Des dizaines de manifestants non identifiés se sont rassemblés jeudi 18 août après-midi devant le siège du gouvernement, la « Casa Rosada », pour lancer des projectiles et insulter des membres du parti au pouvoir. Alors qu’ils lançaient des feux d’artifice en direction du palais, la police est intervenue avec un renfort de pompiers qui, depuis l’intérieur de la clôture, ont repoussé la manifestation avec de l’eau. Certains manifestants ont allumé des feux d’artifice pour les faire exploser à la porte d’entrée sur la rue Balcarce, et caillassé policiers et pompiers qui défendaient le palais.

Mercredi, le centre de Buenos Aires a été paralysé par des manifestations contre le coût de la vie. La plus importante manifestation, aux abords du Parlement, a eu lieu à l’appel de syndicats, dont la grande CGT (Confédération générale du Travail), traditionnellement alliés du gouvernement péroniste de centre-gauche. Cette marche visait à « défendre le gouvernement et dénoncer ceux qui prennent le pain de la bouche des travailleurs », fustigeant en particulier les « entrepreneurs spéculateurs » accusés d’attiser l’inflation (46,2% depuis janvier, 71% sur un an). Vers 8h30 du matin, de brefs affrontements avaient eu lieu entre des manifestants de la CGT, du syndicat des camionneurs et la police. A trois kilomètres, une autre manifestation sur la Plaza de Mayo, devant le siège de la présidence, s’est rassemblée à l’appel d’organisations de gauche radicale, critiques du gouvernement et de son accord avec le FMI sur la dette. Cet accord prévoit une discipline budgétaire accrue, tendant vers l’équilibre en 2025 (contre un déficit de 3% du PIB en 2021).

El Amanecer de los Cartoneros, (« l’Aube des cartonniers ») est la plus grande coopérative de recycleurs de la ville de Buenos Aires, et fait partie du Mouvement des Travailleurs Exclus (MTE). Elle appelait ce jeudi à un grand rassemblement devant le Ministère de l’Environnement et de l’Espace Public, pour l’amélioration des salaires et des conditions de travail. La police municipale est intervenue brutalement parce que les manifestants occupaient l’avenue Martín García. Les manifestants ont résisté et caillassés les policiers, transformant la place Lezama en champ de bataille et envoyant 5 policiers à l’hôpital. Huit hommes et cinq femmes ont été arrêtés. Les cartoneros se sont ensuite déplacés au siège Procureur de la ville, situé près du Congrès, pour exiger la libération des 13 recycleurs. Comme ils ont trouvé le bâtiment fermé, ils ont décidé de se rassembler devant le Congrès.

Mardi, des membres de la police de Catamarca sont arrivés à bord de sept véhicules dans la zone montagneuse de Capillitas avec l’objectif d’expulser le campement des habitants qui avaient bloqué la route pour empêcher l’entrée de machines et de carburant pour le projet minier de la société Agua-Rica. Après avoir été expulsés, les habitants de Choya sont retournés dans cette petite ville de moins de 500 habitants pour protester contre l’action de la police. La police a réprimé la manifestation avec des balles en caoutchouc : plusieurs personnes ont été blessées, dont des femmes et des personnes âgées, qui ont été emmenées à l’hôpital local.

De violents affrontements ont éclaté jeudi 10 autour du bâtiment du parlement argentin lorsque des manifestants protestant contre le nouvel accord avec le Fonds monétaire international se sont heurtés à la police de Buenos Aires. Des manifestants ont caillassé le bâtiment et le dispositif de protection alors que l’accord avec le FMI était débattu à la Chambre des députés. Les forces de police ont tiré des balles en caoutchouc et des groupes de policiers à moto ont chargé. Les affrontements se sont intensifiés, avec des jets de cocktails Molotov. Un manifestant a été arrêté. La manifestation avait été convoquée  pour s’opposer au nouvel accord avec le FMI et aux politiques d' »ajustement » qu’entraînerait le nouveau programme de refinancement des dettes auprès du FMI pour quelque 45 milliards de dollars.

L’Assemblée législative de la province de Chubut a approuvé mercredi, à Rawson, le projet de « diversification productive » du Plateau central. Ce vote permettra l’extraction en grand d’argent, de cuivre et de plomb dans les départements de Telsen et Gastre. Ce vote a été effectué par surprise parce qu’il aurait dû avoir lieu le lendemain. Les manifestants opposés à ces grands projets miniers avaient commencé à se rassembler devant l’Assemblée législative de Rawson, la capitale du Chubut. Ces manifestations ont débouché sur des affrontements avec les forces de l’ordre:  les policiers ont tiré des balles en caoutchouc pour disperser la foule.

Vers 10h30 hier jeudi, environ 300 personnes mal-logées, furieuses de n’être pas reçus par les responsables de l’Institut provincial du développement urbain et du logement (IPDUV) à Resistencia (Chaco) et ont envahi le siège de celui-ci. Elles se sont affrontées aux policiers qui tentaient de les en empêcher (en blessant trois d’entre eux) et ont causé des dommages à la façade et à l’intérieur des installations, ainsi qu’à des voitures en stationnement. Des renfort de forces de sécurité sont intervenus.

 

Mardi 17 août vers midi, environ 250 personnes ont entamé le blocage du pont de Pueyrredón bloquant ainsi une importante partie du trafic routier menant vers Buenos Aires. Les militant.es appartenant au Mouvement Tupac Amaru (sans lien avec l’Organisation de quartier Túpac Amaru argentin ou avec le mouvement armé péruvien) portaient différentes revendications relatives à l’accès à la nourriture et au travail. La police fédérale et la préfecture navale sont intervenues vers 17h pour dégager le pont faisant notamment usage de pepper-spray. Cette intervention a déclenché des affrontements avec les manifestant.es qui ont répondu en lançant divers objets sur les policiers. Le pont a finalement été dégagé et deux personnes ont été arrêtées.

Blocage du pont de Pueyrredón

Blocage du pont de Pueyrredón

Des organisations populaires ont manifesté devant la municipalité de Lomas de Zamora. Un groupe a tenté d’entrer de force dans le bâtiment, ce qui a débouché sur une confrontation avec la police de Buenos Aires. Les policiers ont tenté de disperser les manifestants avec des balles en caoutchouc tandis que les manifestants jetaient des pierres et brisaient des vitres. Certains manifestants ont réussi à pénétrer de force dans le conseil municipal tandis que d’autres boutait le feu dans le hall central. La majorité des manifestants appartenaient au Mouvement Teresa Rodríguez (MTR) et revendiquaient des emplois, des travaux publics dans les quartiers populaires, l’amélioration du système de santé publique et le financement des cuisines populaires.

 

Une manifestation contre les projets miniers de la société Agua Rica, qui s’est tenue devant ses bureaux basés à Andalgalá, s’est terminé par l’incendie desdits bureaux. Malgré un grand déploiement de gendarmes, les manifestants ont mis le feu au siège de la société minière et ont également dévasté le Conseil départemental qui a donné le feu vert au projet minier. Le personnel d’Agua Rica ont dû quitter le siège de la société par le toit. Tous les camions de l’entreprise stationnés sur le parking ont également été incendiés.