Ce lundi à 6h30 du matin, des membres de Palestine Action Belgium ont bloqué les entreprises Thales à Herstal et OIP System à Audenarde. Ces entreprises fournissent des armes à Israël et contribuent au génocide à Gaza. OIP, qui appartient au groupe d’armement israélien Elbit Systems, avait déjà fait l’objet d’un blocage en décembre (voir notre article). Une douzaine de manifestants ont été arrêtés à Audenarde en fin de matinée.

EDIT: Les personnes arrêtées (celles qui étaient arm-lockées et celles qui occupaient le toit) ont été amenées au commissariat de Waregem en arrestation administrative. Elles commencent à être libérées l’une après l’autre.

La police de l’université de Berkeley est intervenue mardi lors d’un événement organisé par des groupes d’étudiants sionistes après que des manifestants pro-palestiniens aient enfoncé une porte du bâtiment et brisé une fenêtre. L‘événement était organisé par Students Support Israel at Berkeley et l‘orateur invité était un ancien membre de l’armée israélienne, directeur du forum d’extrême droite  Kohelet Policy Forum. Environ 200 manifestants se sont rassemblés à l’extérieur du lieu de l’événement, en brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Arrêtez le génocide ». En s’affrontant aux organisateurs, les manifestants ont pu forcer l’entrée. La police de l’université est alors intervenue et a exfiltré l’orateur.

 

A Pise, la police a violemment attaqué les lycéens et les étudiants qui manifestaient pour demander l’arrêt du massacre à Gaza. La manifestation pro-palestinienne a connu des moments chauds lorsque le cortège de jeunes a voulu déboucher de la Via San Frediano pour accéder à la Piazza dei Cavalieri. Les manifestants ont été repoussés par le cordon de forces de police déployé à l’entrée de la place et il y a eu une charge, avec de violents matraquages. Dix manifestants, tous mineurs, ont été blessés. La manifestation n’avait pas été autorisée par la préfecture de police. De semblables incidents ont eu lieu à Florence.

Dossier(s): Italie Tags: , ,

Dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 février, les marches de l’escalier de la rue Sainte Marie des Terreaux, à Lyon, ont été repeintes aux couleurs de la Palestine, pour visibiliser l’horreur du génocide pratiqué par l’armée d’occupation israélienne. Six militant.es ont été pris sur le fait et mis en garde à vue et trois ont subi des perquisitions immédiates (ce qui est illégal, car les règles de mises en garde à vue ne s’appliquent normalement pas à ce genre de délit). Une directive ministérielle est d’ailleurs appliquée : chaque action concernant la Palestine doit conduire, autant que possible, à une garde à vue, dans le but d’intimider.

Des manifestations de solidarité avec le peuple palestinien ont eu lieu aujourd’hui à Rome, Turin et Naples devant les sièges de la RAI pour dénoncer la propagande pro-israélienne du média d’état. A Turin, le rassemblement est parti en manifestation le long de la Via Verdi et de la Via Po, avant de revenir vers le siège de la RAI où ils ont été repoussés avec des boucliers par la police. A Naples, le cortège pro-palestinien a donné lieu à des affrontements entre les manifestants et la police. Plusieurs manifestants ont été blessés par les policiers qui gardaient les portes du siège de la RAI.

Dossier(s): Italie Tags: , ,

Pour le 121e jour, l’agression israélienne contre la bande de Gaza se poursuit, par voie terrestre, maritime et aérienne. 27 365 personnes identifiées ont été tuées, dont une majorité de femmes et d’enfants, en plus de 66 630 blessés, tandis que plus de 8 000 sont toujours portés disparus, sous les décombres et sur les routes. Les crimes de guerre sont systématiques. Loin de se borner à bombarder les bâtiments susceptibles d’abriter des combattants de la résistance, l’armée israélienne détruit tout avec des explosifs et des bulldozer: école, cimetière, habitations, hôpitaux. L’armée israélienne aurait déjà utilisé des centaines de tonnes d’explosifs à Gaza et aurait, ces dernières semaines, acheté des dizaines de milliers d’explosifs de démolition et de mines. Dans les territoires qu’ils contrôlent, les militaires israéliens rassemblent le mobilier des logements des Palestiniens qui ont fuit les combat et y mettent le feu. Les Israéliens ont également commencer à déverser de l’eau de mer dans les tunnels, en sachant que cela ne pourra que rendre l’eau de la nappe phréatique impropre à la consommation. Enfin, les Israéliens et leurs relais politiques en Europe et aux USA tentent de supprimer toute aide aux réfugiés palestiniens, en proscrivant les organisations d’aide aux réfugiés.

