Un stand de soutien avec le prisonnier anarchiste Thanos Hatziangelou, accusé avec deux autres personnes d’avoir participé aux actions de l’Organisation d’action anarchiste (voir notre article), se tiendra dans le cadre de la Journée antispéciste qui se tiendra à La Clé ce dimanche 7 août.
A La clé, 118 rue Fransman, à Laeken, à partir de 12H.

 

Après qu’une cour d’appel a rejeté sa demande de libération sous conditions, des centaines de personnes ont manifesté hier à Athènes en solidarité avec le gréviste de la faim Yannis Michailidis. La police a utilisé des grenades assourdissantes, des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser la manifestation, et a procédé à 13 arrestations. Giannis Michailidis avait entre-temps été transféré de la prison à l’hôpital dans un état grave. Giannis a annoncé la suspension de sa grève de la faim à son 68e jour (voir ici). Malgré un intense campagne de solidarité en Grèce et au niveau international (dernièrement encore, le consulat de Grèce à Malmoe a été attaqué).

collage à Bruxelles

Dossier(s): Grèce Tags: , ,

Communiqué du comité de soutien aux 4 condamné·e·s :

Le procès des 4 condamné·e·s pour la destruction de la maquette de la maxi-prison de Haren aura fait couler de l’encre, de la sueur et des mousses.

C’est en mai 2015 que la maquette est détruite lors d’une manifestation à l’intérieur de la régie des  bâtiments. En octobre 2021, au bout de 6 années de procès, 4 militant·e·s, pourtant non-impliqué·e·s dans la destruction, sont condamné·e·s à payer 43 000 euros en dommages et intérêts à la Régie des bâtiments.

Nous voici en juillet 2022, le joyeux constat de l’efficacité de l’auto-gestion solidaire est bel et bien là. Appels à dons, soirées de soutien et tractages ont montré leurs preuves : la somme est remboursée !

Merci à toutes celles et ceux qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à cet élan de solidarité

Cette victoire n’est pas que financière, elle montre que face au rouleau compresseur de la justice belge, les militant·e·s s’organisent pour ne pas laisser couler des camarades de luttes. Face à la démesure du verdict, diverses solidarités se sont opposés à cette tentative de l’Etat d’enrayer la lutte contre la maxi-prison en brisant quelques militant·e·s. Des solidarités unies contre l’injustice du verdict et pour nourrir la lutte visant un monde sans prison.

Celle-ci n’est pas finie, la maxi-prison ouvre ses portes en septembre 2022. Soyons nombreu.x.se.s à leur faire savoir, inlassablement, qu’on ne va pas les laisser faire.

Brique par brique
Mur par mur
Détruisons toutes les prisons !

Deux évenements de soutien aux quatre condamné·e·s de l’affaire de la maquette de la maxi-prison.

Le jeudi 9 juin àpd 19h, projection de « Le Déménagement », un film de Catherine Réchard sur l’enfer carcéral et sur le déménagement de la prison de Rennes. La projection, organisée au Cinéma l’Aventure dans le cadre du Cinéma d’Attac sera suivie d’un débat avec Luk Vervaet.

Le jeudi 16 juin àpd 19h, concerts de soutien aux 4 condamné·e·s à l’Accroche (496 Av. de la Couronne, Ixelles). Avec René Binamé, Ditch, Shit Tax et Hobo Deathcult. Entrée prix libre.

Jeudi 5 mai, l’anarchiste emprisonné Alfredo Cospito a été informé qu’on lui avait imposé le régime de détention 41 bis. Ce régime, particulièrement dur, a pour but d’empêcher toute forme de communication. Il prévoit l’isolement, l’interdiction de tout moment en commun entre détenus et de toute activité interne à la prison, le silence, la censure du courrier, une heure de parloir par mois, séparés par une vitre par un interphone et avec l’enregistrement des dialogues, dix minutes d’appels téléphoniques par mois avec une membre de la famille qui a reçu une autorisation et qui est obligé d’appeler à partir d’une caserne des Carabinieri. Les détenus ont l’interdiction de recevoir des journaux et des livres, la majorité du courrier est bloqué de manière préventive, ils n’ont pas la possibilité d’acheter des journaux et ont des fortes limitation quant aux objets qu’ils peuvent garder dans leur cellule (il y a un nombre maximale de livres, d’habits, de nourriture, de papier et de stylos).

Ce n’est pas la première fois que ce régime de détention est appliqué à des révolutionnaires : il a été décrété contre quatre prisonniers des Brigades Rouges PCC. Une des prisonnière s’est depuis suicidée, les autres restent détenus sous ce régime. Ce qui est particulier en ce cas, c’est que le 41bis est demandé contre Alfredo… après dix ans d’emprisonnement. Alfredo Cospito avait participé à la jambisation du PDG d’Ansaldo Nucleare. Le fait que l’État n’a pas réussi à isoler Alfredo ni à faire taire sa contribution révolutionnaire, a été une épine dans le pied pour la magistrature et la police. Cela a mené, ces dernières années, à d’autres mesures répressives à son encontre.

