Les habitants de plusieurs banlieues de Conakry ont manifestés lundi pour exiger la meilleure desserte de leur quartier en courant électrique. Dans plusieurs endroits ces protestataires ont érigé des barricades. La route qui relie Matoto à l’autoroute a ainsi été barrée, ce qui a entraîné l’intervention des forces de l’ordre et des affrontements entre elles et de jeunes manifestants.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Il y a eu des affrontements hier, aux Parcelles assainies entre les policiers et des manifestants qui s’opposent au report de l’élection présidentielle. Ces jeunes ont érigé des barrages partout dans la commune en brûlant des pneus sur les routes. Ils se sont heurtés aux forces de défense et de sécurité. Il y a eu des échanges de jets de pierres contre des grenades lacrymogènes.

Dossier(s): Afrique

Vendredi 1 décembre, les populations de la province de la Nyanga sont descendues dans la rue et on érigé des barricades pour manifester leur mécontentement face à la coupure prolongée d’électricité qu’elles supportent depuis plus d’une semaine. Si l’objectif de cette manifestation était de faire pression sur les autorités pour aboutir à une solution durable, elle a été interrompue par l’intervention des forces de l’ordre. Tchibanga, le chef-lieu de la province de la Nyanga souffrait de coupures prolongées bien avant cette coupure en continu. Les habitants ont caillassés les policiers qui ont usé de gaz lacrymogènes.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Samedi en fin de journée, et pendant une bonne partie de la nuit, Ouangani ont été le théâtre d’affrontements avec des barrages érigés en différents point d’accès, et beaucoup de voitures été saccagées voire incendiées. Les jeunes ont affrontés les gendarmes (appuyés par un hélicoptère et tirant des grenades lacrymogènes) avec des jets de pierre. Des affrontements ont également eu lieu samedi à Passamainty. Ils ont pour cadre la démolition de cases en tôle en construction par le maire dans le cadre du délit de flagrance qui l’autorise à les démolir dans les premières heures de leur érection.

Les étudiants de l’université Assane Seck de Ziguinchor (sud) a décrété, vendredi, un mot d’ordre de grève de 48 heures renouvelable, pour réclamer la tenue de deux sessions (normales et rattrapage) pour les deux semestres de l’année 2022/2023 et l’installation des équipements et la livraison des pavillons d’une capacité de 1000 lits destinés à leur hébergement dans le campus social. Vendredi matin , ils ont envahi la route principale menant à leur université, brûlé des pneus, des poubelles, des troncs et branches d’arbres morts. La police est intervenue avec des agents en uniformes anti-émeutes. Elle dégagé les barricades en essuyant des jets de pierres. Il y a eu plusieurs arrestations dont des responsables du syndicat étudiant.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Située à 50 kilomètres de Conakry, la ville de Dubreka fait face à des coupures d’électricité depuis plusieurs semaines. Une situation devenue insupportable pour de nombreux habitants qui sont descendus dans la rue lundi matin dans plusieurs quartiers de la ville. Ce mouvement de colère paralyse l’administration locale et la plupart des activités économiques dans la ville.  De nombreux élèves et d’autres jeunes sont descendus dans les rues pour réclamer le rétablissement de la desserte normale du courant électrique, mais aussi la réhabilitation des routes, devenues quasiment impraticables après les fortes pluies de ces derniers mois. Les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser les manifestants, provoquant des affrontement et procédant à plusieurs interpellations.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Jeudi 19, des éléments de la gendarmerie et des engins pour la démolition sont venus ravager 15 hectares de champs et d’habitations à Mbeye. Les personnes qui habitent là depuis trois générations et qui ont tenté de régulariser leur situation, refusent l’expulsion et ont affronté les gendarmes. Il y a eu plusieurs blessés ainsi que des arrestations. Les habitants de Mbeye ont ensuite fait une descente à Bambilor et dévasté la mairie (photo).

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Des affrontements ont éclaté lundi matin entre des gendarmes et des jeunes des commune de Khossanto et de Mama Khono, lesquels protestent contre la modification de l’arrêté du préfet du département de Saraya sur le recrutement de la main d’œuvre locale non qualifiée par une entreprise minière. Les manifestants ont barré la route reliant Sabodala à Bembou, à l’aide de débris de briques, de branches et de troncs d’arbres, bloquant la circulation. Après de premiers affrontements, un second renfort est allé sur place (six pick-up remplis de gendarmes). Le bilan des affrontements est de deux morts et de 7 blessés graves qui doivent subir des interventions afin d’extraire les balles. 37 personnes ont été arrêtées. L’arrêté préfectoral, à l’origine des émeutes, a été abrogé.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

La manifestation des étudiants de l’Université d’Antananarivo a viré aux affrontements avec les forces de l’ordre ce jeudi. Deux éléments des forces de l’ordre ont été blessés et huit étudiants ont été arrêtés suite à la confrontation. Durant le mouvement, les étudiants ont brandi des banderoles indiquant leurs revendications, qui consistaient en l’augmentation de 100% du montant des bourses d’études et la reprise des cours. Ils ont également brûlé des pneus à l’entrée du campus universitaire. La manifestation intervient après l’absence de réponse satisfaisante à la déclaration conjointe des présidents d’associations des étudiants, lundi.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Le 19 août, une force de renseignement militaire sous le commandement des Forces armées soudanaises a fait une descente dans le siège du Parti communiste soudanais dans la région du Nil Bleu où se déroulait un rassemblement culturel et politique. Vingt-trois participants ont été arrêtés et détenus pendant des heures. Les forces armées soudanaises (SAF) et les forces de soutien rapide (RSF), deux factions militaires rivales qui ont collaboré pour réprimer le mouvement du peuple soudanais en faveur des droits sociaux et politiques, sont en guerre l’une contre l’autre depuis le mois d’avril pour le contrôle du pays et de ses ressources. Des milliers de civils sont morts et des millions d’autres ont été déplacés. Dans la région du Nil Bleu et dans tout le pays, le Parti communiste s’est engagé dans l’organisation de la lutte pour la paix et à la fin du régime militaire. En mai, le siège du Parti SCP à Khartoum avait été perquisitionnés, cette fois par le RSF.

Rassemblement du Parti communiste soudanais (archive)

Dossier(s): Afrique Tags: