Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Un combat meurtrier a opposé jeudi des militaires de la 303e brigade d’infanterie  à la guérilla maoïste à Barangay Buenavista, dans le Negros occidental. Un militaire a été tué et deux autres blessés (dont un capitaine).  Après  30 minutes de fusillade, les guérilleros se sont retirés dans la jungle en ne laissant personne sur le terrain. L’armée revendique avoir tué trois d’entre eux. Les militaires ont récupéré 500 obus de lance-grenades, des fusils M14 et M16, une mitrailleuse M60 ainsi que du matériel d’artificier.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

 

 

 

Les unités HBDH Alişer Xelikan (PKK), Ulaş Bayraktaroğlu (DKP/BÖG) et Bayram Namaz (MLKP) ont revendiqué une action menée le 10 août contre un convoi militaire de 8 véhicules chargés de munitions (dans le district de Konya, Anatolie centrale). Le convoi militaire transportait des renforts dans la région frontalière avec la Syrie. L’action a entraîné de violentes explosions, faisant des morts et des blessés dans le rang des soldats turcs.

Attaque du HBDH contre un convoi militaire à Konya

Un homme qui est accusé par les autorités péruviennes d’avoir été le “médecin de la guérilla” (du PCP-SL) a été arrêté hier par la police italienne dans un hôtel du centre de Gênes. Luis Enrique Paredes Del Pino, alias “Juan Carlos” faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international. Le Procureur de la Cour d’appel de Gênes sera appelé dans les quarante prochains jours à évaluer la demande d’extradition. Luis Enrique Paredes Del Pino, qui est détenteur de la double nationalité et d’un passeport espagnol, avait déjà été arrêté en 2013 à Tolède. Madrid avait refusé l’extradition et, depuis lors, le médecin avait obtenu l’autorisation de rester en Espagne, où il travaille comme urgentologue dans le district de Castilla-La Mancha. Après le rejet de l’Espagne, le Pérou avait lancé un nouveau mandat d’arrêt international.

Luis Enrique Paredes Del Pino, lors d'une précédente arrestation

 

Le vendredi 9 août, le HBDH a revendiqué l’attaque du dépôt de munition militaire de Reyhanli. Cette attaque a été faite à l’occasion du 35e anniversaire de l’opération du 15 août 1984, date de la première attaque du PKK à l’encontre d’unités de l’armée et de la police turque à Eruh et Semdinli. L’attaque de ce vendredi a été mené sur le champ de munitions militaires de Reyhanli qui sert de dépôt de munitions pour le matériel de guerre militaire et qui comprend également des inventaires des forces du MIT et de l’armée de l’air alimentant des bandes informelles. Les explosions des munitions ont duré plus de 5 heures.

Dépôt militaire de Reyhanli attaqué par le HBDH

Jeudi 1er août, le Mouvement Révolutionnaire d’Unité Populaire (Halkların Birleşik Devrim Hareketi, HBDH) a détruit une usine d’huile d’olive appartenant à Cem Boyner et à la famille Ali Kürşat, située dans le district d’Ayvalık à Balıkesir. Cem Boyner a été président du TUSIAD, l’Association des industriels et hommes d’affaires de Turquie (une organisation patronale). Cette organisation soutient la politique économique de l’AKP qui a renforcé l’exploitation des travailleuses et travailleurs, interdit les grèves et limité les droits syndicaux. La guérilla a consacré son action aux révolutionnaires tombés au combat à Afrin. Cette invasion avait, en effet, reçu le soutien total du TUSIAD qui a reçu du financement dans le cadre de l’occupation qui a suivi.

 

Usine détruite par le HBDH

Les forces spéciales de la police du Rajnandgaon ont mitraillé une quarantaine de combattants maoïstes dans leur campement de la forêt de Sailpar, une jungle dense du district de Rajnandgaon, à quelque 70 km de la capitale, Raipur. Sept corps, un AK-47, deux fusils et des armes artisanales ont été retrouvés sur le terrain. Le Chhattisgarh est riche en minéraux, mais parmi les États les plus pauvres de l’Inde; l’insurrection maoïste y est particulièrement bien implantée, tout comme dans le Maharashtra, l’Odisha, le Jharkhand, le Bihar. Le gouvernement a déployé des dizaines de milliers de policiers et de commandos spéciaux dans le but d’éradiquer ces guérillas.