 

Au tribunal de Glasgow, l’accusation de terrorisme à l’encontre de Mick Napier, fondateur de la Scottish Palestine Solidarity Campaign, a été abandonnée. Le procureur a néanmoins demandé de maintenir les conditions répressives de la mise en liberté sous caution, notamment l’interdiction de participer à toute manifestation en Écosse. Après quelques questions, le juge a annulé toutes les conditions de mise en liberté sous caution. Mick Napier doit cependant encore répondre de quelques accusations de « manifestation non autorisée », pour lesquelles une condition de libération sous caution lui interdit l’accès au centre ville de Glasgow.

Les forces de la résistance à Gaza continuent à s’opposer à l’avance israélienne malgré leur infériorité  en nombre et en armes, et malgré le fait que l’occupant pratique systématiquement des crimes de guerre, assassinant des personnes qui se rendent (ce qui les a amené à abattre leurs propres otages évadés!) et pratiquant des bombardements massifs et génocidaires ayant déjà tués 25000 personnes – des civils désarmés dans leur immense majorité. Plus de 200 soldats des forces d’occupation ont été tués dont 24 hier lundi dans le sud de la bande de Gaza. Pour des raisons évidentes de propagande, les médias ne parlent que de la résistance du Hamas, mais sept autres grandes organisations politico-militaires, embrassant tout le spectre politique national palestinien, de la gauche laïque à la droite islamiste, défendent Gaza contre l’invasion israélienne, dont le FPLP, le FDLP ou les Brigades Al-Nasser Salah ad-Din (formées par d’anciens membres du Fatah participant aux Comités populaires de résistances).

Combattantes du FPLP à Gaza

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Alors que Gaza subit un génocide depuis plus de 100 jours, que les bombardements et massacres de l’armée coloniale ont tué plus de 25 000 personnes, que des raids meurtriers quotidiens sont lancés par l’armée coloniale sur toute la Cisjordanie, le ministère français de l’Intérieur envisage de demander la dissolution de trois associations engagées en faveur de la cause palestinienne : le Comité Action Palestine, Samidoun Paris Banlieue et Capjpo EuroPalestine. En mars 2022, Gérald Darmanin avait déjà tenté la dissolution du CAP et du Collectif Palestine Vaincra. Il s’était à l’époque cassé les dents sur le Conseil d’État. « La dissolution porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’association et à la liberté d’expression » (voir notre article), avait tranché dans sa décision la plus haute juridiction administrative. Darmanin envisagerait de retenter sa chance sur une nouvelle base juridique. Également dans le viseur Samidoun Paris Banlieue, section du réseau international de solidarité avec les prisonniers palestiniens dont la branche allemande vient d’être interdite (voir notre article) en même temps que le slogan : “From the river to the sea, Palestine will be free”. La France pourrait être tentée d’emprunter le même chemin, sur les mêmes bases argumentaires. L’interdiction de Samidoun avait aussi été demandée à la Belgique par le ministre israélien Amichai Chikli, appartenant au parti d’extrême-droite colonialiste de Netanyahu.

Des manifestants pro-palestiniens qui protestaient contre la présence d’exposants israéliens à un salon international de bijouterie ont affronté samedi la police dans la ville italienne de Vicence (nord-est). Les manifestants, qui brandissaient des banderoles « Libérez la Palestine ! » et « Arrêtez de bombarder Gaza ! » ont organisé une marche dans la ville, que la police a tenté d’empêcher en faisant usage de canons à eau, alors que les manifestants tiraient des bombes fumigènes et des fusées éclairantes. Cinq manifestants, appartenant aux centres sociaux, ont été identifiés et inculpés par la police d’État. Dix policiers ont été très légèrement blessés. Les opérations d’enquête se poursuivront dans les prochains jours avec l’analyse des images de vidéosurveillance.Plus de 1.300 exposants de près de quarante pays participent à la fameuse foire « Vicenzaoro », qui a ouvert ses portes vendredi et se poursuit jusqu’à mardi.

Dossier(s): Italie Tags: , ,