Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

La police britannique a arrêté un certain nombre d’activistes écologistes affiliés à un groupe qui avait annoncé, le mois dernier, l’utilisation de drones pour tenter d’interrompre ce vendredi matin le trafic sur l’aéroport le plus fréquenté du pays. Le groupe, qui s’appelle Heathrow Pause, proteste contre la décision du gouvernement de donner son feu vert à une troisième piste à l’aéroport.  Heathrow Pause a laissé entendre que plus de 200 personnes étaient disposées à se porter volontaires pour piloter des drones jouets à quelques pieds du sol dans la zone d’interdiction de vol pour les drones (5 km autour de l’aéroport). Ce projet était illégal, même si le groupe a déclaré qu’il n’utiliserait que de petits drones, pilotés à hauteur d’homme et non dans les trajectoires de vol, et qu’il avait clairement communiqué ses intentions à la police et à l’aéroport bien avant le début de la manifestation. Trois femmes et six hommes âgés de 20 à 60 ans ont été arrêtés préventivement pour “suspicion de complot en vue de commettre une nuisance publique”, hier jeudi, à Bethnal Green, Haringey et Wandsworth. Deux autres hommes ont été arrêtés ce matin dans l’enceinte de l’aéroport d’Heathrow.

Déploiement policier ce vendredi à Heathrow

L’IRA Continuité a tenté de piéger la police à Craigavon. Ils ont attiré des policiers en les intoxiquant à propos d’une attaque au mortier sur la route de Tullygally, vendredi aux environs de minuit. Les policiers ont effectivement trouvé un dispositif évoquant un mortier près d’un arrêt de bus. Il s’agissait en fait d’une bombe les visant, conçue pour exploser lorsqu’on la déplaçait. Celle-ci n’a pas explosé suite à un problème technique, évitant à la patrouille de se faire faucher.

Le faux mortier, en fait une vraie bombe

Le faux mortier, en fait une vraie bombe

Des documents ont été publiée ces derniers jours prouvant que Julian Assange était espionné 24h sur 24 par une agence de sécurité espagnole (Undercover Global S. L) puis équatorienne (Promsecurity) durant son séjour de 7 ans à l’ambassade d’Equateur à Londres dans laquelle il s’est réfugié ces sept dernières années. Cet espionnage avait lieu à la demande des autorités équatoriennes. Par ailleurs les agents de sécurité de l’ambassade devaient tout les jours surveiller chaque mouvement d’Assange, enregistrer ses conversations et prendre note de son humeur. L’équipe a également procédé à un examen de l’écriture manuscrite dans son dos, qui a donné lieu à un rapport de six pages.

Des entrevues entre Assange et son avocat ainsi que des entrevues avec des visiteurs ont notamment été filmées et ce malgré des mesures de sécurité mise en place par Assange telles que l’utilisation d’un dispositif de distorssion des voix. D’autres mesures de sécurité étaient utilisées par Assange telle que l’utilisation d’un dossier recouvrant la feuille de papier sur laquelle il écrivait pour empêcher tout appareil photo potentiel de zoomer sur ses notes.

Au niveau de son extradition, les autorité britannique prétende qu’il ne sera pas envoyé dans un pays où il pourrait risquer la peine de mort. L’audience pour étudier la demande d’extradition vers les États-Unis aura lieu fin février 2020 au Royaume-Uni. En attendant Assange il reste enfermé à la prison de haute sécurité de Belmarsh, dans le sud-est de Londres (https://secoursrouge.org/Grande-Bretagne-Debut-de-procedure-pour-une-eventuelle-extradition-d-Assange).

Julian Assange en train d’être espionné

Julian Assange en train d'être espionné

La police de Londres (Metropolitan Police Service ou The Met) a investi dans le système de reconnaissance faciale Neoface, acheté directement à la société japonaise NEC et soutient depuis l’intégration de sa technologie de reconnaissance faciale que sa marge d’erreur est quasiment négligeable (une seule erreur sur 1000 cas). Mais un rapport indépendant fourni par des chercheurs de l’Université de l’Essex à Sky News, établit que dans 81 % des cas, la technologie identifie des personnes innocentes comme étant des suspects alors qu’ils ne figurent sur aucune liste de personnes recherchées. Il apparait que la police du Met défendait son outil en utilisant une méthode très “particulière”: elle mesure l’exactitude en comparant les correspondances réussies et non les correspondances réussies avec le nombre total de visages traités…

Signalisation de la reconnaissance faciale expérimentale à Londres

Signalisation de la reconnaissance faciale expérimentale à Londres

L’audience pour étudier la demande d’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange vers les Etats-Unis aura lieu fin février, a décidé vendredi un juge du tribunal londonien de Westminste. Une audience aura lieu fin octobre pour décider quel tribunal étudiera la demande américaine. Les Etats-Unis lui reprochent d’avoir mis en danger certaines de leurs sources lors de la publication en 2010 par WikiLeaks de 250.000 câbles diplomatiques et d’environ 500.000 documents confidentiels portant sur les activités de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Ils l’accusent également d’avoir “comploté” avec l’ex-analyste militaire Chelsea Manning.

Réfugié pendant près de sept ans à l’ambassade d’Equateur à Londres où il bénéficiait de l’asile politique, M. Assange en a été extrait le 11 avril par la police britannique avec l’aval de Quito (voir notre article). Vendredi, l’Australien de 47 ans a comparu par visioconférence depuis la prison de haute sécurité de Belmarsh, dans le sud-est de Londres. Aux Etats-Unis, il risque 175 ans de cumul des peines encourues pour les différents chefs d’inculpation qui le visent.

