Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Les forces de sécurité de l’état du Chhattisgarh ont lancé une grande opération pour tenter de briser la grève impulsée par le Parti Communiste (maoiste). Cette «Opération Prahar» s’est transformée en combats meurtriers dans les districts de Sukma et Narayanpur dans la zone de conflit de Bastar, au sud du Chhattisgarh. Environ 1400 policiers et paramilitaires anti-guérilla se sont mis en mouvement depuis les limites de Telangana jusqu’aux frontières du Maharashtra.  Trois fusillades ont eu lieu, débouchant sur la mort de deux maoïstes et d’un paramilitaire du 208e bataillon Cobra (unité spéciales anti-guérilla). Un autre paramilitaire a été blessé.

Combattants maoïstes

 

 

Dossier(s): Inde-Népal Tags: , ,

Le 95e bataillon d’infanterie de l’armée gouvernementale s’est emparé d’un important camp d’entraînement après deux jours après des affrontements avec une soixantaine de guérilleros maoïstes. Selon l’armée, trois guérilleros, qui appartiendraient au Front central Isabela et au Centro de Gravidad régional, auraient été tués lors de l’affrontement. Le camp comptait plus de 50 huttes et chalets d’entraînement en bambou dans les montagnes du village de Rang-ayan.

Une installation du camp pris par les militaires

Un maoïste a été abattu par les membres d’une unité d’élite anti-maoïste de la police de Gadchiroli au Maharashtra dans une jungle bordant la région d’Abujhmad lundi matin. Les commandos de la force C-60 ont bouclé la zone de la jungle de Podewada où ils pensaient que les maoïstes tenaient une réunion sous la direction du membre du bureau politique Venugopal Rao alias Bhupathi, un dirigeant activement recherché et dont la tête a été mise à  pour 60 kahs, soit six millions de roupies. Lorsque les maoïstes ont réalisé qu’ils étaient encerclés, ils ont affrontés les commandos dans une fusillade d’une heure. Un maoïste a été tués dans les échanges de feu mais les maoïstes ont pu rompre l’encerclement et s’évanouir dans la jungle. Les forces de sécurité ont trouvé sur place une grande cache d’armes et lancé une opération de ratissage.

L'affiche mettant la tête de Bhupathi à prix

Dossier(s): Inde-Népal Tags: , ,

Vendredi 14 février, l’ELN a décrété une grève armée de 72 heures demandant l’arrêt des activités de transport et la fermeture des commerces dans le pays. Cette grève armée a provoqué un effondrement des autorités gouvernementales dans les territoires contrôlés par la guérilla. L’armée a été impuissante a stopper le mouvement, malgré les déclarations optimistes d’une douzaine d’officiers de haut-rang lors d’une conférence de presse. Dans certains cas, les soldats et les policiers ont été forcés de chercher refuge dans leurs postes de police ou leurs casernes. L’ELN a également mener une série d’attaques contre des infrastructures cruciales. La guérilla réussi à fermer les deux autoroutes reliant la capitale Bogota ainsi que la deuxième ville du pays, Medellin, à la côte caraïbe, blessant cinq policiers. Dans la ville frontalière de Cucuta, les combattant·es ont mené une attaque à la bombe blessant au moins un soldat.

Le trafic entre Cali et la frontière équatorienne a été considérablement réduit car les chauffeurs de bus et les camionneurs ont refusé de prendre la route panaméricaine qui traverse le territoire contrôlé par l’ELN dans la province du sud-ouest du Cauca. La compagnie pétrolière publique Ecopetrol a été forcée de fermer le pipeline Caño-Limon Coveñas après plusieurs attaques à la bombe. Un soldat a été tué dans la région du nord-est de Catatumbo. Dans le département d’Arauca, la grève armée a transformé à la fois la capitale provinciale (Arauca) et d’autres villes du département en villes fantômes où même la police ou de l’armée ont obéit aux ordres de guérilla et n’ont pas quitté leurs cantonements. Dans le département de Cesar, six policier ont été blessé par une attaque à la bombe de l’ELN sur la route entre les villes de Pelaya et El Burro. Enfin, l’ELN a fait sauter la route reliant la municipalité de Catatumbo au Vénézuela et Cucuta, la capitale de la province de Norte de Santander.

Zones contrôlées par l'ELN

Zones d’activité l’ELN

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Aujourd’hui lundi, deux membres des forces spéciales CoBRA ont été tués, ainsi qu’un guérillero maoïste, lors d’un échange de tirs dans les forêts du district de Bijapur, dans le Chhattisgarh. Les paramilitaires du Commando for Resolute Action (CoBRA) n°204 effectuaient une opération de ratissage anti-guérilla lorsqu’ils sont tombés dans une embuscade. Outre les deux tués, deux autres paramilitaires ont été touchés, dont un officier grièvement blessé d’une balle dans le ventre.

