Les forces d’occupation israéliennes ont effectué samedi matin un raid dans le camp de réfugiés d’Aqbat Jaber, dans les districts de Jéricho et Ketarim Beit, pour retrouver les Palestiniens recherchés depuis une semaine suite à une attaque dans la région d’Almog. Les habitants du camp ont manifesté contre ce raid et 9 d’entre eux ont été blessés, dont deux dans un état grave, par les militaires israéliens. 15 personnes ont été arrêtés. Aucune des personnes recherchées n’a été arrêtées mais les militaires ont emprisonnés quatre membres de leur famille…

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Eyad Hallaq, un autiste de 32 ans, vivait avec ses parents et fréquentait une école spécialisée. L’une des enseignantes d’Eyad lui avait appris le chemin de son école, l’avait présenté aux policiers israéliens armés postés le long de la route et leur montré le certificat qui indiquait – en hébreu et en arabe – qu’il était handicapé à 100 %. Chaque jour, pendant six ans, il avait emprunté ce court trajet pour se rendre à son école sans incident, marchant toujours la tête baissée, ne parlant jamais aux inconnus. Le 30 mai 2020, Eyad suivait ce même chemin, mais l’un des agents lui a apparemment donné l’ordre de s’arrêter. Par peur ou par confusion, il s’est enfui. Les policiers l’ont poursuivi en criant « terroriste ! » et en tirant plusieurs fois, le touchant à la jambe. Blessé, désorienté et terrifié, Eyad s’est caché dans un local à poubelles. Son professeur l’a trouvé et, criant aux policiers en hébreu et en arabe qu’Eyad était handicapé, les a suppliés de vérifier les papiers dans sa poche. Malgré ces exhortations, son handicap, sa blessure par balle à la jambe, ses mains vides et l’absence de toute menace, un policier l’a abattu de trois balles dans l’abdomen à bout portant. L’enseignante  a été emmenée au poste de police, où elle a été fouillée à nu et interrogée pendant des heures.

La zone où Eyad a été tué est couvertes par des centaines de caméras de sécurité, mais au cours de l’enquête, les procureurs ont affirmé qu’aucune des caméras de la zone n’avait fonctionné. La procédure n’a porté que sur un « homicide par imprudence ». C’est cet assassin qui vient d’obtenir une augmentation et une promotion dans la police israélienne. L’impunité est érigée en système en Israël. Les dirigeants israéliens – jusqu’au Premier ministre – expriment un soutien absolu aux soldats ou aux policiers qui ont tué des Palestiniens de sang-froid. Le mois dernier, le nouveau ministre israélien de la défense, Itimar Ben Gvir, a qualifié de « héros » l’assassin d’Eyad, héroïsme consistant donc à tirer à bout portant sur un handicapé terrorisé, désarmé et blessé.

 

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Des opérations policières ont visé les familles des jeunes palestiniens qui ont ouvert le feu sur des Israéliens vendredi dans la partie, de la ville annexée par Israël. Dimanche, des soldats israéliens ont scellé les entrées des maisons des familles des tireurs. La mère de Khayri Alqam a été maintenue en garde à vue avec 41 autres personnes. L’occupant a d’ailleurs annoncé l’élargissement de la politique de châtiment collectif: la révocation des droits à la sécurité sociale des “familles de terroristes soutenant le terrorisme”. La révocation des cartes d’identité israéliennes des proches des résistants a été à l’ordre du jour de la réunion hebdomadaire du gouvernement dimanche. Ces mesures s’appliquent à des Palestiniens ayant la nationalité israélienne, comme les Arabes israéliens, et aux Palestiniens ayant le statut de résidents de Jérusalem-Est. Dimanche, des gardes de sécurité israéliens ont tué un Palestinien de 18 ans près d’une colonie israélienne en Cisjordanie. Sous la protection de l’armée, les colons ont menés des pogroms anti-palestiniens: 120 voitures ont été caillassées et 22 magasins ont été attaqués à Naplouse.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Neuf Palestiniens ont été tués et des dizaines blessés, dont quatre grièvement, jeudi à Jénine lors d’un raid israélien dans le camp de réfugiés de cette ville du nord de la Cisjordanie occupée. Suite à ce raid, l’Autorité palestinienne a annoncé jeudi mettre fin à la coordination sécuritaire avec Israël. L’AP avait déjà pris une décision similaire en mai 2020 pour protester contre un projet israélien d’annexion de pans de la Cisjordanie. Les Nations unies n’ont pas recensé un bilan aussi élevé en une seule opération israélienne en Cisjordanie depuis qu’elles ont commencé à comptabiliser en 2005 les victimes. Durant l’opération, le gaz lacrymogène tiré en masse par les forces d’occupation a pénétré à l’intérieur de l’unité pédiatrique de l’Hôpital gouvernemental local, posant un danger pour les enfants, qui ont dû été transférés. L’armée israélienne avait auparavant rapporté avoir tiré sur plusieurs «terroristes» mais, une fois de plus, les seules victimes sont Palestiniennes, aucun soldat israélien n’a été blessé. Un dixième Palestinien a été tué par balles par les forces israéliennes jeudi, à Al-Ram près de Jérusalem, dans des conditions non précisées, et plusieurs autres ont été blessés dans d’autres incidents.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Le drapeau palestinien ne peut plus flotter dans l’espace public qu’Israël considère comme israélien (donc y compris Jérusalem). C’est le dernier ordre du nouveau ministre de la sécurité nationale israélien concernant le drapeau palestinien. Dans le cadre de la dernière mesure de répression prise par le nouveau gouvernement, Itamar Ben Gvir, ministre de la sécurité et représentant de l’extrême-droite raciste a annoncé dimanche 8 janvier qu’il ordonnait « à la police israélienne de faire respecter l’interdiction de faire flotter tout drapeau de l’OLP, qui montre une identification avec une organisation terroriste dans la sphère publique, et de mettre fin à toute incitation contre l’Etat d’Israël ». En réaction à cette interdiction, une journée globale d’action consistant à mettre en valeur le plus largement possible le drapeau palestinien s’est déroulée dimanche. À Bruxelles, Action Palestine a choisi de peindre cette nuit des passages piétons en noir, blanc, vert et rouge à proximité de quatre lieux symboliques : le siège de la Commission européenne, l’ambassade d’Israël en Belgique, le siège de Thales et celui d’AXA.

