Plusieurs jeeps de l’armée israélienne sont entrées, vendredi à l’aube, le village de Beit Dajan, à l’est de la ville de Naplouse, au nord de la Cisjordanie. Les soldats ont envahi le centre de la ville et ont tiré un barrage de bombes à gaz et de stun-grenades sur les manifestants locaux. L’armée envahit fréquemment le village en raison des protestations en cours contre l’annexion des terres palestiniennes par Israël, dans la partie orientale du village, pour étendre les colonies illégales. La dernière invasion pourrait être une tentative d’empêcher les Palestiniens de faire le manifestation pendant la journée. Par ailleurs, plusieurs colons israéliens ont détruit des canalisations d’eau et des poteaux électriques dans le village d’as-Sawiya, au sud de Naplouse.

De de jeunes manifestants  et de policiers se sont affrontés de nouveau lundi sur la place Tahrir de Bagdad, après une nuit de heurts notamment à Kerbala, au sud-ouest de la capitale, au lendemain du premier anniversaire de la révolte en Irak. Des dizaines de jeunes jetaient des pierres tandis que les policiers répondaient par des tirs de grenades lacrymogènes et assourdissantes. Dans la ville de Kerbala, de jeunes manifestants ont jeté jusque tôt lundi matin des pierres sur des policiers aux boucliers métalliques et longues matraques, qui les leur renvoyaient. Des milliers d’Irakiens ont défilé dimanche à travers le pays pour marquer le premier anniversaire de la “révolution d’octobre”, mouvement social inédit dans le pays réclamant notamment une réforme du pouvoir et une amélioration des conditions de vie.

Les autorités de l’occupation israélienne viennent de classer le Pôle étudiant démocratique progressiste (la branche étudiante du Front Populaire de Libération de la Palestine – FPLP) comme « terroriste ». Troisième organisation étudiante de l’Université de Birzeit en Cisjordanie occupée, elle regroupe des milliers de sympathisant·e·s qui sont régulièrement la cible de campagnes d’arrestations et d’intimidations. Plus d’infos ici.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: ,

Des journalistes israéliens ont dévoilé une campagne de propagande mondiale contre le mouvement des droits palestiniens, Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS). Le ministère des Affaires stratégiques a autorisé 37 millions de dollars pour placer sa publicité comme s’il s’agissait d’informations journalistiques dans les médias du monde entier. Le média numérique israélien 972 Magazine a notamment fait écho à une enquête ouverte en 2017 par le journaliste Itamar Benzaquen qui a révélé que le ministère des Affaires stratégiques de l’État d’Israël avait versé d’importantes sommes d’argent au Jerusalem Post pour publier des contenus contre BDS. Au cours des dernières années, des rapports similaires ont été publiés par des journalistes et des médias du monde entier. Plus d’infos ici.

Rassemblement du mouvement BDS à Valence

Rassemblement du mouvement BDS à Valence

Les autorités israéliennes ont entamé des démarches pour expulser l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri, arrêté brièvement au début de l’été (voir notre article). Salah Hamouri est accusé par Israël – malgré ses dénégations – d’être membre du Front populaire de libération de la Palestine. Il avait été arrêté le 30 juin à Jérusalem, puis libéré après une semaine de détention (voir notre article). Pour être libéré, Salah Hamouri, qui défend comme avocat des prisonniers palestiniens, a dû payer une caution, s’engager à ne pas parler pendant trois mois à certaines personnes et se tenir prêt à se rendre “disponible pour d’éventuelles convocations de la justice”. Mais, jeudi 3 septembre, le ministre israélien de l’Intérieur Arié Dery, figure de proue du parti ultra-orthodoxe Shass, a informé Salah Hamouri de son intention de “révoquer son statut permanent en Israël”.  Les Palestiniens nés à Jérusalem (et c’est le cas de Salah Hamouri) n’ont pas la nationalité israélienne, à moins d’en faire la demande, mais bénéficient d’un permis de résidence permanent les autorise à vivre et travailler sur le territoire. Sans ce permis, Salah Hamouri serait donc expulsé et contraint à l’exil.

Salah Hamouri

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: ,

Des dizaines de Palestiniens ont été blessés lors d’affrontements avec des soldats israéliens arrivés hier dimanche 11 octobre pour procéder à des arrestations dans un camp de réfugiés près de Ramallah. 53 personnes ont été traitées médicalement, dont dix personnes blessées par balles réelles. Treize autres ont été blessés par balles en caoutchouc et le reste par des gaz lacrymogènes. Les résidents du camp de réfugiés d’Amari ont rapporté que l’armée israélienne avait bloqué plusieurs routes dans la région avant qu’un grand nombre de soldats n’entrent dans le camp et arrêtent trois personnes.

