Le gouvernement de centre-droit souhaite légaliser les universités privées dans un projet de loi qui devrait être soumis au parlement ce mois-ci, arguant que la réforme empêcherait les personnes qualifiées de quitter le pays et rendrait l’enseignement supérieur plus adapté au marché du travail. Ces réformes affaibliront les universités publiques et limiteront en fin de compte l’accès à l’enseignement supérieur pour les personnes issues de familles à faibles revenus.

La CGT, principale confédération syndicale d’Argentine, avait convoqué, avec d’autres organisations sociales, une manifestation contre les plans économiques du gouvernement de Javier Milei. Les affrontements ont commencé lorsque des dizaines de policiers anti-émeutes ont formé un cordon à l’intersection des avenues Corrientes et 9 de Julio pour éviter que la circulation ne soit perturbée par le flux massif de manifestants traversant la rue. Au cours des incidents, un policier a été blessé après avoir été heurté par un bus municipal et sept personnes ont été arrêtées. Par ailleurs, au milieu des émeutes, un journaliste a été frappé par derrière par un agent de la police anti-émeute. Depuis dix jours, l’Argentine applique un protocole largement critiqué, mis en œuvre par la ministre de la sécurité, Patricia Bullrich, qui interdit le blocage des voies publiques lors des manifestations. La marche de la semaine dernière, la première contre le gouvernement de Javier Milei, coïncidait avec le 22e anniversaire de la crise économique, politique et sociale de décembre 2001, qui avait conduit à la démission du président radical Fernando de la Rúa (1999-2001) et fait 39 morts parmi les manifestants.

Des heurts ont éclaté lors de la marche organisée par le Polo Obrero et d’autres organisations sociales et syndicales de la province de Buenos Aires contre les mesures d’austérité ordonnées par le gouvernement national et pour commémorer un nouvel anniversaire de la crise de 2001. Deux personnes ont été arrêtées, l’une sur Diagonal Norte et Maipú sous l’accusation d’avoir blessé un policier municipal, l’autre sur Diagonal Sur a été arrêté pour « attaque, résistance à l’autorité et blessures ». Les affrontements ont eu lieu sur Diagonal Norte, alors que les manifestants avançaient vers la Plaza de Mayo, tandis que sur l’avenue Belgrano, à la hauteur de Piedras, la police municipale a pulvérisé du gaz poivré sur les manifestants. Les arrestations s’inscrivent dans le cadre de l’application du « protocole de maintien de l’ordre public » annoncé la semaine dernière par la ministre de la sécurité, Patricia Bullrich, en vertu duquel les forces de sécurité empêchent les manifestants d’occuper la voie publique lors d’une manifestation.

Les juges du Tribunal fédéral d’Argentine ont prononcé des peines de 4 à 5 ans de prison contre les membres des forces de l’ordre qui ont assassiné le jeune militant Mapuche Rafael Nahuel. Les membres de la famille, ainsi que des membres d’organisations sociales et politiques, scandalisés par la légèreté des peines, ont pris d’assaut les barrières anti-émeutes Ils ont forcé le périmètre gardée par des agents de la police fédérale et les ont affrontés. 200 policiers fédéraux sont intervenus en renfort pour reprendre le contrôle. Rafael Nahuel, a été tué  par balles en novembre 2017 dans une opération lancée par les forces de sécurité argentines contre les indigènes résidant dans le sud du pays (voir notre article).

 

Ce jeudi matin, une manifestation de membres de différents mouvements sociaux a défilé dans la ville argentine de Resistencia. Lorsque les manifestants ont entrepris de bloquer le grand carrefour à l’intersection des rues Marcelo T. de Alvear et Mitre, après 9h15, la police est intervenue. Les manifestants ont lancé de nombreux projectiles et suite aux affrontements sept personnes ont été arrêtées.

Un rassemblement appelé ce vendredi dans le centre-ville de Buenos Aires pour protester contre l’assassinat de Facundo Molares Schoenfeld, (voir notre article) jeudi lors de la répression d’une manifestation. Ce rassemblement massif, qui s’est tenu à l’obélisque, là où  Facundo Molares Schoenfeld a été tué, s’est terminé par de violents affrontements au cours desquels des cocktails Molotov ont été  lancé sur un poste de police, par ailleurs abondamment caillassé. Les manifestants étaient d’autant plus furieux que les autorités affirment que la mort de Facundo Molares Schoenfeld est due à une insuffisance cardiaque qui serait indépendante des nombreux coups reçus lors de son arrestation…

Le révolutionnaire Facundo Molares Schoenfeld, photojournaliste de 47 ans, membre dirigeant du Movimiento Rebelión Popular argentin, qui a combattu comme internationaliste dans les rangs des FARC-EP en Colombie et qui a été emprisonné en Bolivie suite au coup d’État fasciste en Bolivie en 2019, a été tué par la police de Buenos Police ce jeudi 10 août. Il a été battu à mort dans la répression d’une marche organisée dans le centre de la capitale argentine pour dénoncer la farce électorale et réclamer une démocratie populaire. La police a brutalement chargé les manifestants sur la place de la République, Facundo a été battu par des policiers alors qu’il tentait d’éviter l’arrestation de ses compagnons. Six membres du Movimiento Rebelión Popular ont également été arrêtés. Des veillées et des manifestations contre l’assassinat de Facundo et pour la liberté des camarades détenus sont appelées hier 11 août dans la capitale argentine.

Dossier(s): Amérique Latine Tags:

Ces dernières semaines, les mobilisations s’intensifient dans la province de Jujuy, en opposition à la réforme constitutionnelle autoritaire du gouverneur Gerardo Morales et pour les salaires. L’opposition à la réforme, qui prévoit notamment de criminaliser les barrages routiers fréquemment organisés dans le cadre des mobilisations, s’est en effet mêlée à la colère sur les salaires, pour lesquels les professeurs se mobilisent depuis le 5 juin. Depuis le 22 mai, date à laquelle ont débuté les travaux de la convention constituante dominée par la droite de Morales, la colère suscitée par cette offensive a donné lieu à des mobilisations massives à l’appel de syndicats, organisations politiques, organisations indigènes et organisations pour les droits de l’homme. Malgré l’approbation de la réforme ce vendredi, les mobilisations continuent dans la province, avec notamment de nombreux barrages routiers. Une colère face à laquelle la répression s’est intensifiée ce samedi, avec des tirs de flashball, de gaz lacrymogènes et de nombreuses interpellations, notamment sur le barrage routier de Purmamarca.

Lundi à midi, lors du changement d’équipe des travailleurs du Terminal Puerto Rosario (TPR), des incidents se sont produits à l’arrivée de la police de la province de Santa Fe. Les policiers sont intervenu contre la manifestation réalisée par les travailleurs du port et leurs famille. Les forces de l’ordre ont lancé des gaz lacrymogènes vers les manifestants et arrêté trois travailleurs.

La grève à Puerto Rosario