Le district de Rajnandgaon, dans le Chhattisgarh

Dossier(s): Inde-Népal Tags: , ,

Le 25 juillet, un colis piégé adressé au major des Carabiniers Manuel Guzmán a explosé dans le commissariat de Huechuraba, une ville limitrophe de Santiago. Il a causé des gros dégâts et 5 policiers ont été hospitalisés. Le même jour, un colis piégé a été intercepté au siège de Quiñenco SA, une holding qui contrôle divers entreprises dont la Banque du Chili. Elle était adressée à Rodrigo Hinzpeter, ancien Premier ministre, ancien ministre de la Défense, et actuel dirigeant de Quiñenco. L’action a été revendiqué par des anarchistes qui, après avoir précisé avoir “pris toutes les mesures de sécurité nécessaires pour que les engins n’explosent que dans les mains des personnes visées par notre action”, dénoncent Hinzpeter comme ancien responsable de la répression contre les Mapuches, les anarchistes et les étudiants en lutte, et le major Guzmán comme responsable des forces de sécurité qui ont assassiné l’anarchiste Claudia Lopéz.

“Cette opération, deux attaques explosives, est un clair acte de vengeance et de guerre contre des individus spécifiques qui soutiennent et dirigent ce monde. Leurs actions n’ont pas été oubliées. Nous répondons par l’action violente anarchiste, qui s’inscrit dans le cadre de la nouvelle guérilla urbaine et y contribue. Avec ces actes, nous renouons avec un outil historique de la lutte anarchiste, qui a été utilisé par différents compagnons et groupes, en d’autres lieux et à d’autres époques. Résonnent encore les explosions des colis piégés utilisés par les irréductibles anarchistes aux États-Unis en 1920, la lettre explosive envoyé au geôlier responsable des tortures de l’anarchiste Simón Radowitzky en Argentine ou les attaques des dernières décennies en Italie et en Grèce. “

Lire tout le communiqué de revendication

Le commissariat de Huechuraba après l'explosion

Un paramilitaire du CRPF a été tué mercredi dans l’explosion d’un IED déclenchée par des guérilleros maoïstes dans le district de Bastar dans le Chhattisgarh. L’explosion a eu lieu vers 6 heures du matin, près d’un camp du 195e bataillon du CRPF, à Pushpal, à Bastar, lorsque l’une de ses patrouille était de retour après une opération anti-guérilla lancée la veille au soir dans les forêts situées le long des districts de Bastar et de Dantewada.

Soldats de la CRPF en opération dans le Chhattisgarh

Soldats de la CRPF en opération dans le Chhattisgarh

L’IRA Continuité a tenté de piéger la police à Craigavon. Ils ont attiré des policiers en les intoxiquant à propos d’une attaque au mortier sur la route de Tullygally, vendredi aux environs de minuit. Les policiers ont effectivement trouvé un dispositif évoquant un mortier près d’un arrêt de bus. Il s’agissait en fait d’une bombe les visant, conçue pour exploser lorsqu’on la déplaçait. Celle-ci n’a pas explosé suite à un problème technique, évitant à la patrouille de se faire faucher.

Le faux mortier, en fait une vraie bombe

Le faux mortier, en fait une vraie bombe

Le Commandement Arnulfo Ortiz de la NPA du Samar occidental a lancé une série d’opérations de guérilla contre le régime de Duterte en prévision du prochain discours sur l’état de la nation du président.

Ainsi, le 16 juin des affrontements ont eu lieu entre la guérilla et des éléments du 63e Bataillon d’Infanterie au cours des quels deux soldats sont morts et de nombreux autres ont été blessés. Le 27 juin, trois membres du 87ème Bataillon d’Infanterie ont également été tués par des combattant·e·s de la NPA. Enfin le 7 juillet, un groupe d’opérations spéciales de la NPA a ciblé Sonny Moreno, un responsable du renseignement du Bataillon du Renseignement Militaire (BRM) à Poblacion, San José de Buan. On ne signale aucune victime dans les rangs de la NPA.

Combattants et combattantes de la NPA

Combattants et combattantes de la NPA