Un certain nombre d’étudiants et d’enseignants palestiniens ont soufferts de suffoquement dimanche après avoir respiré des quantités massives de gaz lacrymogènes lors d’affrontements qui ont éclaté à proximité d’une école du village de Burin, au sud de Naplouse. Des manifestations éclatent à Burin et aux alentours parce que les miliciens sionistes sortent des colonies pour couper les oliviers et mettre le feu aux champs, sous l’oeil complice des militaires (la photo ci-dessous date de samedi 16, un militaire est bien visible, et inactif, alors que les colons incendient les terrains des villageois palestiniens).

 

Dossier(s): Monde arabe et Iran

Au moins 44 Palestiniens ont été blessés au sud de Naplouse, en Cisjordanie occupée, après que les troupes israéliennes aient attaqué des rassemblements de protestation pour condamner la colonisation. Les affrontements ont eu lieu vendredi, lorsque des soldats israéliens ont attaqué des rassemblements anti-implantation, principalement de jeunes Palestiniens, dans la ville de Beita et le village de Beit Dajan. Au moins 44 Palestiniens ont été blessés après avoir été attaqués par les forces israéliennes. 41 d’entre eux souffraient de problèmes respiratoires dus à l’inhalation de gaz lacrymogène, un a été blessé par des balles enrobées de caoutchouc et deux des manifestants ont été blessés en tombant alors que les forces d’occupation poursuivaient les jeunes manifestants.

Dans l’après-midi du vendredi 8 octobre, un gang engagés par le directeur du pénitencier du Grand Téhéran et des services de sécurité  a attaqué des prisonniers politiques à coups de poignards, de machettes et de coups de poing américains. Un certain nombre d’entre eux, dont Akbar Bagheri, Pouya Ghobadi, Shapour Ehsaniarad, Ismail Guerami et Akbar Faraji ont été grièvement blessés et emmenés au centre médical de la prison. Les gardiens, au courant du raid, ont délibérément fermé la salle pour empêcher les prisonniers politiques de sortir et faciliter l’agression. Ce n’est qu’une fois l’attaque terminée et les prisonniers blessés qu’ils ont ouvert la porte de la salle. Le directeur de la prison supervisait l’opération au fond de la salle.

Akbar Bagheri a été condamné à neuf ans de prison pour appartenance à l’organisation des Moudjahidine du peuple et « activités de propagande contre le régime ». Pouya Ghobadi, 27 ans, est incarcéré depuis deux ans et demi pour les mêmes motifs, sans condamnation. L’appareil judiciaire des mollahs a fixé une caution de 50 milliards de tomans pour sa libération provisoire, ce qu’aucune famille ne peut fournir. Ismail Guerami, 67 ans, retraité protestataire est condamné à 5 ans de prison, et le militant syndical Shapour Ehsani-Rad, à 6 ans de prison.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: ,

De violents affrontements ont éclaté, ce vendredi matin 8 octobre, dans la ville de Qabatiya, au sud de Jénine dans le nord de la Cisjordanie occupée. Les unités d’Al-Yamam de l’armée d’occupation ont pris d’assaut la maison d’un Palestinien recherché Chadi Zakarneh à Qabatiya. Ce dernier a réussi à échapper au large cordon de sécurité imposé dans la région. Les forces d’occupation ont alors menacé sa famille, puis assiégé et perquisitionné toute la ville. Les forces d’occupation ont arrêté les deux frères, Nimr et Mohammad Talal Zakarneh, après avoir pris d’assaut Qabatiya et mené des perquisitions dans leur domicile. Cette agression a provoqué le déclenchement d’affrontements entre les jeunes palestiniens et les forces d’occupation. Les affrontements se sont étendus à l’usine Abu George entre les localités de Qabatiya et Zababdeh.

 

Des manifestants palestiniens ont affronté les troupes israéliennes vendredi après-midi devant la colonie sioniste d’Eviatar, dans le nord de la Cisjordanie. Les forces d’occupation ont utilisé différents moyen de lutte anti-émeutes, notamment un drone lançant des bombes lacrymogènes qui s’est écrasé, officiellement en raison d’un dysfonctionnement. 90 manifestants ont été blessés.

Un drone israélien lanceur de grenades lacrymogènes (archive)

Un adolescent palestinien a été blessé par balles lors d’affrontements avec les forces israéliennes dans le camp de réfugiés d’al-Arroub, au nord d’Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée. Des affrontements auraient éclaté à l’entrée du camp , au cours desquels les forces israéliennes ont tiré à balles réelles et des grenades lacrymogènes en direction des habitants. Un adolescent de seize ans a reçu une balle réelle dans l’abdomen, ce qui a nécessité son transfert à l’hôpital, où son état a été décrit comme critique. Plusieurs habitants ont suffoqué à cause de l’inhalation de gaz lacrymogène.

