Le procès des anarchistes accusés d’une attaque de banque à Aix-la-Chapelle se poursuit (voir notre précédent article). L’audience du 12 mai s’est centrée sur le témoignage de l’experte en biométrie qui a expliqué que la qualité des images (vidéos de sécurité du sous-sol de la banque où se trouve le coffre-fort) était très mauvaise, qu’elles avaient une très mauvaise résolution. Dans le cas de la femme il est impossible d’assurer qu’il s’agit de la même personne, ou pas. Dans le cas de l’homme, les traits coïncident encore moins: l’experte a dit que selon elle il ne s’agit pas de la même personne. L’audience du 18 mai a d’abord été consacrée aux voyages qu’un-e des accusé-e-s aurait fait en Blablacar, entre la France et Barcelone, ensite à l’examen d’un tournevis trouvé dans la chambre forte de la Pax Bank, supposément avec l’ADN de l’un des accusés. Le juge a finalement rejeté cet élément comme preuve dans l’affaire.

Pour tenter de mettre un-e des accusé-es en lien avec la gauche radicale et d’en faire une personne connue et active dans les milieux militants, l’accusation a exposé deux éléments. D’abord l’envoi d’une lettre avec une affiche d’un événement solidaire avec l’affaire, dans laquelle l’expéditeur commente que la réponse a tardé près d’un mois à arriver. Ensuite dees filatures effectuées par la Sûreté de l’Etat en 2010 à Bruxelles, dans le cadre d’un “No Border Camp”. Des personnes solidaires et amies étaient présentes dans la salle.

Compte-rendu complet ici

Un des distribueteurs de billets incendiés fin avril à Bâle en solidarité avec les inculpés de Aachen

Un des distribueteurs de billets incendiés fin avril à Bâle en solidarité avec les inculpés de Aachen

Le tribunal de Periyakulam (Tamil Nadu) a condamné ce mercredi six présumés maoïstes en vertu de diverses section du Indian Penal Code dans une affaire concernant une formation à l’utilisation des armes par un groupe maoïstes à Murugan Malai, à proximité de Periyakulam. Les six condamnés sont Sundara Murthy, Ranjith, Vivek, Muthuselvan, Balakrishnan et Easwaran. Sous une importante escorte, Sundara Murthy a été amené depuis la prison de Puzhal à Chennai, Vivek de la prison de Madurai et Ranjith de la prison de Palaymkottai. Les trois autres, qui ont également comparu mercredi, avaient été libérés sous caution. Le juge a condamné Sundara Murthy a sept ans de prison, tandis que Vivek et Ranjith ont tous deux écopés de cinq ans. Muthuselvan est lui condamné à trois ans et neuf mois d’emprisonnement, Balakrishnan à trois ans et Easwaran à trois mois et une amende. Le juge a également déclaré que les peines pourraient être déduites du temps déjà passé en détention préventive.

Le 26 juin 2007, une grosse cache d’armes et de munitions avaient été saisie à Murugan Malai et trois hommes, parmi lesquels Muthuselvan, avaient été arrêtés. Plus tard, la police avait arrêté Sundara Murthy et Easwara dans le district de Dharmapuri. Sundara Murthy était recherché depuis quinze ans dans le cadre de dix affaires. Bala, alias Balakrishnan avait été arrêté à un arrêt de buss à Oddanchatram, tandis que Ranjith avait été arrêté dans le Karnataka et ramené dans le Tamil Nadu. Ils avaient comparu une première fois le 7 juin 2011.

Etat du Tamil Nadu

Etat du Tamil Nadu

Depuis 2015, Mumia Abu Jamal réclame de recevoir un traitement pour son Hépatite C. En mars dernier, ses avocats avaient décidé d’intenter une action à l’encontre de l’administration pénitentiaire qui refusait d’exécuter l’ordre judiciaire lui imposant de fournir les soins nécessaires au prisonnier (voir notre article). Lundi dernier, le Pennsylvania Department of Corrections, DOC a reçu l’ordre de commencer à fournir le traitement, consistant en une pilule quotidienne durant 12 à 24 semaines. Ce jugement est une grande victoire judiciaire pour Mumia, mais également pour les milliers d’autres prisonniers dans son cas. En effet, il fera jurisprudence et permettra donc à ceux-ci de bénéficier également de la médication nécessaire à leur santé.

