La ville de Mbour a enregistré hier matin 23 janvier, des affrontements sur la route nationale 1 entre les forces de l’ordre et des transporteurs grévistes. Des jeunes grévistes bloquaient la circulation en mettant des pierres sur la route et affrontaient les forces de l’ordre qui les dispersaient avec des tirs à grenades lacrymogènes. D’autres heurts ont eu lieu dans plusieurs villes, c’est ainsi que trois personnes arrêtées à la gare routière de Thiès, suite à d’autres affrontements. Il y a quelques jours la police de Thiaroye avaient arrêté cinq grévistes qui intimaient aux jaunes de cesser leur activité.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Le 11 janvier, vers 5 heures du matin, trois policiers en uniforme ont fait irruption au domicile des parents de Felix Musili, à Mumbuni, Kitui, et ont tué Felix de plusieurs coups de feu, sous les yeux de ses parents et de ses frères et sœurs. Ce meurtre a été perpétré quelques jours seulement après que le président Ruto soit apparu à la télévision nationale pour assurer aux Kenyans que les exécutions extrajudiciaires, courantes sous tous les régimes successifs du Kenya, feraient partie du passé. Felix était un cadre du Parti communiste du Kenya attaché à la branche du parti de Kitui. Les médias du Kenya ont gardé le silence sur ce meurtre, comme ils le font toujours lors d’exécutions extrajudiciaires.

Dossier(s): Afrique Tags:

Des affrontements ont éclaté entre étudiants de Ziguinchor basés à Dakar et les forces de l’ordre. Ces pensionnaires de l’université Cheikh Anta Diop originaires de Ziguinchor, la capitale du sud, risquent l’expulsion de leur immeuble de logement, en raison du non renouvellement du contrat par la nouvelle équipe municipale. Ils ont empêché les cours, vidés des classes, puis ont brûlé des pneus à différents endroits de la ville, vers la route de Néma, notamment. Un des étudiants a été arrêté par la police.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Une émeute contre les délestages qui a éclaté dans la matinée de ce samedi 17 décembre à Bordo, un quartier de Kankan (la 2e ville de Guinée), privé d’électricité, a été violemment réprimée. Les forces de l’ordre ont eu fait recours aux gaz lacrymogènes et des tirs à balles réelles pour pouvoir reprendre le contrôle de situation. Le bilan de ces affrontements est de deux blessés et de plusieurs arrestations dans les rangs des manifestants. Les manifestants ont confisqué un pickup de la société EDG et capturé un policier qu’ils ont a relâché par la suite.

 

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Des milliers de Soudanais manifestaient jeudi pour l’anniversaire de la journée de répression la plus sanglante contre les partisans de la démocratie qui dénoncent le putsch du général Abdel Fattah al-Burhane. « Les militaires à la caserne », a crié la foule, comme à chaque défilé, poursuivant la mobilisation en cours depuis le coup d’Etat du 25 octobre 2021, malgré une répression qui a fait depuis 119 morts et des milliers de blessés. D’autres slogans s’en prenaient aux Forces pour la liberté et le changement (FLC), le bloc politique civil historique, qui ont partagé le pouvoir avec l’armée après la chute du dictateur Omar el-Béchir en 2019 jusqu’à ce que leurs représentants soient brutalement limogés le jour du putsch. « À quel prix les FLC ont-elles vendu notre sang? », scandaient des manifestants dont le mot d’ordre est depuis avant même le coup d’Etat « Ni compromis, ni négociation » avec les militaires.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

De violents heurts ont eu lieu à Ndjamena et dans plusieurs autres villes du Tchad, ce jeudi 20 octobre, entre les forces de l’ordre et des manifestants qui s’opposaient au maintien au pouvoir du président de la transition, Mahamat Déby, arrivé l’an dernier après la mort de son père, Idriss Déby, en avril 2021. Les violences ont éclaté lorsque certains ont commencé à ériger des barricades et ont incendié le siège du parti au pouvoir. Plusieurs centaines de personnes étaient sorties dans les rues de la capitale dès ce jeudi matin, même si la manifestation avait en effet été interdite par les autorités. Les premiers tirs ont commencé dès le milieu de la nuit dernière, et qu’aux premières heures du matin, les premiers tirs de grenades lacrymogènes ont retenti. Ensuite, ce sont des tirs à balles réelles qui ont été entendus, et ce pendant de très longues heures. Après une accalmie en milieu de journée, à l’heure de la prière, les manifestations ont repris en soirée. La police a été déployée, mais aussi l’armée, et en plus des forces de l’ordre, des hommes en civil à bord de voitures teintées ont été aperçus tirant sur des manifestants. Le chef du gouvernement a décrété un couvre-feu entre 18 heures et 6 heures du matin dans quatre villes : Ndjamena, Moundou, Doba et Koumra. Jusqu’au « rétablissement total de l’ordre ». Il a aussi annoncé la suspension de toute activité d’importants groupes d’opposition. La répression des manifestations a fait une cinquantaine de morts, surtout à Ndjamena, Moundou et Koumra, et près de 300 blessés.

