De violents affrontements ont eu lieu du 13 au 14, jusqu’à trois heures du matin, entre les manifestants du mouvement No-TAV et la police à San Didero, dans le val de Suse, dans le Piémont. La police a été bombardée de pierres et d’engins pyrotechniques alors que les travaux commençaient pour un nouveau parc de camions relié à l’autoroute A32 Turin-Bardonèche. La police a utilisé des gaz lacrymogènes. Les manifestants s’étaient rassemblés en masse et rapidement sur les lieux par crainte qu’un local NO-TAV ne soit sur le point d’être démolie. Les manifestants du val de Suse ont mené une longue lutte pour bloquer le projet de ligne à grande vitesse Lyon-Turin en raison de son impact sur l’environnement. Plusieurs manifestants et trois policiers ont été blessés.

Dossier(s): Italie Tags: ,

Riccardo, un travailleur, de l’aciérie de ArcelorMittal (ex Ilva) à Tarente, a été licencié pour avoir partagé sur les réseaux sociaux une capture d’écran avec l’invitation à voir la fiction “Svegliati Amore Mio”en télé. Cette fiction raconte l’histoire d’une ville du sud de l’Italie où une entreprise de l’acier cause des mort·es parmi la population. Le licenciement de Riccardo a eu lieu après que la société ait imposé à certains travailleurs une sanction disciplinaire avec suspension immédiate du travail, exclusion du lieu de travail et demande de justification dans les 5 jours, pour avoir publié sur leur profil Facebook l’invitation à regarder “Svegliati Amore Mio”.

Première productrice d’acier sur le territoire de l’Union Européenne, cette usine vétuste est connue pour ses émissions toxiques causant des mort·es et des problèmes de santé parmi la population, ainsi que pour ses conditions de travail dangereuses (par exemple 4 incendies se sont déclenchés dans l’usine entre 6 et le 10 avril 2021) et précaires (où par exemple un ouvrier ne sait pas à l’avance s’il travaillera le lendemain). Par ailleurs 4000 ouvriers sont pour l’instant suspendus (le licenciement coutant de l’argent à l’entreprise) et doivent vivre avec 300 euros par mois. D’une manière générales un climat de terreur est instauré dans l’entreprise, les ouvriers qui seraient tentés de la critiquer étant menacés par leur hiérarchie de licenciement. Pour y faire face, l’Unione Sindacale di Base appelle à la grève des travailleurs d’ArcelorMittal, avec un rassemblement permanent devant la direction de l’aciérie de Tarente, à partir du 14 avril.

Plus d’infos ici.

L'Ilva

L’Ilva

Dossier(s): Italie Tags: ,

Jeudi 25 mars, le Tribunal Ordinaire de Rome a acquitté les 12 militant·es poursuivi·es pour leur participation à l’occupation du “Nuovo Cinema Palazzo”, un squat emblématique de San-Lorenzo à Rome (voir notre article). La demande de 6 mois de prison faite par le procureur ainsi que les demandes de dommages et intérêts ont donc été rejetées par le tribunal.

L'expulsion du “Nuovo Cinema Palazzo”

L’expulsion du “Nuovo Cinema Palazzo”

Dossier(s): Italie Tags: ,

Dimanche 21 mars à Gènes, la police a perquisitionné les domiciles de militants de Gènes Antifasciste et du Collectif Autonome des Travailleurs du Port (CALP – collettivo Autonomo Lavoratori Portuali) sur ordre du procureur. Les autorités leur reprochent des activités syndicales et antimilitaristes dans le port, plus spécifiquement les luttes contre les navires saoudiens Bahri , avec leurs chargements d’armes lourdes et d’explosifs destinés à la guerre au Yémen et en Syrie. Le procureur de Gênes répond aux demandes des armateurs saoudiens qui, par l’intermédiaire de l’agence génoise Delta et du Terminal GMT, ont protesté pour la grève des travailleurs d’il y a deux ans et pour la manifestation de l’année dernière “contre le transit d’explosifs dans le port” appelée par le CALP et d’autres organisations militantes et antimilitaristes.

Dossier(s): Italie Tags:

À la suite d’une enquête ouverte par le parquet de Rome et appelée “opération Bialystok”, sept anarchistes ont été arrêtés en Italie, en Espagne et en France le 12 juin 2020. Deux personnes ont été assignées à résidence, tandis que cinq autres ont été emprisonnées près avoir été inculpées d ‘«association subversive à des fins de terrorisme et de subversion», d’ «incitation à commettre des crimes» et d’autres délits mineurs (tous aggravés par le but terroriste subversif). Etaient principalement visées certaines initiatives de solidarité avec les accusés. du procès “Panico” à Florence.

