Il y a deux mois, les membres de l’équipe féminine de la République d’Irlande avaient entonné, suite à leur victoire 1-0 sur l’Écosse lors du barrage de la Coupe du monde (voir ici),  « Ohh Ahh Up the Ra », une partie de la Celtic Symphony (voir ici). Une vidéo avait circulé et l’affaire avait fait scandale en Grande-Bretagne, cette strophe de la chanson étant à la gloire de l’IRA. Il apparait que, deux mois après l’affaire,  la police écossaise enquête toujours sur l’incident.
En fonction de l’effet Streysand (en gros: quand on attire l’attention sur ce qu’on voudrait occulter) , la chanson s’est retrouvée être le deuxième chanson la plus téléchargée en Grande-Bretagne (après un inédit de Queen),  elle a été reprise en public et en groupe à plusieurs reprises, faisant naître la nouvelle et particulière notion de « terrorisme musical »…
Notons quand même qu’on entend depuis longtemps cette chanson lors des combats de Michael Conlan (voir ici) ou des matchs du Celtic (voir ici).

 

 

Palestine Action est une organisation qui mène des actions directes pour fermer les usines israéliennes d’armement dans toute la Grande-Bretagne en soutien au peuple palestinien. Leurs actions ont eu un impact financier et opérationnel significatif sur Elbit Systems, conduisant à la fermeture d’une des usines et de leur bureau du centre de Londres. Dans le même temps, les militants de Palestine Action ont remporté plusieurs victoires devant les tribunaux contre les tentatives de les poursuivre pour leurs actions directes. Aujourd’hui, Palestine Action – y compris ses cofondateurs – est confronté à un procès majeur le 10 octobre 2022, lorsque huit militants (les #ElbitEight) seront accusés de cambriolage, de dommages criminels et de chantage pouvant entraîner jusqu’à 38 ans de prison s’ils sont condamnés. Malgré ce procès, Palestine Action n’a pas ralenti: ils maintiennent un campement en face d’une usine Elbit et l’ont fermé le matin du 7 septembre, avec des militants enfermés dans/sur des voitures stationnées aux portes d’entrée et de sortie de l’usine d’armement. Une campagne de solidarité a lieu avec Palestine Action et #ElbitEight. Pour suivre la mobilisation sur les réseaux sociaux : #ElbitIsGuilty

A la mi-juillet, la police métropolitaine de Londres (MET) a déployé un système de reconnaissance faciale en direct (LFR) à Oxford Circus. Le système LFR monté sur un véhicule a été installé à l’extérieur de la station de métro et a scanné les données biométriques d’environ 15 600 personnes. Sur ces 15 600 personnes, quatre étaient des « vraies alertes », et trois personnes ont été arrêtées par la suite. La police a déclaré dans un communiqué : « Cette technologie contribue à la sécurité des Londoniens et sera utilisée pour retrouver les personnes recherchées pour des infractions violentes et graves, ainsi que celles faisant l’objet d’un mandat d’arrêt non exécuté émis par le tribunal ». L »utilisation de la LFR est depuis longtemps controversée, et son utilisation par les forces de police britanniques a déjà été jugée illégale.

Le tribunal de Westminster Magistrates à Londres a autorisé formellement mercredi l’extradition de Julian Assange aux Etats-Unis où le fondateur de WikiLeaks et lanceur d’alerte est accusé d’espionnage. Si la justice britannique a officiellement rendu une ordonnance d’extradition, il revient cependant à la ministre britannique de l’Intérieur de l’approuver. Les avocats de la défense peuvent encore faire appel devant la Haute Cour.
L’Australien de 50 ans est recherché par la justice américaine qui veut le juger pour la diffusion, à partir de 2010, de plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan.Poursuivi notamment en vertu d’une législation contre l’espionnage, Julian Assange risque 175 ans de prison. Le 14 mars, il avait vu disparaître l’un de ses derniers espoirs d’éviter son extradition, avec le refus de la Cour suprême britannique d’examiner son recours.

Rassemblement pour Assange à Bruxelles (archives)

Julian Assange a vu lundi disparaître l’un de ses derniers espoirs d’éviter son extradition, avec le refus de la Cour suprême britannique d’examiner son recours. Les hauts magistrats britanniques ont estimé que son recours ne soulevait “aucun point de droit discutable”. Assange est poursuivi par la justice américaine pour la diffusion, à partir de 2010, de plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Parmi eux figurait une vidéo montrant des civils, dont deux journalistes de l’agence Reuters tués par les tirs d’un hélicoptère de combat américain en Irak en juillet 2007. Poursuivi notamment en vertu d’une législation contre l’espionnage, Julian Assange risque 175 ans de prison.

Le dossier va à présent revenir à la juridiction de première instance. En janvier 2021, la justice britannique avait initialement tranché en faveur d’Assange (voir notre article), mais la Haute Cour avait annulé cette décision (voir notre article). Incarcéré dans une prison de haute sécurité près de Londres depuis près de trois ans, Julian Assange avait été arrêté par la police britannique en avril 2019 après avoir passé sept ans dans l’ambassade londonienne de l’Equateur où il s’était réfugié alors qu’il était en liberté sous caution.

