Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Onze manifestants palestiniens ont été blessés par balle suite à des tirs de l’armée israélienne à l’est de la Bande de Gaza au cours de leur participation aux grandes marches du Retour. Des dizaines de personnes ont aussi été asphyxiées après avoir inhalé du gaz lacrymogène. Ce vendredi marquait la 60e manifestation anti-israélienne hebdomadaire, mieux connues sous le nom de Grande Marche du Retour. La plus haute commission de la Grande Marche du Retour avait auparavant appelé les populations de la bande de Gaza à se joindre aux manifestations hebdomadaires organisées à l’occasion de la Journée internationale de Jérusalem.

Des manifestants se sont rassemblés près de la frontière de la bande de Gaza, ont brûlé des pneus, agité des drapeaux palestiniens, scandé des slogans contre Israël et les États-Unis, caillassé les soldats et lancé des ballons incendiaires.

Manifestants à Gaza (archives)

Manifestants à Gaza (archives)

Un nombre indéterminé d’ouvriers de l’usine sucrière Haft Tapeh de Suse, ville de la province du Khouzestan à plus de 500 km au sud de Téhéran, ont fait grève le 9 mai. Depuis, plus de 14 ouvriers de l’usine ont été arrêtés. Quatre ont été relâchés sous caution, ramenant le nombre de grévistes arrêtés à dix. Les ouvriers de Haft Tapeh avaient mené une longue grève fin 2018 pour réclamer le paiement d’arriérés de salaires et protester contre des activités criminelles présumées de la part des nouveaux propriétaires de l’usine (voir notre article). Un des meneurs de cette grève, Esmaïl Bakhshi, ainsi qu’une activiste ayant soutenu les grévistes, Sepideh Gholian, sont emprisonnés depuis janvier(voir notre article).

La nouvelle des interpellations à Suse survient après un nombre indéterminé d’arrestations en marge d’une manifestation le 1er mai à Téhéran à l’occasion de la fête du Travail, jour non férié en Iran. Au moins huit activistes ou journalistes ont été arrêtés à cette occasion et sont encore détenus.

La gève fin 2018 à Haft Tapeh

La gève fin 2018 à Haft Tapeh

Une manifestation a eu lieu dimanche soir, place Riad el-Solh dans le centre-ville de Beyrouth, à l’appel de collectifs de la société civile, afin de protester contre le gouvernement qui doit se réunir pour poursuivre les discussions autour de l’avant-projet de budget contenant des mesures d’austérité sans précédent. Quelques échauffourées ont éclaté entre des manifestants et des policiers anti-émeutes aux abords du Grand Sérail.

La manifestation de dimanche à Beyrouth

La manifestation de dimanche à Beyrouth

Un Palestinien a succombé à ses blessures vendredi après-midi lors d’affrontements avec des soldats israéliens déployés à la frontière de la bande de Gaza. Au moins autres trois manifestants palestiniens ont été blessés par balles. Des milliers de Palestiniens ont manifesté contre le plan de paix que les États-Unis vont annoncer, plus connu sous le nom d'”accord du siècle”. Les manifestants ont brandi des drapeaux palestiniens, répété des slogans contre les États-Unis et Israël, et ont demandé la fin du sévère blocus imposé par Israël à l’encontre de la bande de Gaza depuis 2007.

Vendredi, le ministère de la Santé gazaouï a déclaré que depuis le début des manifestations et rassemblements, l’année dernière, l’armée israélienne a tué 304 Palestiniens et en a blessé 17 301 autres par balles réelles. Le ministère a ajouté que parmi les personnes transférées vers des hôpitaux, il y avait 3 544 enfants et 1 168 femmes.

Manifestation à la frontière de Gaza

Manifestation à la frontière de Gaza

En Algérie, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) a été écrouée, jeudi 9 mai, à l’issue de son audition par la justice militaire, dans le cadre d’une enquête pour complots contre l’Etat et l’armée visant le frère du chef de l’Etat déchu. Elle a été convoquée comme témoin en lien avec les responsables arrêtés ces derniers jours et elle se retrouve à son tour arrêtée.

Députée depuis 1997 pour le PT, un parti d’inspiration trotskiste fondé en 1990 lors de l’ouverture au multipartisme, Mme Hanoune a été candidate aux élections présidentielles de 2004, 2009 et 2014, toutes remportées au premier tour avec plus de 80 % des votes par Abdelaziz Bouteflika. Elle a obtenu son meilleur score en 2009, en arrivant en deuxième position avec 4,22 % des voix. Mme Hanoune a été accusée par une partie du mouvement actuel de contestation populaire contre le régime, de faire le jeu du système en participant aux élections, largement frauduleuses.