Un citoyen palestinien a été abattu par les forces d’occupation israéliennes, près de la localité de Silwad, à l’est de Ramallah. Ahmad Kahla, 45 ans, a été abattu à balles réelles à l’entrée ouest de la localité, puis a été transféré au complexe médical de Palestine à Ramallah, où il est mort des suites de sa blessure. Les soldats de l’occupation ont, lors d’un contrôle de routine, eu une altercation verbale avec l’homme, l’ont fait sortir de force de son véhicule en le gazant, et l’ont finalement abattu sur place. C’est le treizième Palestiniens, dont trois enfants, tués par les forces de l’occupation depuis le début de cette année 2023.

 

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Un enfant palestinien a été gravement blessé vendredi 6 soir lors de confrontations avec les forces d’occupation israéliennes dans le camp de réfugiés d’Aqabat Jabr dans la ville de Jéricho, à l’est de la Cisjordanie occupée. L’enfant a été admis à l’hôpital public de Jéricho avec une blessure grave due à un tir israélien à balles réelles dans la tête. Le père de l’enfant aurait également été arrêté par les forces d’occupation israéliennes lors d’un raid dans le camp.

Le camp de réfugiés de Aqabat Jabr

 

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Âge de 64 ans, Karim Younis est devenu un symbole auprès des Palestiniens, ayant passé 40 ans en prison, la période la plus longue pour un détenu en Israël. Il a été libéré le matin de la prison de Hadarim. Il avait été arrêté en 1983 avec son cousin Maher Younis pour avoir tué un soldat dans le Golan, plateau syrien occupé et annexé par Israël. Ses premiers mots ont été : « Je salue notre grand peuple qui s’est engagé dans la lutte pendant 100 ans sans lever le drapeau blanc ». Arborant un keffieh et un drapeau palestinien, il a montré le visage d’un homme toujours debout et engagé auprès de son peuple dans la lutte. Mardi, le nouveau ministre de l’Intérieur israélien a déclaré vouloir retirer aux deux cousins leur citoyenneté israélienne, une disposition pourtant illégale en Israël. Karim Younis faisait partie du groupe de prisonniers palestiniens qui devaient être libérés en 2013 dans le cadre de négociations de paix israélo-palestiniennes, mais leur libération avait finalement été refusée par Israël et les discussions ont ensuite été suspendues.

Adam Essam Shaker Ayyad, 15 ans, est mort après avoir reçu une balle à la poitrine au cours d’un raid militaire israélien dans le camp de réfugiés de Dheisheh, aux abords de Bethléem, en Cisjordanie. Les heurts avaient éclaté dans le camp à l’entrée des forces d’occupation israéliennes, venues y procéder à une arrestation.

 

Au moins 35 Palestiniens ont été blessés vendredi par des soldats israéliens lors d’affrontements dans le centre-ville de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie. Deux des blessés ont été touchés par des balles réelles, trois par des balles en métal recouvertes de caoutchouc, et 25 ont souffert de problèmes respiratoires après avoir inhalé des gaz lacrymogènes tirés par les soldats israéliens pour disperser les Palestiniens qui leur jetaient des pierres. Les manifestations et affrontements ont commencé lorsqu’une force de l’armée israélienne a pris d’assaut le centre-ville de Naplouse, où elle a encerclé l’une des maisons et arrêté un militant palestinien recherché pour avoir participé à des attaques par balles contre l’armée israélienne.