Rassemblement pour Assange à Bruxelles (archives)

Le journaliste britannique Matt Broomfield a été emprisonné en Grèce et interdit d’entrée dans les pays membres de Schengen au motif qu’il soutenait le Rojava. La demande venait d’Allemagne que ses intérêts économiques avec la Turquie poussent à criminaliser le mouvement de libération kurdes et ceux qui le soutiennent. Broomfield, qui est resté au Rojava pendant trois ans, écrivait pour les médias britanniques « Vice », « Independent » et « New Statesman ». Mais il était surtout le co-fondateur de la principale source d’information indépendante de la région, le Rojava Information Center (RIC). Broomfield voulait se rendre en Italie en ferry depuis la Grèce le 27 avril 2021, mais a été arrêté par la police italienne et remis aux autorités grecques. Après avoir été détenu dans des centres de déportation pendant deux mois (photo), il a été expulsé vers l’Angleterre. Broomfield ne peut entrer, pendant dix ans, dans aucun pays de l’espace Schengen, c’est-à-dire les 26 pays couverts par l’Accord sur la zone de libre circulation. La seule explication qu’il a reçu était son soutien à l’Administration démocratique autonome du nord et de l’est de la Syrie.

Le militant et médecin palestinien Issam Hijjawi Bassalat, arrivé en 1995 en Grande-Bretagne, est une personnalité respectée de la communauté palestinienne. Il a ainsi été président de l’Association des communautés palestiniennes d’Ecosse. Il avait été arrêté le 22 août dernier à l’aéroport d’Heathrow le jour même où neuf membres de Saoradh (un parti socialiste républicain irlandais) ont été arrêtés pour appartenance présumée à la Nouvelle IRA. Les arrestations découlent de l’infiltration pendant plusieurs décennies des mouvements républicains irlandais par un agent du MI5. Le Dr Issam Hijjawi Bassalat a été piégé dans une réunion avec l’agent qui l’a invité à ce qui lui a été présenté comme une réunion de Saoradh pour discuter de la solidarité internationale et de la cause palestinienne.

Il a été accusé d‘ »actes préparatoires de terrorisme » pour sa participation à cette réunion organisée par le MI5. Selon l’avocat du Dr Issam Hijjawi Bassalat, tout ce qui est contenu dans les transcriptions et les enregistrements de la fameuse réunion ne concerne que soutien à la Palestine et n’envisage aucune action violente. Issam Hijjawi Bassalat a subi une crise cardiaque en octobre, quelques jours seulement avant une audience de demande de libération. Celle-ci avait été refusée, mais un tribunal vient de décider sa libération sous caution.

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10, en appel, le refus d’extrader vers les États-Unis le fondateur de Wikileaks. Elle ouvre ainsi la voie à l’extradition de Julian Assange que Washington veut juger pour une fuite massive de documents. La Cour « autorise l’appel » formé par les États-Unis, ce qui signifie que la justice annule la décision de première instance et que la justice britannique devra de nouveau statuer sur la demande d’extradition américaine. Les hauts magistrats britanniques reviennent ainsi sur la décision initiale d’une juge qui, il y a près d’un an, s’était opposée à la remise aux autorités américaines de l’Australien âgé de 50 ans, invoquant le risque de suicide. Poursuivi notamment pour espionnage, Assange risque jusqu’à 175 ans de prison.

 

Des accusations de « dommages criminels » avaient été portées contre trois militants qui s’étaient enchaînés avec des arm-locks et avaient jeté de la peinture rouge sur les locaux de la filiale UAV Engines d’Elbit à Shenstone, dans le Staffordshire, en février 2021. L’usine produit des moteurs de drones pour une gamme de drones fabriqués par Elbit Systems, qui est la plus grande entreprise d’armement privée d’Israël. Ils ont été déclarés non coupables lundi 6 dans un procès qui s’est déroulé devant le tribunal de première instance de Newcastle-under-Lyme. Le président du tribunal, le juge Waites, a déclaré que le représentant de la Couronne (le procureur) n’avait pas prouvé que la condamnation des accusés serait proportionnée à leur liberté de protester. Ce procès, qui avait débuté le vendredi 3 décembre, est donc un revers pour Elbit Systems et les services du procureur qui avaient tenté de criminaliser l’action militante

Les produits fabriqués sur le site de la manifestation, l’usine UAV Engines de Shenstone, dans le Staffordshire, sont des composants clés d’une gamme de drones de combat d’Elbit. Elbit Systems fournit 85 % de la flotte de drones d’Israël. Leurs drones Hermes, fabriqués avec des composants fabriqués au Royaume-Uni, sont régulièrement déployés dans les bombardements de Gaza, Elbit fournissant également une gamme d’équipements de surveillance, d’armements et de technologies militaires spécialisées pour l’armée et la police israéliennes.

La sécurisation de la COP26 est la plus large opération policière dans l’histoire britannique. Son bilan est de plusieurs centaines d’interpellation et de 76 arrestations. Parmi ces arrestations celles de militant.e.s dont les actions impliquent forcément leur arrestation (désobéissance civile genre XR), mais aussi des militant.e.s qui se sont affrontés à la police. Des incidents ont en effet eu lieu dans le cadre des deux grandes marches qui ont traversé la ville, rassemblant des des dizaines de milliers de manifestants.

rresta