Les forces de l’Armée populaire de libération sahraouie (APLS) ont ciblé le 29 octobre les forces d’occupation marocaines dans les secteurs de Mahbes, Smara et Farsia. Les autorités marocaines ont indiqué sans autre précision que des «tirs de projectiles» avaient provoqué des explosions causé la mort d’une personne et blessés trois autres, dont deux dans un état critique, dans les environs de la ville de Smara.

Combattants saharaouis

Tandis que l’armée israélienne poursuit ses crimes de guerre à Gaza, des soldats israéliens ont tué quatre jeunes Palestiniens et en ont blessé au moins douze hier vendredi, dans la partie nord de la Cisjordanie. Plus de 40 véhicules militaires israéliens blindés ont envahi la ville de Jénine et les zones entourant le camp de réfugiés de Jénine, tandis que des hélicoptères et des drones militaires survolaient la ville. Abdullah Bassam Abu Al-Haija, 28 ans, originaire de la ville d’Al-Yamoun, a été touché de plusieurs balles réelles, avant qu’il ne soit transporté à l’hôpital où il a succombé à ses blessures. Ayser Mohammad Al-Amer, 25 ans, du camp de réfugiés de Jénine, a été blessé par balle. Les militaires ont a ouvert le feu sur une ambulance pour empêcher qu’il soit secouru, ce qui a conduit à sa mort par hémorragie. Jawad Abdul-Salam Turki, 22 ans, a été tué près d’une école de l’UNRWA dans le camp de réfugiés de Jénine. Jawad Abdulsalam Turki Qatban, 16 ans, a été tué par un sniper près du camp de réfugié d’Al-Awda. Au moins douze autres jeunes hommes ont été blessés par balles réelles.

Les bulldozers de l’armée israélienne ont détruit des rues, endommagé des biens et des infrastructures, et endommagé la principale canalisation d’eau qui alimente le camp de réfugiés de Jénine. Les soldats ont installé des barricades dans les rues menant au camp de réfugiés afin de l’isoler de la ville de Jénine et de la région environnante. 103 Palestiniennes ont été tués en Cisjordanie depuis le 7 octobre, dont 32 enfants, et l’on décompte déjà plus de 1956 blessés. Parmi ces Palestiniens, 97, dont 30 enfants, ont été tués par les forces occupantes et six, dont un enfant, par des colons israéliens.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

L’offensive dite “Déluge d’Al Aqsa” lancée à partir de Gaza, la contre-offensive israélienne sur Gaza, et l’offensive propagandiste et répressive réactionnaire en Europe se combinent en une situation complexe qui a posé plusieurs interrogations dans la gauche révolutionnaire.
La gauche révolutionnaire doit avoir un positionnement propre, inscrit dans sa situation, dans ses conditions historiques et sociales, lié à ses propres perspectives révolutionnaires. Nous devons pour cela éviter deux écueils:
– porter des jugements, accorder des bons ou des mauvais points selon des critères européocentrés,
– renoncer à toute analyse propre et se contenter d’une posture de soutien inconditionnel.
L’internationalisme, c’est d’abord la capacité à lier des situations différentes dans une perspective commune.
Lire la suite ici

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Les journalistes Niloufar Hamedi et Elaheh Mohammadi ont été condamnées respectivement à des peines de sept et six ans de prison. Elles avaient été emprisonnées en septembre pour avoir contribué à rendre publique la mort en détention de la jeune Kurde Mahsa Amini. Elaheh Mohammadi  s’est vu infliger une peine de six ans de prison pour collaboration avec les États-Unis, de cinq ans pour complot contre la sécurité du pays et d’un an pour propagande contre la République islamique, selon l’agence de la justice Mizan Online. Niloufar Hamedi a pour sa part été condamnée à sept ans de prison pour coopération avec les États-Unis, cinq ans de prison pour complot contre la sécurité du pays et un an pour propagande contre la République islamique. Elaheh Mohammadi, 36 ans, reporter de Ham Mihan, et Niloufar Hamedi, 31 ans, photographe du journal Shargh, sont détenues depuis septembre 2022 dans la prison d’Evin à Téhéran et leurs procès avaient débuté en mai.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Les interdictions continuent de tomber pour les manifestations en soutien avec la lutte du peuple palestinien, comme à Lille et  à Montpellier. Vendredi, les meetings en faveur de la libération de Georges Ibrahim Abdallah prévus à Paris et à Toulouse ont également été interdits. Par contre, ce samedi 21 octobre, la manifestation prévue en faveur de la libération de Georges Ibrahim Abdallah a pu se dérouler à Lannemezan (photo), malgré une interdiction émise par la préfecture des Hautes-Pyrénées. En début d’après-midi, le jour même donc, le tribunal administratif de Pau a suspendu l’exécution de l’arrêté d’interdiction. L’annonce de l’interdiction a naturerellement causé un grand tort à la mobilisation.

Le tribunal administratif de Bordeaux a suspendu l’interdiction de la Préfecture de Gironde du rassemblement « pour la liberté d’expression et le droit de manifester pour la libération de Georges Abdallah ». Vendredi, le secrétaire général, Jean-Paul Delescaut et une secrétaire administrative de l’UD CGT 59 ont été placés en garde à vue pour un communiqué de soutien à la Palestine. Un rassemblement s’est tenu devant le commissariat central de Lille, quelques heures avant leur libération. Le secrétaire général de la CGT Nord 59 avait été interpellé dans la matinée à son domicile pour « apologie du terrorisme » suite à la publication d’un communiqué de l’UD en solidarité avec la Palestine, qui titrait : « La fin de l’occupation est la condition de la paix en Palestine ».

