinien a été tué, ce jeudi 15 septembre, lors de nouveaux heurts avec les forces d’occupation dans le village de Kfar Dan, situé à proximité de Jénine, région de la Cisjordanie au cœur d’affrontements armés ces derniers mois. Mercredi, un soldat israélien et deux Palestiniens du village de Kfar Dan ont été tués lors d’échanges de tirs au checkpoint de Jalameh, point de passage entre Israël et la Cisjordanie occupée situé à quelques kilomètres de Jénine. Jeudi, l’armée israélienne a envahi à Kfar Dan pour identifier les maisons familiales de ces deux Palestiniens, dans le but ensuite de les détruire comme le veut sa politique de représailles contre les familles des résistants. C’est contre ce raid de représailles que les habitants de Kfar Dan ont protesté, parmi eux Uday Salah, âgé de 17 ans, qui a été tué par un militaire israélien d’une balle dans la tête.

Bilal al-Saadi, président du Freedom Theatre, a été arrêté dimanche 11 septembre par l’armée israélienne au checkpoint Zaatar, alors qu’il rentrait à Jénine en compagnie de Mustafa Sheta, le directeur du théâtre, après avoir participé à Ramallah à l’assemblée générale du réseau des arts vivants de Palestine. Aucune explication n’a été donnée ni à lui, ni à Mustafa Sheta qui était avec lui, ni à sa famille. Nous savons qu’il va être traduit mardi devant un tribunal militaire et qu’il sera sans doute placé en détention administrative sans accusation ni procès, pour 3 ou 4 mois renouvelables sans justification. Le Freedom Theatre a été créé en 2006 par Juliano Mer Khamis, Zakaria Zubeidi et quelques autres. Juliano a été assassiné en 2011 devant le théâtre et cet assassinat n’a jamais été élucidé. Zakaria Zubeidi, après de multiples arrestations est encore aujourd’hui en prison. Bilal al-Saadi, président du Conseil du théâtre, est avec le Freedom Theatre depuis sa création en 2006. Son arrestation s’inscrit dans la tentative acharnée de faire taire les voix palestiniennes et d’écraser leur culture.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Le journaliste et militant Ghassen Ben Khélifa, en détention pendant 5 jours sur instructions du parquet du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, a été libéré ce dimanche. Le syndicat des journalistes a dénoncé « la facilité du ministère public à émettre des mandats de dépôt contre des citoyens et des journalistes sans qu’il y ait de soupçons ou éléments de crimes ». Le journaliste, arrêté dans une affaire terroriste liée à une page Facebook qui publie des contenus contre le président Saïed, avait entamé le 9 septembre une grève de la faim en signe de protestation contre les conditions de sa détention. Une marche de protestation avait été organisée vendredi dernier à partir du siège du syndicat national des journalistes tunisiens en direction de l’avenue Habib Bourguiba pour revendiquer la libération de Ghassen Ben Khelifa. D’autres rassemblements avaient eu lieu, notamment à Montréal.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: