Le personnel des chemins de fer aux USA, considéré comme essentiel, a travaillé pendant toute la durée de la pandémie. Au même moment, les entreprises de chemins de fer ont introduit un nouveau système qui a augmenté les exigences en matière de temps de travail tout en réduisant la main-d’œuvre de 40 000 emplois. Les salarié.e.s devaient se rendre au travail lorsqu’ils étaient appelés, même lorsqu’ils étaient malades, sous peine d’être sanctionnés ou même licenciés.  Les négociations pour le renouvellement du contrat étaient dans l’impasse et les syndicats menaçaient d’une grève. Biden a agité la menace d’une paralysie de l’économie et invoqué la loi sur le travail dans les chemins de fer, le Railway Labor Act, qui donne au président et au Congrès le pouvoir d’intervenir dans les négociations et les grèves des syndicats ferroviaires.

Le Congrès américain a donc adopté une loi, signée par Biden, rendant la grève illégale et imposant un « accord » qui augmente les salaires des 135 000 salarié.e.s du secteur mais qui leur refuse des jours de congé-maladie payé. Le droit à des congés-maladie était la principale revendication des travailleur.e.s du rail. Après avoir voté pour imposer le contrat, la Chambre a également voté pour accorder sept jours de congé maladie, ce qui n’était qu’un rideau de fumée puisqu’il était clair que ce projet serait rejeté par un Sénat encore plus réactionnaire. Il y a vingt ans, le profit moyen des chemins de fer était de 15 %, aujourd’hui il est de 41 %, et à mesure que les profits des chemins de fer augmentaient, le cours de leurs actions progressait de 30 à 60 % ainsi que les dividendes versés aux actionnaires.

 

La ville de Mbour a enregistré hier matin 23 janvier, des affrontements sur la route nationale 1 entre les forces de l’ordre et des transporteurs grévistes. Des jeunes grévistes bloquaient la circulation en mettant des pierres sur la route et affrontaient les forces de l’ordre qui les dispersaient avec des tirs à grenades lacrymogènes. D’autres heurts ont eu lieu dans plusieurs villes, c’est ainsi que trois personnes arrêtées à la gare routière de Thiès, suite à d’autres affrontements. Il y a quelques jours la police de Thiaroye avaient arrêté cinq grévistes qui intimaient aux jaunes de cesser leur activité.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Lundi à midi, lors du changement d’équipe des travailleurs du Terminal Puerto Rosario (TPR), des incidents se sont produits à l’arrivée de la police de la province de Santa Fe. Les policiers sont intervenu contre la manifestation réalisée par les travailleurs du port et leurs famille. Les forces de l’ordre ont lancé des gaz lacrymogènes vers les manifestants et arrêté trois travailleurs.

La grève à Puerto Rosario

Les affrontements ont éclaté dimanche soir sur l’île indonésienne de Célèbes, sur le territoire de l’usine Gunbuster Nickel Industry (GNI), filiale locale du groupe chinois Jiangsu Delong Nickel Industry. L’Indonésie, très riche en nickel, a vu ces dernières années un développement rapide sur l’île de Célèbes des mines de nickel et des usines de transformation de ce minerai indispensable pour fabriquer de l’acier inoxydable et les batteries pour véhicules électriques. Des ouvriers locaux en grève pour protester contre les conditions de travail et de rémunération se sont affrontés aux forces de l’ordre quand ils ont tenté de pénétrer dans l’usine et ont mis feu à des machines et des véhicules. Deux ouvriers, un chinois et un indonésien, ont été tués au cours des affrontements. Au moins 71 personnes ont été interpellées après les émeutes, dont 17 suspectés de dommages matériels. Des centaines de policiers ont dû être déployés autour de l’usine après les affrontements (photo).

Des manifestants ouvriers ont affronté la police samedi dans la ville de Chongqing au centre du pays. Il s’agit de travailleurs d’une entreprise produisant des kits de test au COVID-19, Zybio, dans le zoning de Jianqiao du district de Dadukou, un parc industriel de la ville de Chongqing. Des vidéos montres les travailleurs jeter des boîtes contenant des tests sur les forces de l’ordre qui reculent face à leur détermination. Dans une autre séquence, on peut voir une foule devant une ligne de policiers, la nuit, alors que des haut-parleurs diffusent un avertissement leur demandant de « cesser leurs activités illégales ».  Le hashtag « Chongqing Dadukou Pharmaceutical Factory » semble avoir été censuré sur le réseau social Weibo dimanche. L’origine du conflit serait le soudain licenciement des ouvriers qui avaient été recrutés ces dernières semaines.

 

En plein milieu des négociations entre le parti au pouvoir et l’opposition sur le budget de Kicillof et la « Ley de leyes » (loi des lois), des manifestations devant le Palais de La Plata, le siège de l’Assemblée législative de Buenos Aires, ont abouti à des affrontements. Alors que les parlementaires discutaient du  budget, les membres de la Fédération des syndicats municipaux de Buenos Aires manifestaient. Ils rejettent le budget de Kicillof qui permet aux 135 maires de la province de Buenos Aires de fixer la valeur des allocations familiales avec la possibilité de les réduire. Les manifestants se sont affrontés aux forces de police et ont brisé les vitres de l’Assemblée. Il y a eu plusieurs blessés.

La police du Bihar a chargé mardi, à Patna les enseignants qui manifestaient contre le gouvernement de l’État pour demander leur recrutement. Les manifestants ont paralysé la circulation dans la capitale du Bihar et affronté la police qui a fait usage de canons à eau Plusieurs manifestants et policiers ont été blessés. Les enseignants sans emploi attendent un engagement alors que des milliers de postes sont à pourvoir. Les candidats à l’emploi s’attendaient à ce que le processus commence rapidement après l’achèvement des six phases premières phases de sélecrtion, mais le recrutement n’a pas commencé même après huit mois.

Dans le gouvernorat de Kairouan, 12.000 élèves n’ont pas encore commencé leur année scolaire, puisqu’il manque 600 enseignants. Ainsi, le conflit qui oppose le ministère de l’Education et la Fédération générale de l’enseignement secondaire (Fges) est marqué par beaucoup d’escalade, de mouvements de contestation du boycott et de suspension des cours. Les enseignants grévistes qui participaient, lundi matin, au sit-in au siège de la direction régionale de l’éducation à Kairouan, ont été chargés par la police. Lors des affrontements qui ont suivi, trois enseignants ont été arrêtés et quatre autres blessés et hospitalisés.

 

Des milliers de personnes ont manifesté à travers la Grèce dans le cadre d’une grève générale contre la hausse des prix. Les travailleurs du secteur public et de certains secteurs privés ont débrayé pendant 24 heures mercredi pour protester contre la hausse des taux d’inflation. La grève a perturbé les services dans tout le pays, les écoles publiques étant fermées et certains hôpitaux publics fonctionnant avec un personnel réduit. La plupart des transports publics grecs sont également à l’arrêt, y compris les services de ferry vers les petites îles, tandis que les compagnies aériennes ont déjà annulé des dizaines de vols. Quelques affrontements ont éclaté entre des groupes de manifestants et la police anti-émeute lors de marches à Athènes et Thessalonique. Les manifestants ont lancé des cocktails Molotov et des pierres sur la police, qui a répondu par des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes.

 

Dossier(s): Grèce Tags: , ,

Face à la reconduction de la grève à Port-Jérôme, en Normandie, le gouvernement français a lancé la réquisition des ouvriers indispensables au fonctionnement du dépôt. Quatre salariés d’ExxonMobil ont été réquisitionnés pour permettre le fonctionnement du dépôt. L’arrêté préfectoral a été signé par le préfet de la région Normandie et envoyé au directeur du site d’ExxonMobil de Port-Jérôme qui les a notifiés. Les quelques grévistes indispensables au déblocage du carburant des cuves vont ainsi se voir contraints de venir travailler, sous peine de sanctions pénales. Le secrétaire général de la CGT  a annoncé le dépôt d’un recours en référé contre les réquisitions.  C’est hier mercredi que les grévistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, prolongeant les pénuries de carburant qui affectent la France entière. Outre des dépôts de carburant, six des sept raffineries françaises étaient en grève mercredi: les quatre de TotalEnergies et les deux d’Esso-ExxonMobil. Chez TotalEnergies, la grève dure depuis deux semaines et prend de l’ampleur. Dans l’ensemble des sites en mouvement, la grève a été reconduite mercredi avec quasiment 100% de grévistes parmi les opérateurs. Au coeur des revendications: des hausses salariales, alors que l’inflation fait rage et que les groupes pétroliers réalisent des superprofits avec la flambée de la hausse des cours liée à la guerre en Ukraine. Faute d’approvisionnement, un tiers des stations-service françaises manquaient d’un ou plusieurs carburants, et même près de 45% dans le nord du pays.

Dossier(s): Non classé Tags: ,