Si les événements de Gaza sont largement couverts, ce n’est pas le cas de ce qui se passe en Cisjordanie où de nombreuses manifestations sont réprimées de manière brutale et souvent meurtrières soit par les forces d’occupation, soit par les forces de l’Autorité Palestinienne dénoncée pour sa collaboration avec Israël. 44 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie depuis le 7 octobre et 440 ont été emprisonnés. Voici quelques nouvelles de ces derniers jours.

Vendredi 13,  De violents affrontements ont lieu lors de manifestations à Ramallah, Tulkarem, Naplouse, Hébron et dans d’autres villes de Cisjordanie. A Beit Furik, près de Naplouse, un garçon de 14 ans a été tué par balle. Huit autres Palestiniens sont tués à Tulkarem, Beit Ula, Tammun, Bethléem et Hébron. Des dizaines d’autres ont été blessés. Dimanche 15, trois Palestiniens sont blessés par balles à Tobas. Les forces d’occupation ont également effectué un raid sur Beit Rima et le camp Al-Amari à Ramallah, laissant deux Palestiniens blessés par balles. Des affrontements ont enfin eu lieu à Salfit : un Palestinien y a été blessé par balle.

Lundi 16, les forces d’occupation ont mené plusieurs opérations répressives à Naplouse, Bethléem, Hébron et dans le camp de réfugiés d’Aqabat Jaber à Jéricho. Le jeune Moeen Damo, un prisonnier libéré, est tué de plusieurs balles par les soldats. Le même mardi en soirée, l’annonce du bombardement de l’hôpital de Gaza a relancé les mobilisations à Hébron, Bethléem, Ramallah , Tubas et Jénine. Les manifestants se sont affronté aux forces de sécurité de l’Autorité Palestinienne (photo) en scandant « le peuple veut la chute du président (Abbas) ». Les forces d’occupation israéliennes ont pour blessé ce même mardi cinq manifestants par balles réelles: trois au poste de contrôle nord à Qalqilya, un dans la région de Ziv près de Yatta, au sud d’Hébron, et un autre dans la ville de Beit Ummar (au nord d’Hébron).

Les unités de l’Armée populaire de libération sahraouie (APLS) ont récemment mené des attaques ciblées contre les forces d’occupation marocaines, leur infligeant d’importantes pertes. Ces opérations ont eu lieu dans les secteurs stratégiques de Mahbes et Aousserd. De plus, l’Armée sahraouie a dirigé ses opérations contre le poste de commandement du 36e bataillon des forces d’occupation marocaines à Astila Ould Bouagrine. Une batterie d’artillerie à Guelb En-Nas, située dans le secteur d’Aousserd, a également été prise pour cible. Cette série d’attaques n’est pas un cas isolé. Les unités avancées de l’APLS avaient précédemment visé des positions des forces d’occupation dans le secteur de Farsia, dans la région d’El Fi’iryine.

image d’archive

Plusieurs manifestations propalestiniennes avaient été interdites sur le territoire français depuis l’attaque du Hamas contre Israël. Elles le seront désormais systématiquement, a annoncé le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin. En plus, Darmanin annonce avoir « dressé onze article 40 » concernant des associations et des individus concernant entre autres le collectif « Palestine vaincra », le « Comité Action Palestine » et le parti des « Indigènes de la république ». Le dernier bilan de la répression de la manifestation de Paris est de 19 arrestations et 752 verbalisations, Parmi les verbalisations émises par la police, plusieurs manifestants ont évoqué des amendes de 135 euros pour avoir arboré un drapeau ou un symbole en lien avec la Palestine. Vendredi soir, treize personnes ont été interpellées lors d’un rassemblement de soutien au peuple palestinien à Strasbourg. Partout ailleurs des manifestations de masse ont eu lieu (sans incident) pour protester contre le massacre des Gazaouis, comme à Londres (photo), Manchester ou à New-York.

Un rassemblement de solidarité aura lieu demain dimanche à 15H place Bethléem, à 1060 Bruxelles

Une vague d’interdiction et de répression de la solidarité avec la Palestine traverse l’Europe depuis l’offensive du Hamas contre Israël : interdiction de Samidoun en Allemagne et interdiction de rassemblement et de manifestations en France, comme à Nantes ou à Toulouse. Au Royaume-Unis, la ministre de l’intérieur, suella Braveman, a décrété qu’arborer un drappeau palestinien serait considéré par la police comme une « offense criminelle ». Face à cette pression, par pusillanimité ou par opportunisme, plusieurs forces de gauche se sont désolidarisées de la Palestine ou des forces soutenant la résistance palestinienne.

EDIT: A Paris, malgré l’interdiction, des milliers de manifestants se sont rassemblés en soutien à la Palestine place de la République. La police est intervenue en lançant des grenades lacrymogènes et en utilisant une autopompe contre les manifestants qui ont lancé des projectiles et ont dressé des barricades. Il y a eu une dizaine d’interpellations.

 

Manal al-Gafiri, une lycéenne vivant en Arabie saoudite, a été condamnée, en août, à dix-huit ans de prison pouvoir avoir tweeté son soutien à des prisonniers politiques. Cette peine est un nouvel exemple de la sévérité de la justice saoudienne envers les critiques publiques émises contre le pouvoir en place. Elle fait écho à la peine de mort prononcée en août contre Mohammed al-Ghamdi (photo), professeur à la retraite, qui avait dénoncé la corruption et des violations de droits de l’Homme sur les réseaux sociaux. Mohammed al-Ghamdi a été jugé en juillet par la Cour pénale spécialisée, une juridiction établie en 2008 pour traiter les affaires liées au terrorisme, mais aussi largement utilisée pour juger des dissidents politiques.