Cinq personnes étaient jugées par la cour d’assises depuis le 21 juin 2021 à Pontoise. Elles ont été jugées pour des tirs d’armes à feu sur les forces de l’ordre à Persan et Beaumont-sur-Oise au cours des révoltes qui ont suivi la mort d’Adama Traoré 24 ans, le 19 juillet 2016, peu après son interpellation par les gendarmes. Parmi eux Bagui Traoré, le frère d’Adama. Il vient d’être acquitté (ainsi que deux autres prévenu·e·s) après quatre ans et cinq mois de prison préventive dans l’attente de son procès. Deux hommes ont été reconnus coupables d’avoir été auteurs de tirs et condamnés à douze ans de réclusion criminelle et huit ans de prison.

Mercredi 10 mars, le tribunal de Zurich jugeait un antifasciste accusé d’avoir participé à une attaque sur un groupe de néo-nazi en 2019. Les faits se sont déroulés en vielle ville quand un groupe de néo-nazi attablé en terrasse d’un bar se sont fait attaquer par un groupe d’antifasciste. Plusieurs fascistes avaient été blessés. Le tribunal avait aussi décidé de juger en même temps une accusation de participation aux émeutes qui ont eu lieu à Hambourg lors du G20 en 2017. Le militant antifasciste a refusé de répondre aux questions du juge et a seulement fait une déclaration politique attaquant le fascisme et le capitalisme. En dehors du tribunal un rassemblement de soutien a réuni plus d’une cinquantaine de personnes malgré les tentatives de la police d’empêcher l’évènement. Le juge a finalement doublement acquitté le militant.

Dossier(s): Suisse Tags: , ,

Le 31 octobre 2019, l’Union Départementale CGT 93 organisait un rassemblement de protestation devant la préfecture de Bobigny lors de la venue d’Edouard Philippe, alors premier ministre. À cette occasion, le secrétaire générale de l’UD CGT 93 a été brutalement interpellé puis placé en garde à vue pour des prétendues violences sur des policiers. Lundi 8 février, il est convoqué au tribunal correctionnel de Bobigny où un rassemblement de solidarité est organisé dès 11H30.

Philippe, militant bordelais de toutes les luttes sociales, est accusé de “violences aggravées” en manifestation suite à sa participation à une mobilisation des Gilets Jaunes le 25 janvier 2020. Ses soutiens appellent à un rassemblement vendredi 8 janvier à 13H30 devant le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux.

L’événement Facebook

Gaël Quirante, dirigeant syndical de Sud PTT 92, passait en procès mercredi 18 décembre suite à des plaintes de cadres de La Poste pour des faits de “violence” (voir notre article). Accompagné de plus de 300 manifestants et de nombreuses personnalités devant les portes du tribunal de Nanterre, Gaël a finalement été condamné à 3 mois de prison avec sursis (et une mise à l’épreuve de 5 ans) ainsi qu’à 269€ d’amende à La Poste, 1000€ d’amende pour préjudice moral d’une cadre et 700€ d’amende de préjudice moral pour une autre cadre. Le leader syndical a annoncé à la sortie du tribunal qu’il a immédiatement interjeté appel et que son syndicat continuera à se battre sur tous les terrains, judiciaires comme dans la rue ou l’entreprise.

La manifestation de soutien se rendant au tribunal.

Sushil Roy, Patitpaban Haldar et Santosh Debnath avait été arrêté dans la région de Jangalmahal (Bengale occidental) en 2005 et accusé d’avoir incité la population a prendre les armes pour renverser le gouvernement local. Les autorités avaient saisi, lors de leur capture, de la littérature maoïste ainsi que des bâtons de gélatine et des munitions. Tous les trois avaient été poursuivis pour sédition ainsi qu’en vertu du Arms Act et condamnés à la perpétuité en 2005. Leurs avocats avaient interjeté appel en 2006. Ce vendredi, la Calcutta High Court a acquitté les trois hommes de toutes les charges retenues contre eux. Patitpaban Haldar et Santosh Debnath devraient donc être libéré après 14 ans d’emprisonnement alors que Sushil Roy est décédé en cours de procédure, en 2014.