Combattants maoïstes

 

Dossier(s): Inde-Népal Tags: , ,

En décembre 2019, Iván Márquez, un commandant des FARC qui a repris les armes, a envoyé un émissaire au Cauca pour convaincre deux groupes de dissidents, commandé par Johani Noscue (alias Mayimbú), de le rejoindre. Il s’agit de sa première action importante après avoir annoncé sa reprise de la lutte armée dans une vidéo postée en août 2019 (voir notre article). L’émissaire de Márquez, est Walter Mendoza, un ancien guérillero de haut rang. Il a notamment été commandant du bloc mobile Arturo Ruiz dans le département de Cauca. Il est également reconnu pour avoir conçu les colonnes mobiles qui ont donné aux FARC plusieurs victoires militaires. Johani Noscue est quant à lui commandant des fronts Jaime Martínez et Dagoberto Ramos, les deux plus grands groupes de dissidents du nord du Cauca. Johani Noscue aurait cependant refusé de rejoindre Iván Márquez à qui il reprocherait d’avoir signé l’accord avec le gouvernement de Santos. Il aurait plutôt préféré se joindre à Gentil Duarte ancien commandant du Premier Front des FARC et ancien négociateur à La Havane, qui a fait défection en 2016 avec l’intention de réunifier la dissidence. Gentil Duarte dirige actuellement l’un des plus grands groupes de dissidents du pays dans les départements de Caquetá et de Meta avec 500 hommes.

Iván Márquez, ancien négociateur des FARC reprend les armes

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Un Palestinien a foncé avec une voiture-bélier dans un groupe de militaires des forces d’occupation dans le centre de Jérusalem mercredi soir, blessant 12 soldats de la brigade d’élite “Golani” avant de parvenir à quitter les lieux. L’un des 12 soldats a été grièvement blessé et a été opéré et un autre a été blessé moins gravement. Les 10 autres ont été légèrement blessés. Toujours mercredi soir, un adolescent palestinien a été tué dans des affrontements qui ont éclaté dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, après que les soldats israéliens aient démoli la maison de la famille d’Ahmed Kunba, qui participé à l’action de mitraillage de voitures de colons en septembre 2018 près de Naplouse. Cette mesure visait seulement la famille du résistant puisque celui-ci avait été abattu par les forces de sécurité israélienne en février 2018. C’est la deuxième fois que cette maison est détruite comme représailles contre la famille. Le jeune manifestant assassiné avait 19 ans, il a été touché par une balle dans l’abdomen.

Des émeutes ont également éclaté mercredi à Ramallah, en Cisjordanie, des Palestiniens lançant des pierres et des bombes incendiaires sur un convoi de Tsahal dans la région procédant à des arrestations. Enfin, une militaire israélien a été blessé par des coups de feu tirés d’une voiture près de la colonie de Dolev, au centre de la Cisjordanie.

Le manfizestant tué par les militaires israéliens

 

 

Les agents de la Direction Contre le Terrorisme (Dircote) de la Police nationale du Pérou (PNP) ont arrêté Abilio Palomino Ñaña (Eracliyo Palomino Limache), dans le district de Llochegua (province d’Ayacucho). Palomino est accusé notamment d’avoir aurait participé à l’attaque du poste de police de la mine Cobriza, le 30 août 2007, par la guérilla du PCP-SL. Un sous-officier de la PNP  et un garde privé avaient été tués lors de cette action.

La maoïste arrêté aujourd'hui

Mercredi 29 janvier, une dizaine de guérilleros maoïstes a été accrochée par un détachement du 73e bataillon d’infanterie de l’armée gouvernementale dans le village de Kinam (province de Sarangani). Après l’affrontement, les soldats ont récupéré un fusil M-16, un fusil M653, des effets personnels et des documents politiques. Les membres de la NPA appartiendraient au Front de guérilla Tala.

La province de Sarangani

 

Une opération spéciale des forces combinées (armée, marine, police et direction anti-terroriste) a permis la capture de quatre militants présumés du PCP-SL. Walter Chimayco Quispe, Alfredo Limachi Cardenas, Hugo Efraín Quispe Caguin (capturé à Huamanga) et Fermin Pacheco Lazo (arrêté à Pichari) sont accusés d’appartenir aux bases de soutien de la guérilla maoïste dans la région VRAEM (Vallée de los Ríos Apurímac, Ene y Mantaro) .

Combattants du PCP-SL