Le camp d’al-Arroub

 

L’armée israélienne a mené une vaste opération contre ce qu’elle a qualifié de « cellules terroristes » dans plusieurs secteurs de la Cisjordanie, particulièrement autour de Ramallah et de Jénine, dans la partie nord de ce territoire palestinien. Ce sont des unités spéciales israéliennes accompagnées par des agents du Shin Bet, le service de sécurité intérieure qui ont procédé à une série d’arrestations. Trois Palestiniens ont été tués dans le village de Biddu, à une dizaine de km au nord-ouest de Jérusalem, et un autre à Borquin, près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie où l’interpellation d’un Palestinien armé a donné lieu à de violents échanges de tirs entre miliciens palestiniens et les troupes israéliennes. Deux soldats israéliens, un officier et un combattant ont été blessés grièvement à Borquin.

Impact dans un véhicule militaire israélien lors des affrontements d’hier

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Un Palestinien a été tué hier vendredi par l’armée israélienne lors de heurts en marge d’une manifestation dans le nord de la Cisjordanie occupée. Il a été tué d’un tir à balles réelles à la tête, à Beita, petite ville de Cisjordanie, où les habitants organisent chaque semaine des manifestations contre la colonisation israélienne. Mohammed Ali Khabisa, 27 ans, a été transporté à l’hôpital de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, où il est décédé peu de temps après. Huit autres Palestiniens ont été blessés par des balles enrobées de caoutchouc.

Le Maroc mène des opérations ciblées au moyen de drones armés contre le Front Polisario. En avril 2021, l’armée marocaine avait déjà utilisé contre les Sahraouis trois drones militaires de type Harfang, conçu par Israël et produits par Cassidian (Airbus Group). En septembre dernier, le Maroc avait fait l’acquisition de quatre drones SeaGuardian de dernière génération en provenance des États-Unis, qui se sont ajoutés aux 4 Predators de la génération précédente et aux 14 drones d’origine israélienne.  Cette année, le Maroc a acquis 13 drones de type Bayraktar TB-2 auprès de la compagnie turque Baykar. Ce type de drone est utilisé massivement par l’armée turque contre les Kurdes. C’est ce vendredi que la livraison des premiers Bayraktar TB2 a débuté. Les équipages militaires marocains ont terminé leur formation en Turquie il y a quelques semaines.

Le Maroc va en outre se lancer dans la fabrication de drones kamikazes, des appareils relativement simples à construire dont l’efficacité a été prouvée lors du conflit au Nogorno-Karabakh. Le lancement de ce projet intervient après plusieurs mois de négociations menées entre le Maroc et le groupe israélien Aerospace Industries (IAI), implanté au Maroc à travers sa filiale Bluebird Aero Systems, spécialisée dans la fabrication de drones.

1380 détenus palestiniens dans les prisons israéliennes, appartenant à tout l’éventail politique, devaient entamer une grève de la faim illimitée vendredi 17 septembre. Cette lutte vise à protester contre les mesures punitives et répressives prises par l’administration des prisons israéliennes à la suite de l’évasion de Gilboa. Le premier groupe de la grève de la faim comprend 1380 détenus de plusieurs prisons : 400 détenus de la prison de Ramon, 300 de la prison d’Ofer, 200 de la prison de Nafha, 200 de la prison de Megiddo, 100 de la prison de Gilboa, 80 détenus de la prison d’Eshel, 50 de la prison de Shatta, et 50 de la prison de Hadarim.

De nouveaux groupes de détenus se joindront à la grève de la faim demain mardi, tandis que 100 détenus de premier plan, dont le leader palestinien Marwan Barghouti, s’abstiendront de boire de l’eau à partir de vendredi. Les détenus exigent de l’administration pénitentiaire israélienne qu’elle mette fin à sa politique de répression, d’abus et de transferts arbitraires, qu’elle mette fin aux mesures répressives imposées aux détenus, qu’elle libère les prisonniers isolés dans les sections ordinaires, qu’elle ramène les conditions de détention à ce qu’elles étaient avant le 5 septembre, et qu’elle mette fin à la politique de détention administrative arbitraire et cesse la politique de renouvellement des détenus administratifs, entre autres revendications.

MàJ: Le mouvement de grève a été annulé