Inde : Trois maoïstes présumés acquittés après 14 ans de prison

Le dirigeant maoïste Sabyasachi Panda a été condamné ce samedi à la prison à vie pour le tribunal de Berhampur dans l’Odisha. Il y avait été arrêté dans la nuit du 17 juillet 2014 par la police locale qui avait affirmé avoir également saisi un arme, de l’argent liquide et de l’or. Il est condamné en vertu de l’article 121 du Code Pénal qui poursuit tout tentative de rébellion contre l’état. D’autres articles du Code Pénal ont également été invoqué par le juge qui a entendu 15 témoins au cours de ce procès. Panda est accusé d’être impliqué dans plusieurs actions attribuées à la guérilla maoïste, dont le pillage d’un arsenal des forces de sécurité, l’assassinat d’un homme politique ou encore l’enlèvement de deux touristes italiens. Son avocat a d’ores et déjà annoncé son intention d’aller en appel.

Sabyasachi Panda à sa sortie du tribunal

Sabyasachi Panda à sa sortie du tribunal

Jeudi 4 avril, José Arcila Ramírez, un résident états-unien passait devant un tribunal de Floride, de soutenir l’ELN en lui fournissant des armes, des pièces d’arme et du matériel.
Les étiquettes de la chaîne de magasins américaine Home Depot, découvertes dans des compresseurs d’air ainsi que des pièces d’armes à longue portée saisis dans le quartier El Valle, dans le district de Suroccidente à Barranquilla, ont permis de retrouver la trace du fournisseur. Celui-ci livrait depuis la Floride, des armes et accessoires à son frère en contact avec l’ELN.

Après les perquisitions, le juge pénal a ordonné l’assignation à résidence de la femme, tandis que le frère a été envoyé en prison. Francisco José Arcila a quant-à-lui été arrêté en janvier avec deux hommes du sud de la Floride (Asilah et Ortega) et accusé de conspiration visant à soutenir une organisation terroriste étrangère et d’autres accusations liées à la contrebande d’armes à feu”. Le réseau aurait été actif pendant 12 mois et aurait été découvert parce que Asilah et Ortega utilisaient un intermédiaire (nom de code « James Smith ») qui avait commencé à coopérer avec des agents du Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs (ATF) et avait enregistré plusieurs conversations sur l’achat d’armes et leur expédition en Colombie”.

La guérilla ELN continue le combat contre le gouvernement colombien mais laisse la porte ouverte aux négociations. Ainsi lundi 1 avril Pablo Beltran a annoncé que l’équipe de négociation resterait à Cuba malgré l’échec des dernières négociations.

Matériel saisi chez le frère d’Arcila

Matériel saisi chez le frère d’Arcila

Ce mercredi, un tribunal a condamné deux maoïstes à mort pour avoir abattu un commissaire de police et cinq autres policiers dans le district de Dumka (Jharkhand) il y a cinq ans. Sanatan Baski et Sukhlal Murmu, alias Pravir Da avaient été condamnés tandis que les cinq autres accusés avaient été acquittés par manque de preuve lors d’une audience le 6 septembre dernier. Hier, c’est la peine capitale qui leur a été infligée. Le duo aurait tué le commissaire de Pakur ainsi que cinq de ses collègues dans une embuscade à proximité de Kathikund alors qu’ils rentraient à Pakur après avoir assisté à une réunion à Dukma le 2 juillet 2013. Pravir Da, membre d’un Special Area Committe du PCI(maoïste) purgeait déjà une peine à perpétuité depuis le 9 août 2016 après avoir été condamné dans une autre affaire.

Les deux maoïstes condamnés

Les deux maoïstes condamnés

Le procès de quatre anarchistes indonésiens, poursuivis suite à la manifestation du 1er mai contre le chantier du New Yogyakarta International Airport, a commencé. Les accusés sont Azhar M. Hasan (Azhar) ; Zikra Wahyudi (Zikra) ; Muhammad Ibrahim (Boim) et Muhammad Edo Asrianur (Edo). Ils ont fait l’objet d’une audience préliminaire devant le tribunal du district de Sleman le 26 juillet.

Sur la base des accusations criminelles, les quatre anarchistes sont menacés soit de l’article 170 qui prévoit une peine maximale de 5 ans d’emprisonnement, soit de l’article 406 du Code pénal qui prévoit une peine maximale de 2 ans. Le dossier sera divisé en deux (Azhar et Zikra pour une affaire, Edo et Boim pour une autre), mais le procès aura toujours lieu dans la même salle d’audience.

Site web: palanghitam.noblogs.org

Affiche de solidarité

Affiche de solidarité