Des milliers de Soudanais ont organisé, hier dimanche 20 février, de nouvelles manifestations dans la capitale Khartoum pour réclamer un gouvernement entièrement civil. Les manifestants ont scandé des slogans hostiles à l’armée et brandi des banderoles réclamant un gouvernement civil, alors qu’ils marchaient vers le palais présidentiel de Khartoum, Un Soudanais a perdu la vie dans la répression de ces manifestations. Les faits se sont déroulés au moment où l’émissaire de l’ONU pour les droits de l’homme entamait une visite dans le pays, où la violence s’est installée depuis le coup d’État d’octobre dernier. Alors que des milliers de manifestants défilaient dans la capitale, une balle a fauché un homme de 51 ans, rapporte un syndicat de médecins. Il s’agit d’un patient qui sortait d’une amputation et cherchait à échapper au gaz lacrymogène tiré dans l’hôpital où il se trouvait.

Des dizaines de Palestiniens ont été asphyxiés pour avoir respiré de trop hautes doses de gaz lacrymogènes, samedi au soir, tandis que d’autres ont été blessés lors d’affrontements avec l’armée israélienne dans le nord de la Cisjordanie occupée. Les forces armées israéliennes ont pris d’assaut la ville de Kafr Qaddoum, à l’est de Qalqilya, où ils ont tiré des balles en métal et fait usage de bombes lacrymogènes. Cinq Palestiniens ont été blessés par des balles en métal recouvertes de caoutchouc, et 40 autres, dont des femmes et des enfants, ont été asphyxiés. La ville de Kafr Qaddoum est le théâtre de manifestations hebdomadaires pour réclamer l’ouverture de la route principale du village, qui est bouclée par les autorités d’occupation depuis plus de 17 ans.

Les forces d’occupation ont pris d’assaut jeudi plusieurs quartiers de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, pour mener une campagne d’arrestations, ce qui a déclenché des affrontements opposant les jeunes hommes aux forces israéliennes.  Deux Palestiniens ont été blessés, par les balles de l’armée israélienne. Le premier a été ciblé au dos et pour le moment se trouve dans état stable. Quant au deuxième, il a reçu une balle au genou. Les deux victimes sont âgées de 16 et 18 ans. L’armée israélienne a procédé à l’arrestation de cinq Palestiniens hier soir, dont deux, dans la ville de Jénine, et trois autres dans les villes de Salfit et Naplouse (nord) et Ramallah (centre).

Au moins 80 Palestiniens ont été blessés vendredi lorsque les forces israéliennes ont tiré des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes pour disperser des rassemblements dans différentes zones de la Cisjordanie occupée. Parmi les blessés figurent cinq journalistes. 24 Palestiniens ont été blessés dans le village de Beita, à Naplouse. Dans la ville de Beit Dajan, à Naplouse, 45 personnes ont été blessées dont huit avec des balles en caoutchouc, dont deux ambulanciers et un journaliste, et 37 cas de suffocation au gaz, dont deux journalistes. À Kafr Qaddoum, à l’est de Qalqilya, 11 Palestiniens ont été blessés par des balles en caoutchouc lors d’une confrontation avec l’armée d’occupation. Chaque semaine, les Palestiniens organisent des manifestations contre les colonies juives illégales dans différentes parties de la Cisjordanie, notamment dans les villages de Beita, Beit Dajan et Kafr Qaddoum.

Le Conseil d’Etat algérien a interdit le Parti Socialiste des Travailleurs (PST) et fermé ses locaux. Cette décision fait partie d’une offensive générale menée en ce moment contre les forces de gauche, les groupes d’opposition et les organisations syndicales et le mouvement du Hirak, par le gouvernement d’Abdelmadjid Tebboune. On arrête presque tous les jours des militants, des étudiants, des journalistes et des universitaires, comme Fethi Ghares, porte-parole du « Mouvement Démocratique et Social » (MDS), et Kaddour Chouicha, dirigeant du syndicat « Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie » (CGATA). En 2021, les prisons algériennes ont dû accueillir 300 nouveaux prisonniers politiques. Des milliers de personnes ont fait les frais de procédures judiciaires et de mesures de détention préventive, et des procédures de dissolution ont été ouvertes contre plusieurs groupes de gauche, dont le PST, l’« Union pour le Changement et le Progrès » (UCP) et le « Rassemblement Actions Jeunesse » (RAJ). Le PST avait déjà été menacé de dissolution, suite à une plainte déposée le 26 avril 2021 par le Ministre de l’Intérieur. Le PST appelait alors au boycott des élections du 12 juin.

 

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Les forces d’occupation israéliennes ont blessé plusieurs Palestiniens en Cisjordanie occupée mercredi. Deux jeunes Palestiniens ont ainsi été blessé par balle lors d’une manifestation dans le camp de réfugiés d’Ein El-Sultan, dans la ville de Jéricho, qui ont été transportés à l’hôpital. La manifestation a été organisée pour protester contre la présence des forces d’occupation israéliennes pour assurer la protection des colons. Les forces d’occupation ont tiré des balles réelles, des grenades lacrymogènes et des grenades paralysantes sur les manifestants palestiniens, qui ont répondu en brûlant des pneus. Plusieurs manifestants ont été soignés sur place pour avoir été asphyxiés par les gaz lacrymogènes.

Mohammad Al Dakhil, Adham Mabrook et Ashraf Mubaslat appartenaient à la Brigade des martyrs d’Al Aqsa, la branche armée du Fatah. Leur cellule aurait mené au moins cinq attaques de harcèlement (des tirs à l’arme automatique) contre des positions de l’armée d’occupation israélienne en Cisjordanie au cours des derniers mois. Ils circulaient dans leur voiture lorsqu’ils sont tombés dans une embuscade des forces spéciales israélienne. Quelques heures plus tard, des milliers de personnes se sont rassemblées dans le centre de Naplouse alors que les corps des trois hommes, enveloppés dans des drapeaux palestiniens, étaient portés en l’air pour être enterrés. De nombreuses personnes en deuil ont tiré des coups de feu en l’air en signe d’hommage.

Neuf Palestiniens ont été blessés lundi lors de violents affrontements avec les forces d’occupation israéliennes dans la ville de Kafr Aqab, au nord-est de Jérusalem. Les forces d’occupation israéliennes ont pris d’assaut la ville dans l’après-midi et ont commencé à tirer des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes sur les jeunes hommes, qui ont répondu en lançant des pierres. Les forces israéliennes ont également fait des descentes dans des magasins et des maisons et ont bloqué des routes pendant leur campagne dans la ville. Les ambulanciers ont assisté neuf blessés au cours des événements, trois par balle et cinq autres d’avoir inhalé trop de gaz lacrymogènes. Un autre a souffert d’une fracture lorsque les forces israéliennes l’ont poursuivi.

De nombreux manifestants Palestiniens ont été blessés hier vendredi par balles réelles et métalliques enrobées de caoutchouc, en plus de dizaines de cas de suffocation lors d’affrontements avec les forces d’occupation en Cisjordanie. À Jabal Sabih, dans la ville de Beita, au sud de Naplouse, deux manifestants ont été blessés à balles réelles, sept à balles en métal enrobées de caoutchouc et des dizaines de personnes ont été asphyxiées par des gaz lacrymogènes. La ville de Beita est le théâtre d’affrontements quotidiens depuis plusieurs mois, dans le cadre de manifestations de protestation contre l’avant-poste de la colonie « Givat Avitar » au sommet du mont Sabih.

À Kafr Qaddoum, 3 civils ont été blessés par des balles en métal recouvertes de caoutchouc et des dizaines ont été asphyxiés lors de la répression par les forces d’occupation de la marche hebdomadaire anti-implantation réclamant l’ouverture de la rue fermée de la ville. C’est dans ce contexte que les forces d’occupation ont pris d’assaut le village à l’aube et ont arrêté les deux jeunes, Qusay Adnan Juma’a (27 ans) et Musa Abdel Latif Qaddoumi (21 ans). La famille du jeune Qaddoumi a rapporté que les soldats ont emmené leur fils pieds nus et ne lui ont pas permis de porter des vêtements d’hiver pour se protéger du froid intense et de la très basse température ambiante.