Mumia Abu-Jamal

Mumia Abu-Jamal

La police du Chhattisgarh a subi un gros revers ce mercredi alors qu’un tribunal de Raipur a libéré quatre personnes arrêtées il y a plus de cinq ans pour leurs prétendus “liens avec les maoïstes”. Elles avaient été arrêtées à Raipur en juin 2012, mais leurs arrestations avaient été enregistrées par les autorités à différents endroits. Ils furent immédiatement placé en détention en vertu des Chhattisgarh Special Public Security Act, Unlawful Activities (Prevention) Act, Arms Act, diverses section du Indian Penal Code pour leur “rapport étroit avec le parti maoïste”. La police avait alors déclaré avoir cassé une chaîne majeure de ravitaillement de la guérilla grâce à ces quatre arrestations et la saisie de 450 cartouches d’AK-47 et de SLR. Les autorités avaient ajouté qu’il s’agissait de membres actifs du CPI(maoïste) appartenant à la Dandakaranya Area Division et qu’ils étaient venus à Raipur depuis Konta (dans le district du Dantewada) pour livrer les munitions à un maoïste à Rajnandgaon, à 100 kilomètres à l’Ouest de Raipur. Les quatre personnes arrêtées sont Anjali Chouhan, femme politique au niveau local, Abdul Mujeeb, professeur, Sheikh Anwar, mari d’Anjali et journaliste et Hridesh Kumar Dawood. Le parti du Congrès, dans l’opposition, avait immédiatement demandé qu’une enquête soit ouverte par rapport à ces arrestations basées sur de “fausses accusations”.

Un des avocats à la sortie du tribunal mercredi a déclaré que “le tribunal n’a trouvé aucune preuve concrète suffisante de la police pour soutenir ces différentes accusations contre les quatre accusés. Ils vont tous être libérés aujourd’hui de la Raipur Central Jail”.

Raipur Central Jail

Raipur Central Jail

Le professeur GN Saibaba avait été arrêté en mai 2014. Lui, ainsi que cinq autres personnes ont été condamné en vertu de la loi antiterroriste UAPA. Le District and Sessions Court de Gachiroli, dans le Maharashatra, ont condamné le professeur de la Delhi Universitty et quatre autres personnes a une peine de prison à vie en raison de “liens avec la guérilla maoïste”. Outre Saibaba, les cinq personnes condamnées sont le journaliste et militant Prashant Rahi, l’étudiant de la Jawaharlal Nehru Universtiy Hem Mishra et les tribaux Pandu Pora Narote, Mahesh Kareman Tirki et Vijay Tirki. Tous ont été condamnés à la perpétuité, à l’exception de Vijay Tirki qui lui, a été condamné à dix ans d’emprisonnement. Ces dernières années, Saibaba a fait campagne contre la milice Salwa Judum et les violations des droits de l’homme issues de l’Operation Green Hunt contre les maoïstes déclenchée par le précédent gouvernement United Progressive Alliance.

L’avocate de Saibaba, Rebecca John, a déclaré qu’elle allait faire appel de cette décision. “Il n’y a absolument aucune preuve contre lui. Si l’Etat tente de pénétrer dans l’esprit d’une personne, de cerner son idéologie, on obtient ce genre de décisions en vertu du Unlawful Activities Prevention Act”. Elle a ajouté qu’il n’y avait aucune preuve qu’il y eut “un quelconque rôle dans des activités violentes, ni d’incitation à la violence ni aucune participation du tout dans les activités des maoïstes”

GN Saibaba

Tanguy F., le manifestant qui avait frappé et mis knock-out le Commissaire Vandersmissen sera jugé dès ce vendredi 17 juin au Palais de Justice de Bruxelles (Place Poelaert). Un rassemblement de solidarité y est organisé à 8h, selon un article posté sur Indymedia.

Merci Tanguy

Un tribunal spécial de Raipur, capitale du Chhattisgarh, a condamné treize personnes, parmi lesquelles deux hommes d’affaire (Neeraj Chopra et Dharmendra Chopra), à cinq et sept ans de prison fermes pour avoir servi de courrier à des guérilleros maoïstes et pour avoir transporter pour eux des armes et des munitions. Les deux hommes d’affaires écopent de cinq ans, les autres de sept ans d’emprisonnement. La State Intelligence Branch et la police avait arrêté les treize personnes entre janvier et février de l’an dernier pour avoir fourni un soutien logistique et financier au CPI(Maoist) depuis différents lieux de Raipur et de la région du Bastar en janvier 2014. Selon les autorités, tous jouaient un rôle important dans le déplacement des cadres haut placés du parti dans les régions urbaines, arrangeant leurs réunions. Ils sont également accusé d’avoir soutiré de l’argent à des industriels pour acheter des armes, des munitions, des médicaments, des vêtements, de la nourriture, et des pièces électroniques pour le parti.