Assange à son arrestation

Assange à son arrestation

La police du Grand Manchester a du essuyer samedi une pluie de projectiles divers (allant des oeufs aux briques) dans sa volonté de protéger le cortège électoral de l’eurodéputé fasciste Tommy Robinson dans les rues d’Oldham. Deux véhicules de police ont été endommagés lors des affrontements avec les habitants du quartier. La police a annoncé de prochaines arrestations suite à ces incidents. Tommy Robinson est un des pseudonyme de Stephen Yaxley-Lennon, il a été le fondateur de l’English Defence League.

Tommy Robinson

Tommy Robinson

Mercredi 1er mai, Julian Assange a été condamné par la justice britannique à 50 semaines de prison (le maximum prévu par la loi est de 52 semaines) pour avoir enfreint les termes de sa libération conditionnelle le 19 juin 2012 en se réfugiant à l’ambassade londonienne d’Equateur. Il y a passé les presque sept années suivantes, jusqu’à son arrestation le 11 avril par la police britannique (voir notre article). Une trentaine de personnes de personnes étaient venues en soutien. Lors du verdict, elles se sont alors mis à hurler «shame on you» («Honte à vous») à la juge.

Le lendemain avait lieu la première audience relative à la demande d’extradition déposée par les États-Unis qui l’accusent d’association de malfaiteurs en vue de commettre un “piratage informatique”. Concrètement, Julian Assange est accusé d’avoir aidé l’ex-analyste du renseignement américain Chelsea Manning à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents classés secret-défense en 2010. La prochaine audience sera fixée le 30 mai.

Assange à son arrestation

Ce matin la police britannique a attaqué des militant·e·s et arrêté 20 personnes qui menaient, depuis 3 jours, une action d’occupation des locaux d’Amnesty International à Londres . Cette action avait pour but de protester contre l’isolement d’Öcalan et de soutenir Leyla Güven dans sa grève de la faim.

Les dirigeants d’Amnesty International ont fermé les portes des locaux et installer un système de sécurité sur une porte. L’utilisation de toilettes était interdite à ceux qui se trouvaient à l’intérieur. Les militants qui ont été forcés de quitter le bâtiment pour aller aux toilettes n’ont pas été autorisés à rentrer. Amnesty International a appelé la police à 1 heure pour leur demander de vider le bâtiment. La police a donc attaqué l’ensemble des militant·e·s (y compris certain·e·s en grève de la faim depuis 43 jours) et arrêté ceux et celles qui se trouvaient à l’intérieur. Les détenus ont été conduits dans différents commissariats de police de Londres, principalement à Barnet.

Plus d’infos et la vidéo de l’attaque de la police ici.

Par ailleurs, un sit-in a été mené à Bruxelles par l’AvEG-Kon et le SKB pour faire connaitre la situation de Leyla Güven.

Arrestation des militant·e·s qui occupaient les bureaux d’Amnesty

Arrestation des militant·e·s qui occupaient les bureaux d'Amnesty

Hier et aujourd’hui, 113 militant·e·s d’Extinction Rebellion ont été arrêtés à Londres lors d’un blocage de la ville. Cette action s’inscrit dans le cadre d’une semaine d’action visant à bloquer la capitale britannique pour réclamer un état d’urgence écologique. Hier, plusieurs milliers de personnes ont ainsi bloqué le pont de Waterloo et quatre autres points symboliques du centre de Londres. Déjà le 17 novembre dernier, 6000 manifestant·e·s avaient bloqué cinq ponts sur la Tamise pour un Rebellion Day. Les actions de cette journée avaient déjà conduit à l’arrestation de 82 militant·e·s.

Plus d’infos ici

L’action de blocage pour le climat du 17 novembre à Londres

L'action de blocage pour le climat du 17 novembre à Londres

Julian Assange, 47 ans, a été arrêté jeudi dans l’ambassade d’Equateur à Londres par six agents du service de police métropolitain (MPS). WikiLeaks a réagi éseau social en accusant l’Equateur d’avoir “illégalement mis fin à l’asile politique d’Assange, en violation du droit international” et avoir “invité” la police britannique dans l’enceinte de l’ambassade. L’ex-président équatorien Rafael Correa, exilé en Belgique depuis 2017, a accusé jeudi son successeur Lenin Moreno d’être responsable de l’arrestation d’Assange à Londres.

Julian Assange a fondé en 2006 WikiLeaks, qui s’est fait connaître du grand public trois ans plus tard avec la publication de centaines de milliers de messages, la vidéo d’une bavure de l’armée américaine en Irak, puis des milliers de documents militaires sur l’Afghanistan. Assange va contester la demande d’extradition américaine, a déclaréson avocate à l’issue de la comparution de son client devant un tribunal londonien. L’Australien a été arrêté en vertu d’une demande d’extradition américaine pour “piratage informatique”, qui sera examinée au cours d’une prochaine audience le 2 mai, et d’un mandat délivré en juin 2012 par la justice britannique pour non présentation au tribunal, un délit passible d’un an de prison. Il a été reconnu coupable par une juge britannique d’avoir violé les conditions de sa liberté provisoire.

Assange à son arrestation