Les travailleurs sans emploi des organisations Barrios Pie et Anibal Veron ont organisés des barrages sur l’autoroute reliant Buenos Aires à La Plata, au kilomètre 9, à la hauteur de Dock Sud, provoquant des kilomètres de files de voitures. La gendarmerie nationale est intervenue et a expulsé les manifestants, blessant plusieurs d’entre eux. Le ministère de la Sécurité va porter plainte contre les manifestants, qui ont jeté des pierres et s’en sont pris aux camions qui voulaient contourner le barrage.

Les affrontements sur l’autoroute Buenos Aires-La Plata

Les affrontements sur l'autoroute Buenos Aires-La Plata

Au moins 200 travailleurs de la société Ingenio Ledesma à Jujuy, ont été fortement réprimés jeudi par la police régionale et une société de sécurité privée, après une journée de manifestations et d’actions de grève illimitée exigeant de meilleurs salaires et conditions de travail. 80 travailleurs ont été blessés, presque tous avec des impacts de balles en caoutchouc tirées à courte portée. La police a aussi fait usage de gaz lacrymogènes.

La répression à Jujuy

La répression à Jujuy

Oswaldo Ceferino Quispe, membre présumé du PCP-SL, devra comparaître devant un tribunal péruvien: la Cour suprême de l’Argentine a approuvé son extradition. Le demande d’extradition se basait sur une attaque de la guérilla maoïste dans laquelle deux policiers avaient été tués en 1989. Dans un premier temps, (en 2014) la justice argentine avait déclaré la demande d’extradition irrecevable en raison d’irrégularités dans les accusations portées contre l’accusé. Oswaldo Ceferino Quispe avait été arrêté en décembre 2013 à Buenos Aires

Oswaldo Ceferino Quispe

.

Oswaldo Ceferino Quispe

Des groupes de manifestants masqués porteurs de drapeaux rouges et noirs ont provoqué des incidents au cours de la marche à Córdoba, en commémoration du 40e anniversaire du coup d’Etat militaire du 24 mars 1976. Les manifestants ont dévasté un McDonald, endommagé des succursales bancaires, caillassé des policiers, tiré des engins pyrotechniques et mis le feu à un drapeau américain.

Les incidents à Córdoba

Les incidents à Córdoba

Les employés de la municipalité de Cerrillos luttent depuis presque un mois contre un plan de licenciements. Excédés du manque de réponse officielle, ils ont pris d’assaut la municipalité. La police est intervenue en usant de gaz au poivre contre les manifestants barricadés à l’intérieur du bâtiment. Des dégâts sont signalé dans la municipalité et à la voiture du maire.

Devant la municipalité de Cerrillos

Devant la municipalité de Cerrillos

Jeudi 31 décembre des employés municipaux en grève ont bloqué l’entrée de la Banque Nationale à Guaymallén. Les employés dénoncent le non-paiement de leur salaire et le licenciement de 80 travailleurs. Malgré le dispositif policier, ils ont manifesté dans la ville, brûlé des pneus, jeté des pétards, bloqué des administrations et provoqués plusieurs incidents.

La succursale de la Banque Nationale à Guaymallén

La succursale de la Banque Nationale à Guaymallén

De violents incidents ont opposé mardi des manifestants qui bloquaient depuis cinq jours l’accès au plus grand aéroport d’Argentine et les forces de l’ordre qui les ont dispersés avec du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc. Quelque 250 hommes de la gendarmerie argentine en tenue anti-émeutes et équipés de canons à eau ont lancé dans la matinée une opération pour débloquer l’autoroute d’accès à l’aéroport international d’Ezeiza, près de Buenos Aires. Plusieurs manifestants ont été blessés lors d’affrontements au corps à corps avec les gendarmes.

L’entrée de l’aéroport était partiellement bloquée depuis la semaine dernière par des employés d’une entreprise avicole locale, Cresta Roja, qui réclament leurs salaires impayés. La décision d’envoyer les forces de l’ordre débloquer l’autoroute marque l’entrée en vigueur de dispositions adoptées par le nouveau pouvoir pour interdire les blocages de routes.

Les manifestants de Buenos Aires

Les manifestants de Buenos Aires

Aujourd’hui 9 septembre, un communiqué anarchiste a revendiqué l’attaque à la bombe artisanale (une charge de poudre noire et des bonbonnes de gaz) contre le Cercle des sous-officiers de la police fédérale argentine, dans le quartier de Balvanera, à Buenos Aires, le 24 août dernier. Le communiqué expose que cette action est aussi faites par sympathie avec les camarades anarchistes emprisonnés et en cavales dans diverses parties du monde.

Le Circulo de suboficiales de la Policía federal argentina

Le Circulo de suboficiales de la Policía federal argentina

Les agriculteurs argentins ont affrontés la police le 2 septembre à Paraná (Entre Rios), lorsqu’ils ont voulu entrer en force dans le siège du gouvernement local. Sept membres des forces de l’ordre ont été blessés par les manifestants qui ont aussi allumé des feux de pneus. Les agriculteurs argentins connaissent de grandes difficultés économiques, ils ont envahi la ville avec leur tracteur en exigeant des mesures politiques.

La manifestation à Paraná

La manifestation à Paraná

Joaquin Sorianello, chercheur en sécurité informatique a découvert une faille permettant à un assaillant de faire passer son ordinateur pour une des urnes électroniques utilisée lors des élections municipales de ce dimanche 5 juin à Buenos Aires. Cette fausse urne pouvait envoyer ses propres résultats au serveur central qui agrégeait la totalité des résultats. La faille était plutôt simple : les certificats SSL étaient à la disposition de tous. Ce sont ces certificats qui sont censés permettre aux urnes de communiquer avec le serveur centra de façon sécuriséel. Le chercheur a d’abord contacté la firme (privée) qui s’assurait seule du vote électronique, celle-ci ne donnant pas de réponses, Joaquin a rendu sa découverte publique et a rapidement reçu la visite de la police qui a saisit la totalité de son matériel informatique.

D’autres chercheurs ont démontré samedi, la veille du vote, que les bulletins (des bulletins papiers équipés de puces RFID) pouvaient aisément être contrefaits. Un attaquant avec un smartphone équipé d’une puce NFC (Communication en Champs Proche) pouvait donc théoriquement voter autant de fois qu’il le souhaitait. A nouveaux, pas de détection possible. Cette découverte ayant été ignorée : les hackers ont démontré en vidéo qu’ils pouvaient utiliser cette faille très facilement (voir la vidéo plus bas). Une université avait été chargée d’auditer le système de votes électroniques et n’a trouvé aucune de ces énormes failles informatiques.