Vendredi 12, neuf mois après les arrestations, Flavia, Robi et Nico ont été libérés de prison avec l’obligation de rester dans leur commune de résidence et de rentrer la nuit. Cette libération a eu lieu suite à la requête faite aux juges de la cour d’assises le 25 février. Lundi 15 mars, Francesca a également été libérée sans aucune mesure, à la suite de la requête déposée le 4 mars. Aucune demande n’a été faite pour Claudio ou Daniele (qui est assigné à résidence), dont les mesures restent inchangées.

Pour écrire à Claudio:
Claudio Zaccone
C. C. di Siracusa
strada Monasteri 20
96014 Cavadonna (SR)
Italia – Italie

Une perquisition lors de l'opération Bialystok

Dossier(s): Italie Tags: , ,

En octobre 2020 dans plusieurs villes italiennes plusieurs manifestations et affrontements ont eu lieu pour protester contre le couvre-feu (voir notre article). À Turin le 26 octobre des milliers de personnes, la plupart de la périphérie populaire qui entoure la ville, s’étaient mobilisé en centre-ville. Le bilan : affrontements violents avec la police et vitrines de magasins de luxe cassées. Mardi 9 mars, une importante opération de police a notifié 30 mesures conservatoires à des jeunes et à des adolescents qui auraient participé à cette manifestation. Le délit reproché est celui de « dévastation et saccage », réminiscence du code pénale d’époque fasciste.

Dossier(s): Italie Tags: ,

Depuis jeudi 21 janvier, Dana Lauriola (porte-parole et militante du mouvement No-TAV) et quatre autres détenues sont en grève de la faim. Arrêtée le 17 septembre 2020, Dana et ses codétenues protestent contre leurs conditions d’emprisonnement, en particulier la diminution des heures de parloir avec les familles. Les six heures habituelles ont été remplacées par des appels vidéo, la qualité et la quantité des échanges naturellement en pâtit d’où la grève entamée par les détenues.

Dossier(s): Italie Tags:

Depuis 2018, 12 personnes sont en procès pour leur participation à l’occupation du “Nuovo Cinema Palazzo”, un squat emblématique de San-Lorenzo à Rome. Au cours de l’audience du 15 janvier, le procureur de la République a demandé six mois d’emprisonnement pour les 12 militant·es. L’avocat de la société à qui appartient le bâtiment a, quant-à-lui, demandé au civil un versement provisoire de 250.000 euros pour des dommages-intérêts estimés à 1,6 million d’euros. Les prochaines audiences auront lieu les 25 mars et 6 avril, date à laquelle la sentence aura lieu.

Le “Nuovo Cinema Palazzo” était un ancien cinéma occupé par des militant·es autonomes et des habitant·es du quartier. Le but de cette occupation était d’empêcher la construction d’un casino (qui servirait probablement à blanchir l’argent de la mafia) et d’offrir des activités culturelles et politiques aux habitant·es du quartier. Il a cependant été expulsé par la police le 25 novembre 2020 après 10 ans d’occupation (voir notre article).

L'expulsion du “Nuovo Cinema Palazzo”

L’expulsion du “Nuovo Cinema Palazzo”

Dossier(s): Italie Tags: ,

Mardi 19 janvier 2021 à Turin, la police déloge les 48 personnes qui occupaient un immeuble. La quasi-totalité des occupant.e.s étaient des familles de migrant.e.s (dont une quinzaine d’enfants) et 6 militant.e.s anarchistes.Le bâtiment avait été occupé en 2014 et d’ici étaient parties les manifestations contre le premier confinement (nos articles ici et ici). La police a relevé l’identité des occupant.e.s ; les militant.e.s anarchistes annoncent des mobilisations dans le quartier pour protester contre l’expulsion.

Dossier(s): Italie Tags: ,

Mardi 22 décembre, le tribunal de Turin a confirmé les restrictions des libertés pour Eddi, militante italienne qui a combattu au Rojava au sein des forces kurdes (YPJ) (Voir notre article ici). Elle aura donc son passeport retiré, ainsi qu’une interdiction de sortie du territoire national, l’obligation de rentrer chez elle avant 21h et interdiction de sortir avant 7h du matin, interdiction de participer aux réunions publiques (assemblées, manifestations, etc.). Depuis la période fasciste, c’est la première fois qu’en Italie on applique ce type de surveillance à une personne qui a combattu en territoire de guerre.

Dossier(s): Italie Tags: , ,