La Turquie construit actuellement un nouveau mur le long de sa frontière iranienne. Lorsque le mur sera achevé, la communication entre les villageois kurdes frontaliers sera complètement coupée. L’année passée sept personnes ont été tuées dans la région frontalière et 124 personnes au cours des 20 dernières années, principalement des bergers kurdes, accusés par la suite de contrebande par les forces de sécurité iraniennes ou turques. Sur les 295 km de frontière avec l’Iran, la Turquie a déjà installé 77 postes militaires, déployé des centaines de soldats patrouillent quotidiennes et creusé des fossés d’une largeur et d’une profondeur de 5 mètres le long de la frontière. A cela s’ajoute des centaines de drones armés qui surveillent la zone frontalière depuis les airs jour et nuit.

 

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: , ,

Des milliers de personnes se sont réunis dans les régions du nord et de l’est de la Syrie pour célébrer le 9e anniversaire de la révolution du Rojava, portant des drapeaux des Unités de protection du peuple (YPG), Unités de protection féminine (YPJ), Forces démocratiques syriennes (FDS), des posters du leader kurde Abdullah Ocalan et des photos des martyrs du Rojava.

A Bruxelles, une cinquantaine de personnes ont pris part, à l’initiative du Secours Rouge et de l’organisation Classe contre Classe, à la célébration de cet anniversaire au local Sacco-Vanzetti.

Le 20 juillet 2015, à Suruç 33 jeunes militants de Turquie s’apprêtant à partir au Rojava comme volontaire pour la reconstruction de Kobane ont été tués dans un attentat de l’état islamique perpétré avec la complicité des services secrets turcs. La Turquie n’a fait aucune enquête sur les responsabilités de l’attentat, mais a persécuté les avocats et les familles des victimes. Toutes les ans, en Turquie et dans de nombreuses villes du monde ont lieu des commémoration du  massacre de Suruç. Et cette année comme souvent, les rassemblements de commémoration a été brutalement réprimés. 13 personnes ont été arrêtées à Ankarra, 6 à Istanbul et 19 à Adana.

Des nombreux rassemblement ont eu lieu dans le monde, ainsi à Bruxelles, avec la présence de notre Secours Rouge

 

 

 

English Below

Depuis 2015, le Secours Rouge International organise une campagne de récolte de fonds pour financer des pansements hémostatiques dit Celox qui sont envoyés au Kurdistan. Cette initiative a permis d’en acheminer plusieurs centaines. Ils ont été distribués à plusieurs composantes du mouvement révolutionnaire au Rojava (Kurdistan syrien) : le mouvement de défense de la jeunesse, le mouvement de défense des femmes, les unités de protection, ainsi qu’à différents groupes internationalistes sur place. Lors des combats contre l’Etat Islamique ces bandages ont été d’une aide précieuse et ont permis de sauver des vies.

Aujourd’hui, l’ennemi n’est plus le même mais les combats continuent. En effet, l’armée turque et ses alliés islamistes ont envahi plusieurs parties du Kurdistan syrien et iraquien. L’objectif du fascisme turc est d’éradiquer le projet révolutionnaire qui grandit proche de ses frontières. Les forces révolutionnaires résistent héroïquement comme nous avons pu le voir lors de la bataille de Serê Kaniyê ou plus récemment dans les montagnes de Garé. L’achat et l’envoi des pansements Celox est l’un des moyens le plus effectifs pour soutenir les combattantes et combattants sur place.

Pour promouvoir la campagne nous avons fait appel à l’artiste genevois Thomas Perrodin, afin qu’il réalise une affiche. Elle représente la solidarité qui s’est construite ,et se construit encore, avec le mouvement révolutionnaire kurde. Son tirage sérigraphié est limité à 100 exemplaires numérotés. Le prix de soutien de 30frs est entièrement utilisé pour l’achat des pansements Celox.

Les affiches sont disponibles lors de nos événements, tables de presse ou en nous contactant par email ou sur les réseaux sociaux.

Renforçons la solidarité avec le mouvement révolutionnaire au Kurdistan !

Berxwedan Jiyane ! La résistance c’est la vie !

Secours Rouge Genève

Contact email : sr-ge@immerda.ch

Liste des lieux de distribution de l’affiche :

– Atelier Crache Papier, rue de la coulouvrenière 11 – 2e étage – Genève

Plus de lieux bientôt !

Site de la campagne Celox : https://shengal.xyz/

 


 

Support poster for the Celox campaign

Since 2015, the International Red Help has organized a fundraising campaign for Celox hemostatic bandages sent to Kurdistan. Hundreds were forwarded thanks to this initiative. They were distributed to composants of the revolutionary movement in Rojava (syrian Kurdistan): the youth defense movement, the women defense movement, the protection unities, and other internationalist groups there. During the battles against the Islamic State these bandages were a great help and saved lives.

Today the enemy is no longer the same but the struggle continues. The turkish army and its islamist allies have invaded parts of the syrian and iraqi Kurdistan. The turkish fascism’s goal is to eradicate the revolutionary project growing at its borders. The revolutionary forces are resisting heroically as they have during the battles in Serekanye or more recently in the mountains of Garé. Buying and sending the Celox bandages is one of the most effective ways to support the fighters in Rojava.

In order to help us promote this campaign, Thomas Perrodin, Geneva based artist, accepted to create this poster. It represents the solidarity that was built and is still being built with the kurdish revolutionary movement. The prints are limited to a 100 numbered copies. They each cost 30 swiss francs and the money collected is entirely destined to buying Celox bandages. Posters will be available at our events, or by contacting us via our social medias or email.

May we strengthen the solidarity with the revolutionary movement in Kurdistan !

Berxwedan Jiyane ! Resistance is life !

Red Help Geneva

Contact email : sr-ge@immerda.ch

Copies can be found at :

– Atelier Crache Papier, rue de la coulouvrenière 11, 2e étage, Genève

More distribution points soon !

Celox campaign website : https://shengal.xyz/

La Turquie s’est officiellement retirée jeudi de la Convention d’Istanbul, un traité international visant à prévenir la violence sexiste signé par 45 pays et l’Union européenne en 2011. Des manifestations ont eu lieu dans tout le pays et étaient à nouveau prévues ce week-end alors qu’un appel contre le retrait des partis d’opposition a été rejeté par le Conseil d’Etat. Des manifestantes se sont affrontées à Istanbul avec la police qui a tiré des gaz lacrymogènes. Le retrait a suscité une condamnation générale du monde entier et a déclenché des mois de manifestations à l’échelle nationale dans un pays où la violence domestique est répandue, avec au moins 300 féminicides et 171 décès suspects de femmes enregistrés l’année dernière.

Au moins 20 personnes ont été arrêtées en Turquie alors que la police anti-émeute a utilisé des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour réprimer le défilé annuel de la fierté LGBTQ à Istanbul. Auparavant, le bureau du gouverneur d’Istanbul avait refusé d’accorder une autorisation pour ce défilé qui a lieu depuis 2003, mais qui est interdit depuis sept ans. Des centaines de personnes brandissant les drapeaux arc-en-ciel ont pourtant défilé samedi dans le quartier historique de Beyoglu, tandis que la police tentait brutalement de les empêcher de se rassembler sur l’avenue Istiklal, plaque tournante du shopping et du tourisme.

Mercredi 23, une partie de la “Délégation internationale pour la paix du Kurdistan du Sud” (Rojava) devait rentrer en Allemagne. Ils étaient attendus à 14 heures. à l’aéroport de Francfort-sur-le-Main. Six délégués ont été interpelés à l’aéroport et interrogés par la police fédérale allemande. Déjà le 12 juin, la police fédérale avait empêché un groupe de la délégation pour la paix, dont le chef du groupe parlementaire du Parti de gauche de Hambourg Cansu Özdemir, de quitter le pays à l’aéroport de Düsseldorf. L’objectif de la délégation internationale était d’attirer l’attention sur la guerre d’attaque de l’État turc au Kurdistan du Sud, qui est contraire au droit international. A cet effet, des parlementaires, des militants, des journalistes et d’autres parties de la population ont été visités pour se faire une idée de la situation actuelle au Kurdistan du Sud.

La police turque a attaqué avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc un rassemblement organisé jeudi à Izmir par le Conseil des femmes du Parti démocratique des Peuples(HDP), en hommage à Deniz Poyraz. Après une visite de condoléances à la famille de Deniz Poyraz, le Conseil des femmes du HDP a placardé la photo et le nom de la jeune femme sur la plaque de la rue où se trouve le siège du HDP, lieu où la militante kurde a été assassinée le 17 juin par un fasciste turc. Les femmes ont voulu partir en manifestation, mais ont été encerclées par la police. Suite à quoi elles ont bloqué la rue avec un sit-in. C’est alors que la police a attaqué les manifestantes avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc.

 

À deux semaines du prochain sommet de l’OTAN à Bruxelles, différentes organisations kurdes, turques, philippines et belges ont organisé, ce samedi 29 mai, une manifestation devant l’ambassade états-uniennes. Les participant.e.s voulaient ainsi dénoncer la complicité de l’OTAN et de ses membres avec les attaques du régime turque dans les différentes régions du Kurdistan et sa politique expansionniste. Le 23 avril, les forces armées turques lançaient les opérations Griffe-Éclair et Griffe-Foudre contre le PKK, dans les régions de Metina et Avasin-Basyan dans le nord de l’Irak, à quelques kilomètres de la frontière avec la Turquie. L’objectif prioritaire de ces attaques répétées dans la région est l’établissement d’une base militaire turque afin de bloquer l’activité du PKK dans la région. La région reste sous la menace de nouvelles attaques depuis la Turquie.

Manifestation NATO-US à Bruxelles

Les rues parisiennes ont connu de violents affrontements entre la police et les manifestants qui se sont rassemblés le 1er Mai malgré les restrictions. Les étudiants se sont joints à ces manifestations ouvrières qui ont parcouru les rues de Paris, au milieu de grands renforts de sécurité. La police a chargé à plusieurs reprises le cortège de tête. Elle a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants, qui ont lancé des cocktails Molotov. Une agence bancaire a été attaquée place Saint-Ambroise. Des incidents ont aussi opposés des manifestants à des membres de la CGT. Il y a eu 34 arrestations. D’autres affrontements entre manifestants et policiers ont eu lieu à Lyon.

Paris

À Berlin, la traditionnelle “manifestation révolutionnaire du 1er mai” voulait aller de Neukölln à Kreuzberg, mais fut bloqué Sonnenallee. Une pluie de pierres et des bouteilles s’est abattue sur les policiers bloquant Sonnenallee. Les manifestants ont traîné des bennes à ordures et des palettes dans la rue et y ont mis le feu. Des policiers ont été attaqués alors qu’ils tentaient d’extraire des manifestants pour les arrêter. Il y a eu cependant des arrestations. À Hambourg, la police a attaqué un rassemblement devant le célèbre squat Rote Flora avec des canons à eau. Dans la soirée, la police a bloqué une manifestation révolutionnaire non autorisée et a arrêté environ 150 manifestants. Il y a aussi eu des incidents à Francfort et Leipzig.

Toutes les régions du pays en Turquie sont confinées depuis jeudi jusqu’au 17 mai, les personnes ne sont autorisées à quitter leur domicile que pour des raisons de force majeure. La police avait seulement autorisé des représentants des syndicats et des politiciens de l’opposition à se réunir sur la place Taksim. Mais la police est violemment, arrêtant finalement 212 manifestants. 20 manifestants avaient également été arrêtés dans la ville d’Izmir, dans l’ouest du pays. Les médias locaux ont rapporté les efforts déployés par la police à Istanbul et à Ankara pour empêcher les journalistes de filmer les manifestations et les détentions du 1er mai, les policiers citant une nouvelle circulaire de la police.

Istanbul

La police de Seattle a arrêté d’au moins 14 personnes après que des manifestations non autorisées marquant le 1er mai se soient transformées en affrontements violents dans le centre-ville. Les manifestants ont lancé des bouteilles, des fusées éclairantes, des pierres, des œufs remplis de peinture sur des policiers. A Turin, des manifestants des centres sociaux et du mouvement No Tav se sont réunis sur la Piazza Vittorio Emanuele et ont marché jusqu’à la être confronté à un fort déploiement des forces de police, qui les a bloqué lorsqu’ils ont tenté de marcher sur la mairie. Des affrontements ont alors eu lieu.