Au moins sept Palestiniens ont été blessés et des dizaines d’autres ont souffert de suffocation en Cisjordanie occupée aujourd’hui vendredi. L’armée israélienne a utilisé des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui protestaient contre la construction de colonies dans la ville de Deir Jarir, proche de Ramallah. Le 23 décembre dernier, les colons sionistes ont commencé à installer des tentes et à construire du matériel à Jabal Al-Shorfa dans la ville de Deir Jarir sous la protection de l’armée et de la police israéliennes. Plus de 650 000 colons vivent actuellement dans plus de 164 colonies illégales et 116 avant-postes en Cisjordanie occupée.

Deir Jarir

 

Du 15 au 23 janvier 2020, le réseau international de soutien aux prisonniers palestiniens Samidoun appelle à une semaine internationale d’actions pour la libération d’Ahmad Sa’adat, secrétaire général du Front Populaire de Libération de la Palestine emprisonné par l’occupation israélienne. Arrêté et détenu en 2002 par l’Autorité Palestinienne, il a été enlevé par l’armée israélienne en 2006 puis condamné en 2008 à une peine de 30 ans de prison. Il est accusé d’être le dirigeant d’une organisation considérée comme “terroriste” par Israël et d’être responsable de l’exécution d’un ministre israélien d’extrême droite. Personnalité de la gauche révolutionnaire palestinienne, il multiplie les prises de parole durant son incarcération (voir notre article).

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: ,

Suite à une campagne d’affichage “sauvage” dans des panneaux JC Decaux de messages de soutien au peuple palestinien, le Collectif Palestine Vaincra est la cible d’une campagne d’intimidation sur les réseaux sociaux et dans plusieurs médias par l’extrême droite pro-israélienne. Ces officines sionistes dénoncent le fait que ce collectif défend l’établissement d’une Palestine libre et démocratique de la mer au Jourdain et apporte soutien à la résistance palestinienne, notamment armée. Plusieurs de ces organisations ont annoncé avoir déposé plainte et fait des demandes de dissolution auprès des autorités (plus d’infos).

Une des affiches du Collectif Palestine Vaincra.

Des dizaines de Palestiniens ont souffert de suffocation samedi 26 décembre lors de la répression, par l’armée israélienne, de la manifestation pacifique hebdomadaire anti-colonies dans le village de Kufr Qaddoum, au nord de la Cisjordanie (voir quelques uns de nos articles sur les répressions de cette manifestation qui se tient chaque semaine depuis des années ici, ici, ici et d’autres encore). Les manifestants dénoncent également la fermeture par Israël, depuis 2003, de la route principale qui relie Kufr Qaddoum à la ville de Naplouse. Les forces ont tiré des cartouches de gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes en direction des manifestants, provoquant donc la suffocation de dizaines de personnes en raison de l’inhalation de fortes concentrations de gaz lacrymogènes.

Répression à Kufr Qaddoum (archives)

Les forces israéliennes ont tiré des balles en caoutchouc ainsi que des bombes lacrymogènes pour disperser des dizaines de Palestiniens qui manifestaient contre les colonies israéliennes à Deir Jarir, à Ramallah. Cette intervention a provoqué des affrontements entre les forces d’occupation et les manifestants. De nombreux Palestiniens ont dû être soignés après avoir inhalé des doses massives de gaz lacrymogènes. Des manifestations anti-implantations ont également eu lieu dans les zones rurales des provinces de Ramallah, Naplouse et Qalqilya. En tout, 10 manifestants ont été blessés.

manifestants près du village de Beit Dajan

Le médecin palestinien Issam Bassalat s’est une nouvelle fois vu refusé une libération conditionnelle. Le Dr Bassalat, qui est un éminent représentant de la communauté palestinienne en Écosse, avait été arrêté avec neuf républicains irlandais suite à une enquête menée par le MI5 britannique visant la Nouvelle IRA (voir notre article).

Le Dr Bassalat

Vendredi 18 décembre, un jeune Palestinien a été blessé au visage par une balle en acier recouverte de caoutchouc, tirée par les forces israéliennes lors d’affrontements qui ont éclaté dans le village de Kufr Malik, à l’est de Ramallah. D’autres affrontements ont eu lieu lors d’une manifestation à Naplouse: vingt Palestiniens ont été blessés par les forces d’occupation. Toujours vendredi, dans l’après-midi, un drone des forces d’occupation a été détruit par des manifestants palestiniens lors d’affrontements à Kafr Qaddum, dans le nord de la Cisjordanie. Il s’est abattu sur le sol et a été mis en pièce par les manifestants. Les militaires israéliens sont intervenus et ont récupéré les restants de l’appareil.

Les forces d’occupation vendredi à Ramallah

Des soldats israéliens ont fait un raid, tôt mercredi matin, dans la ville de Jaba ‘, au sud de la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie. Plusieurs jeeps de l’armée ont envahi la ville, avant que les soldats ne fassent irruption dans de nombreuses maisons et les fouillent violemment, tout en interrogeant les familles. De nombreux riverains ont protesté contre l’invasion, lancé des pierres et quelques cocktails Molotov sur les jeeps de l’armée, tandis que les soldats ont tiré des balles en acier recouvertes de caoutchouc et un barrage de bombes à gaz. Six jeunes manifestants ont été blessés par des balles en acier recouvertes de caoutchouc et de nombreux habitants ont dû recevoir des soins pour avoir inhalé trop de gaz lacrymogène. Les soldats ont enlevé dix-neuf Palestiniens à leur domicile à Jaba’ et dans plusieurs autres points de la Cisjordanie.

Des affrontements ont éclaté dans la ville de Beit Ummar, dans le district d’Hébron, après que les forces israéliennes aient mené un raid dans le quartier d’Asida de la ville. Les habitants de la ville ont protesté et les forces d’occupation ont ouvert le feu sur les manifestants et saturé le quartier de cartouches de gaz lacrymogène, provoquant l’étouffement de dizaines de personnes qui avaient inhalé des surdoses de gaz.

Soldats des forces d’occupation à Hébron

 

Les soldats israéliens ont blessé, vendredi, un adolescent palestinien, lors d’une manifestation dans le centre de la ville d’Hébron, dans la partie sud de la Cisjordanie occupée. Les soldats ont brutalement réprimé des dizaines d’habitants qui protestaient contre la fermeture en cours de la rue Shuhada, dans le centre de la ville, par les autorités d’occupation. Un enfant de 15 ans a reçu une balle en acier recouverte de caoutchouc dans la cuisse et de nombreux autres Palestiniens ont souffert des effets de l’inhalation de surdose de gaz lacrymogène.

Soldats des forces d’occupation à Hébron