Dharmendra Chopra lors de son arrestation

Dharmendra Chopra lors de son arrestation

Nous vous parlions il y a une dizaine de jour (ici) de la procédure lancée contre deux journalistes de gauche pour ‘haute trahison’ après qu’ils aient publié des documents confidentiels. L’affaire a fait grand bruit, le procureur général a même été poussé à la démission après avoir accusé le ministre de la justice de tenter d’interférer dans l’enquête. Le bureau du procureur a finalement annulé l’enquête, en arguant qu’il n’y avait pas de ‘réels’ secrets d’état dans les documents publiés et que d’autres conditions de la ‘haute trahison’ n’étaient pas rencontrées.

Andre Meister et Markus Beckedahl, deux auteurs du blog Netzpolitik

Andre Meister et Markus Beckedahl, deux auteurs du blog Netzpolitik

Les 25 février et 15 avril dernier, le site Netzpolitik a publié deux articles révélant des informations concernant le renseignement intérieur allemand. Dans le premier, Netzpolitik a révélé l’existence d’un budget secret alloué en 2013 par l’Office fédéral de protection de la Constitution (Bundesamt für Verfassungsschutz ou BfV), le renseignement intérieur allemand, à la surveillance de vastes quantités de données numériques, et notamment à la construction de «graphes sociaux». Le second dévoile en détail l’organisation d’une unité du BfV dédiée à «améliorer et étendre ses capacités de surveillance sur Internet», y compris par des «méthodes non conventionnelles de surveillance des télécommunications». Dans les deux cas, le site a publié, en plus des articles, les documents originaux sur lesquels ils s’appuient. Début juillet, Hans-Georg Maassen, le président du BfV, avait déposé plainte, la presse révélant qu’une enquête avait été ouverte pour retrouver les sources des informations révélées sur le site Netzpolitik. Ce jeudi, le rédacteur en chef du site d’information apprenait que lui ainsi qu’un de ses journalistes faisaient l’objet d’une enquête du parquet fédéral pour ‘haute trahison’. Hier, le procureur en a néanmoins annoncé la suspension, dans l’attente de la réception d’une expertise qui doit déterminer si Netzpolitik a publié des documents relevant du secret d’Etat. Plane donc toujours, au-dessus des deux journalistes la menace d’une accusation de «haute trahison». La peine encourue peut aller d’un an de détention par article publié à 15 ans de réclusion – voire, dans les cas les plus graves, la prison à vie.

Andre Meister et Markus Beckedahl, deux auteurs du blog Netzpolitik

Jonathan Baud, un étudiant suisse de l’université de Genève, avait été arrêté le 28 juillet dernier après avoir assisté à un meeting en commémoration d’un leader maoïste dans le village de Triprayar, dans l’état du Kerala. Après être resté en garde à vue durant douze jours, il avait été libéré sous caution. Depuis lors, il attend que la plainte déposée à son encontre soit annulée. Son visa touristique a expiré le 16 septembre dernier, mais il n’est pourtant pas autorisé à quitter le territoire.

Mardi, le tribunal en charge du dossier a décidé de postposer sa décision au 6 novembre. Après avoir visionné les images de la participation du jeune homme à ce rassemblement et avoir pris connaissance de la traduction en Malayalam du discours qu’il y avait prononcé, le tribunal a estimé qu’il n’y avait rien de répréhensible dans ce qu’il a dit ce jour-là. L’accusation maintien son argument selon lequel Baud aurait violé la section 14(b) du Foreigners Act, laquelle touche à la réglementation des visas étrangers, en assistant à ce meeting politique. Elle déclare que Baud ne peut pas être considéré comme un participant innocent étant donné qu’il était allé à ce rassemblement tenu dans un endroit relativement peu connu dans le Kerala et qu’il a tenté de ne pas être capté par les caméras. Selon l’accusation, cela indique qu’il était au courant des implications d’une participation à un tel meeting.

De son côté, l’avocat de Baud a déclaré que la police n’était toujours pas parvenue à préciser le caractère du délit. D’autant plus que le visionnage des images de son discours montre qu’il s’est contenté de se présenter au public et qu’il n’y a rien d’incriminant.