Plusieurs manifestations propalestiniennes avaient été interdites sur le territoire français depuis l’attaque du Hamas contre Israël. Elles le seront désormais systématiquement, a annoncé le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin. En plus, Darmanin annonce avoir « dressé onze article 40 » concernant des associations et des individus concernant entre autres le collectif « Palestine vaincra », le « Comité Action Palestine » et le parti des « Indigènes de la république ». Le dernier bilan de la répression de la manifestation de Paris est de 19 arrestations et 752 verbalisations, Parmi les verbalisations émises par la police, plusieurs manifestants ont évoqué des amendes de 135 euros pour avoir arboré un drapeau ou un symbole en lien avec la Palestine. Vendredi soir, treize personnes ont été interpellées lors d’un rassemblement de soutien au peuple palestinien à Strasbourg. Partout ailleurs des manifestations de masse ont eu lieu (sans incident) pour protester contre le massacre des Gazaouis, comme à Londres (photo), Manchester ou à New-York.

Un rassemblement de solidarité aura lieu demain dimanche à 15H place Bethléem, à 1060 Bruxelles

Une vague d’interdiction et de répression de la solidarité avec la Palestine traverse l’Europe depuis l’offensive du Hamas contre Israël : interdiction de Samidoun en Allemagne et interdiction de rassemblement et de manifestations en France, comme à Nantes ou à Toulouse. Au Royaume-Unis, la ministre de l’intérieur, suella Braveman, a décrété qu’arborer un drappeau palestinien serait considéré par la police comme une « offense criminelle ». Face à cette pression, par pusillanimité ou par opportunisme, plusieurs forces de gauche se sont désolidarisées de la Palestine ou des forces soutenant la résistance palestinienne.

EDIT: A Paris, malgré l’interdiction, des milliers de manifestants se sont rassemblés en soutien à la Palestine place de la République. La police est intervenue en lançant des grenades lacrymogènes et en utilisant une autopompe contre les manifestants qui ont lancé des projectiles et ont dressé des barricades. Il y a eu une dizaine d’interpellations.

 

Manal al-Gafiri, une lycéenne vivant en Arabie saoudite, a été condamnée, en août, à dix-huit ans de prison pouvoir avoir tweeté son soutien à des prisonniers politiques. Cette peine est un nouvel exemple de la sévérité de la justice saoudienne envers les critiques publiques émises contre le pouvoir en place. Elle fait écho à la peine de mort prononcée en août contre Mohammed al-Ghamdi (photo), professeur à la retraite, qui avait dénoncé la corruption et des violations de droits de l’Homme sur les réseaux sociaux. Mohammed al-Ghamdi a été jugé en juillet par la Cour pénale spécialisée, une juridiction établie en 2008 pour traiter les affaires liées au terrorisme, mais aussi largement utilisée pour juger des dissidents politiques.

Les informations sur la bataille « Déluge d’Al Aqsa » inondant les médias, nous nous limiterons des compléments d’information, comme cette déclaration publiée hier par le FPLP:

C’est le jour où la nature de la lutte et la dignité de la nation arabe ont été recouvrées. Les rocs inébranlables issus des rangs de la résistance se sont unis pour répondre à l’appel de la Palestine, à l’appel d’Al-Qods et d’Al-Aqsa, au cours duquel l’essence du conflit est retrouvé et l’honneur de la nation arabe rétabli. Ils sont déterminés à remporter une victoire stratégique sur l’ennemi dans une bataille qui ouvrira la porte du retour et redéfinira l’histoire de la Palestine et de la région.
Le Front populaire exhorte notre peuple héroïque à participer activement à travers la Palestine à la bataille du déluge d’Al-Aqsa. Chacun, depuis sa position respective et avec les moyens qu’il possède, doit attaquer l’armée ennemie et ses colons, couper ses voies d’approvisionnement, saboter ses installations vitales, et poursuivre les envahisseurs sionistes terrifiés face aux frappes de la résistance, en les frappant sur chaque centimètre du sol palestinien.
Le Front insiste sur son appel à tous ceux qui portent des armes, en particulier les membres des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne, à s’engager dans la bataille du peuple palestinien contre son ennemi et à prendre la position naturelle de tout Palestinien libre qui se bat pour se libérer de l’occupation et atteindre les objectifs et les droits de tout notre peuple.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: ,

Au Sistan-et-Baloutchestan, des habitants de Zahedan, Soran et Rask ont manifesté à l’occasion du premier anniversaire du « vendredi sanglant de Zahedan », en scandant des slogans antigouvernementaux. Les autorités ont coupé les communications de la ville. Les forces de sécurité ont tiré des coups de feu: 32 personnes auraient été blessées et il y aurait eu de nombreuses arrestations. Lors de l’attaque des forces de sécurité à Zahedan insurgée, le 30 septembre de l’année précédente, au moins 105 personnes avaient été tuées et plus de 300 autres ont été blessées dans ce qui avait été appelé le « vendredi sanglant de Zahedan ».

Un tribunal de Bahreïn a a rendu son verdict mardi à l’encontre de 65 accusés, dont 62 prisonniers politiques, qui avaient protestés par un sit-in et une grève de la faim en 2021 contre leurs conditions de détention. 12 hommes ont été condamnés à trois ans de prison, un autre à un an et les 52 restants ont été acquitté. Les prisonniers n’ont pas eu le droit d’assister au procès ni d’accéder à un avocat. Le sit-in avait été provoqué par la mort d’un activiste, faute de soins médicaux adéquat. En août, des centaines de prisonniers – 121, d’après les autorités – avaient lancé une grève de la faim (voir notre article). Mi-septembre, ils ont suspendu leur mouvement après des engagements du gouvernement d’améliorer leur situation.

Une prison au Bahrein

Hier jeudi, deux jeunes palestiniens ont été touchés par balles de guerre tirées par les forces d’’occupation lors de heurts entre les soldats israéliens et les civils palestiniens dans une localité au nord de la ville d’Hébron. Les forces israéliennes ont fait une descente dans une localité près de la colonie illégale ‘Krmi Tsur’ construite sur les terres des citoyens. Des affrontements ont éclaté entre l’armée israélienne et les jeunes palestiniens. Deux jeunes palestiniens ont été blessés par balles à la jambe et ont été transférés à un hôpital pour les soins nécessaires.

Deux Palestiniens ont été tués lors des affrontements qui ont suivi d’un raid mené par l’armée d’occupation israélienne, dimanche 24 avant l’aube, dans la ville de Tulkarem en Cisjordanie. Les forces israéliennes affirment avoir démantelé un « centre de commandement opérationnel » à l’intérieur d’un bâtiment du camp de réfugiés de Nour Chams et ont également découvert un grand nombre d’engins explosifs. Les résidents du camp ont manifesté contre les militaires et les résistants ont tiré, blessant légèrement un soldat. Les militaires israéliens ont ouvert le feu, tuant deux civils âgés de 22 et 32 ans .

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Pour la huitième journée consécutive, les marches se poursuivent dans divers endroits de l’est de la bande de Gaza, contre la barrière de sécurité. Les soldats de l’occupation stationnés à l’intérieur de leurs positions et à bord de leurs véhicules militaires, ont tiré des bombes du gaz lacrymogène sur les manifestant près de la barrière de séparation à l’est de la ville de Gaza, blessant deux Palestiniens avec des balles de guerre et d’autres par asphyxie. Une trentaine de manifestants ont été blessé au cours de la semaine écoulée.