Louisa Hanoune

Louisa Hanoune

Lundi 29 avril, Les troupes israéliennes de l’occupation ont envahi tôt ce matin, plusieurs régions en Cisjordanie occupée et à Jérusalem, ont pris d’assaut et fouillé plusieurs maisons et ont arrêté 21 Palestiniens. Parmi les arrêtés, on compte un ex-prisonnier qui a déjà passé 15 ans dans les geôles israéliennes.

Par ailleurs, six prisonniers palestiniens sont en grève de la faim depuis plusieurs semaines dans les prisons israéliennes. Ils luttent contre la détention administrative, l’emprisonnement sans inculpation et sans procès, indéfiniment renouvelable pour des périodes allant jusqu’à six mois à la fois. Plus d’infos sur les grévistes de la faim.

Arrestation en Palestine (archive)

Arrestation en Palestine (archive)

Mercredi 24 avril, un militant du Collectif Palestine Vaincra s’est vu refuser l’entrée en Palestine occupée alors qu’il arrivait par l’aéroport Ben Gourion. Avant même l’enregistrement dans un aéroport français, un agent privé (de la société « HubSafe » société de « sûreté aéroportuaire ») l’avait interrogé sur les motifs de son voyage, ses connaissances du pays et collé un numéro de contrôle au dos de son passeport.

Une fois à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv un agent de l’immigration lui a confisqué son passeport et lui demandé de me rendre dans une salle « pour des questions complémentaires ». Il s’agit de bureaux occupés par les services de renseignements israéliens. Après une longue attente il est appelé pour un premier interrogatoire. Les interrogatoires vont s’étaler sur environ 6h. Les agent·e·s cherchant à recueillir des informations sur les connaissances et les précédents séjours du militant. Ils demandent à avoir accès à son téléphone, ses contacts, photos, mails et multiplient les tentatives d’intimidation.

Après ces interrogatoire, il lui est notifié une interdiction de séjour de 10 ans pour « raisons de sécurité ». Les agents ont ensuite relevé ses empreintes digitales et l’ont pris en photo avant de l’expulser vers la France. À Paris le militant sera accueilli par des agents de la Police Aux Frontières. Ces interdictions de territoire touchent régulièrement des personnes arrivant en Palestine occupée. Elles entrent dans le cadre d’une criminalisation des mouvements de soutien au peuple palestinien dont BDS. Dans ce sens, le gouvernement israélien a créé un « groupe de travail » chargé d’identifier, d’expulser ou de refuser l’entrée aux internationaux impliqués de près ou de loin à ces mouvements.

Plus d’infos ici

Le formulaire d’interdiction reçu par le militant du Collectif Palestine Vaincra

Le formulaire d’interdiction reçu par le militant du Collectif Palestine Vaincra

Au moins 60 manifestants palestiniens ont été blessés vendredi après-midi lors d’affrontements avec des soldats israéliens dans l’est de la bande de Gaza, près de la frontière. Les affrontements ont eu lieu dans le cadre du rassemblement hebdomadaire de la “Grande Marche du Retour”, qui a débuté fin mars 2018. Sur les 60 manifestants qui ont été hospitalisés, 19 enfants, un ambulancier paramédical et un journaliste photo. Au moins 25 d’entre eux ont été blessés par des balles. Dans le même temps, des dizaines de personnes ont souffert de suffocation après avoir inhalé des gaz lacrymogènes massivement tirés par les soldats israéliens.

Manifestants à Gaza (archives)

Manifestants à Gaza (archives)

Pour faire entendre leur voix, les enseignants contractuels ont lancé début mars un mouvement de grève accompagné d’importantes manifestations pour réclamer le statut de fonctionnaire au sein du ministère de l‘Éducation. Une réunion avec le ministère de tutelle censée aboutir à des solutions a été finalement annulée. Au total, ils sont 55.000 enseignants recrutés en 2016 sur la base de contrats à durée déterminée à demander une sécurisation de leur emploi en obtenant le statut de fonctionnaire. Ils étaient nombreux à être venus camper dans le centre-ville de Rabat près du Parlement marocain, pour faire entendre leur revendication. La manifestation a été dispersée par la police à coups de canon à eau.

La police attaque le sit-in des enseignants

La police attaque le sit-in des enseignants

Les forces d’occupation israéliennes ont pris d’assaut, mercredi matin, le camp de réfugiés de Shu’fat au nord-est de Jérusalem occupée. Les soldats israéliens déployés dans la rue principale du camp ont arrêté un certain nombre de jeunes hommes et vérifié leurs cartes d’identité, tandis que les jeunes palestiniens ont réagi en lançant des pierres et des explosifs de fabrication artisanale.

Les forces d'occupation pénétrant dans le camp de Shu’fat

Les forces d’occupation pénétrant dans le camp de Shu’fat