Alfredo Cospito

Alfredo Cospito

Dossier(s): Italie Tags: , ,

Le 22 avril, le tribunal a prononcé le verdict pour l’affaire dite « Pramen ». Aliaksandr Bialou, Jauhen Rubashka et Artsiom Salavei ont été condamnés à 5 ans de prison, un anarchiste qui s’appelle lui aussi Artsiom Salavei a été condamné à 4 ans et demi. Le chef d’accusation est inconnu, puisque le procès a été tenu à huis clos. Aliaksandr et Jauhen ont été arrêtés le 29 juillet 2021 et accusés d’avoir participé aux manifestations de 2020 suite à la réélection de Loukachenko, en août 2020. Les deux Artsiom Salavei, des homonymes, ont été arrêtés une semaine plus tard. Au cours de l’enquête, le collectif qui administre le média anarchiste Pramen, son site web et ses comptes sur les réseaux sociaux a été désigné comme étant une formation extrémiste. En 2020-2021, tous les prévenus avaient déjà été arrêté à la suite de différentes manifestations et emprisonnés pendant des courtes durées. Jauhen a déclaré avoir été torturé, avec des sachets en plastiques sur la tête et des passages à tabac, pendant sa détention.

Le 14 novembre 2021, il y a eu une attaque au cocktail Molotov contre la police, au Pirée. A quelques kilomètres de là, à Fáliro, les policiers ont mis en place un barrage, en essayant en vain d’arrêter une moto avec deux personnes à bord. Une voiture de police a pris en chasse la moto et l’a délibérément percutée à une vitesse élevée. Fotis D. et Iasona R. ont alors été arrêtés et amenés au commissariat central d’Athènes, où ils ont été détenus, sans aucune possibilité de contacter un avocat ou leurs familles. Le lendemain, tôt dans la matinée, leurs maisons étaient perquisitionnées pour essayer de trouver des preuves les liant à l’attaque du Pirée. Aucune preuve n’a pu être trouvée mais les deux anarchistes sont poursuivis pour tentative d’homicide, incendie criminel, incendie criminel en concours avec autrui, fabrication d’engins explosifs et possession de matériaux incendiaires et explosifs. Jeudi 12 avril, des manifestants solidaires de Fotis D. et Iasona R.  ont bloqué la rue Patission et attaqué avec des pierres, des extincteurs, de la peinture les voitures de police qui passaient et leurs escadrons qui approchaient.

(archive)

 

Dossier(s): Grèce Tags: , ,

Mercredi 16 mars, à Rome, deux anarchistes, Gianluca et Evelin, ont été arrêtés. L’enquête et l’opération répressive sont le résultat du travail commun du ROS des Carabinieri et de la DIGOS, coordonnés par le parquet de Gênes. L’enquête a débuté en juin 2021 après la découverte, dans un bois sur les hauteurs de Gênes, de trois kilos de poudre noire, une centaine de pétards contenant du perchlorate d’aluminium et de potassium, des fusibles, un petit engin explosif prêt à l’emploi (photo), plusieurs mécanismes horlogers, des piles, des bougies et du ruban adhésif. Gianluca et Evelin sont accusés de « possession de matériel explosant et explosif, tentative de fabrication d’engins explosifs artisanaux et possession de matériel explosif dans le but de porter atteinte à la sécurité publique ». Le 6 avril a eu lieu l’audience du Juge des libertés par rapport aux mesures restrictives. Hier 8 avril, le résultat de l’audience a été notifié : le mandat d’arrestation d’Evelin a été « annulé, faute de graves indices de culpabilité », du coup elle sort des arrestations domiciliaires ; au contraire, le mandat d’arrestation est confirmé pour Gianluca, qui reste aux domiciliaires, toujours avec toutes les restrictions, c’est-à-dire que, en plus de ne pas pouvoir sortir de la maison, il ne peut voir ni communiquer avec personne mis à part ses colocataires.

 

 

Dossier(s): Italie Tags: ,

Libre Flo a été libéré « pour raison médicale » aujourd’hui. Depuis le 27 février dernier, Libre Flo, était en grève de la faim pour protester contre son régime de détention à la prison de Bois-D’Arcy dans les Yvelines. Le 24 mars dernier, face à la dégradation de son état de santé, son isolement a été levé et il a été transféré de la prison à l’hôpital pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne) pour être pris en charge médicalement. Sans que cet assouplissement de son régime de détention ne le fasse arrêter sa grève de la faim. Le militant réclamait sa « mise en liberté en attendant de démontrer le côté calomnieux de cette honteuse accusation ». Le 27 février, il pesait 63 kilos. En début de semaine, il n’en faisait guère plus de 45. Lundi 4 avril était une journée d’action.

Collage solidaire à Bruxelles le 4 avril