Un des blessés de samedi à Ramallah

La répression se poursuit en Algérie. Un militant du mouvement de protestation contre le pouvoir en Algérie, Yacine Mebarki, a été condamné jeudi à dix ans de prison ferme pour “incitation à l’athéisme” et “offense à l’islam” par le tribunal de Khenchela (est). Cette nouvelle condamnation s’inscrit dans une vague de répression ciblant quotidiennement des militants de la contestation ou “Hirak”, des opposants politiques, des journalistes et des blogueurs. Il s’agit de la plus lourde peine prononcée contre un militant du Hirak depuis le début en février 2019 du soulèvement populaire pacifique pour réclamer un changement du système en Algérie. Très impliqué localement dans le Hirak et militant berbère, Yacine Mebarki, 52 ans, a été arrêté le 30 septembre après une perquisition à son domicile. Les policiers auraient trouvé chez lui un exemplaire jauni du Coran appartenant à son grand-père, dont une des feuilles était déchirée du fait de l’ancienneté de l’ouvrage. Déchirer une page du livre saint est considéré comme une atteinte à l’islam. Yacine Mebarki a décidé de faire appel.

 

Les membres du Parlement tunisien doivent se prononcer sur un projet de loi qui pourrait renforcer l’impunité des forces de sécurité et les exonérer de toute responsabilité pénale lorsqu’elles utilisent la force meurtrière pour protéger les bâtiments des services de sécurité. Au titre de l’article 7 du projet de loi n° 25/2015, les forces de sécurité ne seraient pas tenues pénalement responsables d’avoir utilisé la force meurtrière pour repousser les attaques contre des bâtiments liés à la sécurité, si la force qu’elles emploient est jugée proportionnelle au danger. Un rassemblement populaire a eu lieu devant l’Assemblée des représentants du peuple (le Parlement), à Tunis, contre ce projet de loi. Il y avait une forte présence de la police qui met depuis longtemps une pression énorme sur le pouvoir législatif afin de passer cette loi. Plusieurs manifestants ont été agressés et tabassés.

Policiers tunisiens

Tout est parti d’une descente de police, mercredi, dans une maison d’Awamiya, un village proche de Louxor. Les forces de sécurité voulaient y arrêter un jeune homme, suspecté d’avoir participé le 20 septembre à des manifestations anti-régime. Le jeune “suspect” n’étant pas là, la police a tenté, comme elle en a l’habitude, d’embarquer son jeune frère pour faire pression sur la famille. Cris, bousculade… Un officier a sorti son arme et tiré une balle dans la tête du frère, qui travaillait à l’hôpital de Louxor. Le lendemain, ses funérailles ont tourné en émeutes. Aux premiers slogans contre la police, les forces de sécurité ont répondu par des gaz incapacitants. Les villageois ont alors jeté tout ce qui leur tombait sous la main. Du classique dans l’Égypte de Sissi, où près de 500 manifestants sont allés rejoindre ces dernières semaines les 60 000 détenus politiques qui croupissent en prison. Embarrassées par la mauvaise publicité faite à son joyau touristique, les autorités ont suspendu le policier fautif. En attendant, les journalistes des derniers médias libres sont priés d’aller voir ailleurs. Basma Mostafa, n’a plus donné signe de vie à sa rédaction d’Al-Manassa, peu après avoir été contrôlé, samedi, par des policiers en civil. Son téléphone sonne depuis dans le vide.

Manifestation hier lundi en Egypte

Quinze Palestiniens ont été blessés par balle en caoutchouc vendredi 2 octobre dans des heurts avec l’armée israélienne dans le nord de la Cisjordanie occupée, lors d’une manifestation marquant le 20e anniversaire de la seconde Intifada. Les 15 manifestants ont été blessés dans le village de Kfar Qaddum, près de Naplouse. Quatre d’entre eux ont été transportés à l’hôpital et les autres soignés sur place. Les services de santé ont du aussi porté secours à des dizaines de manifestants ayant inhalé des doses massives de gaz lacrymogène tiré par les forces israéliennes.

Heurts entre manifestants palestiniens et forces de sécurité israéliennes, le 2 octobre à Kfar Qaddoum