 

 

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Dans la banlieue nord de la capitale de la Guinée, les manifestations d’opposition et de protestation et leur répression se succèdent. De nouveaux affrontements ont eu lieu après l’enterrement d’un jeune tué hier, dans le quartier Carrière hier jeudi. C’est au retour des jeunes du cimetière après l’enterrement de Gadiri Diallo, 16 ans, tué par balle hier que les heurts ont recommencé, vers 12 heures. Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS), en grand nombre, ont à nouveau tiré sur les jeunes manifestants, faisant plusieurs blessés.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Des affrontements sporadiques entre manifestants et forces de sécurité guinéennes ont éclaté lundi dans la banlieue de Conakry partiellement paralysée, un an après le coup d’Etat qui a porté les militaires au pouvoir. Le 5 septembre 2021, le colonel Mamady Doumbouya et ses forces spéciales renversaient le chef de l’Etat Alpha Condé, avant de se faire investir président. La junte a promis de remettre le pouvoir à des civils élus dans un délai de trois ans. Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), coalition de partis, syndicats et organisations de la société civile, rejoint par ce qu’il reste de l’opposition, a appelé à manifester lundi pour dénoncer une confiscation du pouvoir, la répression de la contestation et une instrumentalisation de la justice.

Malgré l’interdiction par la junte de tout rassemblement depuis mai et la dissolution du FNDC décrétée par les autorités en août, des manifestations éparses se sont déroulées dans des quartiers acquis à l’opposition de la banlieue de la capitale, comme Sonfonia, Wanindara, Bambeto et Hamdallaye. A Cosa, une dizaine de jeunes ont été interpellés. Dans ces lieux, les commerces ont été fermés et la circulation paralysée. Les manifestants ont essayé d’ériger des barricades, vite démantelées par les forces de l’ordre, bénéficiant par endroit d’un discret renfort de l’armée. Des dizaines de pick-ups de la police et de la gendarmerie étaient également stationnées sur la Route Le Prince, axe traversant la banlieue de la capitale et théâtre fréquent des confrontations à Conakry.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Les populations de quartiers populaires de Mbao (dans le grand Dakar) comme la Cité Momar Marème Diop et Keur Mbaye Fall, dénoncent la négligence des autorités. Ces quartiers ont encore souffert d’inondations consécutives à des fortes pluies et à l’absence d’un système d’évacuation des eaux efficaces. Les habitants sont descendus dans les rues, ont bloqué la circulation et brûlé des pneus sur les axes stratégiques. Ces manifestants ont été dispersés par la gendarmerie mais ils ont résisté en caillassant les gendarmes.

 

 

Dossier(s): Afrique Tags: ,

De nombreux jeunes manifestants ont répondus à l’appel de l’opposition et sont descendus dans les rue mercredi 17 août. Alors que les commerces étaient fermés, les manifestants ont eu en face d’eux une forte mobilisation des agents de la police et la gendarmerie, appuyés par l’armée mobilisée pour la circonstance. Sur tout le long du tronçon Cosa-Kagbelen, ces agents sont mobilisés en grand nombre, pour réprimer toute velléité de manifestation. À Wanindara-marché, des affrontements ont éclaté entre manifestants et jeunes ainsi qu’à Sonfonia-rails. Dans ces deux zones, les agents ont procédé à des arrestations et ont également aspergé du gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Dans les quartiers spécifiques de Wanindara, Sonfonia, Cimenterie et Bailobaya, l’armée est fortement mobilisée, patrouillant les armes à la main. Un adolescent Ibrahima Diallo, a été tué par balle à Wanindara, dans la commune de Ratoma.

Dossier(s): Afrique Tags: ,